Northrop F-5 Freedom Fighter

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir F-5.
Northrop F-5E Tiger II
{{#if:
F-5E Tiger II des Agressors.
F-5E Tiger II des Agressors.

Constructeur Drapeau : États-Unis Northrop
Rôle Avion d'attaque au sol et de chasse
Statut En service
Premier vol
Mise en service 1964
Coût unitaire 2,1 millions de dollars (F-5E)[1]
Nombre construits 2 700 (dont 900 sous licence)
Équipage
1 pilote
Motorisation
Moteur General Electric J85-GE-21B
Nombre 2
Type Turboréacteurs avec postcombustion
Poussée unitaire 22,2 kN avec postcombustion
Dimensions
F-5A 3-View line art.svg
Envergure 8 13 m
Longueur 14 45 m
Hauteur 4 08 m
Surface alaire 17 28 m2
Masses
À vide 4 349 kg
Carburant Interne : 2 563 L
Externe : 3 x 1 040 L kg
Avec armement 6 060 kg
Maximale 11 187 kg
Performances
Vitesse maximale En altitude : 1 700 km/h (Mach 1,63)
Plafond 15 788 m
Vitesse ascensionnelle 10 485 m/min
Rayon d'action Avec 2 missiles air-air : 1 055 km
Armement
Interne 2 canons Pontiac M39A2 de 20 mm (280 obus chacun)
Externe 3 180 kg de charges (missiles air-air, bombes, roquettes, etc.)

Le F-5 Freedom Fighter est un avion de chasse, conçu et fabriqué par Northrop aux États-Unis à partir de l'année 1962. Fiable, performant et bon marché, il a rencontré un grand succès à l'export puisqu'il a été adopté par une trentaine de pays et construit à plus de 2 700 exemplaires (dont 1 800 par Northrop et 900 autres sous licence).

Conception[modifier | modifier le code]

Alors que la logique entre les deux grands pendant la guerre froide était de construire des avions de chasse de plus en plus imposants et coûteux, le constructeur aéronautique américain Northrop s'engagea en 1954 dans un prototype d'avion léger, le N-156, sans avoir l'appui du gouvernement. Le premier vol s'effectua le et le prototype dépassa le mur du son bien que ses réacteurs soient dépourvus de postcombustion. Ne correspondant à aucun besoin des armées américaines, les deux prototypes poursuivirent néanmoins leurs essais en vol, y compris les essais de tir de missiles, roquettes, etc.

Le premier prototype YF-5A

En 1962, l'administration de Kennedy voulut équiper ses alliés d'avions de combats fiables et peu coûteux pour contrer les Soviétiques et annonça que le N-156 avait été choisi pour cela. Un troisième et dernier prototype fut alors construit pour valider quelques modifications comme le renforcement de la structure des ailes et permettre de tester les réacteurs définitifs équipés de postcombustion. Les premiers exemplaires de série furent livrés en 1964, quelques mois avant qu'on ne décide de rajouter deux canons de 20 mm pour améliorer les capacités en combat aérien, ce qui provoqua un retard de quatre mois.

Un total de 636 F-5A Freedom Fighter, d'environ 200 F-5B (version biplace sans canons, premier vol le 24 février 1964) et de 89 RF-5A (version de reconnaissance avec quatre caméras, premier vol en mai 1968) furent construits et exportés jusqu'en 1972. Parallèlement, l'Espagne produisit 70 exemplaires sous licence et le Canada 240 autres avec des réacteurs plus puissants, une perche de ravitaillement en vol et diverses autres modifications. Sur ces 240 exemplaires produits au Canada, 100 étaient en fait destinés aux Pays-Bas et incorporaient des modifications supplémentaires.

En 1970, pour améliorer son appareil, Northrop construisit la version F-5E baptisée Tiger II : l'avion était équipé de réacteurs plus puissants, d'un fuselage plus grand permettant d'augmenter la capacité en carburant, d'un radar air-air, d'un nouveau collimateur et de nouveaux volets et becs de bord d'attaque pour améliorer encore la manœuvrabilité. Le premier vol eut lieu le , mais quelques problèmes de fiabilité des moteurs retardèrent la certification de l'avion.

La production totale fut de 792 F-5E, 140 F-5F (version biplace, un seul canon) et 12 RF-5E (version de reconnaissance). De plus 56 F-5E/F et 5 RF-5E furent construits sous licence en Malaisie, 110 F-5E/F en Suisse, 68 en Corée du Sud et 380 à Taïwan.

Un F-5E de la Patrouille Suisse

Le F-5E équipe deux patrouilles acrobatiques : la Patrouille Suisse et les Türk Yıldızları. Ses caractéristiques de vol ressemblant beaucoup au MiG-21 soviétique, le F-5E fut utilisé par les États-Unis comme « Agressor » simulant les appareils ennemis en entraînement, sous la dénomination (fictive) de MiG-28. Il apparait d'ailleurs à ce titre dans le film de Tony Scott Top Gun. Entre 2003 et 2005, des F-5E suisses furent rachetés par les États-Unis pour jouer ce rôle et baptisé F-5N. En décembre 2011, 44 d'entre eux équipent 3 escadrons (2 de l'US Navy et un de l'USMC) et 40 devraient rester en ligne jusqu'en 2020[2].

