Aero L-39 Albatros

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Aero Vodochody L-39 Albatros
L-39 à l'atterrissage.
L-39 à l'atterrissage.

Constructeur Drapeau : Tchécoslovaquie Aero Vodochody
Rôle Avion d'entraînement - avion d'attaque léger
Premier vol
Date de retrait Toujours en service
Équipage
2
Motorisation
Moteur Ivtchenko-Progress AI-25TL
Nombre 1
Type turboréacteur sans post-combustion
Poussée unitaire 16,9 kN
Dimensions
Aero L-39 ALBATROSS.svg
Envergure 9,46 m
Longueur 12,13 m
Hauteur 4,77 m
Surface alaire 18,8 m2
Masses
À vide 3 459 kg
Maximale 4 700 kg
Performances
Vitesse maximale 910 km/h
Vitesse de décrochage 162 km/h
Plafond 11 500 m
Vitesse ascensionnelle 1 320 m/min
Rayon d'action 000 km
Facteur de charge +8g/-4g
Armement
Interne Aucun
Externe 1 290 kg sur quatre points d'ancrage extérieurs

Le L-39 Albatros est un avion d'entraînement militaire construit par la firme tchécoslovaque Aero Vodochody, qui a succédé à l'Aero L-29 Delfin comme avion standard d'entraînement des forces du Pacte de Varsovie. Si la fin de l'Union Soviétique fit chuter de plus de 80 % les ventes de cet appareil, avec ses dérivés L-59 et L-139, il restait début 2006 l'avion d’entraînement à réaction le plus répandu dans le monde[réf. nécessaire]. C'est aussi devenu un warbird très apprécié.

Origine[modifier | modifier le code]

C’est en février 1964 que le Ministère tchécoslovaque de la Défense émit un cahier des charges préliminaire visant à la réalisation d’un biplace d’entraînement à réaction destiné à succéder à l’Aero L-29 Delfin. S’en suivit un certain nombre de tractations avec le principal client potentiel, l’Union soviétique. De ce processus naquit la décision d’équiper le futur appareil d’un turboréacteur dérivé de l’Ivtchenko-Progress AI-25 équipant le triréacteur de transport Yak-40. Tandis qu’une équipe dirigée par Jan Vlček, responsable du bureau d’études chez Aero, assisté de Karel Dlouhý, responsable des études préliminaires, travaillait à mettre en forme un avion aussi simple de structure et de configuration que le L-29, Motorlet (Walter) était chargée du développement du réacteur AI-25W tandis que le VZLÚ de Letňany (en) s’occupait de la réalisation d’un siège éjectable approprié, le VS-1. Piloté par Rudolf Duchoň, le prototype L-39 X-02 effectua son premier vol le 4 novembre 1968 sur le terrain de Vodochody.

Si les essais en vol révélèrent immédiatement les excellentes qualités aérodynamiques du L-39, des problèmes apparurent au niveau de la motorisation et du dessin des prises d’air, qui durent être modifiées, entraînant un élargissement du maître-couple. Les trois prototypes suivants furent donc utilisés pour régler ces problèmes, deux autres servants à des essais au sol. Le septième prototype reçut les prises d’air définitives et servit à la mise au point du système de contrôle d’environnement et d’une APU utilisant une turbine française Saphir 5, ce qui rendait le L-39 totalement autonome au sol.

C’est finalement le turboréacteur AI-25TL, produit par Progress en Ukraine, qui fut retenu, moteur testé en 1971 sur les prototypes X-02 et X-07, tandis que la production de série était lancée et l’appareil officiellement baptisé Albatros. Alors que le premier des 10 appareils de présérie était livré le 28 mars 1972 à l’armée de l’air tchécoslovaque, les essais se poursuivaient à un rythme élevé : au cours de l’été 1972 le X-07 effectuait ses essais officiels en Tchécoslovaquie, avant d’effectuer l’année suivante les épreuves de validation officielle permettant son emploi en Union soviétique. En 1977 apparurent de nouvelles versions du L-39 Albatros, et le modèle de base fut désigné rétroactivement L-39C.

Domaine d'utilisation[modifier | modifier le code]

Le L-39 est aussi capable d'utiliser des aérodromes improvisés avec un équipement minimal. L'avion a été construit pour des vols de reconnaissance[1].

Production[modifier | modifier le code]

Au total Aero Vodochody a livré 2 843 L-39 Albatros jusqu’en 1997.

