Base aérienne 116 Luxeuil-Saint Sauveur

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Base aérienne 116 Luxeuil-Saint Sauveur
Image illustrative de l'article Base aérienne 116 Luxeuil-Saint Sauveur
Cocarde
Localisation
Pays Drapeau de la France France
Coordonnées 47° 47′ 17″ nord, 6° 21′ 35″ est
Superficie 477 ha
Altitude 278 m (913 ft)

Géolocalisation sur la carte : Haute-Saône

(Voir situation sur carte : Haute-Saône)
Base aérienne 116 Luxeuil-Saint Sauveur
Base aérienne 116 Luxeuil-Saint Sauveur

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Base aérienne 116 Luxeuil-Saint Sauveur
Base aérienne 116 Luxeuil-Saint Sauveur
Pistes
Direction Longueur Surface
11/29 2 433 m (7 982 ft) béton
Informations aéronautiques
Code OACI LFSX
Type d'aéroport Militaire
Gestionnaire Armée de l'air

La base aérienne 116 "Lieutenant-colonel Papin" de Luxeuil-Saint-Sauveur de l'Armée de l'air française est située à 5 kilomètres au sud de la ville de Luxeuil-les-Bains dans le département de la Haute-Saône. Après les Usines PSA Peugeot-Citroën de Vesoul, la base est le second employeur en termes d'effectifs dans la Haute-Saône. La base occupe une superficie totale de 477 hectares et possède une piste aux normes OTAN.

La base abrite la 2e escadre de chasse reformée le [1].

Histoire[modifier | modifier le code]

La Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

  • 1912 : l'emplacement actuel de la base est choisi pour la construction d'un terrain de 200 hectares
  • avril 1916 : installation des escadrilles MF29, MF123 et MF214 du Groupe de Bombardement 4 "Belfort"
  • 18 avril 1916 : formation de l'escadrille américaine 124 par Norman Prince et Frager Curtiss qui fera mouvement vers le terrain de Cachy dans la Somme où elle prendra le nom d'escadrille La Fayette et choisira son insigne "La Tête de Sioux" toujours porté par les Mirage 2000 du 2/4 La Fayette

L'entre-deux-guerres[modifier | modifier le code]

  • 1918-1930 : le terrain de Luxeuil est utilisé comme terrain de secours
  • 1930-1937 : terrain de manœuvres
  • novembre 1937 - mai 1940 : installation du Groupement d'Aviation et d'Observation 543

La Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Luxeuil à fin de la guerre.
  • 27 août 1939 : installation du Groupe de Chasse 2/7 sur Morane-Saulnier MS.406
  • 1940 - 1944 : le terrain est utilisé par la Luftwaffe
  • septembre 1944 : de nombreuses unités alliées s'installent sur le terrain dont le Groupe de Chasse 2/5 sur P-47D, le Groupe de Chasse 1/3 sur Spitfire et le Groupe de Reconnaissance 2/33 sur P.51 Mustang

La guerre Froide[modifier | modifier le code]

L'après guerre froide[modifier | modifier le code]

Un Mirage 2000N de l'escadron de chasse 1/4 Dauphiné en 2007.
  • 1993 : dissolution de la 4e Escadre de Chasse, les EC 1/4 et 2/4 devenant autonomes
  • 1er juillet 2006 : dissolution du CITAC

Lors de la réorganisation des forces armées françaises entreprise en 2008, la BA 116, un temps menacée de fermeture[2], a été confirmée comme base aérienne stratégique[3]. Ses 1 903 personnes employées (dont 101 civils) sur une emprise de 480 ha en font le second employeur du département et ses 38 millions d'euros de soldes aux militaires une source importante de revenus pour Luxeuil.

En juin 2011, les installations de l'escadron nucléaire EC-2/4 "Lafayette" sont transférées à la BA 125 d'Istres, la dissolution de la B.A étant prononcée le 1er juillet. Fin juillet, la base reçoit néanmoins les 23 Mirage 2000-5F de l'EC-1/2"Cigognes" de la BA 102-Dijon-Longvic jusqu'en 2018[4].

Le , un Mirage 2000-5 de la BA 116 s'écrase sur le territoire de la commune de Froideconche. Le lieutenant-colonel taïwanais Wang Tung-Yi qui pilotait l'avion meurt dans l'accident[5],[6],[7].

Le 20 octobre 2013, le ministre de la défense annonce la dissolution de l'escadron de défense sol-air 04/950 pour l'été 2014.

Unités historiques[modifier | modifier le code]

L'Escadron de Défense Sol-Air 04/950 "Servance" équipé depuis le 15 septembre 2010 du système d’arme Sol-Air Moyenne Portée terrestre (SAMP/T). Cet escadron est dissous à l'été 2014.

Unités en 2015[modifier | modifier le code]

Depuis le , la base abrite la 2e escadre de chasse qui comporte une seule unité navigante, l'Escadron de Chasse 1/2 "Cigognes" et ses Mirage 2000-5F.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.defense.gouv.fr/air/actus-air/nouvelles-escadres-aeriennes-une-coherence-operationnelle-accrue-des-valeurs-renforcees
  2. Base aérienne 116: Luxeuil-les-bains, Les Échos, 17 juin 2008.
  3. « Ouf ! La base aérienne 116 de Luxeuil ne fermera pas... », Macommune.info, (consulté le 24 juillet 2008).
  4. Bernard Bombeau, « L'armée de l'Air réduit la voilure », Air et Cosmos, no 2267,‎ (ISSN 1240-3113).
  5. Article du 3.10.2012 sur lexpress.fr.
  6. Article du 3.10.2012 sur lepays.fr.
  7. Article du 4.10.2012 sur macommune.info.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Michel Bregnard, Les Vosges saônoises de A à Z, Éditions Alan Sutton, (ISBN 978-2-8138-0168-5).