Lockheed Martin F-22 Raptor

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Raptor.
Lockheed Martin F-22 Raptor
Un F-22A en phase de postcombustion.
Un F-22A en phase de postcombustion.

Constructeur Drapeau : États-Unis Lockheed Martin
Rôle Avion de chasse
Statut en service
Premier vol (YF-22)
Mise en service
Investissement 51 milliards d'euros
Coût unitaire 360 millions de dollars[1]
Nombre construits 195 (8 prototypes et 187 avions de série)
Équipage
1 pilote de chasse
Motorisation
Moteur Pratt & Whitney F119-PW-100
Nombre 2
Type Turboréacteurs avec postcombustion
Poussée unitaire 156 kN avec postcombustion
Dimensions
Envergure 13,56 m
Longueur 18,90 m
Hauteur 5,05 m
Surface alaire 78,4 m2
Masses
À vide 19 700 kg
Avec armement 25 100 kg
Maximale 35 300 kg
Performances
Vitesse maximale 2 414 km/h (Mach 2,25)
Plafond 19 812 m
Vitesse ascensionnelle 15 240 m/min
Rayon d'action 1 100 km
Charge alaire 375 kg/m2
Rapport poussée/poids 1,09
Armement
Interne 1 canon interne rotatif à 6 tubes M61A2 de 20 mm
3 soutes à armement pour 6 missiles air-air AIM-120 AMRAAM et 2 AIM-9 Sidewinder
ou 2 Sidewinder et 2 JDAM de 454 kg (ou 8 bombes de 113 kg)
Externe 9 tonnes d'armement ou de carburant sur 4 pylônes sous les ailes (8 missiles ou 4 réservoirs de carburant)
Avionique
Radar AN/APG-77
Affichage tête haute

Le Lockheed Martin F-22 Raptor est un avion de chasse furtif développé par les États-Unis à la fin des années 1980 afin de remplacer les F-15 de l’US Air Force. Initialement conçu pour les combats aériens, il est également capable d’assurer des missions de soutien militaire au sol, d’attaque électronique ou encore de renseignement d’origine électromagnétique[2].

Lockheed Martin est à l’origine de la majeure partie de l’avion, dont le système d’armement, ainsi que de l’assemblage final. La division défense de Boeing a de son côté fourni les ailes et le fuselage arrière et s’est chargée de l’intégration de l’avionique.

L’avion a été indifféremment désigné par F-22 ou F/A-22 les années précédant sa mise en service dans l’USAF en décembre 2005, avant d’entériner officiellement la dénomination F-22A ; il est néanmoins plus souvent cité par son surnom, le F-22 Raptor. Les États-Unis considèrent le F-22 comme un élément stratégique au maintien de la puissance aérienne de l’US Air Force, affirmant d'ailleurs qu’il reste inégalé par tout autre avion de chasse existant ou en développement[3].

En avril 2009, le département de la Défense des États-Unis propose de mettre un terme, avec l'aval du Congrès, à ses commandes, portant le nombre de F-22 achetés à 187 exemplaires[4], tandis que le Sénat et la Chambre adoptent en juillet 2009 un projet de loi budgétaire cessant tout financement à sa production[1].

Début 2016, des élus américains ont demandé une étude à l'US Air Force sur la reprise de production du F-22, toutefois l'administration Obama estime que cette reprise de production serait un échec. Le rapport devrait être remis au Congrès en janvier 2017.

Historique[modifier | modifier le code]

Au début des années 1980, l'administration Reagan commença les travaux sur le programme ATF (Advanced Tactical Fighter) destiné à remplacer les F-15 et F-16. Une première consultation de différents constructeurs eut lieu dès juin 1981, et les spécifications du nouvel avion furent fixées fin 1982 : capacité de supercroisière (vitesse supersonique sans utilisation de la postcombustion), rayon d'action de combat supérieur à 1 000 km, atterrissages et décollages sur 600 mètres, poids au décollage en mission air-air inférieur à 27 tonnes. Après la prise en compte des dernières avancées en technologies furtives, le projet fut soumis aux constructeurs en septembre 1983 alors que, en parallèle, Pratt & Whitney et General Electric étaient chargés de proposer un moteur pour ce nouvel avion.

Fin 1984, les spécifications étaient devenues plus précises : la vitesse en supercroisière devait atteindre Mach 1,5 tandis que le poids au décollage était abaissé à 22 tonnes. Le coût unitaire était lui fixé à 40 millions de dollars US (de 1985). L'appel d'offres définitif fut émis en septembre 1985, pour une prévision de 750 exemplaires. Sept constructeurs différents répondirent et, en octobre 1986, le Pentagone annonça que deux projets avaient été retenus : celui de Lockheed (qui s'était entre-temps associé à General Dynamics et Boeing) et celui de Northrop (entre temps associé à McDonnell Douglas).

