Flight Simulator X

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Flight Simulator X
Éditeur Microsoft Games
Développeur ACES Studio

Date de sortie Drapeau de la France France :
Drapeau des États-Unis États-Unis :
Drapeau du Japon Japon:
Genre Simulateur de vol
Mode de jeu Solo + en ligne
Plate-forme PC (Windows)
Média 2 DVD-ROM
Contrôle Clavier, souris, Manette

Flight Simulator X (souvent abrégé FSX) est un simulateur de vol de la série Flight Simulator pour PC développé par ACES Studio et commercialisé en 2006. Ce jeu propose à travers divers missions de se mettre dans la peau d'un pilote de ligne, d'un cascadeur aérien ou encore d'un contrôleur. Disponible en mode solo et en mode multijoueur, FSX permet également d'adhérer à différentes compagnie virtuelle (Virtual Airline) et d'effectuer des vol avec des conditions de réalisme poussées au maximum. Aujourd'hui, ce jeu est à l'origine d'une véritable communauté rassemblant plusieurs milliers d’adeptes.

Généralités[modifier | modifier le code]

Dans cette dixième version de Flight Simulator, le programme occupe 13,1 Go sur le disque dur pour deux DVD; il est compatible avec Windows XP (avec Service Pack 2), Windows Vista, Windows 7 et Windows 8. Il est disponible en trois versions, Standard, Accélération et Deluxe (en France la version Deluxe est commercialisée sous le nom « Édition professionnelle »), la seconde et la troisième comprenant plus d'avions, de missions, d'aéroports, la possibilité de gérer les tours de contrôle, etc.

Concurrent direct face à X-Plane, FSX se porte en tête de la simulation de vol mondial[réf. nécessaire]. Son principal atout est son niveau de réalisme, en effet, il est possible, sur cette version, de voir les reflets des appareils et des bâtiments dans l'eau et les textures sont beaucoup plus détaillées. On remarque aussi la présence d'objets 3D animés (voitures, camions, bateaux, animaux…), nouveauté dans la série. Le moteur graphique utilise également les Pixel Shader 2.0 pour améliorer le rendu des surfaces. Le jeu fonctionne sous DirectX 9 ou DirectX 10 (sous Vista, 7 et 8 uniquement).

La résolution au sol peut être réglée jusqu'à 7 centimètres par pixel. La résolution des scènes photoréalistes est, elle, limitée à 1,19 mètre par pixel. Dans Flight Simulator 2004 (aussi appelé FS9), elle était de 4,75 mètres par pixel dans les deux cas. Le continent Africain bénéficie d'une résolution améliorée par rapport à celle des versions antérieures.

Autre nouveauté, la Terre est pour la première fois ronde et l'altitude limitée à 1 million de pieds (soit environ 305 kilomètres). Dans Flight Simulator 2004, la modélisation de la Terre était plate, et l'altitude limitée à 99 999 pieds (soit environ 30,5 km).

Les avions classiques des versions précédentes restent présents avec des modèles de vol améliorés, comme le Cessna 172, le Boeing 747-400, le Bell 206 JetRanger, et des nouveautés voient le jour avec cette édition telles que l'Airbus A321. En revanche, le Cessna 182 disparaît.

Des add-ons sont disponibles sur différents sites internet. On y trouve un très grand choix d'avions et d'hélicoptères, dont ceux des vraies compagnies aériennes tels que : Air France, Emirates, Easy jet, Delta, UPS,…. Des aéroports détaillés sont également disponible avec des niveaux de réalisme plus ou moins poussé. Le trafic aérien peut-être lui aussi modifié et permet alors d'ajouter des vols s'inspirant des conditions réelles. L'immense choix des mods permet à chacun d'apporter son niveaux de réalisme en fonction de ses moyens.

Détails du contenu[modifier | modifier le code]

  • Édition Standard :
    • 2 DVD
    • 18 appareils
    • 40 aéroports détaillés (16 nouveaux)
    • 28 villes détaillées
    • plus de 30 missions
  • Édition Deluxe (ou « Professionnelle »)
  • Édition Golden

Configuration[modifier | modifier le code]

La configuration minimale requise est :

  • Windows XP SP2 ou plus récente ou Windows Vista
  • processeur : 1,0 GHz
  • RAM : Windows XP SP2 - 256 Mo, Windows Vista – 512 Mo
  • disque dur : 14 Go
  • carte graphique 32 Mo compatible DirectX 9
  • carte son compatible DirectX 9
  • modem 56,6 kb/s au minimum pour le multijoueur

