Mars 1978

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Mars 1978
Nombre de jours 31
Premier jour Mercredi 1er mars 1978
3e jour de la semaine 9
Dernier jour Vendredi 31 mars 1978
5e jour de la semaine 13

Calendrier
mars 1978
Sem Lu Ma Me Je Ve Sa Di
9     1er 2 3 4 5
10 6 7 8 9 10 11 12
11 13 14 15 16 17 18 19
12 20 21 22 23 24 25 26 
13 27 28 29 30 31    
1978Années 1970XXe siècle

Mois précédent et suivant
Mars précédent et suivant

Chronologies par zone géographique
Chronologies thématiques

Événements[modifier | modifier le code]

  • Rupture des relations diplomatiques entre la Bolivie et le Chili à la suite de l'échec des négociations concernant un accès à l’océan pour la Bolivie avant le centenaire de la guerre du Pacifique (1979). Le président bolivien Banzer engage une ouverture politique, et des élections sont programmées pour juillet[1].


  • 13 mars : naissance de l'écriture négro-africaine dénommée Mandombe au Zaïre.
  • 14 mars : à la suite de l’action d’un commando palestinien qui a fait 37 victimes israéliennes, l’État hébreu lance l’opération Litani et occupe le Liban au sud du fleuve. 250 000 libanais doivent se réfugier au-delà du Litani. L’opération est condamnée par le Conseil de sécurité qui crée la Force intérimaire des Nations unies au Liban (FINUL) composée de 4000 casques bleus et déployée dans le Liban Sud (résolutions 425 et 426). En juin, l’armée israélienne se retire mais conserve une bande d’occupation d’environ 10 km le long de la frontière contrôlée par la milice chrétienne de Saad Haddad, l’armée du Liban Sud.
  • 29-31 mars : Suivant la tradition chiite du deuil des 40 jours, les opposants au pouvoir du Chah, Mohammad Reza Pahlavi, se rassemblent en Iran pour commémorer les victimes du massacre de Tabriz. Comme d'habitude, les bazaars et les universités sont fermés tandis que de grandes processions commémoratives sont organisées dans cinquante-cinq centres urbains. La majorités des processions commémoratives se déroulent pacifiquement. Mais certaines - à Téhéran, Yazd, Ispahan, Babol et Jahrom - dégénèrent inexorablement après que des manifestants aient attaqué des banques, des permanences du Rastakhiz, des hôtels de luxe, des sex shops, des voitures de police, des statues monarchistes et des magasins d'alcool. À Yazd, où les plus violents affrontements eurent lieu, près de 10 000 personnes se sont rués sur le principal comissariat de la ville aux cris de « À mort le Chah », « Gloire à Khomeini » et « Longue vie aux martyrs de Qom (en) et de Tabriz », après avoir écouté la diatribe d'un prédicateur tout juste sorti de prison. Ils sont cependant fauchés par la police avant d'avoir pu rallier leur destination. Les émeutes sont d'une telle importance que le Chah, surveillant des exercices militaires dans le Golfe Persique, doit revenir pour prendre lui même le commandement des forces de police antiémeutes. Selon le gouvernement, 5 manifestants sont morts au cours du soulèvement, tandis que l'opposition fait état de plus de cent morts pour la seule ville de Yazd[3].

Naissances[modifier | modifier le code]

Voir la catégorie : naissance en mars 1978.

Décès[modifier | modifier le code]

Voir la catégorie : décès en mars 1978.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]