Stade de Wembley (1923)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Wembley Stadium (1923))
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Cet article concerne le stade construit en 1923 et démoli en 2003. Pour le nouveau stade, voir Wembley Stadium. Pour le quartier, voir Wembley.
Wembley Stadium
{{#if:
Wembley Twin Towers (retouched).jpg
Généralités
Noms précédents British Empire Exhibition Stadium
Surnom(s) The Twin Towers, The Place of Living Rock, Old Wembley
Nom complet Stade de Wembley lors de l'Euro 1996.
Adresse Londres, Angleterre
Coordonnées 51° 33′ 20″ N 0° 16′ 47″ O / 51.555556, -0.279722 ()51° 33′ 20″ Nord 0° 16′ 47″ Ouest / 51.555556, -0.279722 ()  
Construction et ouverture
Début construction 1922
Ouverture 1923
Architecte Sir John Simpson (en) et Maxwell Ayrton (en)
Coût de construction 750 000 £GBP (1923)
Fermeture 2000
Démolition 2003
Utilisation
Clubs résidents Football : Angleterre (1923 à 2000)
Speedway : Wembley Lions (en) (1946 à 1971)
Propriétaire Wembley Company
Équipement
Surface Pelouse naturelle
Capacité 82 000 (initialement 127 000)

Géolocalisation sur la carte : Angleterre

(Voir situation sur carte : Angleterre)
Wembley Stadium

Géolocalisation sur la carte : Grand Londres

(Voir situation sur carte : Grand Londres)
Wembley Stadium

Le stade de Wembley, officiellement baptisé British Empire Exposition Stadium et souvent simplement appelé Wembley, est un stade situé à Wembley, dans le nord-ouest du Grand Londres, construit en 1923 et démoli en 2003.

Inauguré le 28 avril 1923 en vue de la British Empire Exhibition de 1924, il devient le stade national anglais. Wembley accueille les Jeux olympiques de 1948, la finale de la Coupe du monde de football de 1966, remportée à domicile par l'Angleterre, ainsi que de nombreux autres événements sportifs. « Temple du football » selon le footballeur Pelé, le stade est reconnaissable à ses fameuses Twin Towers (en français : « tours jumelles »). Dans le cadre des Jeux olympiques que Londres organise en 2012, il est démoli en 2003 afin de laisser place à une nouvelle arène de 90 000 places.

Historique[modifier | modifier le code]

Les Twin Towers du stade de Wembley.

Le stade de Wembley est construit à l'occasion de la British Empire Exhibition (en français : « exposition impériale britannique ») de 1924 dans le parc de Wembley, où les Londoniens pratiquement le sport (football, cricket...) depuis les années 1880[1]. Les plans sont signés par les architectes Sir John Simpson (en) et Maxwell Ayrton (en) ainsi que l'ingénieur Sir Owen Williams (en)[2]. Les travaux de construction sont engagés en 1922 par l'entreprise Sir Robert McAlpine (en), sur l'emplacement de la tour de Watkin (Watkin's Tower). Leur coût est alors estimé à 750 000 £.

Le stade est ouvert au public le 28 avril 1923 à l'occasion de la finale de la Coupe d'Angleterre 1923, quatre jours après la fin des travaux. Dans un stade considéré comme le plus grand du monde, la FA ne prévoit pas d'achat de tickets à l'avance, sous-estimant le nombre de supporters intéressés. Enchantée d'assister à cette inauguration, la foule se presse en grand nombre: 126 047 billets sont officiellement vendus mais entre 150 000 et 250 000 spectateurs ceinturent l'enceinte[3],[4],[5] . Un an plus tard, le 12 avril 1924, le stade accueille son premier international entre l'Angleterre et l'Écosse (1-1)[6].

Le stade est officiellement inauguré par le roi George V le 23 avril 1924, lors de l'ouverture de l'exposition[6]. D'abord baptisé British Empire Exhibition Stadium, et plus simplement appelé Empire Stadium, il accueille donc l'exposition, dont l'ouverture est prolongée en 1925[7].

