Panavia Tornado

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Panavia Tornado IDS
{{#if:
Un Panavia Tornado de la Luftwaffe en vol
Un Panavia Tornado de la Luftwaffe en vol

Constructeur Drapeau : Allemagne Drapeau : Italie Drapeau : Royaume-Uni Panavia
Rôle Avion multirôle
Statut En service
Premier vol
Mise en service 1982
Nombre construits 977
Équipage
2 (1 pilote, 1 navigateur/opérateur d'armement)
Motorisation
Moteur Turbo Union RB199 Mk103
Nombre 2
Type Turboréacteurs avec postcombustion
Poussée unitaire 75 kN
Dimensions
Panavia Tornado IDS.svg
Envergure Flèche à 67° : 8 60 m
Flèche à 25° : 13 90 m
Longueur 16 70 m
Hauteur 5 95 m
Surface alaire 26 6 m2
Masses
À vide 14 091 kg
Maximale 27 220 kg
Performances
Vitesse maximale 2 417 km/h (Mach 2,34)
Plafond 15 240 m
Vitesse ascensionnelle 3 000 m/min
Rayon d'action 1 390 km
Facteur de charge +6 g
Armement
Interne 2 canons de 27 mm
Externe 9 000 kg de charge sous 7 pylônes

Le Panavia Tornado est un avion de combat multi-rôles développé en commun par l'Italie, le Royaume-Uni, et l'Allemagne durant les années 1970. Biplace, biréacteur, avec des ailes à géométrie variable, il a été produit à pratiquement 1 000 exemplaires mis en service dans les années 1980, et exporté vers l'Arabie saoudite.

Conception[modifier | modifier le code]

Formation aérienne de Tornado et d'un MiG-29 allemands.

En 1967, plusieurs pays de l'OTAN utilisateurs du F-104G Starfighter commencent à lui chercher un remplaçant. Ils forment alors un groupe de travail baptisé MRA 75 (Multi Role Aircraft for 1975), que le Royaume-Uni rejoint en 1968. L'année suivante, le programme est renommé MRCA (Multi-Role Combat Aircraft) et 4 pays (Royaume-Uni, l'Allemagne, les Pays-Bas et l'Italie) créent une société commune Panavia chargée de développer et construire le nouvel avion. Les Pays-Bas quittent le projet en 1970, tandis que la répartition de la production entre les participants est définie et qu'une autre société commune est créée pour développer les moteurs : Turbo Union.

Deux versions sont initialement prévues : un monoplace pour l'Allemagne et un biplace pour le Royaume-Uni. La version monoplace sera finalement abandonnée. Idée à la mode à l'époque (voir le F-111 et le MIG-23 par exemple), l'utilisation d'une aile à géométrie variable s'impose rapidement car elle permet à la fois des vols à grande vitesse et haute altitude (ailes repliées), une faible vitesse de décrochage réduisant la longueur de piste nécessaire (ailes dépliées), et la réduction des turbulences lors des vols à basse altitude (ailes en position intermédiaire). Des commandes de vol électriques et un système sophistiqué de suivi de terrain sont également développés.

Le premier réacteur RB199 est testé sur banc en 1971, puis en vol en 1973. De son côté, le premier des 10 prototypes du Tornado IDS fait son vol inaugural le . Il y aura également 6 exemplaires de présérie, dont le premier fera son vol d'essai en . Parallèlement, le Royaume-Uni décide de développer une version ADV d'interception à long rayon d'action, dont le prototype vole pour la première fois le .

Autres caractéristiques[modifier | modifier le code]

Les réacteurs du Tornado sont équipés d'un inverseur de poussée permettant de réduire la longueur de piste nécessaire à l'atterrissage.

Les ailes du Tornado peuvent être positionnées manuellement à 25°, 45° ou 67°, à la différence du F-14 Tomcat dont les ailes se déplacent automatiquement en fonction de la vitesse à laquelle évolue l'avion.

Production[modifier | modifier le code]

La production des différents éléments de l'avion est répartie de la façon suivante :

Chaque pays est responsable de l'assemblage final des avions qui lui sont destinés. Les livraisons aux unités de combat commencent en pour le Royaume-Uni, pour l'Allemagne et pour l'Italie. À cause de retards dans la mise au point du radar FoxHunter, les livraisons de la version ADV ne commencèrent qu'en .

En , l'Arabie saoudite passe une première commande de 48 Tornado IDS et 24 ADV, qui sera suivie par une autre de 48 IDS supplémentaires. La production totale atteint finalement 977 exemplaires, dont 100 pour l'Italie, 120 pour Arabie saoudite, 359 pour l'Allemagne et 398 pour le Royaume-Uni.