Au début des années 1980, Northrop tenta une dernière fois de le moderniser en mettant au point le F-5G/F-20 Tigershark, un mono-réacteur équipé du gros GE F404 (le réacteur monté sur le F-18) qui resta cependant à l'état de prototype et ne fut jamais construit en série.

Au début des années 2000, l'Iran a révélé l'existence d'un avion de combat construit localement sous la désignation de Saeqeh (éclair) fabriqué à partir d'une cellule de F-5, avec des doubles dérives semblables à celles du F-18 Hornet. Très peu d'informations ont été communiquées sur cet appareil, qui aurait participé pour la première fois à des exercices en août et septembre 2006[3].

En juillet 2001, la DARPA et la NASA[4] ont modifié un F-5E dans le cadre du programme de développement d'un bombardier de nouvelle génération désigné QSP[4]. Le nouvel avion devait permettre d'étudier les superstructures construites en matériaux composites[5]. Le F-5E fut profondément modifié[6], et son armement interne déposé. Le premier vol de l'avion ainsi modifié eut lieu en 2003 sous la désignation de Shaped Sonic Boom Demonstration ou SSBD. Le maître d'œuvre de cette transformation était Northrop Grumman.

Engagements[modifier | modifier le code]

  • durant la guerre du Viêt Nam, l'appareil fut utilisé par l'USAF ainsi que par la force aérienne vietnamienne, où il effectua plus de 3 500 sorties d'attaque.
  • le 16 août 1972, 4 F-5A furent utilisés contre l'avion du roi Hassan II dans la tentative de putsch connue sous le nom de Putsch des aviateurs. Ce coup d'État est le premier de son genre dans l'histoire militaire.
  • durant la guerre du Sahara occidental (1975-1991), le Maroc engagea ses F-5 afin de lutter contre le Front Polisario. Plusieurs F-5 furent perdus par des tirs de SA-6.
  • durant la guerre de l'Ogaden (1977-1978), qui opposa l'Éthiopie à la Somalie, les F-5E éthiopiens sont chargés des missions de supériorité aérienne, tandis que les F-5A sont utilisés comme avions d'attaque au sol. 3 F-5 sont abattus par les forces de défense aérienne somaliennes au cours d'attaques contre des bases d'approvisionnement dans l'ouest de la Somalie.
  • les avions donnés au Sud-Viêt Nam furent utilisés par le Vietnam, après la réunification, pendant la guerre sino-vietnamienne de 1979.
  • la guerre Iran-Irak (1980-1988) vit l'utilisation de F-5 iraniens contre les aéronefs irakiens, marquant ainsi de nombreuses victoires, mais également de nombreuses pertes.
  • le 13 février 1991, durant la guerre du Golfe, l'Arabie Saoudite perdra un F-5E à la suite de tirs au sol.
  • durant la guerre civile de 1994 au Yémen, opposant les forces armées du Yémen du Nord aux forces armées sécessionnistes du Yémen du Sud, les Tiger II sont utilisés par les forces nord-yéménites.
  • les F-5 yéménites sont à nouveau engagés dans des opérations de guerre au sein du Yémen depuis 2004, avec la guerre du Saada.
  • le Kenya emplois des F-5 dans l'intervention militaire du Kenya en Somalie depuis 2011.
  • depuis 2013, les F-5 tunisiens sont employés dans la bataille de Chaambi au cours de missions d'appui contre Ansar al-Charia et les militants d'Al-Qaïda qui visent à déstabiliser la transition de la Tunisie vers la démocratie.

Variantes[modifier | modifier le code]

Remarque : cette liste ne comprend pas les versions modernisées spécifiques à certains pays, comme les F-5S/T indonésiens.

Un RF-5E de l'armée malaisienne
Un CF-116 Freedom Fighter canadien
  • YF-5A : prototypes
  • F-5A Freedom Fighter : appareil d'origine destiné à l'attaque au sol
  • RF-5A Freedom Fighter : version de reconnaissance équipée de caméras, basée sur le F-5A
  • F-5B Freedom Fighter : version biplace du F-5A (sans canons)
  • CF-5 (A et B) : version utilisée par le Canada, construite sous licence par Canadair (désignation locale CF-116 et CF-116D)
  • NF-5 (A et B) : version utilisée par les Pays-Bas, construite sous licence au Canada par Canadair
  • SF-5A, SF-5B et RSF-5A : version utilisée par l'Espagne, construite sous licence par CASA (désignation locale C-9, CE-9, CR-9)
  • F-5C Skoshi Tiger : version modernisée du F-5A[7]
  • F-5D Skoshi Tiger : version modernisée du F-5B[7]
  • F-5E Tiger II : chasseur modernisé dérivé du F-5A
  • RF-5E « Tiger Eye » : version de reconnaissance du F-5E
  • F-5F Tiger II : version biplace du F-5E
  • F-5G : prototype pour la construction du F-20 Tigershark
  • X-29 : prototype utilisant une cellule de F-5 pour l'étude d'ailes en flèche inversée
  • Saeqeh : variante dérivée du F-5E/F, conçue et construite par l'Iran
  • Shaped Sonic Boom Demonstration[5] : Version expérimentale dédiée à l'étude du bombardier QSP.