Les différentes versions[modifier | modifier le code]

  • L-39C Albatros : Version de base, avionique essentiellement d’origine soviétique et 2 points d’emport de charges externes sous voilure. Appareil à réaction d’entraînement de base et avancé standard des forces du Pacte de Varsovie.
  • L-39V Albatros : C’est à la demande des forces tchécoslovaques que fut développé ce monoplace de remorquage de cibles. Le prototype fut le L-39 X-08 dont le cockpit arrière, non pressurisé, fut équipé d’un treuil entraîné par une turbine dont la prise d’air était située sous le fuselage. La cible remorquée KT-04 fut développée par la firme Letov (en). 8 exemplaires seulement ont été construits, utilisés en Tchécoslovaquie (6) et République démocratique allemande (2).
  • L-39ZO Albatros : Il apparut rapidement que le L-39 pouvait constituer une plate-forme d’armement acceptable, ce qui devait rendre l’appareil plus attrayant auprès des pays du Tiers Monde, puisque capable de servir à la fois à l’entraînement et à l’appui tactique. La modification consistait principalement à porter de 2 à 4 le nombre de points externes d’emport de charges sous voilure, celle-ci étant renforcée et les points internes devenant ‘humides’ (donc avec possibilité d’emporter des bidons externes largables. Un premier prototype (L-39 X-09) prit l’air le 25 juin 1975. Il fallut un an d’essais en vol et la sortie d’un dixième prototype pour mettre au point cette nouvelle version, très largement exportée.
  • L-39ZA Albatros : Le programme de développement du L-39ZO achevé, les prototypes X-09 et X-10 furent équipés d’un canon bitube GSh-23 ventral (150 obus) pour des essais qui débutèrent en septembre 1976. Ils furent rejoints le 16 mai 1977 par un onzième prototype à l’avionique améliorée, ces appareils prenant la désignation L-39ZA et pouvant être utilisés pour des missions de reconnaissance, d’appui ou d’entraînement avancé. Le L-39 X-11 fut le premier Albatros à être présenté en Europe de l’Ouest : il fut en effet exposé au Salon du Bourget en 1977.
  • L-39ZA/ART Albatros : Version du précédent destiné à la Thaïlande, équipé d’une avionique israélienne Elbit.
  • L-39MS Super Albatros : Le 30 septembre 1996 a pris l’air le prototype d’un L-39C dont la cellule était à nouveau renforcée, la pointe avant allongée, le poste de pilotage entièrement redessiné équipé d’une centrale de navigation à gyrolaser, d’un affichage tête haute, d’un calculateur numérique… Motorisé avec un nouveau réacteur, le Lotarev DV-2 de 2 158 kgp, ce modèle a été construit à 7 exemplaires seulement pour la Tchécoslovaquie, la version export étant désignée L-59 Super Albatros.
  • L-59 Super Albatros : Version export du L-39MS, dont 60 exemplaires seront produits jusqu’en 1999 pour la Tunisie et l’Égypte.
  • L-139 Albatros : Modernisation du L-39 dont le prototype a pris l’air le 16 mai 1993. Avec une avionique occidentale et un réacteur Garrett TFE731-4-1 de 1 815 kgp, c’est un appareil d’entraînement avancé et d’attaque au sol qui a tenté en vain d’ouvrir une brèche dans le segment détenu par le BAe Hawk.
  • L-159A ALCA : C’est en 1992 que fut lancé le projet ALCA (Advanced Light Combat Aircraft) d’une version monoplace d’appui tactique du L-59 Super Albatros. L’armée de l’air tchèque ayant exprimé son intérêt pour 72 appareils, un prototype fut développé en collaboration avec le constructeur américain Boeing afin de répondre entièrement aux normes OTAN. Équipé d’un radar Fiat Grifo-L multimode à impulsion Doppler et d’un réacteur Allied Signal ITEC F124GA, le prototype a effectué son premier vol le 2 août 1997 et ses essais en vol se sont achevés en juin 1999 à Cazaux (France).
  • L-159B Albatros II : Version biplace du L-159A, le premier des deux prototypes prenant l'air le . Une commande de 12 exemplaires a été annulée par le Ministère tchèque de la défense.
  • L-159T1 : En juin 2006 le Ministère tchèque de la Défense a commandé à Aero Vodochody la conversion de 4 monoplaces L-159A en biplace d’entraînement avancé, selon un standard assez proche du L-159B. Le prototype a pris l’air en mars 2007 et les 4 appareils devaient être livrés avant la fin de l’année.
  • L-39NG : En juillet 2014, Aero propose version équipé d'un une turbine Williams FJ44-4M de 16,87 kN de poussée disposant d'un démarreur électrique. Il doit recevoir un cockpit tout écran, un nouveau siège éjectable, et une nouvelle verrière en deux parties au lieu de trois. Un premier prototype pourrait voler en 2016 pour une entrée en service d'ici la fin des années 2010[2].