Destiné à être un stade éphémère, détruit à la fin des festivités, il est sauvé à la suite de l'intervention de l'Écossais Sir James Stevenson, président du comité d'organisation de l'exposition. Cependant le stade n'intéresse pas les investisseurs, qui ne le considèrent comme pas viable financièrement[8]. Arthur Elvin (en), un jeune entrepreneur, profite de l'activité liée à l'exposition impériale puis aux chantiers de démolition des bâtiments annexes au stade, pour acquérir une fortune toute modeste. Il offre finalement de racheter le stade à son propriétaire, James White (en), pour 127 000 £, essentiellement à crédit. Malgré le suicide de ce dernier, le marché est conclu. Elvin pourra revendre une partie des parts, tout en restant majoritaire, et devenir directeur de la Wembley Company[9].

Elvin assure la survie financière du site en l'ouvrant à de nouveaux sports : course de lévrier, motocross, etc. Le stade de Wembley accueille quelques matchs de modestes clubs de Londres : Leyton Orient en 1930, Ealing AFC en 1930-1931. À l'occasion des Jeux de l'Empire britannique de 1934 on fait construire la 'Empire Pool and Sports Arena, qui dispose notamment d'une piscine. Elvin tiendra enfin un rôle capital dans l'obtention et l'organisation des Jeux olympiques de Londres de 1948, ce qui lui vaudra d'être anobli par le roi George VI en 1947. La stade de Wembley accueille les cérémonies d'ouverture et de clôture, les épreuves d'athlétisme ainsi que les finales des tournois de football et de hockey sur gazon, devenant ainsi un « stade olympique ». L'Arena accueille elle les épreuves de natation et de boxe.

En 1963, le stade se voit ajouter un tableau d'affichage électrique et un toit entourant tout le stade, en aluminium et verre translucide. Il accueille trois ans plus tard la finale de la Coupe du monde de football de 1966, la première remportée par l'Angleterre au bout d'une finale épique face à l'Allemagne[3],[10].

Le club d'Arsenal FC accueille lors des saisons 1998-1999 et 1999-2000 ses matchs de Ligue des champions. Ce club dispose à l'époque d'un stade vétuste et de taille modeste, Highbury, ce qui l'amène à déposer une offre d'achat du stade de Wembley[11]. Finalement les dirigeants se raviseront et décideront de faire construire un nouveau stade, l'Emirates Stadium, inauguré en 2006.

Jusqu'en mai 2000, la finale de la FA Cup se tient traditionnellement à Wembley[3], mais l'enceinte est également le stade de l'équipe d'Angleterre de football. Stade largement dédié au football, Wembley est également le stade national du rugby à XIII : le plus grand rendez-vous national annuel de l'enceinte est certainement la finale de la Challenge Cup elle s'y déroule tous les ans depuis 1929 et l'équipe nationale y dispute régulièrement ses rencontres internationales. Wembley était aussi doté d'une piste de course de lévriers et les réunions de cette discipline y furent nombreuses. Cette piste était également utilisée par les athlètes et les courses de speedway. D'autres sports furent également pratiqués à Wembley : hurling et football gaélique de 1958 au milieu des années 1970 à l'occasion du tournoi annuel de Wembley, cricket, football américain et même quelques matchs du Tournoi des Six Nations de l'équipe du Pays de Galles de rugby à XV lors du chantier du Millennium Stadium.

Malgré son histoire, le stade s'éloigne progressivement des critères modernes de confort. Ce stade, construit à « la va-vite », n'était pas conçu spécifiquement pour le football. Les tribunes derrière les buts, arrondies, étaient assez éloignées du terrain. Le confort du stade était médiocre. Le stade ferme finalement ses portes en octobre 2000 après un dernier match opposant l'Angleterre et l'Allemagne[12], puis est rasé en 2003, après une dernière polémique sur la conservation ou non des tours jumelles, finalement démolies. En juin 2004 débute à sa place la construction du nouveau Wembley.

Événements accueillis[modifier | modifier le code]

Football[modifier | modifier le code]

Finales de coupes anglaises[modifier | modifier le code]

La foule débordante de la première finale en 1923.

Le stade de Wembley accueille jusqu'en 2000 les principaux évenements du football anglais : finales de la Coupe d'Angleterre (FA Cup) à partir de 1923[13], finales de la Coupe de la Ligue anglaise à partir de 1967[14], Community Shield à partir de 1974, et finale du Football League Trophy à partir de 1985.