Pays utilisateurs[modifier | modifier le code]

  •      Utilisateurs actuels
  •      Anciens utilisateurs

La production du F-5 prit fin en janvier 1987 avec 2 700 appareils construits toutes versions confondues. Cet avion a été exporté vers une trentaine de pays :

  • Drapeau des États-Unis États-Unis (43)
    • La Marine des États-Unis a largement utilisé le F-5E au sein de l'United States Navy Fighter Weapons School (plus connu sous le nom de Top Gun). La flotte des F-5 a été modernisé avec l'acquisition, auprès des Forces aériennes suisses, de 36 F-5E/F bien entretenus. La plupart ont été mis à jour au standard F-5N/F avec une avionique et d'autres systèmes améliorés. Aujourd'hui utilisés par les escadrons VFC-13 et VFC-111, l'US Navy compte 30 F-5 Tiger II.[réf. nécessaire]
    • Le Corps des Marines des États-Unis racheta plusieurs F-5 de l'United States Air Force afin de remplacer ses F-21A. Servant au sein du 21e escadron de formation de chasse des Marines (VMFT-401) sur la MCAS de Yuma (Arizona), ils sont utilisés afin de simuler des aéronefs ennemis. En 2015, l'USMC possédait un total de 13 F-5 Tiger II. (11 monoplaces F-5N Tiger II et 2 biplaces F-5F Tiger II)
  • Drapeau de Bahreïn Bahreïn (12)
    • Force aérienne royale de Bahreïn - Acheté en 1985, les livraisons débutèrent dès le mois de décembre. Les premiers pilotes de Tiger furent formés en Arabie saoudite et des instructeurs américains furent également détachés[8]. Bahreïn possède 8 monoplaces F-5E et 4 biplaces F-5F.
F-5EM brésilien.
  • Drapeau du Brésil Brésil (46)
    • Force aérienne brésilienne - En octobre 1974, le Brésil commanda 36 F-5E et 6 F-5B pour une valeur de 72 millions de dollars. Les trois premiers avions arrivèrent le 12 mars 1975. En 1988, la FAB acquis 22 F-5E et 4 F-5E/F d'occasion auprès des Agressors de l'US Air Force. En 2001, Elbit Systems et Embraer ont commencé à travailler sur un programme de modernisation des F-5 brésiliens pour 230 millions de dollars, réalisée sur une période de huit ans. La mise à niveau de 46 F-5E/F, re-désigné comme F-5EM et F-5FM, étant principalement centrée sur l'installation de nouveaux systèmes de guerre électronique et la modernisation de l'avionique. En 2015, la FAB comptait dans son inventaire 43 monoplaces F-5EM et 3 biplaces F-5FM. Ils devraient être retirés progressivement entre 2017 et 2030.
  • Drapeau du Chili Chili (11)
    • Force aérienne chilienne - 15 F-5E et 3 F-5F ont été achetés par le Chili dans les années 1970, ceux-ci étant montés au standard Tiger III à partir de 1993. 16 F-5E sont remplacés en 2009 par 16 F-16 Fighting Falcon MLU T5. En mars 2013, la force aérienne uruguayenne entama des discussions pour se procurer 12 avions F-5 Tiger III pour 80 millions de dollars. En 2015, 8 F-5E et 3 F-5F étaient toujours opérationnels au sein de la force aérienne chilienne.
F-5M espagnol durant le meeting aérien des 75 ans de l'armée de l'air espagnole.
  • Drapeau de la Corée du Sud Corée du Sud (186)
    • Force aérienne de la République de Corée - 340 F-5 (88 F-5A, 30 F-5B, 8 RF-5A, 126 F-5E, 20 F-5F, 48 KF-5E, et 20 KF-5F) ont été acquis par la Corée du Sud. Pendant la guerre du Vietnam, 36 F-5A et 8 RF-5A ont été transférés à la force aérienne vietnamienne en échange du F-4 Phantom II de l'United States Air Force. 5 RF-5A seront finalement ramenés en Corée avant la fin de la guerre. Le dernier Freedom Fighter a pris sa retraite en 2005, et 8 F-5A ont été donnés à la force aérienne philippine. La ROKAF prévoit de remplacer ses F-5E et F avec 60 FA-50 nouvellement construits. En 2015, elle comptait un total de 186 Tiger comprenant 151 F-5E et KF-5E, ainsi que 35 F-5F et KF-5F.
  • Drapeau de l'Espagne Espagne (19)
    • Armée de l'air espagnole - À la fin de 1964, le gouvernement espagnol prend la décision de doter sa force aérienne avec une série de 70 F-5 dans les versions A et B, fabriqués sous licence par CASA. Au début de janvier 1970, le premier F-5B arrive au sein du 202e Escadron de la base aérienne de Moron afin de familiariser les pilotes avec l'arrivée future du F-5A. Au cours des dernières années, le F-5 a subi une modernisation complète notamment au niveau de l'avionique, pour répondre aux besoins d'enseignement actuelle. Cette modernisation permet de prolonger sa durée d'exploitation au-delà de la prochaine décennie. Cette nouvelle version de l'avion est appelé F-5M. Ainsi, l'Espagne compte aujourd'hui 19 biplaces F-5M d'entrainement.
  • Drapeau du Honduras Honduras (4)
    • Force aérienne hondurienne - 10 F-5E et 2 F-5F ont été livrés à partir de 1987 par les États-Unis afin de remplacer les Super Mystère. Seuls 4 appareils étaient toujours opérationnels en 2015 dont 3 F-5E et 1 F-5F.