Deux prototypes de chaque proposition furent commandés, tous deux à ailes trapézoïdales, celle de Lockheed recevant la désignation YF-22 et celle de Northrop la désignation YF-23. Un prototype devait être propulsé par le réacteur Pratt & Whitney F119 et l'autre par le General Electric F120. Le projet de l'YF-22 subit plusieurs modifications lors de sa conception définitive, notamment un changement de la forme des ailes et du type des soutes à armement, tandis que l'USAF renonçait à l'utilisation d'inverseurs de poussée afin de gagner du poids.

Le premier prototype de l'YF-22 fit son vol inaugural que le . Il s'agissait de l'avion équipé de réacteurs General Electric F120. Le second prototype, avec des Pratt & Whitney F119, fit son premier vol le . Les deux avions furent testés en supercroisière un mois plus tard, atteignant respectivement Mach 1,92 et Mach 2,3[réf. nécessaire]. Avec la postcombustion, tous deux dépassaient sans problème Mach 2[réf. nécessaire] à 15 000 mètres d'altitude. Le premier tir d'un missile eut lieu fin novembre 1990.

Vue d'un Lockheed Martin F-22 Raptor.

En avril 1991, l'USAF annonça que l'YF-22 avait remporté la compétition et que le moteur retenu était le Pratt & Whitney F119. Onze avions de présérie furent commandés, dont deux biplaces. Alors que le premier prototype était utilisé pour des essais au sol puis envoyé au musée de l'USAF, le second fut détruit lors d'un accident en avril 1992. Le premier avion de présérie fit son vol inaugural le , avec un certain nombre de modifications de structure par rapport à l'YF-22 (fuselage plus court, envergure augmentée, etc.).

Répartition de la production des éléments du F-22.

Le programme avait cependant beaucoup de retard (environ cinq ans au total) et les coûts étaient largement dépassés (prix unitaire plus que doublé), bien que son cout par tonne final ne fut que légèrement supérieur aux avions de combat contemporains[5]. En conséquence, la version biplace F-22B fut abandonnée, et le nombre d'exemplaires commandés peu à peu réduit : des 648 avions prévus en 1991 (lors de la désignation du vainqueur du marché), on était passé à 339 en 1997 (lors du vol du premier avion de présérie) puis à seulement 295 en 2001. Entre temps, devant l'insistance du Congrès, le Raptor fut re-désigné quelque temps F/A-22 et dut être capable à terme d'effectuer des missions air-sol.

La première unité de l'USAF à recevoir le F-22 a été le 43Modèle:Rd Fighter Squadron, basé à Tyndall AFB (en) en Floride. Destinée à la conversion des pilotes au nouvel avion, elle a reçu 25 Raptors entre octobre 2003 et mai 2005. La première unité opérationnelle (le 27th Figher Squadron (en)) a commencé à recevoir ses F-22 en mai 2005 et a été déclarée opérationnelle à la fin de cette même année.

Au , le nombre de F-22 commandés n'était plus que de 183 avions de série, 105 avaient déjà été assemblés à l'usine Lockheed Martin de Marietta et 99 livrés à l'USAF[6]. Il est par ailleurs accusé par ses détracteurs de ne pas être adapté aux conflits asymétriques, dans lesquels les États-Unis sont engagés (guerre d'Afghanistan, guerre d'Irak) et qui nécessitent des appareils adaptés au soutien aérien, et non de purs appareils de supériorité aérienne typiques de la Guerre froide. De son côté, l'US Air force défend sa commande initiale de 381 F-22, s'appuyant sur la menace que représente la Chine et l'acquisition de chasseurs modernes, notamment russes, par de nombreux états[7].

Pour l'année fiscale 2008, l'USAF prévoit l'achat de 20 appareils[8]. Par ailleurs, le , le Secrétaire à la Défense des États-Unis Robert Gates a recommandé l'arrêt de la production une fois livrés 187 exemplaires[9]. Cela mettrait un point final à la production de cet appareil ; en effet le coût de remise en marche de celle-ci est estimé à près de 19 milliards de dollars par l'US Air Force, pour une production forcément limitée, l'appareil étant interdit de vente à l'exportation par le Pentagone malgré l'intérêt de pays tels que le Japon, Israël ou l'Australie[7].

L'USAF et le constructeur ont fait pression pour augmenter le nombre total d'appareils en ligne, la première objectant qu'elle n'aura pas assez d'avions pour remplacer les intercepteurs F-15A/B/C qui vont être retirés du service, et le second mettant en avant les 75 000 emplois qui sont liés à ce programme, ainsi que l'augmentation substantielle du prix unitaire pour compenser l'arrêt de la production[10].

Le 187e et dernier exemplaire de l'avion de série, arborant le numéro 4195, est sorti d'usine le et a été livré à l'USAF le 3 mai 2012[11], ce qui donne avec les huit prototypes un total de 195 avions construits[12].