La configuration conseillée pour des performances améliorant le confort de jeu est :

  • Windows XP SP2 ou plus récent
  • processeur : 2,0 GHz (double-cœur conseillé)
  • RAM : 1 024 Mo pour Windows XP et 2 048 Mo pour Windows Vista, sont conseillés, voire 4 Go
  • disque dur : 14 Go (voire plus pour installer des add-ons.)
  • carte graphique 256 Mo compatible DirectX 9
  • carte son compatible DirectX 9
  • connexion haut-débit pour le multijoueur
  • micro et casque audio pour le multijoueur

À la sortie du logiciel, la configuration matérielle permettant de jouer avec tous les paramètres de rendu poussés au maximum n'était pas encore disponible dans le commerce. Il apparaît que l'arrivée du nouveau moteur DirectX 10 de Microsoft, combiné avec les nouvelles cartes vidéos compatibles, pourront améliorer les performances de FSX. Le processeur a un rôle primordial dans ce genre de simulation étant donné le nombre d'informations à gérer, et les ralentissements sont souvent causés par son manque de performances. En effet, 80 % du rendu de FSX est fait par le CPU (et les 20 % restants par la carte graphique).

À la différence de Supreme Commander, autre jeu demandant d'importantes ressources, FSX RTM (à la sortie de la boîte) ne tire que très peu parti du multi-core. Les temps de chargements sont un peu plus courts, mais le gain ne dépasse pas 5 à 10 % en vol. Par contre, il n'y a aucune différence de performances entre un dual-core et un quad-core[1]..

Le SP1 améliore largement les choses et apporte de vrais gains de performances[2], y compris pour les quad-core[3]..

Les CPU les plus rapides sous FSX sont actuellement les Intel i7 en 1156 et 1366.

Le SLI et le CrossFire sont supportés par FSX, mais n'entraînent aucun gain de performances en utilisation normale.

Patchs et mises à jour[modifier | modifier le code]

  • En novembre 2006, Microsoft a publié un patch qui corrige un problème dans l'affichage des scènes photoréalistes. Le patch s'appelait « Photo-Based Scenery Add-On Update », et pesait environ 8,4 Mo. Ce patch a été retiré des serveurs de Microsoft, car son contenu était redondant avec le SP1. Si vous avez néanmoins besoin de retrouver ce patch, il est encore disponible sur quelques autres sites[4].
  • En décembre 2006, Microsoft a publié une mise à jour du SDK, le SDK SP1. Cette version a elle aussi été supprimée des serveurs de Microsoft, remplacée par le SDK SP1A.
  • En mai 2007, Microsoft a sorti un deuxième patch pour FSX, le Service Pack 1. Il corrige des bugs et augmente les performances. Il améliore l'utilisation par FSX du dual-core. Il est disponible en téléchargement.
  • Toujours en mai 2007, est sorti une nouvelle version du SDK : le SDK SP1A. Il apporte des améliorations aux outils de développement, et corrige des bugs. Il n'est utile que pour ceux qui créent des add-ons pour FSX (avions, missions, scènes...). Il est disponible sur Internet.
  • À l'automne 2007, Microsoft a publié Service Pack 2. C'est un patch destiné à ajouter le support de DirectX 10. Ce patch est disponible gratuitement sur le site de Microsoft, ainsi que dans l'add-on FSX: Acceleration. Il sera nécessaire de posséder Windows Vista et une carte graphique compatible DirectX 10.

Service Pack 1[modifier | modifier le code]

Le SP1 est le premier patch majeur pour FSX. Il corrige des bugs[5] et améliore les performances. Il est sorti le 16 mai 2007, et est téléchargeable sur Internet[6]. Le bug du landclass n'est pas corrigé avec ce SP1, car il nécessite trop de travail[5].

La principale nouveauté est d'améliorer le support du multi-core. Multi-core s'entend au sens large, puisque ce patch permet de supporter les dual-core, les quad-core, ainsi que les futurs octo-core[7] (via un réglage dans ce dernier cas). Ainsi, le SP1 supporte techniquement jusqu'à 256 cores[8].

FSX SP1 y tourne sur une machine octo-core (plateforme Intel SkullTrail), composée en fait d'une carte mère bi-socket et de deux quad-core. Dans cette vidéo, on voit que les 8 cores sont utilisés à plus de 85 %.

En revanche, l'Hyper-Threading n'est pas géré avec le SP1, pour des questions de compatibilité. Il n'est cependant pas nécessaire de le désactiver dans le BIOS, le SP1 sachant détecter cores physiques et cores logiques.