Utilisateurs militaires[modifier | modifier le code]

  •      Utilisateurs actuels
  •      Anciens utilisateurs
  • Drapeau de l'Abkhazie Abkhazie : 3
  • Drapeau de l'Afghanistan Afghanistan : L’école de pilotage de Sherpur a reçu 8 L−39 C en 1977, 6 en 1983 et 2 en 1984. Certaines sources parlent de 26 appareils livrés, mais 3 seulement semblaient encore en service fin 2006.
  • Drapeau de l'Algérie Algérie : L’Algérie a reçu 10 L−39 ZA en 1987, 10 L−39 ZA en 1988, 12 L−39 ZA en 1991 et 7 L−39 C en 1991. Ces appareils ont équipé l’école d’entraînement avancé d’Oran. Ils ont depuis été regroupés au sein des 618e escadron d’entraînement avancé de Tafaraoui et 632e escadron d’instruction d’appuis de Méchria. Dix-sept L-39ZA supplémentaires commandés en 1991 et stockés au nord de Prague ont été annulés en 2001. Ils ont depuis été regroupés au sein des 618e escadron d’entraînement avancé de Tafaraoui et 632e escadron d’instruction d’appuis de Méchria.
Un exemplaire de L-39ZO anciennement Est-Allemand est aujourd'hui exposé au Musée des techniques de Spire repeint aux couleurs tchécoslovaques.
  • Drapeau de l'Allemagne de l'Est République démocratique allemande : 2 L−39 V et 40 L−39 ZO, dont 19 seront revendus à la Hongrie après la réunification allemande.
  • Drapeau de l'Arménie Arménie : 4 L−39 C
  • Drapeau de l'Azerbaïdjan Azerbaïdjan : 12 L−39 C
  • Drapeau du Bangladesh Bangladesh : 8 L−39 ZA ont été livrés en 1996 pour remplacer les Shenyang FT-6 (MiG 17 ?) du No.25 Sqdn de Chittagong. Remplacé à partir de fin 2015 par des Yak-130[3]
  • Drapeau de la Biélorussie Biélorussie :
  • Drapeau de la Bulgarie Bulgarie : 35 L−39 ZA ont été livrés à la Bulgarie entre 1986 et 1991 pour équiper les deux escadrilles de la base école 12 de Kamenetz (en).
  • Drapeau du Cambodge Cambodge : 6 L−39 C des surplus tchécoslovaques, modernisés par IAI, ont été livrés au Cambodge entre 1996 et 1997, 6 L−39 ZA d’origine bulgare les ayant rejoint en 1998.
  • Drapeau de la République du Congo République du Congo : 4 appareils signalés en service en 1986.
  • Drapeau de la Corée du Nord Corée du Nord: 12 L−39 C
  • Drapeau de Cuba Cuba : 30 L−39 C livrés en 1982.
  • Drapeau de l'Égypte Égypte : 49 L−59 E livrés en 1993/94 pour la brigade d’entraînement d’El Minya, plus une dizaine de L-39ZO cédés par la Libye.
  • Drapeau de l'Estonie Estonie: 2 L−39 C ont été loués entre mai et décembre 2006 et utilisés avec immatriculation civile [ES-RAZ et ES-YLZ] sur la base de Ämari.
  • Drapeau de l'Éthiopie Éthiopie : 24 L−39 C ont été livrés à l’académie de l’air de Lideta (7 perdus sur accidents ?)
  • Drapeau de la Géorgie Géorgie : 10 L−39 C
  • Drapeau du Ghana Ghana : 2 L−39 ZO ont été remis au Ghana en mai 1999 à Trencin (République tchèque).
  • Drapeau de la Hongrie Hongrie: 20 L−39 ZO achetés en Allemagne en 1994 pour équiper la 3e escadrille du 59 SDHRE de Kecskermet. Après conversion de celle-ci sur MiG-29 en 2005 les Albatros ont été transférés à une nouvelle unité, la 2e escadrille.
  • Drapeau de l'Irak Irak : 22 L−39 C et 59 L−39 ZO ont équipé trois escadrilles de l’académie de l’air d’Abu Graïb dès 1986.
  • Drapeau du Kazakhstan Kazakhstan : 12 L−39 C
  • Drapeau du Kirghizistan Kirghizistan : 67 L−39 C se trouvant sur la base-école d’Arvede ont été transférés par l’Union soviétique le , dont 15 L−39 TC (?) vendus à un importateur américain en 2000.
  • Drapeau de la Lituanie Lituanie : 4 L−39 C ont été obtenus au Kirghizistan en 1993 pour constituer la première escadrille de chasse de ce pays balte. Ils ont été renforcés en 1998 par 2 L−39 ZA et équipent aujourd’hui la 21e escadrille de chasse. Le 30 août 2011, l'un des L-39 a été apparemment perdu à la suite d'un accrochage lors d'un entraînement commun avec un Mirage 2000-C français, présent en Lituanie dans le cadre de l'opération Baltic 2011, où 4 Mirage français surveillent le ciel des états baltes (en rotation avec d'autres pays de l'OTAN). Les 2 pilotes lituaniens ont pu s'éjecter et le mirage a pu atterrir[4].