Différents programmes d'amélioration, mise à jour et prolongation de la durée de vie des Tornado ont été menés de façon séparée par chaque pays utilisateur.

Engagements[modifier | modifier le code]

Vickers VC-10 de la RAF ravitaillant des Panavia Tornado en 2005.

Le Tornado a été engagé lors de plusieurs conflits, souvent simultanément par plusieurs forces aériennes différentes.

Variantes[modifier | modifier le code]

Le Tornado existe en trois versions principales :

  • IDS (Interdictor/Strike) de chasse-bombardement, avec 2 canons et une électronique optimisée pour pénétration à basse altitude et grande vitesse par tous les temps
  • ADV (Air Defence Variant) d'interception, avec un seul canon, un fuselage allongé de 2 mètres, des réacteurs plus puissants et un radar FoxHunter (en) optimisé pour l'interception
  • ECR (Electronic Combat/Reconnaissance) de guerre électronique et de reconnaissance, sans canons mais capable emporter des missiles anti-radar HARM.

Chacune des 3 versions principales possède une variante d'entraînement à doubles-commandes et a été dérivée en plusieurs sous-versions dont voici le détail ci-dessous.

Versions IDS[modifier | modifier le code]

Utilisateurs du Panavia Tornado
Un Tornado F.3 anglais
Un Tornado IDS italien
Un Tornado saoudien
RAF Tornado GR4 (ZA597) lors d'une démonstration aérienne en Angleterre, avec les ailes partiellement repliées
  • GR.1 - désignation des Tornado IDS anglais, version initiale (228 exemplaires + 96 pour l'Arabie saoudite)
  • GR.1A - IDS anglais sans canons mais capables de missions de reconnaissance
  • GR.1B - IDS anglais capables d'emporter le missile anti-navire Sea Eagle
  • GR.4 - programme de remise à niveau et modernisation des GR.1 et GR.1B (142 avions modifiés)
  • GR.4A - programme de remise à niveau et modernisation des GR.1A
  • Version pour la marine allemande - capable de tirer le missile anti-navire Kormoran (112 exemplaires)
  • Version pour l'armée de l'air allemande (212 exemplaires)
  • Version italienne (100 exemplaires)

Versions ADV[modifier | modifier le code]

  • F.2 - version initiale sans radar utilisée pour l'entraînement (18 exemplaires)
  • F.3 - version de série (152 exemplaires + 24 pour l'Arabie saoudite)

Versions ECR[modifier | modifier le code]

  • Version allemande - réacteurs RB199 Mk 105 (35 exemplaires)
  • Version italienne - sans capacités de reconnaissance, réacteurs RB199 Mk 103 (16 avions modifiés)

Pays utilisateurs[modifier | modifier le code]

  • Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni (81)
    • Force aérienne royale britannique - versions IDS et ADV. Suite à des coupes budgétaires, mi-2011, il n'y a que trois escadrons de première ligne et un escadron de formation sur Tornado GR4, soit un total de 81 appareils[8].
  • Drapeau de l'Allemagne Allemagne (123)
    • La Force aérienne allemande reçu un total de 247 appareils dont 35 ECR. Le premier Tornado fut livré le 29 juillet 1979 afin de remplacer le F-104 Starfighter. Ces aéronefs équipèrent originellement 5 escadrons de chasseurs-bombardiers, une unité de conversion tactique, et 4 escadrons de première ligne. En 1994, avec la dissolution d'un escadron de la Marineflieger, la Luftwaffe acquit plusieurs Tornado IDS afin de remplacer ses RF-4E Phantom II au sein d'un escadron de reconnaissance. Les Tornado allemands connaîtront leur baptême du feu pendant le bombardement de la Bosnie-Herzégovine par l'OTAN en 1995 contre les positions de l'armée de la République serbe de Bosnie. Cette opération marqua également la première mission de combat de la Luftwaffe depuis la Seconde Guerre mondiale. Les Tornado allemands seront également employés, en 1999, pendant la guerre du Kosovo, puis en Afghanistan, de 2007 à 2010. En 2015, la Luftwaffe comptait dans son inventaire un total de 29 Tornado ECR et de 94 IDS.
  • Drapeau de l'Italie Italie (76)
  • Drapeau de l'Arabie saoudite Arabie saoudite (81)
    • Force aérienne royale saoudienne - Le 25 septembre 1985, le Royaume-Uni et l'Arabie saoudite signèrent le contrat Al Yamamah I, comprenant, entre autres, la vente de 48 Tornado IDS d'attaque au sol et 24 ADV de défense aérienne. Le premier vol d'un Tornado IDS saoudien a alors lieu le 26 mars 1986, tandis que le premier ADV est livré le 9 février 1989. En juin 1993, le contrat Al Yamamah II est signé, stipulant l'achat de 48 IDS supplémentaires. En 1991, l'Arabie Saoudite engagea ses Tornado dans la guerre du Golfe contre les troupes de Saddam Hussein. En 2006, la force aérienne royale saoudienne remplace la totalité de ses Tornado ADV (22 au total) par des Eurofighter Typhoon, tandis que les appareils retirés sont rachetés par la Royal Air Force l'année suivante. À partir de novembre 2009, des Tornados saoudiens effectuent des raids aériens pendant l'insurrection houthiste au Yémen. C'était la première fois, depuis l'opération Tempête du Désert, en 1991, que la force aérienne royale saoudienne participait activement à une opération militaire sur un territoire hostile. En 2015, 81 Tornado IDS étaient toujours en service.