L'USAF va faire stocker l'outillage spécial de la chaine de production, soit 30 000 pièces, au Sierra Army Depot (en) de l'armée de terre des États-Unis, situé dans le comté de Lassen en Californie. L'USAF a décidé de garder ainsi l'option ouverte pour mener un programme de prolongation de vie majeure, ainsi que de faire des réparations sur les avions endommagés lors de combats. Bien entendu, l'équipement peut servir à redémarrer la chaîne de production. Un smartbook et des manuels expliqueront en détail le fonctionnement de ceux-ci et les méthodes de fabrication[13].

Technique[modifier | modifier le code]

Moteurs et performances[modifier | modifier le code]

Passage du « mur du son ».
Un F-22 Raptor ayant activé la postcombustion de ses moteurs Pratt & Whitney F-119-PW-100.

Le Lockheed Martin F-22 Raptor est un avion de chasse de cinquième génération propulsé par deux turboréacteurs Pratt & Whitney F-119-PW-100 à postcombustion d’une poussée unitaire d’environ 35 000 lbf, soit 156 kN[14]. Pour comparaison, la poussée des avions de chasse McDonnell Douglas F-15 Eagle et General Dynamics F-16 Falcon est comprise entre 23 000 et 29 000 lbf[15].

La vitesse maximale sans armement extérieur est ainsi estimée à Mach 1,82[16], tandis qu'il est capable de voler à plus de Mach 1,5 [17] sans la post-combustion (capacité de supercroisière). L’absence d’entrées d’air moteur à section variable explique cette vitesse. Habituellement, de telles entrées d’air permettent de repousser la vitesse au-delà de Mach 2 en prévenant les différences de pressions intervenant dans le phénomène de pompage ; le dessin même de l’entrée d’air du moteur peut également limiter ce phénomène. La vitesse ascensionnelle du F-22 est par ailleurs meilleure que celle du F-15 Eagle en raison des progrès réalisés sur les turboréacteurs, et ce malgré le rapport poussée/poids en faveur de ce dernier (1,2:1 pour le F-15 contre environ 1:1 pour le F-22)[18]. Selon Lockheed Martin, la vitesse maximale peut être portée « bien au-delà de Mach 2,0 (2 420 km/h) grâce à la postcombustion ».

D’après l’US Air Force, ces caractéristiques ne sont égalées par aucun avion de chasse connu ou en développement[3] et selon Lockheed Martin, « le F-22 est le seul avion à associer vitesse supersonique, super-agilité et furtivité »[19]. La vitesse maximale du F-22 n’est cependant pas connue avec précision. La résistance de la voilure aux différentes contraintes et à la chaleur est en effet un facteur influant sur cette vitesse, d’autant plus que le F-22 utilise de nombreux matériaux polymères. Cependant, contrairement à beaucoup d’avions dont la vitesse sans armement extérieur embarqué est systématiquement supérieure à la vitesse en mission, celle du F-22 demeure inchangée en raison de l’absence de traînée autour de son armement. Ceci est dû au fait que son armement est logé dans une soute entièrement noyée dans le fuselage.[réf. nécessaire]

Vidéo d’un vol de démonstration d'un F-22 Raptor.

Le F-22 est un avion de chasse particulièrement maniable que ce soit à vitesse subsonique ou supersonique. Il dispose par ailleurs d’une très bonne résistance au décrochage lui permettant de rester manœuvrable en toutes situations[20]. Grâce à son système de poussée vectorielle dont les tuyères peuvent s’orienter de ± 20 degrés sur l'axe du tangage, le F-22 est capable de virer court si bien qu’il excelle dans les manœuvres de combats à forte incidence telles que la manœuvre du Cobra de Pougatchev ou celle de Kulbit[18]. Le F-22 est également capable de maintenir un angle d’attaque constant au-delà de 60 degrés sans pour autant perdre le contrôle du roulis[18],[21]. Lors d’essais réalisés en Alaska en juin 2006, des pilotes de F-22 ont par ailleurs démontré l’intérêt de disposer d’une altitude de croisière supérieure à celle des concurrents en termes de performances en combat[22].

D'après Air Power Australia, un think tank australien sur le combat aérien, le F-22 (et ses améliorations futures) est le seul avion qui serait capable de maintenir la supériorité aérienne américaine face au Soukhoï T-50 (PAK-FA), qui ne sera en service dans l'armée de l'air russe qu'en 2016 au mieux, grâce à sa furtivité, sa vitesse, sa grande manœuvrabilité et ses capacités de détection. D'après les analyses prospectives de ce think tank, et si l'avion russe remplit toutes ses promesses, le F-35, que le Département de la Défense américain a pourtant préféré commander en masse au détriment du F-22, n'aurait pas les capacités opérationnelles de contrer efficacement le Soukhoï T-50 (PAK-FA). Il aurait en effet un ratio de destruction de 4 pour 1 en faveur du Soukhoï T-50 (PAK-FA), et les appareils plus anciens n'auraient pas plus de réussite[23].