  • Drapeau de la Libye Libye : 173 L−39 ZO et 8 L−39 C ont été livrés à la Libye entre 1978 et 1983, une centaine étant probablement encore en service début 2000. 10 ont été cédés à l’Égypte, quatre à l’Ouganda, sept détruits par un raid de l’armée française à Ouadi Doum, au Tchad[réf. nécessaire]. Six ont été revendus sur le marché civil aux États-Unis. Plusieurs participent aux guerres civiles libyennes et y subissent des pertes[5].
  • Drapeau du Nicaragua Nicaragua: 6 L−39 ZO
  • Drapeau du Nigeria Nigeria : 17 L−39 ZA sont en service dans les forces aériennes nigériennes[6].
  • Drapeau de l'Ouganda Ouganda: 3 L−39 C ou ZO d’origine libyenne.
  • Drapeau de l'Ouzbékistan Ouzbékistan : 12 L−39 C à l’académie de l’air en 1999.
  • Drapeau de la Roumanie Roumanie : 32 L−39 ZA ont été livrés au 49e groupe de chasse et bombardement d’Ianca et à l’école de pilotage de Boboc. 10 appareils ont été vendus en 2000 à Worlwide Warbirds aux États-Unis, les autres regroupés au sein de la 201e escadrille.
  • Drapeau de la Russie Russie : 2 094 L−39 C ont été livrés officiellement à l'Union soviétique, probablement 1 250 encore en service en 2006.
  • Drapeau de la Slovaquie Slovaquie : À la partition de la Tchécoslovaquie le la Slovaquie a récupéré 8 L−39 C, 9 L−39 ZA, 2 L−39 MS et 2 L−39 V. L’école de pilotage de Kosice ayant réformé ses L-39C, il ne reste en 2006 que les L-39ZA en service au 1.SLK de Sliac.
Aero L-39 ZA de la force aérienne slovaque en 2005.
  • Drapeau de la Syrie Syrie : 44 L−39 ZA et 55 L−39 ZO utilisés depuis 1983 pour l’entraînement.
  • Drapeau de la République tchèque République tchèque : À la partition de la Tchécoslovaquie la République tchèque a récupéré 33 L−39 C, 5 M−39 MS et 4 L−39 V pour les centre-écoles de Pardubice et Ceske Budojovice, tandis que 32 L−39 ZA constituaient les trois escadrilles de l’escadre tactique no 4 de Caslav. En 2006 il ne reste plus que deux escadrilles sur L-39ZA (42.SLt1 et 322.SLt). 60 L−159 A et 12 L−159 B ont été commandés en 1998 pour remplacer les MiG-21F. Le premier appareil a été livré le 20 octobre 1999, le dernier le 3 février 2004, tous en configuration monoplace, le Ministère tchèque de la Défense ayant renoncé à la version biplace. Le L-159A a été mis officiellement en service le 14 novembre 2001 par l’escadrille de chasse 42 à Caslav. Après la perte d’un appareil, et sur fond de polémique entre Boeing et l’état tchèque, principaux actionnaires d’Aero Vodochody, le Ministère de la Défense tchèque a annoncé en juillet 2004 qu’il retirait 47 appareils de service pour les vendre, ne conservant que 18 appareils en service (plus 6 en réserve) pour équiper les 321e et 322e escadrilles d’entraînement du 32e groupe tactique de Namest nad Oslavou. En 2006 une nouvelle commande a porté sur la conversion de 4 L−159 A et biplaces L-159T1.
  • Drapeau de la Tchétchénie Tchétchénie : Au moins 39 L−39 C
  • Drapeau de la Thaïlande Thaïlande: 36 L−39 ZA/ART ont été commandés en mars 1992 pour remplacer en priorité les Lockheed T-33/RT-33. Le premier appareil a été officiellement livré à Vodochody le 15 octobre 1993 et les L-39ZA ont permis le rééquipement des no 101 et 102 Sqdn (Korat RTAFB) et 401 Sqdn (Takhli RTAFB). 4 appareils supplémentaires ont été commandés en 1996. En 2004 le no 102 Sqdn a été converti sur F-16A/B tandis que 12 L−39 ZA du no 401 Sqdn ont été transférés au no 411 Sqdn de Chiang mai pour remplacer les OV-10C Bronco.
  • Drapeau de la Tunisie Tunisie : 12 L−59 T livrés en 1995 pour l’école de pilotage de Sfax.
  • Drapeau du Turkménistan Turkménistan : 2 L−39 C au moins utilisés par le 31 vshas de Chardzhou.
  • Drapeau de l'Ukraine Ukraine : Environ 450 L−39 C équipaient en 1999 les 5e et 14e Corps d’Armée, le centre d’entraînement avancé de Bagerovo (33 TsBP) et les bases-école 201, 203 et 204 de l’Académie de l’Air. En 2003 la société israélienne IAI a présenté aux autorités ukrainiennes un programme de modernisation des appareils encore en service.
  • Drapeau de la République socialiste du Viêt Nam Viêt Nam : 24 L−39 C ont été livrés en 1980/81 au Régiment 910 (Académie de l’Air) de Nha Trang. Un de ces appareils s’est écrasé le 29 avril 2005.
  • Drapeau du Yémen Yémen : 12 L−39 C commandés fin février 1999 pour assurer l’entraînement des pilotes de MiG-21, MiG-23 et Su-22.