Ancien utilisateur[modifier | modifier le code]

Un Tornado de la marine allemande atterrit sur la base RAF Mildenhall en 1984
  • Drapeau de l'Allemagne Allemagne
    • Aviation navale allemande - Afin de remplacer ses F-104 Starfighter en service au sein de ses deux escadrons, la marine allemande reçue, à partir de 1982, 112 Tornado IDS dans sa version navale. Ses aéronefs étaient capable de transporter le missile anti-navire AS-34 Kormoran, qui a d'abord été complété par des bombes non guidées et des bombes BL755 à sous-munitions, et plus tard par le missile anti-radar AGM-88 HARM. Les Tornado étaient également équipés d'une caméra panoramique afin de réaliser des missions de reconnaissance. La fin de la guerre froide et la signature du traité sur les forces conventionnelles en Europe, en novembre 1990, ont obligé la marine allemande à réduire sa flotte d'avions de combat en supprimant l'un de ses deux escadrons de Tornado en janvier 1994. Ces appareils sont reversés à la Luftwaffe afin de remplacer les Phantoms d'une escadre de reconnaissance. Le second escadron est, quant à lui, dissout en 2005, et ses appareils sont également reversés à la Luftwaffe. Depuis cette date, la Marineflieger ne dispose plus de chasseurs-bombardiers.

Avions exposés[modifier | modifier le code]

Bien qu'encore opérationnel, un certain nombre de vieux avions sont présentés au public:

Accidents[modifier | modifier le code]

Lufwaffe[modifier | modifier le code]

  • Le 23 mars 2009, le Tornado IDS (45+37) du JBG 33 de Büchel est sorti de piste après avoir atterri. L'équipage s'est éjecté avec succès[9].
  • Le 15 juillet 2015, un Tornado britannique GR4 perd deux missiles Brimstone en phase d’atterrissage à Chypre. Les bombes ne détonnent pas mais le personnel de la base est évacué en attendant l'enlèvement des engins.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Développement lié