Avionique[modifier | modifier le code]

Dans son avionique, le F-22 Raptor dispose entre autres d’un système de détection passif AN/ALR-94 conçu par BAe Systems capable de détecter les signaux radar environnants[24]. Ses trente antennes intégrées aux ailes et dans l’ensemble du fuselage permettent de disposer d’une couverture radar complète ainsi que des informations sur l’azimut et l’angle d’élévation dans la partie avant de l’avion. Ce système est selon le directeur du programme F-22 Tom Burbage, « l’un des équipements les plus avancés et les plus complexes de l’avion[25] ».

Placé dans le nez de l’avion, un radar à antenne active Northrop Grumman AN/APG-77 fonctionnant avec la technologie du réseau de phase équipe également le F-22. Développé pour répondre aux exigences des phases d’attaque, il dispose d’un système de verrouillage à longue portée ainsi qu’un lecteur optique permettant de suivre des cibles multiples en toutes conditions météorologiques. Le réseau de phase du radar peut en outre brouiller ou concentrer toute son énergie, soit des dizaines de kilowatts, sur une cible pour griller les systèmes de détection adverses[26],[27].

Le AN/APG-77 change de fréquence plus de 1 000 fois par seconde de façon à réduire les chances que ses émissions soient interceptées[26],[27]. Sa portée est estimée entre 200 et 240 km[22]. En 2007, des essais réalisés par Northrop Grumman, Lockheed Martin et L-3 Communications ont par ailleurs démontré la capacité du radar à agir comme un Wi-Fi, transmettant des données à une vitesse de 548 mégabits par seconde et recevant à 1 gigabit par seconde. Cette performance est d’ailleurs bien supérieure au système Liaison 16 généralement utilisé par l’OTAN, qui transfère des données à 1 mégabit par seconde[28].

Un processeur CIP (Common Integrated Processor) du F-22 en phase de test.

Les informations reçues et émises par le radar et les différents capteurs sont traitées par deux processeurs Raytheon, dénommés Common Integrated Processor (CIP). Chaque CIP peut procéder à 10,5 milliards d’opérations par seconde et dispose de 300 mégaoctets d’espace mémoire. L’avionique du F-22 représente par ailleurs 1,7 million de lignes de code informatique, écrites pour la plupart dans le langage de programmation Ada[29] ; l’essentiel de ce code concerne d’ailleurs le traitement des données en provenance des radars[30]. Selon le secrétaire de l’USAF Michael Wynne, le développement en langage Ada explique une partie des dépassements de budgets et des retards de planifications dans le projet[31].

Les capacités de détection de F-22 sont plutôt uniques pour un aéronef de cette taille et de ce type. Il offre des fonctions proches de celles d’un AWACS même si son radar est moins puissant ; il lui arrive pourtant d’agir plus rapidement[22]. Le pilote du F-22 est également en mesure de verrouiller une cible pour les avions de chasses F-15 et F-16 en formation avec lui[18],[22]. Le radar peut enfin assurer le rôle de relais à haut débit entre différentes unités grâce à la faible probabilité d’interceptions de ses émissions[22].

Enfin, le bus de données IEEE-1394B développé pour le F-22 est conçu à partir de la version commerciale IEEE-1394 souvent utilisée pour des ordinateurs personnels. Cette affiliation entre les deux versions a d’ailleurs suscité une vive critique de la part du secrétaire de la Navy John Lehman qui écrit dans un article : « Au moins, [les F-22] sont protégés des cyber-attaques. Personne en Chine ne sait comment programmer le vieux logiciel IBM de 1983 qui les gère. »[32].

Le F-22 est le premier avion militaire à disposer d'un tableau de bord entièrement composé d'écrans LCD multifonctions couleurs, en complément du système HOTAS et du viseur tête haute.

Depuis 2010, ils sont dotés d'un système automatique d'évitement de terrain[33].

En 2015, le F-22 commence à être équipé de système d'oxygénation de secours automatique, afin de compenser les problèmes d'hypoxie rencontrés par les pilotes[34].

Furtivité[modifier | modifier le code]

Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (juin 2017)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Le F-22 Raptor a été étudié pour obtenir une furtivité passive en réduisant sa signature radar et sa signature infrarouge.

La réduction de la signature radar, qui serait égale à celle d'une bille de métal soit environ 1/1 000 de celle du F-15 bien que les deux avions aient à peu près la même taille, résulte de :

  • ses formes qui évitent de renvoyer les ondes radar vers l’émetteur ;
  • de son revêtement intégral par une peinture absorbant les ondes radar ;
  • des surfaces de contrôles conçues par thermoformage pour éviter d'utiliser des rivets qui créeraient des aspérités ;
  • des antennes et détecteurs noyés dans le revêtement ;
  • du canon caché derrière dans une trappe amovible.