Lors de la première finale de la FA Cup que Wembley accueille le 28 avril 1923, qui oppose Bolton Wanderers FC et West Ham United FC, l'afflux de spectateurs dépasse largement la capacité du stade. La confusion est totale, et la foule, compressée dans les tribunes, trouve en partie refuge sur le terrain. La police intervient pour faire évacuer la pelouse afin que le match puisse avoir lieu. Un policier, George Scorey, monté sur un cheval blanc nommé Billie, est particulièrement actif dans cette tâche et laissera d'ailleurs son nom à cette finale très particulière : The White Horse Final[15]. La partie peut finalement se tenir avec 45 minutes de retard devant un stade plein comme un œuf, et des fans sur les lignes de touche et de corner. En hommage à cet événement, une passerelle près du stade est baptisée en 2006 White Horse Bridge (en).

La finale de Coupe d'Angleterre de 1953 oppose Blackpool, l'équipe du fameux Stanley Matthews, 38 ans, et Bolton Wanderers. Matthews, un joueur très réputé, remporte ce jour-là le principal trophée de sa carrière en réalisant une prestation exceptionnelle. Son équipe, menée 3-1 à une demi-heure de la fin du match, l'emporte finalement 4-3. Le match est connu aujourd'hui comme The Matthews Final[16].

Football international[modifier | modifier le code]

Match entre l'Angleterre et l’Écosse en 1981.

Avant la construction de Wembley, l'équipe nationale anglaise accueille ses adversaires, au premier rang desquels l’Écosse dans différents stades du pays. La majorité, et notamment pour le premier match international opposant les deux nations en 1870, sont organisés à the Oval, un terrain de cricket situé dans le quartier de Kennington, à Londres.

Longtemps après l'inauguration de Wembley, seule l’Écosse a le privilège d'y défier l'Angleterre, les autres sélections étant reçues ailleurs. La première sélection autre à y être invitée est finalement l'Argentine, en 1951[17]. En 1953, la Hongrie, alors considérée comme la meilleure équipe au monde, est la première sélection à venir y battre l'Angleterre (6-3). Cette rencontre est parfois qualifiée de « match du siècle »[18].

En 1956 et 1971, la sélection de Grande-Bretagne vient y jouer des matchs de qualifications pour les Jeux olympiques[19].

En 1966, le stade de Wembley est la principale enceinte de la Coupe du monde de football de 1966. Elle accueille notamment la finale, au cours de laquelle l'Angleterre remporte son premier titre de champion du monde face à l'Allemagne (4-2 a. p.). Trente ans plus tard, Wembley est au centre d'une autre compétition internationale, le Championnat d'Europe de football 1996. Tous les matchs de l'Angleterre s'y déroulent, jusqu'à la demi-finale perdue aux tirs au but face à l'Allemagne, ainsi que la finale où cette dernière bat la République tchèque (2-1, but en or).

Les deux derniers matchs de l'Angleterre dans son temple sont autant de défaite, face à l’Écosse puis l'Allemagne, en matchs qualificatifs pour l'Euro 2000 et la Coupe du monde 2002 respectivement. Cette dernière défaite provoque la démission de Kevin Keegan, après 18 mois sur le banc de la sélection.

Finales de coupes européennes[modifier | modifier le code]

Le vieux stade de Wembley accueille sept finales européennes entre 1963 et 1993.

Compétition Vainqueur Finaliste Score
Coupe des clubs champions européens 1962-1963 Drapeau : Italie Milan AC Drapeau : Portugal Benfica Lisbonne 2-1
Coupe d'Europe des vainqueurs de coupe de football 1964-1965 Drapeau : Angleterre West Ham United Drapeau : Allemagne TSV Munich 1860 2-0
Coupe des clubs champions européens 1967-1968 Drapeau : Angleterre Manchester United Drapeau : Portugal Benfica Lisbonne 4-1
Coupe des clubs champions européens 1970-1971 Drapeau : Pays-Bas Ajax Amsterdam Drapeau : Grèce Panathinaïkos 2-0
Coupe des clubs champions européens 1977-1978 Drapeau : Angleterre Liverpool FC Drapeau : Belgique FC Bruges 1-0
Coupe des clubs champions européens 1991-1992 Drapeau : Espagne FC Barcelone Drapeau : Italie UC Sampdoria Gênes 1-0
Coupe d'Europe des vainqueurs de coupe de football 1992-1993 Drapeau : Italie Parme AC Drapeau : Belgique Royal Anvers 3-1