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. L'OTAN fait face à la Yougoslavie
  2. Patriot missile: friend or foe? - Lester Haines, The Register, 20 mai 2004
  3. L'Allemagne retire ses Tornado d'Afghanistan
  4. UK rotates Afghan Tornado squadrons
  5. RAF Tornado jets join Libya operations
  6. Libye : six chasseurs italiens ont décollé de Trapani dimanche soir
  7. « Des chasseurs-bombardiers britanniques ont survolé l’Irak, sans frapper », sur Le Temps,‎ (consulté en 27 septembre 201`)
  8. Tornado : la RAF réduit la voilure, Air & Cosmos,
  9. [1]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Roger Chesneau, Aeroguide 21 : Panavia Tornado F Mk 2/Mk 3, Chipping Ongar, Linewrights Ltd,‎ (ISBN 978-0946958269)
  • (en) Calvin Allen et W. Lynn Rigsbee, Oman under Qaboos : from coup to constitution, 1970-1996, London Portland, OR, Frank Cass,‎ (ISBN 978-0714650012)
  • (en) Ball, Desmond J. The Australian Tactical Fighter Force: Prologue and Prospects. Canberra: Australian National University, 1979.
  • (en) Clark, Richard B. Air Power and Desert Storm. Darby, Pennsylvania: DIANE Publishing, 1993. (ISBN 978-1568064468).
  • (en) Anthony H. Cordesman, Gulf military forces in an era of asymmetric wars, 1, Westport, Conn. Washington, D.C, Praeger Security International Published in cooperation with the Center for Strategic and International Studies,‎ , 656 p. (ISBN 978-0275992507)
  • (en) Anthony Cordesman, The Iraq War : strategy, tactics, and military lessons (CSIS Significant Issues Series), Washington, D.C, CSIS Press,‎ , 592 p. (ISBN 978-0892064328)
  • (en) Sebastian Cox et Peter Gray, Air power history : turning points from Kitty Hawk to Kosovo, London Portland, OR, Frank Cass,‎ , 382 p. (ISBN 978-0714682570)
  • (en) David Donald, World Air Power Journal, 33, London, Aerospace Pub,‎ (ISBN 978-1861840158, ISSN 0959-7050), p. 104–113
  • (en) Donald, David and Christopher Chant. Air War in The Gulf 1991. Oxford, UK: Osprey Publishing, 2001. ISBN 1-84176-295-4.
  • (en) Eagles, J.D. "Preparing a Bomber Destroyer: The Panavia Tornado ADV." Putnam Aeronautical Review (Naval Institute Press), Volume 2, 1991, p. 88–93.
  • (en) Andy Evans, Panavia Tornado, Ramsbury, Marlborough, Wiltshire, UK, The Crowood Press, 1999 (ISBN 1-86126-201-9)
  • (en) Frédriksen, John C. International Warbirds: An Illustrated Guide to World Military Aircraft, 1914–2000. Santa Barbara, California: ABC-CLIO, 2001. ISBN 1-57607-364-5.
  • (en) Geiss, Juergen and Peter Berndt. Tornados and Further Planning. European Security and Defence, March 2010.
  • (en) David G Haglund, The Defence Industrial Base and The West, London, Routledge, 1989 (ISBN 0-415-00923-5, lire en ligne).
  • (en) Hoyle, Craig. "World Air Forces Directory". Flight International, 13–19 December 2011. p. 26–52.
  • (en) Paul Jackson (éditeur), Lindsay Peacock (éditeur) et John W. R. Taylor (éditeur), Jane's all the world's aircraft, 1998-99, Coulsdon, Surrey, UK Alexandria, VA, Jane's Information Group,‎ , 848 p. (ISBN 978-0710617880).
  • (en) D. N. Jarrett, Cockpit engineering, Aldershot, Hampshire, England Burlington, VT, Ashgate Publishing,‎ , 410 p. (ISBN 978-0754617518).
  • (en) C.G Jefford (éditeur), The Birth of Tornado, London, Royal Air Force Historical Society, 2002 (ISBN 0-9530345-0-X, lire en ligne).
  • (en) Malcolm Jukes, Aircraft display systems, Reston, Virginia, American Institute of Aeronautics and Astronautics,‎ (ISBN 978-1563476570).
  • (en) Christian Koch et David E. Long, Gulf security in the twenty-first century, Londres, I.B. Tauris,‎ (ISBN 978-1850433866)
  • (en) Lake, Jon. "Aircraft of the RAF: Part 1 – Panavia Tornado". Air International, Vol. 74, No. 4, April 2004, p. 24–29. ISSN 0306-5634.
  • (en) Jon Lake, The great book of bombers : the world's most important bombers from World War I to the present day, St. Paul, MN, MBI Pub. Co,‎ , 550 p. (ISBN 978-0760313473).
  • (en) Lake, Jon. "Tornado Variant Briefing: Part I: IDS and Recce". World Air Power Journal, Volume 30, Autumn/Fall 1997, p. 98–121. London: Aerospace Publishing. ISBN 1-86184-004-7. ISSN 0959-7050.