La conversion à l'usage civil[modifier | modifier le code]

Si l'effondrement de l'Union soviétique a touché durement la firme Aero Vodochody, la carrière de l'Albatros s'est diversifiée, l'appareil devenant un warbird très apprécié.

Un exemple des plus évidents est la patrouille Breitling Jet Team. De plus, de nombreux privés ont acheté un L-39 pour s'amuser, ou même des sociétés qui proposent à leurs clients une journée dans la peau d'un pilote de chasse. On comptait ainsi 257 L−39 sur le registre civil américain en mars 2006 et une course spécifiquement réservée aux L-39 a été créée aux Reno Air Races.

On peut également constater l'émergence de structures associatives en France au sein desquelles, en devenant membre, le rêve de voler sur L-39 est devenu accessible.

Tarif[modifier | modifier le code]

L-39 à Reno.

Prix d'achat :

  • 200 000 € pour un modèle état d’origine (russe), prévoir de lourdes réparations.
  • 400 000 à 1 000 000 € pour un appareil sans mauvaises surprises.

Formation complète : À partir de 30 000 € - selon votre expérience

Calcul du prix de l'heure de vol pour une moyenne de 100 h/an.

  • Assurance : 15 à 30 000 € par an (selon le pilote)
  • Hangar : Environ : 6 000 € par an (500 € par mois) gratuit si l'avion est dehors
  • Inspection annuelle : Environ 15 000 € par an (une personne vient de Russie pour vérifier)
  • Pièces détachées : Environ 5 000 € par an
  • Maintenance : Environ 50 000 € par an
  • Consommation : Environ 1 000 €/h
  • Perte financière : quasi nulle si l’appareil est en excellent état de marche.

Prix de revient d'une heure de vol : Environ 2 000 € de l'heure.

Consommation[modifier | modifier le code]

Consommation pour une vitesse de 400 nœuds, selon l'altitude :

  • 3 000 ft = 1 500 L/h
  • 10 000 ft = 1 150 L/h
  • 16 000 ft = 1 000 L/h
  • 26 000 ft = 750 L/h

Carburant disponible (JET A1)[modifier | modifier le code]

  • A-1 réservoir du fuselage

    Capacité : 1 056 L

  • A-2 réservoir du fuselage + 2 réservoirs de bouts d'ailes de 100 L chacun

    Capacité : 1056 + 200= 1 256 L

  • B-1 réservoir du fuselage + 2 réservoirs de bouts d'ailes + 2 réservoirs externes (largables) de 150 L chacun

    Capacité : 1056 + 200 + 300 = 1 556 L

  • C-2 réservoir du fuselage + 2 réservoirs de bouts d'ailes + 2 réservoirs externes (largables) de 350 L chacun

    Capacité : 1056 + 200 + 700 = 1 956 L

Le L-39 vedette de cinéma[modifier | modifier le code]

Deux L-39ZO apparaissent dans le film Demain ne meurt jamais, une des nombreuses aventures cinématographiques de James Bond et un autre dans Lord of War.