Pilotes iraniens avant une mission durant la guerre Iran-Irak en 1982.
  • Drapeau de l'Indonésie Indonésie (9)
    • Force aérienne de l'armée nationale indonésienne - 16 Northrop F-5E et F Tiger II sont achetés en 1982 par l'Indonésie afin de remplacer ses Sabre. Tous les F-5E/F ont été modernisés par la firme belge SABCA en 1990. En janvier 2014, le ministre de la Défense Purnomo Yusgiantoro a déclaré qu'il espérait entamer le remplacement des chasseurs F-5 entre 2015 et 2020. La Force aérienne indonésienne (TNI-UA) a sélectionné quatre candidats pour le remplacer, le Su-35, le Saab JAS 39 Gripen[9], le Dassault Rafale et le F-16 C/D Block 60[10]. En 2015, 9 appareils, dont 3 biplaces F-5F et 6 monoplaces F-5E, étaient toujours en service au sein de la force aérienne indonésienne.
  • Drapeau de l'Iran Iran (46)
    • Force aérienne de la République islamique d'Iran - Entre 1965 et 1979, la force aérienne impériale iranienne (IIAF) reçu de nombreux équipements de la part des États-Unis, dont des F-5. Avec des livraisons s'étalant jusqu'à 1976, l'Iran reçu un total 308 appareils. (dont 104 F-5A, 23 F-5B, 166 F-5E et F-5F et 15 RF-5A) L'Iran a également vendu la plupart de son inventaire de F-5A/B à d'autres pays, dont l'Éthiopie, la Turquie, la Grèce et le Sud-Vietnam à la suite de la réception des F-5E/F. À la suite de la révolution iranienne de 1979, la nouvelle force aérienne islamique d'Iran (IRIAF) dut importer ou produire ses nombreux pièces de rechanges afin de maintenir ses Tiger en vol. Durant la guerre Iran-Irak, les F-5 iraniens participèrent à de nombreux combats contre les aéronefs irakiens, marquant ainsi de nombreuses victoires, mais également de nombreuses pertes. L'Iran produit actuellement le Saeqeh, qui est construit sur le même fuselage que le F-5, et probablement armé de munitions de fabrication russes ou chinoises. Au total, 46 appareils (Saegeh, F-5E et F-5F) étaient encore opérationnels en 2015.
  • Drapeau de la Jordanie Jordanie (37)
Un F-5 marocain ravitaille depuis un KC-130 de l'USMC au cours de l'exercice African Lion 2010.
  • Drapeau du Kenya Kenya (21)
  • Drapeau de la Malaisie Malaisie (9)
  • Drapeau du Maroc Maroc (26)
    • Forces aériennes royales marocaines - Le 16 août 1972, 4 F-5A furent utilisés contre l'avion du roi Hassan II dans la tentative de putsch connue sous le nom de Putsch des aviateurs. Le Maroc utilisa 28 F-5A/B et deux RF-5A dans la guerre du Sahara occidental. Dans les années 1980, les forces aériennes reçurent 24 F-5E/F afin de lutter contre le Front Polisario. Les divers systèmes anti-aériens SA-6 représentaient la principale menace durant le conflit, et plusieurs F-5 furent notamment perdus. À partir de 1990, le Maroc reçu 12 F-5 E/F des Agressors de l'USAF, et un total de 24 F -5E furent mis au standard Tiger III. Il restait, en 2015, 22 F-5E et 4 F-5F.
  • Drapeau du Mexique Mexique (8)
    • Force aérienne mexicaine - En 1982, le Mexique reçu 12 F-5E et F après le blocage de ses 24 IAI Kfir C.1 par les États-Unis, en raison de l'utilisation du moteur J79 par les Kfir. Le F-5 a permis au Mexique d'acquérir son premier avion supersonique et a vu la création du 401e escadron aérien. Le 16 septembre 1995, après plus de 30 vols militaires de parade sans incidents, un F-5E est entré en collision avec trois T-33 au cours du défilé militaire pour l'indépendance du Mexique, provoquant la mort de 10 personnes. En 2015, après plus de 30 ans au service de la force aérienne mexicaine, 6 F-5E et 2 F-5F étaient toujours répertoriés dans ses inventaires.
F-5S de la RSAF en août 2008.
  • Drapeau de Singapour Singapour (36)
    • Force aérienne de la République de Singapour - Singapour est un opérateur important de F-5, la première commande de l'avion étant émise en 1976 au cours d'une expansion massive des forces armées de l'Etat-ville. La livraison de ce premier lot de 18 F-5E et trois F-5F permis d'équiper le 144e escadron Black Kite de Tengah. 6 F-5E supplémentaires, commandés fin 1979, sont livrés en 1981. En 1982, une commande de trois autres F-5F est signé, et seront livrés en septembre 1983 à Leuchars (en Ecosse) où ils ont été pris en charge par les pilotes de la RSAF. Une autre commande de six F-5E supplémentaire est émise en 1985 et seront livrés la même année afin d'équiper le 149e escadron Shikra de Tengah. L'année suivante, la RSAF émis une nouvelle commande pour son lot final de trois F-5F et cinq F-5E qui seront livrés respectivement en décembre 1987 et juillet 1989. En 1994, Singapour rachète 7 F-5E jordanien d'occasion. Ainsi, entre 1976 et 1994, la force aérienne de Singapour aura acquis un total de 42 F-5E et 9 F-5F, soit 51 Tiger II. À partir de 1991, 8 F-5E sont convertis comme avion de reconnaissance RF-5E TigerEye afin de remplacer les Hawker Hunter tandis que toute la flotte de F-5E et F-5F est modernisée à partir de 1996. Ces derniers seront renommés F-5S et F-5T. En 1998, les huit RF-5E reçoivent également les mises à jour et sont redésignés RF-5S. Chaque remise à niveau de F-5S/T aurait coûté 6 millions de dollars SGD. En 2015, Singapour disposait toujours de ses 9 F-5T et de 27 F-5S.
