Dassault Étendard IV

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Dassault Étendard IVM
{{#if:
Un Etendard IVM en exposition devant la base d'aéronautique navale de Fréjus-Saint Raphaël.
Un Etendard IVM en exposition devant la base d'aéronautique navale de Fréjus-Saint Raphaël.

Constructeur Drapeau : France Dassault Aviation
Rôle Avion d'attaque et de reconnaissance
Statut Retiré du service en 2000
Premier vol
Mise en service 1962
Date de retrait 2000
Nombre construits 90
Équipage
1 pilote
Motorisation
Moteur Snecma Atar 8B
Nombre 1
Type Turboréacteur sans postcombustion
Poussée unitaire 43,16 kN
Dimensions
Envergure 9,60 m
Longueur 14,35 m
Hauteur 3,85 m
Surface alaire 28,40 m2
Masses
À vide 5 900 kg
Avec armement 8 170 kg
Maximale 10 800 kg
Performances
Vitesse maximale 1 100 km/h
Vitesse de décrochage 217 km/h
Plafond 13 716 m
Vitesse ascensionnelle 6 000 m/min
Rayon d'action 600 km
Endurance 1 666 km
Charge alaire 282 kg/m2
Rapport poussée/poids 0,54
Armement
Interne 2 canons de 30 mm
Externe 1 300 kg de charge externe (missiles, bombes, roquettes, réservoirs, etc.)
Avionique
Caméra et appareils photo de reconnaissance

L'Étendard IV est un avion d'attaque léger construit par Dassault et destiné à être embarqué à bord de porte-avions. Il a été construit à 90 exemplaires, mis en service de 1962 à 2000 dans la Marine nationale française.

Conception[modifier | modifier le code]

Un des prototypes en vol, en 1959.

En , l'OTAN lance un programme nommé LWTSF (Light Weight Tactical Strike Fighter) destiné à fournir un chasseur léger polyvalent à ses différentes forces aériennes. Les constructeurs se voient imposer l'utilisation du réacteur Bristol Orpheus, dont l'OTAN a financé le développement.

Dassault lance alors deux projets très proches, désignés Mystère XXIV et Mystère XXVI : le premier est propulsé par un Snecma Atar 101 et le second par un Bristol Orpheus 3. Redésignés Étendard IV et Étendard VI, ces projets sont simplement des Étendard II agrandis de 15 % et monoréacteurs.

Un prototype de l'Étendard IV est commandé par la France en . Il fait son premier vol le , soit le lendemain de celui de l'Étendard II. Les essais en vol montrent de bonnes qualités et, lors d'un combat simulé, l'avion réussit à battre un Mystère IV, qui est alors le chasseur type de l'Armée de l'Air.

Cependant, l'OTAN refuse le projet à cause de son réacteur et ne retient que celui de l'Étendard VI, qui sera finalement battu par l'Aeritalia G.91. Déçue, l'Armée de l'Air décide alors de se consacrer uniquement au futur Mirage III. Seule la Marine nationale se montre finalement intéressée et demande début 1955 une version adaptée à l'emploi depuis ses porte-avions. Cinq avions de présérie sont commandés en , avec l'obligation de pouvoir se ravitailler mutuellement en vol (technique du « buddy refueling », voir l'article Avion ravitailleur).

L'Étendard IV devient alors Étendard IVM, après quelques modifications comme l'amélioration des dispositifs hypersustentateurs, le renforcement de la structure, l'ajout d'une perche de ravitaillement en vol et l'agrandissement du nez pour y loger un radar. Les adaptations nécessaires à l'utilisation depuis un porte-avions avaient cependant été prévues dès le début, ce qui facilite la tâche des ingénieurs.

Le premier prototype de l'Étendard IVM fait son vol inaugural le . Le second avion dispose de tout le système d'arme, de la perche de ravitaillement en vol et des ailes repliables. Le troisième est équipé d'un réacteur britannique Rolls-Royce Avon et d'un système de soufflage d'aile mais sera perdu lors d'une explosion au sol. Le quatrième est le premier à disposer de la quille sous le nez, qui corrige des problèmes de roulis. Enfin, le septième prototype est celui de la version de reconnaissance Étendard IVP, qui n'a plus de canons de 30 mm mais dispose d'un nez modifié pour accueillir des caméras et peut emporter un conteneur photo démontable plaqué sous le fuselage. Il fait son premier vol le .

Les premiers essais de catapultage et appontage ont lieu au centre d'essais de la Royal Navy, en 1960, puis à bord du porte-avions Clemenceau fin 1960-début 1961. Le premier avion de série décolle le . Les 90 exemplaires commandés sont livrés à la Marine nationale entre le et le . Remplacés par les Super Étendard, les derniers Étendard IVM sont réformés en 1991, tandis que les Étendard IVP et PM seront conservés jusqu'en 2000.

Engagements[modifier | modifier le code]

De gauche à droite : un Breguet Br.1050 Alizé, cinq Vought F-8E (FN) Crusader et huit Dassault Étendard IV sur un des porte-avions français dans les années 1970.

Si les Étendard IV ont évidemment participé à toutes les campagnes effectuées par leurs porte-avions de rattachement, les seules missions de combat réelles ont été les missions de reconnaissance photo menées par les Étendard IVP lors d'opérations :

Accidents[modifier | modifier le code]

Etendard IVM exposé à l'Intrepid Sea-Air-Space Museum, à New York.

Liste non exhaustive des accidents ayant impliqué l'Étendard IV :

Variantes[modifier | modifier le code]

  • Étendard IV - prototype de la version terrestre (1 exemplaire) ;
  • Étendard IVM - version d'attaque embarquée (6 prototypes, 69 avions de série) ;
  • Étendard IVP - version de reconnaissance embarquée (1 prototype, 21 avions de série) ;
  • Étendard IVPM - Etendard IVM convertis en IVP (4 avions modifiés à la fin des années 1970) ;

Marquages[modifier | modifier le code]

Utilisateurs[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Georges Croulebois, Pont libre, Les 7 vents éditions,‎ , 342 p. (ISBN 2877160521)
  2. [1]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Développement lié

Étendard II - Étendard VI - Super Étendard

Aéronefs comparables

A-4 Skyhawk