Il est aussi visible dans le téléfilm Americanski Blues, Green Lantern, Jackass 3, Fast Glass, L'Arme fatale 4, Red Sky, Tactical Assault mais aussi l'épisode 8 de la saison 1 de Madam Secretary et la saison 2 de Prison Break

Accidents et incidents[modifier | modifier le code]

  • Drapeau de l'Allemagne de l'Est Anklam,  : le L-39ZO numéro 731019 de l'armée de l'air est allemande (156) est victime d'une panne moteur à cause d'une mauvaise lubrification de la turbine. Les pilotes s'éjectent mais ne survivent pas.
  • Drapeau de la Tchécoslovaquie Košice,  : le L-39C immatriculé 4356 de l'armée de l'air tchécoslovaque s'écrase. L'élève à bord parvient à s'éjecter mais l'instructeur décède.
  • Drapeau de la Tchécoslovaquie Poříčany,  : le L-39ZA immatriculé 1740 de l'armée de l'air tchécoslovaque s'écrase après une panne moteur. Les pilotes survivent.
  • Drapeau de la Tchécoslovaquie Kalsa,  : le L-39ZA numéro 031735 de l'armée de l'air tchécoslovaque (1735) est victime d'une panne moteur au-dessus d'une ville. Les pilotes planent jusqu'à une zone plus dégagée mais s'éjectent trop tard et décèdent.
  • Drapeau de l'URSS Zernograd,  : un L-39C de l'armée de l'air soviétique s'écrase après une panne moteur.
  • Drapeau de la République tchèque Prerov,  : un L-39 de l'armée de l'air tchèque s'écrase, le pilote est parvenu à s'éjecter.
  • Drapeau de la République tchèque Bukovka,  : le L-39C numéro 530447 de l'armée de l'air tchèque (0447) s'écrase après un feu de moteur, les pilotes s'étaient éjectés auparavant.
  • Drapeau de la République tchèque Košice,  : le L-39C immatriculé 4357 de l'armée de l'air tchèque percute le L-39V immatriculé 0730 en l'air. Aucune victime.
  • Drapeau de la Thaïlande Thaïlande,  : le L-39ZA numéro 365420 du 401e Escadron Royal de l'armée de l'air thaïlandaise (KhF1-18/37) s'écrase, tuant ses deux pilotes.
  • Drapeau de la Thaïlande Korat,  : le L-39ZA immatriculé KhF1-7/37 du 401e Escadron Royal de l'armée de l'air thaïlandaise est victime d'une panne moteur. Les deux pilotes s'éjectent mais l'un des deux meurt à cause de son parachute.
  • Drapeau des États-Unis Traverse City,  : le L-39C numéro 482886 immatriculé N7868M disparaît des radars. La cause de l'incident est toujours inconnue. L'avion reste introuvable.
  • Drapeau de la Thaïlande Lopburi,  : Un L-39ZA de l'armée de l'air thaïlandaise s'écrase après des problèmes moteurs. Les 2 pilotes sont saufs.
  • Drapeau de la Thaïlande Thaïlande,  : un L-39ZA du 101e Escadron Royal de l'armée de l'air thaïlandaise s'écrase. 1 mort et 1 blessé.
  • Drapeau des États-Unis Hilton Head,  : le L-39C numéro 332748 immatriculé N139CG voit son train d'atterrissage mal déployé et se replier lorsqu'il touche le sol provoquant une glissade l'appareil sur la piste sur sa carlingue.
  • Drapeau des États-Unis Watkins,  : Le L-39C numéro 135234 immatriculé N602MC s'écrase lors de son montée initiale tuant ses deux occupants.
  • Drapeau des États-Unis Pecan Island,  : Le L-39C 031804 immatriculé N901NL s'écrase au sol alors qu'il réalisait des acrobaties à basse altitude.
  • Drapeau de la République tchèque Pelhřimov,  : le L-39ZA 035013 de l'armée de l'air tchèque s'écrase en effectuant des acrobaties à basse altitude.
  • Drapeau du Royaume-Uni Autoroute M11 (en) vers Duxford,  : le L-39C numéro 730932 immatriculé G-BZVL sort de la piste lors de son atterrissage, la piste étant trop courte il se retrouve sur l'autoroute adjacente. Le pilote, qui est le seul des deux occupant à s'éjecter est tué, l'autre passager étant indemne.
  • Drapeau de la Russie Sosnowka,  : un L-39C de l'armée de l'air s'écrase après une panne moteur, les pilotes s'étant éjectés.