Un F-5E suisse en phase atterrissage sur la base de Meiringen en avril 2012.
  • Drapeau de la Suisse Suisse (53)()
    • Forces aériennes suisses - En tout, 110 F-5E/F dont le montage final a été fait en Suisse ont été livrés. Le F-5E a été choisi principalement en raison de ses excellentes performances, de son aptitude à effectuer les missions des Forces aériennes suisses, et de son coût d'entretien par heure de vol relativement faible. De juillet 2004 à juillet 2008, la Suisse a loué 12 F-5E Tiger II à l'Autriche en attendant la livraison des Eurofighter Typhoon. Le Conseil fédéral a décidé le 30 novembre 2011 de proposer l'achat de 22 Gripen dans le cadre du programme d'armement 2012[11]. Par référendum, les citoyens suisses ont refusé le mode de financement des 22 avions de combat Gripen par 53,4 % des voix le 18 mai 2014, annulant ainsi l'achat de Gripen[12]. Il est décidé que la Suisse continuera d'exploiter sa flotte de F-5 jusqu'en 2016. Il est également prévu que les Forces aériennes suisses continueront à exploiter 18 F-5E et 4 F-5F jusqu'en 2018, incluant également les F-5E de la Patrouille Suisse. En 2013, les appareils restent cantonnés à des missions de défense aérienne de jour et par beau temps, du fait des faibles capacités de leur radar de bord qui n'est pas capable de détecter et d'engager des cibles volants à basse altitude[13].
  • Drapeau de la République de Chine Taïwan (48)
    • La force aérienne de la République de Chine (ROCAF) reçue son premier lot de 7 F-5A et 2 F-5B grâce au Programme d'aide militaire des États-Unis en 1965. En 1972, avant le retrait des forces américaines du Vietnam, sur 115 F-5A/B reçus, 48 F-5A furent prêtés au Vietnam du Sud. En 1973, AIDC commença la production locale d'un premier lot de 100 F-5E, la première des six lots de production Tiger Peace. Fin 1986, lorsque la ligne de production fut fermée après avoir terminé Tiger Peace , l'AIDC avait produit un total de 242 F-5E et 66 F-5F. Taïwan était alors le plus grand utilisateur de Tiger avec 336 F-5E/F dans son inventaire. Avec l'introduction des F-16, Mirage 2000-5 et F-CK-1 durant les années 1990, le F-5 devenu un chasseur de combat de seconde ligne. 7 F-5E furent convertis comme avions de reconnaissance RF-5E Tigergazer afin de remplacer les RF-104G vieillissants. Des pilotes taïwanais de F-5, ainsi que leurs aéronefs, ont également participé, sous le drapeau du Yémen du Nord, à la défense aérienne du territoire nord-yéménite. En 2015, Taïwan disposait de 23 F-5E Tiger II et RF-5E Tigergazer ainsi que de 25 F-5F.
F-5E Tiger II de la force aérienne royale thaïlandaise au roulage sur la RTAFB de Korat durant l'exercice Cobra Gold 2000 en mai 2000.
  • Drapeau de la Thaïlande Thaïlande (33)
    • Force aérienne royale thaïlandaise - La Thaïlande aurait reçu des F-5A, E et F. Les F-5E ont tous été modernisés par Israël au standard F-5T Tigris en intégrant le radar EL/M-2032. Aujourd'hui, seuls les 29 F-5T et les 4 F-5F sont toujours opérationnels au sein de l'armée de l'air thaïlandaise et devraient servir jusqu'en 2020. Plusieurs ont déjà été remplacés par le Gripen suédois.
  • Drapeau de la Tunisie Tunisie (15)
    • Armée de l'air tunisienne - Huit F-5E et quatre F-5F Tiger II ont été livrés de 1984 à 1985. La Tunisie a également reçu cinq F-5E américain en 1989. Depuis 2013, les F-5 tunisiens sont employés dans la bataille de Chaambi au cours de missions d'appui contre Ansar al-Sharia et les militants d'Al-Qaïda qui visent à déstabiliser la transition de la Tunisie vers la démocratie. Un total de 15 avions sont encore en service, dont 12 monoplaces F-5E et 3 biplaces F-5F.
  • Drapeau de la Turquie Turquie (23)
    • Armée de l'air turque - Plus de 200 F-5A/B et NF-5A/B (versions monoplace et biplace produites par Canadair) ont été achetés à différents pays. Entre 40 et 50 d'entre eux ont été mis à niveau vers la norme F-5/2000 dans les années 2000. 23 NF-5A/B sont toujours actifs en Turquie, et douze d'entre eux appartiennent aux Étoiles de Turquie, l'équipe de voltige aérienne de l'armée de l'air turque.
  • Drapeau du Yémen Yémen (13)
F-5E Tiger II du 66e escadron d'Agressors de l'USAF.