Afin de maintenir sa furtivité lorsqu'il est armé de bombes et missiles, ces armements sont logés dans une soute ventrale principale et deux petites soutes latérales.

La réduction de la signature infrarouge résulte du système de refroidissement très sophistiqué. La chaleur est évacuée dans le carburant et part dans le sillage des réacteurs. Ce système ayant été calculé avec une tolérance réduite, quand l'avion termine sa mission, les équipements internes sont à haute température et pour diminuer la chaleur, les soutes sont ouvertes au sol. C'est l'une des raisons qui font que les frais de maintenance du F-22 sont élevés.

Toutefois, le 10 février 2016, les forces aériennes chinoises de l’Air Defense Identification Zone (ADIZ) de la mer de Chine ont détecté la présence d’un objet volant suspect. Des médias chinois évoquent la possibilité que l’appareil détecté soit un F-22 Raptor basé à Okinawa ou déployé sur la base aérienne d’Osan en Corée du Sud[35].

Armement[modifier | modifier le code]

Un canon M61A2 Vulcan 20 mm abrité sous une trappe amovible sur la droite du fuselage avec 480 obus[36].

La soute principale ventrale dispose de six lanceurs LAU-142/A pouvant accueillir :

  • 4 à 6 missiles air-air à guidage radar AIM-120 AMRAAM[36] ;
  • ou 2 missiles air-air à guidage radar AIM-120 AMRAAM et 2 bombes GBU-32 JDAM de 459 kg[36] pouvant être tirées à 15 nautiques (27,8 km) avec une précision de 5 m en utilisant le guidage GPS, et de 30 m en utilisant le guide inertiel[37] ;
  • ou 8 GBU-39B de 125 kg pouvant être tirées à 40 nautiques (74 km) à guidage GPS ou inertiel[38].

Cependant le F-22 Raptor n'a pas de capacité de désignation laser autonome et doit faire appel à une aide externe.

Chaque soute secondaire latérale dispose d'un lanceur LAU-141/A pouvant accueillir 1 missile infrarouge AIM-9M Sidewinder. Le 26 février et le 29 avril 2015, des tests du futur AIM-9X Sidewinder ont été réalisés[39].

Liaison de données tactiques[modifier | modifier le code]

Afin de préserver sa furtivité, le F-22 est équipé d'une liaison de données intra-fly MADL (en) (Multifunction Advanced Data Link).

Ce choix a été réalisé au détriment de l'interopérabilité avec les autres plates-formes aériennes équipées de la liaison 16.

L'opération en Libye en 2011, a mis en évidence le besoin d'interconnexion entre la Liaison 16 et le MADL (en)[40]. Selon Loren Thompson, Analyste et chef du bureau d'exploitation à l'Institut de Lexington, Arlington Va, « Les concepteurs du F-22 avaient un dilemme, entre la nécessité de travailler en connectivité afin d'assurer la polyvalence et celle d'être en silence radio afin de conserver l'avantage de la furtivité. Ils ont opté pour une capacité limitée en liaisons de données tactiques[41] ».

Variantes[modifier | modifier le code]

Arrivée des premiers F-22 au 27th FS.
  • YF-22 - démonstrateur
  • F-22A (appelé F/A-22 entre septembre 2002 et décembre 2005) - version monoplace pour l'USAF
  • F-22B - version biplace d'entraînement (abandonnée)
  • FB-22 - version destinée au bombardement (abandonnée)
  • F-22N - version destinée à l'US Navy (abandonnée en 1993)

Accidents notables[modifier | modifier le code]

  • Le , le F-22 No 4014 s'est écrasé immédiatement après le décollage de la base de Nellis. Son pilote s'est éjecté et est sain et sauf[42].
  • Le , le F-22 No 4008 s'est écrasé à quelques dizaines de kilomètres de la base d'Edwards lors d'un vol d'essai. Le pilote d’essai David Cooley[43], qui n'est pas un pilote de l'US Air Force mais qui travaillait pour Lockheed, est mort dans l'accident[44].
  • le , le F-22 No 4125 s'est écrasé lors d'un vol d'entraînement en Alaska[45]. Le pilote, le capitaine Jeff Haney est mort lors de cet accident[46].
  • le , un F-22 s'est écrasé à l’atterrissage sur la base de Tyndall (en). Son pilote s'est éjecté. Après cet accident, il reste 182 F-22 dans l'armée américaine[47].

Unités opérationnelles[modifier | modifier le code]

Deux F-22 en vol.

[Quand ?]