  • Drapeau des États-Unis Tracy,  : le L-39 numéro 332627 immatriculé N139RH s'écrase alors qu'il effectuait des acrobaties à basse altitude, tuant son pilote.
  • Drapeau des États-Unis Gadsden,  : le L-39C numéro 332449 immatriculé N8125R percute des débris alors qu'il vole sous un orage violent ce qui endommage le moteur. Le pilote effectue un atterrissage d'urgence et s'éjecte pendant celui-ci.
  • Drapeau du Royaume-Uni Duxford,  : le L-39C numéro 232337 immatriculé G-OTAF effectue un atterrissage forcé dans un champ à la suite d'une panne de moteur. Le pilote est indemne.
  • Drapeau des États-Unis Forest Hill[Lequel ?],  : le L-39ZO numéro 731013 immatriculé N298RD s'écrase dans un zone résidentielle. L'enquête conclura à des erreurs du pilote qui causèrent des problèmes de puissance du moteur.
  • Drapeau de la Russie Novy Mir,  : un L-39C de l'armée de l'air russe s'écrase puis explose près du village de Novy Mir. Le deux pilotes s'étaient éjectés.
  • Drapeau des États-Unis Hyak,  : le L-39C numéro 812041 immatriculé N39TJ s'écrase au sol durant sa montée après le décollage, le pilote ayant déclaré quelques secondes plutôt qu'il avait perdu le contrôle de son avion. Le cause du crash n'ont pas été déterminée. Deux morts.
  • Drapeau des États-Unis Ketchikan,  : le L-39MS numéro 040004 immatriculé N104XX alors en approche aux instruments pour cause de mauvais temps s'écrase dans la mer à cause d'une erreur du pilote. Il s'éjectera mais sera tué.
  • Drapeau de la Thaïlande Thaïlande,  : le L-39ZA numéro 365246 du 401e Escadron Royal de l'armée de l'air thaïlandaise immatriculé Kh1-24/37 subit un atterrissage violent et est déclaré irréparable.
  • Drapeau de la Russie Novokubansk,  : le L-39 immatriculé 713 de l'armée de l'air russe s'écrase lors d'un vol d'entraînement, le pilote meurt mais le passager est seulement blessé.
  • Drapeau des États-Unis Titusville,  : le L-39C numéro 031803 immatriculé N63925 s'écrase lors d'acrobatie pendant un meeting aérien.
  • Drapeau de la République socialiste du Viêt Nam Mer de Chine du Sud vers Ninh Tuan : un L-39 de l'armée de l'air vietnamienne s'écrase après un problème technique. Les pilotes sont portés disparus.
  • Drapeau de la Russie Maikop,  : un L-39 de l'académie de Krasnodar s'écrase après une panne moteur.
  • Drapeau des États-Unis Reno,  : le L-39C numéro 834874 immatriculé N139DK s'écrase lors d'une course pendant un meeting. Il se trouvait à basse altitude et a rencontré une rafale de vent soudaine.
  • Drapeau de la Russie Kotelnikovo,  : un L-39 de l'académie de Krasnodar s'écrase lors de sa montée. Le pilote décèdera de ses blessure et le cadet survivra.
  • Drapeau de la Russie Armavir,  : un L-39 de l'académie de Krasnodar s'écrase après une panne moteur malgré deux tentatives du pilote de redémarrer le moteur. Il s'éjectera.
  • Drapeau de la Hongrie Fehérgyarmat,  : le L-39ZO numéro 831120 de la force aérienne hongroise (120) s'écrase pendant une manœuvre, les pilotes n'ont pas réussi à s'éjecter.
  • Drapeau du Venezuela Cumaná,  : le L-39 numéro 931327 immatriculé YV100X s'écrase dans une zone résidentielle faisant 5 morts en plus du pilote à la suite de problèmes de moteur.
  • Drapeau de la République tchèque Holice,  : le L-39C numéro 390440 de l'armée de l'air tchèque (0440) s'écrase après l'éjection des pilotes qui avaient constaté une défaillance du moteur. L'impact met le feu à la forêt adjacente.
  • Drapeau de la République tchèque Biskupice,  : le L-39ZA numéro 232341 de l'armée de l'air tchèque (2341) s'écrase après que le titane du moteur ait prit feu. Les pilotes se sont éjectés.
  • Drapeau de la France Sainte-Hélène,  : le L-39ZO numéro 831135 immatriculé RA-3514K effectue un atterrissage d'urgence dans une forêt après une panne de carburant.