Anciens utilisateurs[modifier | modifier le code]

  • Drapeau des États-Unis États-Unis
  • Drapeau de l'Arabie saoudite Arabie saoudite
    • Force aérienne royale saoudienne - L'Arabie saoudite a déployé des avions pendant la guerre du Golfe, le F-5E participa au soutien aérien rapproché et à des missions d'interdiction aériennes contre des unités irakiennes au Koweït. Un F-5E saoudien a été perdu à la suite de tirs au sol le 13 février 1991, le pilote a également été tué.
  • Drapeau de l'Autriche Autriche
  • Drapeau du Canada Canada
    • Commandement aérien des Forces canadiennes - Sélectionné à l'origine pour fournir un rôle d'appui tactique au Canada, les escadrons de CF-5 devaient également être engagés sur le flanc nord de l'OTAN afin d'agir comme une force de réaction rapide. Cependant, le rôle du CF-5 au sein de l'ARC a fréquemment changé au cours des ans afin de devenir finalement un chasseur d'attaque léger spécialisé dans les frappes au sol, une plate-forme de reconnaissance et un avion de formation[14]. Au cours de sa carrière sous la cocarde canadienne, le CF-5 a reçu périodiquement de nombreuses améliorations de son avionique et de ses capacités. Canadair un ainsi produit 89 monoplaces CF-5A (dénomination locale CF-116A) et 46 biplaces CF-5D (CF-116D) au profit du nouveau commandement aérien des Forces canadiennes. Certains furent également vendus au Venezuela[15]. Les derniers CF-5 canadiens quittent le service actif en 1995.
F-5E Tiger II autrichien en mai 2008, quelque temps avant leur retour en Suisse. Les cocardes sont autrichienne alors que l’immatriculation est suisse.
  • Drapeau du Botswana Botswana
  • Drapeau de l'Éthiopie Éthiopie
    • Force aérienne éthiopienne - L'Éthiopie a reçu 10 F-5A et deux F-5Bs à partir de 1966. En 1970, l'Iran a transféré au moins trois F-5A et B à l'Ethiopie. En 1975, un autre accord a été conclu avec les États-Unis afin que soit livrés 14 F-5E et trois F-5F, mais seul 8 F-5E seront livrés en raison d'un embargo imposé à l'Éthiopie, et la rupture des relations diplomatiques avec les États-Unis. En 1976, deux pilotes éthiopiens font défection au Soudan avec leur chasseur F-5A mais les jets ont été retournés à l'Éthiopie. De 1977 à 1978, les chasseurs F-5 éthiopiens se sont vu combattre les forces somaliennes au cours de la guerre de l'Ogaden. Les F-5E éthiopiens étaient ainsi chargés de missions de supériorité aérienne, tandis que les F-5A ont été conservés en tant qu'avion d'attaque au sol pour les missions de frappes aériennes. Bien que les F-5E éthiopiens gagnèrent rapidement la supériorité aérienne sur les MiG-21MF somaliens, au moins trois F-5 ont été abattus par les forces de défense aérienne au cours d'attaques contre des bases d'approvisionnement dans l'ouest de la Somalie[16].
  • Drapeau de la Grèce Grèce
    • Force aérienne grecque - L'état hellénique reçu ses 55 premiers F-5A en 1965. En 1975, 10 avions ont été achetés à l'Iran et, plus tard, 10 autres à la Jordanie. En 1986, neuf avions sont cédés par la Norvège et en 1991, 10 NF-5A sont également acquis via les Pays-Bas. Ainsi, un total de 94 F-5, toutes versions confondues, seront acquis par la Grèce de 1965 à 1991. De 1967 à 1968, ce type d'appareil a été utilisé par la 3e équipe de voltige hellénique Nouvelle Flamme Hellénique. Le dernier NF-5A est retiré en 2002[17].
F-5A norvégien du 336e escadron durant le NATO Tiger Meet 1998.
  • Drapeau de la Libye Libye
    • Force aérienne de la république arabe libyenne - En 1969, le Royaume de Libye aurait perçu 10 F-5. À la suite de la prise du pouvoir par le colonel Kadhafi, l'entretien de ces avions a diminué, entraînant ainsi leur vente auprès de la Turquie.