Engagements[modifier | modifier le code]

Drapeau de la Libye Libye[modifier | modifier le code]

L'opération en Libye appelée Odyssey Dawn, a mis en avant l'incapacité du F-22 à communiquer avec la majorité des aéronefs participant aux opérations de l'OTAN[49], du fait de l'absence d'une connexion active au réseau liaison 16. Les États-Unis ont en conséquence, décidé de ne pas engager de F-22 dans cette opération. L'utilité d'un engagement des F-22, étant donnée l'absence de chasse libyenne dans les airs, n'était de surcroît pas évidente.

Drapeau de la Syrie Syrie[modifier | modifier le code]

Dans la nuit du 22 au , des F-22 du 1st Fighter Wing ont participé aux bombardements menés dans le cadre de la guerre contre l'État islamique en Syrie[50]. Cette mission a constitué le premier engagement au combat de l'avion[51].

Drapeau de l'Iran Iran[modifier | modifier le code]

Début 2013, le secrétaire de presse du Pentagone M. George Little annonça qu'un F-4 Phantom II de l'IRIAF (Islamic Republic of Iran Air Force, la force aérienne iranienne) avait tenté d'intercepter un drone américain MQ-1 Predator volant dans l'espace aérien international aux abords de l'Iran[52]. L'un des deux F-4 s'approcha jusqu'à 16 miles de l'appareil sans pilote mais cessa brutalement la poursuite, après avoir reçu un message d'avertissement de la part de deux avions américains qui escortaient le Predator[52].

L'épisode se produisit en , quelques mois après que deux Soukhoï Su-25 des Pasdarans (nom informel du Corps des Gardiens de la révolution islamique) aient eux-aussi tenté de tenter de détruire un MQ-1 américain effectuant un vol de surveillance de routine en espace international à quelque 16 miles de l'Iran[52]. La tentative avait échoué, mais à la suite de cet évènement, le Pentagone décida d'escorter tous les drones impliqués en missions de surveillance ISR (Intelligence Surveillance Reconnaissance) avec des chasseurs, que ce soient des F/A-18 du CVW 9, embarqués sur l'USS John C. Stennis, dont le groupe aéronaval avait la responsabilité de la surveillance de la 5e flotte, ou des F-22, comme ceux déployés à Al Dhafra, aux Émirats Arabes Unis[52].

De nouveaux détails concernant l'épisode furent révélés plus tard par le Chief of Staff Gen. Mark Welsh[52], qui confirma, le , que non-seulement, les chasseurs fournissant l'appui/escorte HVAAE (High Value Air Asset Escort) aux drones étaient bien des F-22, mais déclara également : « Il [le pilote du F-22] vola en dessous de leurs avions [les F-4] pour vérifier leur chargement en armes, sans qu'eux ne se rendent compte de sa présence, puis se porta à hauteur de leur aile gauche et les appela en leur disant « Vous feriez vraiment mieux de rentrer chez vous ! » »[52].

Si cet épisode est arrivé exactement comme Welsh le décrit, il ressemble fortement à une scène célèbre du film Top Gun, mais il reste à déterminer si les Raptors ont été capables de rester furtifs jusqu'au dernier moment (grâce à un guidage d'un AWACS ?), et surtout pourquoi aucun E-2 Hawkeye, potentiellement présent dans le secteur en mission de surveillance, n'a envoyé de message d'alerte pour dissuader les F-4 iraniens. Cette simple manœuvre aurait évité de placer les Phantoms et les Raptors trop près les uns des autres et dans une situation qui aurait pu dégénérer rapidement. Finalement, les F-4 ont fui et le drone est retourné à sa base en un seul morceau[52].

Drapeau de l'Irak Irak / Drapeau de la Syrie Syrie (Guerre contre l'État islamique)[modifier | modifier le code]

Depuis 2016, les Raptors déployés à la base aérienne 104 Al Dhafra, aux Émirats Arabes Unis, sont les modèles les plus modernes des F-22A utilisés par l’US Air Force[53]

Affectés au 90th Fighter Squadron de la Joint Base Elmendorf-Richardson, en Alaska, ces Raptors modernisés ont fait leurs débuts dans l'opération Inherent Resolve, la guerre aérienne contre l'État islamique[53], en avril 2016, apportant ainsi une aide bienvenue dans le combat contre Daech[53]. Même s'ils sont habituellement rarement utilisés pour attaquer des cibles terrestres, ces nouveaux F-22, au radar, logiciels, capteurs et à l'électronique embarquée améliorés[53], peuvent désormais larguer 8 bombes GBU-39 Small-Diameter Bomb (SDB) de 250 lbs (113 kg), alors qu'auparavant ils étaient limités à deux GBU-32 JDAM de 1 000 lbs (454 kg) en soute interne[53].