Les temps de chargement (avant le vol) peuvent être réduits de 30 %. Pendant le vol, le rendu du terrain (chargement des textures, autogen...) tire profit du multi-core. Selon l'endroit et les conditions de vol, l'avantage du multi-core sera plus ou moins visible.

Les « API Draw calls » (consommation de ressources CPU par DirectX9) ont été réduits, et les animations optimisées : cela réduit l'occupation du CPU, et est bénéfique même sur les mono-cores. Le gain de performance global est variable (nombre de cores, textures chargées ou en chargement...), mais est d'environ 20 % pour les mono-cores et 40 % pour les dual-cores[3].

Service Pack 2, avec DirectX 10[modifier | modifier le code]

Le SP2 est le second patch majeur de FSX, sorti au quatrième trimestre 2007. Il corrige des bugs et apporte le support du rendu DirectX 10.

Cependant, le mode DirectX 9 est toujours disponible, aussi bien sur Windows XP que sur Windows Vista. Tous les utilisateurs bénéficieront des corrections de bugs, mais le choix du mode DX9 ou DX10 dépendra de la machine sur laquelle il est installé. Trois différents cas sont possibles :

  • Windows XP + carte vidéo DirectX 9 ou DirectX 10 : seul le mode DirectX 9 sera activable ;
  • Windows Vista + carte vidéo DirectX 9 : seul le mode DirectX 9 sera activable ;
  • Windows Vista + carte vidéo DirectX 10 : le mode DirectX 10 sera activable, mais il sera possible de rester en DirectX 9.

Ainsi, pour activer le mode DirectX 10, le joueur devra posséder Windows Vista ou Windows 7 et une carte vidéo DirectX 10 (Radeon HD ou GeForce 8).

Flight Simulator X: Acceleration[modifier | modifier le code]

Flight Simulator X: Acceleration (initialement nommé « Flight Simulator X: Adrenaline ») est le premier add-on officiel de Microsoft pour FSX. Il fonctionnera aussi bien sous Windows Vista et Windows 7 (32 ou 64 bits), que sur Windows XP (avec Service Pack 2). Cependant, sous Windows XP, le mode DirectX 10 ne pourra pas être activé car il n'est pas supporté par cette version de Windows. La sortie est prévue pour l'automne 2007.

Cet add-on apportera de nouvelles fonctionnalités et trois nouveaux avions : le P-51 Mustang, le F/A-18A Hornet et l'hélicoptère AgustaWestland EH101. Ces trois appareils ne seront pas armés. Avec le EH101, les développeurs ont inclus la gestion des hélicoptères multi-turbines, réclamée depuis longtemps.

Quinze à vingt nouvelles missions seront au programme, de nouveaux outils de développements (SDK), et la possibilité de faire des courses aériennes multijoueur. Le SP1 et le SP2 (DX9 et DX10) seront également inclus.

Parmi les nouvelles missions, il est, entre autres, question de faire des courses aériennes à Reno, à bord du P-51 Mustang[9]. Celui-ci aura un modèle de vol unique, puisque le moteur pourra tomber en panne s'il est poussé trop fort. Pour gagner les courses, il faudra utiliser au mieux le moteur pour être rapide, sans l'endommager.

D'autres missions mettront en scène un porte-avions, où le catapultage et l'appontage seront gérés, et certaines missions nécessiteront l'utilisation du câble de remorquage de l'AgustaWestland EH101.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. FSX RTM: 1 vs 2 vs 4 cores Hardware.fr
  2. (en) FSX SP1 News:Intel quote - Blog de Phil Taylor, 9 avril 2007
  3. a et b (en) Gains de fps avec le SP1 Jon Patch
  4. Patch Flight Simulator 10 : Patch, Add on, Mise à jour - Clubic
  5. a et b Aperçu des bugs corrigés avec le SP1 - Blog de Phil Taylor, 14 février 2007
  6. FS Insider
  7. FSX SP1 News: Intel quote (Blog de Phil Taylor, 09/04/2007)
  8. Flight Sim X on Intel 8-core commentée par Phil Taylor (Senior Project Manager for Graphics and Terrain), YouTube, septembre 2007 [vidéo]
  9. (en) MVP Visit - TechNet, 20 mars 2007

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

  • Le jeu peut être utilisé pour le vol virtuel et le contrôle aérien en environnement multijoueurs sur des réseaux spécialisés comme IVAO et VATSIM.

Liens externes[modifier | modifier le code]