  • Drapeau de la Norvège Norvège
    • Force aérienne royale norvégienne - En 1966, la Norvège reçu 108 Freedom Fighter: 16 RF-5A, 78 F-5A et 14 F-5B. Les 64 premiers ont été reçus en tant qu'aide militaire. Ils furent utilisés par plusieurs escadrons, le 336e étant le premier à recevoir le F-5 en février 1966 et le dernier à le retirer en août 2000. Dans le cadre du programme Eye of the Tiger, basé sur le développement d'un nouvelle tête chercheuse pour le missile d'attaque naval, trois avions ont été maintenus jusqu'en 2007 et ont été utilisés avec Kongsberg Defence & Aerospace. Les aéronefs reçus dans le cadre de l'aide militaire américaine ont été remis à la Grèce et à la Turquie.
  • Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas
    • Armée de l'air royale néerlandaise - 75 NF-5A et 30 NF-5B de fabrication canadienne ont été perçus par les Pays-Bas de 1969 à 1972. En 1991, après que ces avions aient tous été remplacés par le F-16 Fighting Falcon, les F-5 ont été initialement stockés sur les bases aériennes de Gilze-Rijen et de Woensdrecht, jusqu'à ce que finalement 60 appareils soient vendus à la Turquie, 11 à la Grèce et 7 au Venezuela. Les avions restants se trouvent également dans des musées.
NF-5A néerlandais au roulage derrière un F-4 Phantom II américain sur la base aérienne de Bodø, en Norvège, durant l'exercice Alloy Express de 1982.
  • Drapeau des Philippines Philippines
    • Force aérienne philippine - Les Philippines ont acquis un total de 37 F-5A/B de 1965 à 1998[18]. Son premier lot de 19 F-5A (monoplace) et trois F-5B (biplace) est reçu entre 1965 et 1967. En 1989, la FAP reçoit trois F-5A et un F-5B taïwanais[19]. Dans les années 1990, au moins huit F-5A sud-coréens et deux F-5A jordaniens sont également acquis. Les F-5 ont été utilisés par l'équipe acrobatique philippine des Blue Diamonds, et ont également subi une modernisation avec l'installation du radar AN/APQ-153, à la fin des années 1970. En 2005, la force aérienne philippine retire sa flotte de F-5A et B, comprenant également les aéronefs reçus en provenance de Taïwan et de la Corée du Sud[20].
  • Drapeau du Soudan Soudan
    • Force aérienne soudanaise - 10 F-5E et deux F-5F ont été livrés en 1978 au Soudan. L'un des F-5F a été vendu à la Jordanie.
  • Drapeau du Venezuela Venezuela
  • Drapeau de la République socialiste du Viêt Nam Viêt Nam
    • Force aérienne populaire vietnamienne - Lorsque le Sud-Vietnam fut envahi par les forces nord-vietnamiennes, le 30 avril 1975, environ 877 avions ont été capturés par les communistes. De ce nombre, 41 étaient des F-5. Plusieurs des F-5 hérités de la guerre du Vietnam ont été envoyés à la Pologne et la Russie, pour l'étude avancée de la technologie de l'aviation des États-Unis, tandis que d'autres ont été désarmés puis exposés dans des musées au Vietnam. Le 935e régiment de chasse de la 372e division aérienne du de la FAPV était la seule unité au monde à utiliser à la fois de chasseurs MiG-21 et F-5. Ces appareils furent utilisés contre les forces chinoises durant la guerre sino-vietnamienne. Finalement, le manque de pièces de rechange obligea à clouer au sol tous les avions capturés.
  • Drapeau de la République du Viêt Nam Viêt Nam du Sud
    • Force aérienne vietnamienne - Le Sud-Vietnam reçu une flotte de 158 chasseurs F-5A Freedom Fighters américains, coréens, iraniens et taïwanais, 10 RF-5A et huit F-5B d'entraînement. Les États-Unis fournirent également des F-5E Tiger II. La plupart des F-5 ont été évacués vers la Thaïlande en 1975, mais beaucoup seront capturés par l'armée populaire nord-vietnamienne et utilisés après la guerre.
  • Drapeau de la République arabe du Yémen Yémen du Nord