Ces F-22 furent néanmoins de retour dans leur domaine de prédilection, le combat aérien, le [54], lorsqu'ils furent envoyés intercepter puis disperser deux Su-24 Fencer qui tentaient de survoler une zone tenue par les Kurdes au nord-est de la Syrie, où les forces spéciales américaines étaient en mission[54]. En seulement quelques jours, les avions de la coalition furent obligés de décoller en urgence deux fois pour dissuader les avions syriens d'effectuer des bombardements sur Hasakah[54], la zone d'opérations des 300 commandos américains qui forment les forces Kurdes désirant combattre Daech[54].

Les pilotes syriens ne répondirent pas aux appels radios des Kurdes sur la fréquence générale de détresse, pas plus qu'aux appels effectués par la coalition sur le canal sécurisé aérien utilisé pour communiquer avec les appareils russes opérant au-dessus de la Syrie. Finalement, lorsque les chasseurs américains arrivèrent sur place, les avions syriens avaient déjà dégagé la zone[54].

Après cette première « rencontre rapprochée », le Pentagone ordonna au régime d'Assad de ne pas survoler ou mener de raids dans la zone occupée par les forces spéciales américaines. Pourtant, le , deux Fencers tentèrent à nouveau de pénétrer l'espace aérien près de Hasakah[54]. Cette fois, les deux avions syriens furent accueillis par deux Raptors américains, qui, selon les dires d'un officiel américain sur la chaîne ABC, « ont encouragé les Syriens à libérer la zone, sans incident. Aucune munition n'a été tirée par les appareils de la coalition »[54].

Culture populaire[modifier | modifier le code]

Le Lockheed Martin F-22 Raptor est apparu dans divers livres, bandes dessinées, jeux informatiques, dessins animés et films.

Films et séries télévisées[modifier | modifier le code]

Bandes-dessinées[modifier | modifier le code]