  • (en) Lake, Jon. "Tornado Variant Briefing: Part III: Tornado Operators". World Air Power Journal, Volume 32, Spring 1998, p. 118–137. London: Aerospace Publishing. ISBN 1-86184-006-3. ISSN 0959-7050.
  • (en) Benjamin S. Lambeth, NATO's air war for Kosovo : a strategic and operational assessment, Santa Monica, CA, Rand,‎ (ISBN 978-0833030504).
  • (en) Tim Laming, Fight's on! : airborne with the aggressors, Osceola, WI, Motorbooks International,‎ , 112 p. (ISBN 978-0760302606)
  • (en) Lawrence, Richard R. Mammoth Eyewitness Book Of How It Happened Battles: Eyewitness Accounts of History's Greatest Battles, from Thermopyle to the Gulf War. London: Constable & Robinson Ltd, 2002. ISBN 978-0-7867-1119-2.
  • (en) List, Friedrich. "German Air Arms Review". Air International, Vol. 70, No. 5, May 2006, p. 50–57. ISSN 0306-5634.
  • (en) Mark A. Lorell, Troubled partnership : a history of U.S.-Japan collaboration on the FS-X fighter, New Brunswick, N.J, Transaction Publishers (Rutgers University),‎ (ISBN 978-1560008910).
  • (en) Richard S. Lowry, The Gulf War chronicles : a military history of the first war with Iraq, New York, iUniverse Star,‎ , 280 p. (ISBN 978-1605280066).
  • (en) Stephen Martin, The economics of offsets : defence procurement and countertrade, Amsterdam Langhorne, Pa, Harwood Academic,‎ , 352 p. (ISBN 978-3718657827).
  • (en) Moir, Ian and Allan Seabridge. Aircraft Systems: Mechanical, Electrical and Avionics Subsystems Integration. New York: John Wiley and Sons, 2011. ISBN 1-119-96520-9.
  • (en) Niccoli, Riccardo. "New Capabilities for Italy's Tornados". Air International, Vol. 72, No. 6, p. 26–29. ISSN 0306-5634.
  • (en) Niccoli, Riccardo. "SAM Busters". Air International, Vol. 76, No. 4, p. 46–51. ISSN 0306-5634.
  • (en) John Andreas Olsen, Global air power, Washington, D.C, Potomac Books,‎ , 560 p. (ISBN 978-1597976800).
  • (en) Roger Pratt, Flight control systems practical issues in design and implementation, Herts, UK Reston, VA, Institution of Electrical Engineers American Institute of Aeronautics and Astronautics,‎ , 416 p. (ISBN 978-0852967669).
  • (en) John E. Peters, European contributions to Operation Allied Force : implications for transatlantic cooperation, Santa Monica, CA, Rand,‎ (ISBN 978-0833030382, lire en ligne).
  • (en) Rachow, Volker. "Luftwaffe Tornado MLU". Air International, Vol. 81, No. 6, December 2011, p. 70–75. ISSN 0306-5634.
  • (en) Doug Richardson, Tornado (Modern Fighting Aircraft, Vol. 10), New York, Prentice Hall Press,‎ (ISBN 978-0139255045).
  • (en) Doug Richardson, High-tech warfare, New York, Crescent Books,‎ , 1e éd. (ISBN 978-0517066737).
  • (en) Tim Ripley, Conflict in the Balkans, 1991-2000, Oxford, Osprey Aviation,‎ (ISBN 978-1841762906, lire en ligne).
  • (en) Ripley, Tim. "World Air Forces 2003". Flight International, 25 November – 1 December 2003, p. 27–71.
  • (en) Ministry of Defense, The Royal Air Force handbook : the definitive MoD guide, London, Conway,‎ (ISBN 978-1857533842)
  • (en) Jerry Scutts, Postwar Aircraft (Osprey Modelling Manuals), Oxford, UK, Osprey Publishing, 2000 (ISBN 978-1-84176-159-6)
  • (en) Glen Segell, Wither or Dither: British Aerospace Collaborative Procurement with Europe, Staffordshire, UK, Glen Segell Publishers,‎ (ISBN 978-1901414035, lire en ligne).
  • (en) Mike Spick, William Green et Gordon Swanborough, An illustrated anatomy of the world's fighters : the inside story of over 100 classics in the evolution of fighter aircraft, St. Paul, MN, MBI,‎ , 256 p. (ISBN 978-0760311240).
  • (en) Claus-Christian W. Szejnmann, Rethinking history, dictatorship and war : new approaches and interpretations, London New York, Continuum,‎ , 288 p. (ISBN 978-0826443236).
  • (en) John W. R. Taylor, Jane's all the world's aircraft, London, Jane's,‎ , 830 p. (ISBN 978-0354005210).
  • (en) John W. R. Taylor, Flight International world aircraft and systems directory, Sutton, Reed Business Information,‎ , 967 p. (ISBN 978-0617012894).
  • (en) Michael J.H. Taylor, Jane's aviation review, New York, Jane'S Pub,‎ (ISBN 978-0710604460).
  • (en) Eric. Wertheim, The Naval Institute guide to combat fleets of the world : their ships, aircraft, and systems, Annapolis, Md, Naval Institute Press,‎ , 15e éd. (ISBN 978-1591149552).

Liens externes[modifier | modifier le code]