Il est le 7e avion de combat le plus utilisé dans le monde en 2012 avec, selon une estimation, 521 appareils en activité soit 3 % de la flotte mondiale d'avions de combat[21].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Knaack MS, Encyclopedia of US Air Force aircraft and missile systems, Office of Air Force History, 1978
  2. Philippe Chapleau, « Adversary Squadrons: les ex-F5 suisses vont durer jusqu'en 2020 », sur Lignes de défense Ouest-France,‎ (consulté le 25 décembre 2011)
  3. Saeqeh fighter plane test-flown in `Blow of Zolfaqar' wargames - Irna
  4. a et b (en) Gerard Frawley, The international directory of military aircraft 2002/2003, Aerospace Publication Australia,‎ (ISBN 1-875671-55-2)
  5. a et b Alain Pelletier, Les avions & engins Northrop, Guides Larivière,‎ (ISBN 2-84890-078-4)
  6. http://www.nasa.gov/centers/armstrong/multimedia/imagegallery/SSBD/index.html#lowerAccordion-set1-slide8
  7. a et b http://www.globalsecurity.org/military/systems/aircraft/f-5c.htm
  8. (en) « La chasse royale bahreïnie », Air Fan, no #370,‎ , p. 20-21
  9. « Saab Offers "100% Technology Transfer" in Bid to Secure TNI Gripen Deal »,‎
  10. Greg Waldron, « Indonesia eyes F-5E replacement options », sur www.flightglobal.com, Reed Business Information,‎ (consulté le 8 janvier 2014)
  11. (fr) « Le Conseil fédéral décide d’acquérir 22 Gripen », sur news.admin.ch, Département fédéral de la Défense, de la protection de la population et des sports,‎ (consulté en )
  12. « Le peuple dit non au Gripen » sur news admin.ch
  13. Air et Cosmos, n°25H Hors-série, Suisse, p.22
  14. "Canadair CF-116 CF-5." Canadianwings.com. Consulté le: 23 juillet 2011.
  15. "Canadair CF-5 Freedom Fighter." Forces armées canadiennes, Avril 2004. Consulté le: 23 juillet 2011.
  16. Cooper, Tom. "Ethiopia and Eritrea, 1950–1991." acig.org, 10 février 2008. Consulté le: 1 juillet 2011.
  17. "Northrop F-5A / B and NF-5A / B Freedom Fighter." Hellenic Air Force. Consulté le: 23 décembre 2014.
  18. "PAF to retire F-5 fleet". Philippine Star, 29 septembre 2005. Consulté le: 8 avril 2009.
  19. "Arms, Transparency and Security in South-East Asia" books.sipri.org, 1997, p. 113. Consulté le: 14 septembre 2009.
  20. Evangelista, Kate. "Philippine Air Force to buy 6 fighter jets." Globalnation via inquirer.net, 1er juillet 2011. Consulté le: 11 octobre 2011.
  21. (en)« World Air Forces 2013 », sur Flight Global,‎ (consulté le 26 janvier 2013)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Gérard Paloque, Northrop F-5 - Freedom Fighter et Tiger II, 1954-2012 : Avions et Pilotes n°18, Histoire & Collections,‎ , 98 p. (ISBN 978-2-35250-275-3, présentation en ligne)
  • Braybrook, Roy. "From Claws to Jaws: Tiger Into Tigershark". Air International, March 1982, Vol. 22, No. 3. p. 111–116, 136–138. ISSN 0306-5634.
  • (en) Francis Crosby, Fighter Aircraft, London, Lorenz Books,‎ (ISBN 978-0754809906).
  • "Directory:World Air Forces". Flight International, 15–21 December 2009. p. 33–53.
  • (en) Robert F. Dorr et David Donald, Fighters of the United States Air Force : from World War I pursuits to the F-117, London, Temple,‎ , 224 p. (ISBN 978-0600550945).
  • (en) Paul Eden (éditeur), Encyclopedia of modern military aircraft, London, Amber Books Ltd,‎ , 512 p. (ISBN 978-1904687849).
  • (en) Yefim Gordon, Mikoyan MiG-21 (Famous Russian Aircraft), Hinckley, Midland,‎ , 512 p. (ISBN 978-1857802573).
  • (en) Steve Harding, US Army aircraft since 1947, City, Airlife,‎ , 300 p. (ISBN 978-1853101021).
  • (en) Dennis R. Jenkins et Tony R. Landis, Experimental & prototype U.S. Air Force jet fighters, North Branch, Minnesota, USA, Specialty Press,‎ , 260 p. (ISBN 978-1580071116).
  • (en) Frederick Johnsen, Warbird Tech, vol. 44 : Northrop F-5/F-20/T-38, North Branch, MN, Specialty Press,‎ , 108 p. (ISBN 978-1580070942).
  • (en) Marcelle Knaack, Encyclopedia of US Air Force aircraft and missile systems, vol. 1 : Post-World War II Fighters, 1945-1973, Washington, DC, Office of Air Force History, US Air Force,‎ (ISBN 978-0912799599).
  • (en) Chris Knott et Tim Spearman, International Air Power Review, vol. 9 : Photo Report:Botswana Defence Force, Norwalk, Connecticut, USA, Airtime Publishing,‎ (ISBN 978-1880588567, ISSN 1473-9917), p. 76–79.
  • (en) Lake, Jon and Richard Hewson. "Northrop F-5". World Air Power Journal, Volume 25, Summer 1996. London: Aerospace Publishing. p. 46–109. ISBN 1-874023-79-4. ISSN 0959-7050.
  • (en) Steve Pace, X-Fighters : USAF experimental and prototype fighters, XP-59 to YF-23, Osceola, WI, Motorbooks International,‎ , 224 p. (ISBN 978-0879385408).
  • (en) Jerry Scutts, Northrop F-5/F-20, London Osceola, Wisc, Ian Allan United States distribution by Motorbooks International,‎ , 112 p. (ISBN 978-0711015760).
  • (en) Robbie Shaw, F-5, warplane for the world, Osceola, WI, USA, Motorbooks International,‎ (ISBN 978-0879384876).
  • Thompson, Warren. "Skoshi Tiger:The Northrop F-5 in Vietnam". Wings of Fame, Volume 5, 1996, p. 4–23. London: Aerospace Publishing. ISBN 1-874023-90-5. ISSN 1361-2034.
  • (en) David Wilson, Seek and strike : 75 Squadron RAAF, 1942-2002, Maryborough, Qld, Australia, Banner Books,‎ , 229 p. (ISBN 978-1875593231).

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Développement lié

T-38 - F-20 -

X-29

Aéronefs comparables

Aeritalia G-91 - Dassault Étendard -

MiG-21

Ordre de désignation

F-2 - F-3 - F-4 - F-5 - F-6 - F-7 -

F-8

Articles connexes

Liens externes[modifier | modifier le code]