Jeux vidéo[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) William Matthews, « House Reverses Itself, Votes To Kill F-22 Buy », sur defencetalk.com, (consulté le 3 octobre 2013)
  2. (en) John Reed, « Official : Fighters should be used for spying », Air Force Times,‎ (lire en ligne)
  3. a et b (en) United States Air Force, « F-22 Raptor », sur af.mil, (consulté le 3 octobre 2013)
  4. (en) Adam Levine, Mike Mount et Alan Silverleib, « Gates Announces Major Pentagon Priority Shifts. », sur CNN.com, (consulté le 14 avril 2009)
  5. « L’Eurofighter, une "exception" européenne, le Rafale un avion "normal" ? », sur Europe Agenda 2010, (consulté le 13 juillet 2012)
  6. Lockheed Martin awarded additional 5 billion $ in multiyear contract to build 60 F-22 Raptor, 31 juillet 2007
  7. a et b Guillaume Steuer, « F-22A Raptor : L'excellence en sursis », Air et Cosmos, no 2144,‎ , p. 18-19 (ISSN 1240-3113)
  8. (en) The Class of 2008, Strategypage, 16 novembre 2007
  9. USA: Gates propose des coupes claires dans de gros programmes d'armement, AFP, 7 avril 2009
  10. Air et Cosmos, no 2159, 13 février 2009.
  11. (en) « Lockheed Martin Delivers Final, Historic F-22 Raptor To US Air Force », sur defencetalk.com,
  12. (en) Dave Majumdar, « Last F-22 Raptor rolls off Lockheed line », sur Air Forces Times, (consulté le 20 décembre 2011)
  13. (en) Stephen Trimble, « For posterity, Lockheed creates F-22 'how-to' manual », http://www.flightglobal.com/, (consulté le 7 novembre 2010)
  14. (en) Daniel Boettcher, « US shows off new Raptor jet », sur BBC News Online, (consulté le 5 octobre 2009)
  15. (en) « F-22 Raptor F119-PW-100 Engine », sur globalsecurity.org (consulté le 31 août 2010)
  16. (en) Mark Ayton, « F-22 Raptor », Air Forces Monthly,‎ , p. 75
  17. http://www.f22-raptor.com/technology/supercruise.html
  18. a, b, c et d (en) D. A. Fulghum et M. J. Fabey, « Turn and Burn », sur Aviation Week & Space Technology, (consulté le 7 novembre 2009)
  19. (en) « Lockheed Martin Recognized For Excellence In F-22 Raptor Sustainment », sur lockheedmartin.com (consulté le 7 novembre 2009)
  20. (en) Paul Metz, « F-22 Pilot Perspective », sur Code One Magazine,
  21. (en) L. R. Peron, « F-22 Initial High Angle-of-Attack Flight Results », sur Air Force Flight Test Center (consulté le 7 novembre 2009)
  22. a, b, c, d et e (en) D. A. Fulghum et M. J. Fabey, « F-22: Unseen and Lethal: Raptor Scores in Alaskan Exercise », sur Aviation Week & Space Technology, (consulté le 7 novembre 2009)
  23. « Tactical, Operational and Strategic Impact of the PAK-FA ( impact tactique, stratégique etopérationnel du PAK-FA) », Air Power Australia,
  24. (en) Philip J. Klass, « Sanders Will Give BAE Systems Dominant Role in Airborne EW », Aviation Week & Space Technology, vol. 153, no 5,‎ , p. 74
  25. (en) B. Sweetman, Fighter EW: The Next Generation (2000), p. 41–47
  26. a et b (en) « JSF-Raptor Radar Can Fry Enemy Sensors », sur defensenews.com (consulté le 7 novembre 2009)
  27. a et b (en) « F-22 Raptor », sur Lockheed Martin (consulté le 7 novembre 2009)
  28. (en) Lewis Page, « F-22 superjets could act as flying Wi-Fi hotspots », sur The Register, (consulté le 7 novembre 2009)
  29. (en) S. Pace, F-22 Raptor, America’s next lethal war machine (1999), p. 58
  30. (en) J. Pike, « F-22 Avionics », sur GlobalSecurity.org, (consulté le 7 novembre 2009)
  31. (en) Michael Wynne, « The Industrial Impact of the Decision to Terminate the F-22 Program », sur Second Line of Defense (SLD) (consulté le 9 mai 2010)
  32. (en) Mark Thompson, « Defense Secretary Gates Downs the F-22 », sur Time magazine, (consulté le 27 mars 2010)
  33. « Les F-16 seront dotés d’un évitement du relief ! », sur avia news, (consulté le 27 novembre 2012)
  34. (en) « More than 24 months since the last hypoxia-like incident occurred, the U.S. Air Force has decided to equip its F-22s with a backup oxygen system. », sur theavionist.com, (consulté le 22 août 2015)
  35. George de Bonadona, « La Chine capable de détecter le F-22 ? », Air et Cosmos,‎ (lire en ligne)
  36. a, b et c « F-22 Raptor > U.S. Air Force > Fact Sheet Display », sur af.mil (consulté le 3 juin 2015)
  37. « Joint Direct Attack Munition GBU- 31/32/38 > U.S. Air Force > Fact Sheet Display », sur af.mil (consulté le 3 juin 2015)
  38. « GBU-39B Small Diameter Bomb Weapon System > U.S. Air Force > Fact Sheet Display », sur af.mil (consulté le 4 juin 2015)
  39. « Nouvelle phase d'essais de tir de l'AIM-9X pour le Raptor », sur Air et Cosmos (consulté le 3 juin 2015)
  40. (en) Is a Lack of Secure Comms Keeping the F-22 Out of Libya Fight?
  41. (en) Limitations Keep Raptor on Sidelines in Libya Campaign
  42. Details of F/A-22 crash December 2004
  43. « Accident d’un F22 Raptor en Alaska », sur Opex360, (consulté le 6 novembre 2011)
  44. Lockheed pilot killed in F-22 crash
  45. Un F-22 s’est écrasé en Alaska, 19 novembre 2010
  46. A. B. C. News, « Dead F-22 Pilot's Family Vindicated », sur ABC News, (consulté le 6 novembre 2017)
  47. « Accident d’un F-22 Raptor en Floride », sur Opex360, (consulté le 6 novembre 2017)
  48. a et b Escadre pas encore équipée de F-22
  49. (en) « U.S. non-participation was explained F-22 military operations in Libya », sur newspepper.su, NewsPepper.su, (consulté le 24 octobre 2016).
  50. « Baptême du feu pour le F-22 », Air & Cosmos, (consulté le 24 octobre 2016)
  51. Frédéric Lert, « Hosanna Hosanna ! », sur Forces Opérations Blog, (consulté le 24 octobre 2016)
  52. a, b, c, d, e, f et g (en) Herman van Kradenburg, « F-22 Raptor in Top-Gun Moment with Iranians », sur aircraftnut.blogspot.fr, Aircraft Nut, (consulté le 24 octobre 2016)
  53. a, b, c, d et e (en) David Cenciotti, « The most up-to-date F-22 Raptor jets are currently fighting Daesh », The Aviationist, (consulté le 24 octobre 2016)
  54. a, b, c, d, e, f et g (en) David Cenciotti, « Syrian Su-24s attempting to fly close to U.S. Special Forces in Syria get intercepted and “encouraged to leave” by F-22 Raptors », The Aviationist, (consulté le 24 octobre 2016)

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Steve Pace, Dennis R Jenkins et Frederick A Johnson, F-22 raptor : America's next lethal war machine, New York, McGraw Hill, coll. « Walter J. Boyne military aircraft series. », (ISBN 978-0-071-34271-1)
  • (en) Bill Sweetman, « Fighter EW: The Next Generation », Journal of Electronic Defense, vol. 23, no 7,‎

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :