Escadron de chasse 2/4 La Fayette

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Escadron de chasse 2/4 La Fayette
Création
Pays Drapeau de la France France
Allégeance Roundel of France.svg Armée de l'air
Branche Forces aériennes stratégiques
Type Chasse
Rôle Dissuasion nucléaire
Fait partie de 4e escadre de chasse
Composée de 4 escadrilles (N 124, SPA 81, SPA 96, SPA 167)
Garnison BA 113 Saint-Dizier-Robinson
Ancienne dénomination GC II/4 La Fayette
Équipement Dassault Rafale

L'escadron de chasse 2/4 La Fayette est une unité de combat de l'armée de l'air française. Stationné sur la base aérienne 113 Saint-Dizier-Robinson, il est actuellement équipé de Dassault Rafale. Ses avions portent les codes 4-XX.

Historique[modifier | modifier le code]

Reprenant les traditions de l'escadrille La Fayette de la Première Guerre mondiale, le groupe de chasse II/5 La Fayette est créé en 1933.

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Durant la bataille de France, il est doté de Curtiss H-75 achetés aux États-Unis. Les appareils arborent sur le fuselage la même tête de chef indien sioux que celle choisie au cours de la Première guerre mondiale par les volontaires américains constituant l'escadrille La Fayette, avant l'entrée en guerre des États-Unis en 1917.

Suite à l'armistice du 22 juin 1940, les pilotes et leurs appareils ont traversé la mer Méditerranée pour rejoindre l'Algérie alors française.

Photo noir et blanc de douze chasseurs Curtiss alignés sur un aérodrome devant un groupe d'officiels
Remise officielle de 12 Curtiss P-40 Warhawk au groupe de chasse 2/5, à Casablanca, le 9 janvier 1943.

Lors du débarquement en Afrique du nord des armées anglo-américaines le 9 novembre 1942 (opération Torch), ses pilotes - dépendant alors des autorités militaires du gouvernement de Vichy - sont engagés pour s'opposer au débarquement. Après le ralliement des forces françaises en AFN à la France Libre, l'escadrille est rééquipée par les Américains de Curtiss P-40 Warhawk dès le 25 novembre 1942, gardant son nom (La Fayette) puis, sous le commandement de Constantin Rozanoff, combat en 1942-1943 les troupes de l'Axe positionnées en Tunisie. Outre Rozanoff, l'escadrille a compté dans ses rangs des pilotes comme Pierre HouzéAndré-Armand LegrandJean Gisclon et Pierre Delachenal.

Intégrée dans la nouvelle 4e Escadre de chasse et dotée de P-47, elle participe en 1944 à la Campagne de France et en 1945 à celle d'Allemagne.

Seconde partie du XXe siècle[modifier | modifier le code]

Mirage IIIE du 2/4 en 1979.

Le 1er juillet 1947, l'escadron prend l'appellation de GC II/4 La Fayette en reprenant également les traditions de l'Escadrille La Fayette. Il prend également source auprès du GC II/4 "Les diables rouges", dont l'emblème figurant sur l'insigne de l'escadron représente un diable ailé sur son balai.

En 1949, le Groupe de Chasse II/4 devient Escadron de Chasse 2/4.

L'escadron participe à la guerre d'Indochine et à la guerre d'Algérie. Il s'installe sur la base aérienne 116 Luxeuil-Saint Sauveur en 1961. Il quitte Luxeuil pour la base aérienne 125 Istres-Le Tubé en septembre 2011.

Après avoir été équipé successivement du Vampire, du Republic F-84F et du Mirage IIIE, l'EC 2/4 La Fayette est opérationnel sur Mirage 2000N depuis juillet 1989. À sa mission initiale de frappe nucléaire pré-stratégique est ajoutée, en 1992, la mission secondaire d'assaut conventionnel par tous les temps, de jour comme de nuit. En 1996, la mission principale de l'escadron devient la frappe nucléaire stratégique.

Depuis 2006, l'EC 2/4 La Fayette est également chargé de former les pilotes et navigateurs/officiers système d'arme destinés à opérer sur Mirage 2000N.

Le 1er septembre 2011, il remplace l'escadron 3/4 Limousin sur la base d'Istres.

En 2015, trois Mirage 2000N de l'escadron participent à l'Opération Chammal contre l'État islamique[1].

En août 2015, l'EC 2/4 La Fayette reçoit son premier Rafale B sur la base aérienne 113 de Saint-Dizier-Robinson[2].

En 2016, un Mirage 2000N de l'escadron est revêtu d'une livrée spéciale pour célébrer les 100 ans de la création de l'escadrille La Fayette. Cette livrée a été créée par Régis Rocca[3]. Cet appareil a été intégré à la patrouille "Ramex Delta" et a été présenté sur de nombreux meetings aériens en France et à l'étranger. Cet appareil a été retiré du service fin 2016 et est actuellement stocké sur la base aérienne 113 de Saint-Dizier-Robinson.

Le 20 avril 2016, les cent ans de l'escadrille La Fayette sont commémorés à Marnes-La-Coquette. À cette occasion, le défilé aérien exceptionnel comprenait[4] un box de trois Mirage 2000N de l’Escadron de chasse 2/4 «La Fayette» et un Rafale B de l'Escadron de chasse 1/91 «Gascogne», un box de quatre Lockheed-Martin F-22 Raptor du 94th Fighter Squadron (de Langley AFB en Virginie), un Stearman PT-17 et un Boeing B-52H Stratofortress du 5th Bomb Wing (de Minot AFB dans le Dakota du Nord).

Le 29 septembre 2017, un Dassault Mirage 2000N de l'escadron s'écrase peu après le décollage de la base aérienne 172 Fort-Lamy de N'Djamena, au Tchad. L'avion rentrait en France, à la base aérienne 125 Istres-Le Tubé, après deux mois passés en Afrique dans le cadre de l'opération Barkhane, un retour dans le cadre d'une relève qui incluait deux autres Dassault Mirage 2000N, un Dassault Mirage 2000D et un Boeing C-135. Les deux occupants se sont éjectés : le pilote est indemne, le navigateur a été légèrement blessé à la jambe[5].

Le 29 août 2018, une cérémonie organisée sur la base aérienne de Saint-Dizier-Robinson marque le transfert effectif de l'escadron sur avion Dassault Rafale et ainsi le passage au tout Rafale de la composante aéroportée de la dissuasion nucléaire.

Citations[modifier | modifier le code]

Le Groupe "La Fayette" totalise huit citations à l'ordre de l'Armée aérienne, il a droit au port de la fourragère aux couleurs du ruban de la Croix de guerre 1914-1918, ainsi qu'au port de la fourragère aux couleurs du ruban de la Médaille militaire. L'escadron de chasse 2/4 La Fayette s'étant particulièrement distingué en Libye en 2011 au cours de l'Opération Harmattan, reçoit la Croix de la valeur militaire avec palme de bronze (une citation à l'ordre de l'Armée aérienne)[6].

Escadrilles[modifier | modifier le code]

  • N 124 (Tête de) Sioux
  • SPA 167 Cigognes (ailes hautes)
  • SPA 81 Lévrier
  • SPA 96 Gaulois

Insigne[modifier | modifier le code]

L'insigne de l'EC 2/4 a été homologué le 1er septembre 2006 sous le numéro A 1356.

L'insigne reprend directement les armoiries du Général Mortier Marquis de La Fayette, dont l'unité porte le nom de tradition.

Appellations[modifier | modifier le code]

Bases[modifier | modifier le code]

Appareils[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Chammal : Raid aérien français sur Raqqah en Syrie, 1 centre de commandement et 1 camp d’entraînement de Daech détruits », sur defense.gouv.fr, .
  2. « Un premier Rafale aux couleurs de l’escadron 2/4 La Fayette », sur Zone Militaire (consulté le 13 août 2017).
  3. Patrice Olivier, Mirage 2000N, l'aventure du 353, Aéropix'ailes, , 200 p. (ISBN 978-2-9555151-1-2)
  4. « Défilé aérien pour le 100e anniversaire du "La Fayette" », sur defense.gouv.fr, .
  5. « Opération Barkhane : crash d'un Mirage 2000N », sur www.defense.gouv.fr (consulté le 29 septembre 2017).
  6. Attribution de Croix de la valeur militaire.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Alain Vezin, Escadron de chasse La Fayette : du Nieuport au Mirage 2000N, Antony, ETAI, , 319 p. (ISBN 978-2-7268-9636-5, présentation en ligne)
  • Jean GISCLON " Chasseurs au groupe LA FAYETTE" NEL 1994,400 pages

Liens externes[modifier | modifier le code]