  • Drapeau des États-Unis Greenwood Lake,  : le L-39C numéro 934873 immatriculé N111XN fait un tonneau après une excursion hors-piste lors de son atterrissage.
  • Drapeau des États-Unis Comté d'Etowah,  : le L-39C numéro 132013 immatriculé N16RZ s'écrase peut après son décollage dans un bois, déclenchant un incendie. Le pilote est mort.
  • Drapeau des États-Unis Punta Gorda,  : le L-39C numéro 831106 immatriculé N138EM sors de la piste après des problèmes de freins.
  • Drapeau des États-Unis Boulder City,  : le L-39 numéro 132127 immatriculé N39WT s'écrase après des problèmes de moteur.
  • Drapeau de l'Afrique du Sud Klerksdorp,  : le L-39 numéro 232202 immatriculé ZU-HIT s'écrase après une acrobatie lors d'un meeting aérien.
  • Drapeau des États-Unis Davenport,  : le L-39C numéro 432833 immatriculé N139GS s'écrase au sol et explose après des acrobaties lors d'un meeting aérien.
  • Drapeau de la Syrie al-Taana,  : le L-39 immatriculé 2121 de l'armée de l'air syrienne est abattu par les rebelles;
  • Drapeau de l'Ukraine Ivano-Frakivsk,  : un L-39 de l'armée de l'air ukrainienne effectue un atterrissage forcé après des problème de train d'atterrissage.
  • Drapeau des États-Unis Reno,  : le L-39C numéro 031633 immatriculé N2399V percute le L-39C numéro 330211 immatriculé N8124N se percutent en vol lors de la préparation à une course. Le premier atterri normalement, tandis que le deuxième éprouve plus de difficultés.
  • Drapeau de la Thaïlande Korat,  : un L-39ZA de l'armée de l'air thaïlandaise ne parvient pas à décoller après une baisse de puissance du moteur.
  • Drapeau du Bangladesh Chittagong,  : un L-39ZA de l'armée de l'air bangladaise prend feu lors de son atterrissage.
  • Drapeau du Yémen Taiz,  : un L-39 de l'armée de l'air yéménite s'écrase et explose lors de son atterrissage.
  • Drapeau de la Syrie Alep,  : un L-39 de l'armée de l'air syrienne est détruit au sol par des rebelles.
  • Drapeau de la Syrie Kweres,  : un L-39 de l'armée de l'air syrienne s'écrase après un problème technique.
  • Drapeau des États-Unis Colorado River,  : le L-39 numéro 432942 immatriculé N6175C percute des lignes électriques et effectue un atterrissage d'urgence.
  • Drapeau de la Libye Sirte, : deux L-39 de Libya Dawn sont détruits par l’État islamique.
  • Drapeau de la Syrie Kweres,  : un L-39 de l'armée de l'air syrienne s'écrase à la suite d'un problème technique.
  • Drapeau des États-Unis Oneida,  : le L-39 numéro 332505 immatriculé N139RT s'écrase après une acrobatie pendant un meeting aérien.
  • Drapeau des États-Unis Byron,  : le L-39C numéro 630707 immatriculé N439DH effectue un atterrissage brutal sur l'aéroport municipal de cette ville.
  • Drapeau de la République socialiste du Viêt Nam Phu Yen,  : le L-39 immatriculé 8705 de l'armée de l'air vietnamienne s'écrase sur l'autoroute 1 peu après son décollage, tuant son pilote et une personne au sol.
  • Drapeau de la Syrie Sadad,  : un L-39 de l'armée de l'air syrienne s'écrase, soit il a été abattu, soit il a été victime d'un problème technique.
  • Drapeau des États-Unis Norfolk,  : le L-39 numéro 330214 immatriculé N139AJ sort de la piste lors de son atterrissage et percute des arbres.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

  • (en) Jon Lake, « Aero L-39 Albatros Family: Variant Briefing », World Air Power Journal, London, Aerospace Publishing, vol. 43,‎ , p. 116–131 (ISBN 1-86184-055-1)
  • (en) John W.R. Taylor, Jane's all the world's aircraft, 1988-89, London New York, Jane's, (ISBN 0-710-60867-5).
  • (en) Josef Mladějovský, Nebe pro Albatros : kapitoly o inženýru Janu Vlčkovi, českém leteckém konstruktéru [« Ceil pour Albatros : l'ingénieur Jan Vlček, concepteur d'avion Tchèque »], Praha, Naše vojsko,