Jeux olympiques de 1948[modifier | modifier le code]

Arrivée du 110m haie des JO de 1948 à Wembley.
Article détaillé : Jeux olympiques d'été de 1948.

Le stade de Wembley est le principal stade des Jeux olympiques d'été de 1948, dont les vedettes sont la Néerlandaise Fanny Blankers-Koen et le Tchécoslovaque Emil Zátopek. Le stade abrite les épreuves d'athlétisme, les demi-finales et la finale des tournois de hockey sur gazon et de football, le Prix des Nations en équitation[20]

Autres sports[modifier | modifier le code]

Rugby à XIII
Catch
Speedway
  • Entre 1936 et 1960 Wembley accueille les quinze premières finales du championnat du monde de Speedway, puis neuf autres jusqu'en 1981.

Musique[modifier | modifier le code]

Outre les rendez-vous sportifs, Wembley accueille également les plus grands évènements musicaux tels le concert du Live Aid le 13 juillet 1985, le concert d'hommage à Nelson Mandela le 11 juin 1988 et le Freddie Mercury Tribute le 20 avril 1992. Parmi les artistes ayant évolué à Wembley dans des concerts à leur nom, citons Queen, Kiss, The Rolling Stones, Madonna, U2, Pink Floyd, Genesis, Aerosmith, INXS, Guns N' Roses, Metallica, AC/DC, Oasis, Tina Turner et Michael Jackson qui donnera 16 concerts dont 7 concerts consécutifs en 1988. Le groupe pop britannique Spice Girls y a été de passage avec leur tournée Spice World Tour. Le groupe américain Bon Jovi fut le dernier à se produire à Wembley.

The Freddie Mercury Tribute Concert[modifier | modifier le code]

Le The Freddie Mercury Tribute Concert est un concert en hommage à Freddie Mercury, organisé le 20 avril 1992 par les membres restants du groupe Queen : Brian May, Roger Taylor et John Deacon. Une centaine de milliers de fans viennent rendre hommage à la star décédée du Sida, devant un spectacle réunissant Metallica, Def Leppard, Guns n' Roses, Led Zeppelin, The Who, Mott the Hoople, Black Sabbath, Van Halen, David Bowie, Annie Lennox, George Michael, Elton John, Lisa Stansfield et Liza Minnelli. Le groupe irlandais U2, au même moment en concert en Californie, dédie par liaison satellite la chanson Until the End of the World à la mémoire du chanteur.

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Annexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Wembley Stadium (original) , engineering-timelines.com
  2. (en) Sutcliffe, Anthony (2006). London: An Architectural History. Yale University Press. ISBN 0-300-11006-5. p. 172 (via Google Books). Retrieved 4 February 2009.
  3. a, b et c Wembley, des murs chargés de souvenirs, FIFA.com
  4. (en) The History Of Wembley Stadium, wembleystadium.com
  5. (en) Bill Bateson et Albert Sewell, News of the World Football Annual 1992/93, Harper Collins,‎ 1992 (ISBN 0-85543-188-1)
  6. a et b (en) Magnificent monument to vision of one man, independent.co.uk
  7. Sunday Tribune of India (newspaper) Article on exhibition (2004)
  8. Tim de Lisle, « The height of ambition », The Guardian,‎ 14 mars 2006 (lire en ligne)
  9. Jacobs, N and Lipscombe, P (2005). Wembley Speedway: The Pre-War Years. Stroud: Tempus Publishing. ISBN 0-7524-3750-X.
  10. Les stades des finales de Coupe du monde : WEMBLEY À LONDRES (1966), L'Équipe
  11. (en) « Arsenal tempted by move to Wembley », DailyMail,‎ 23 octobre 1998
  12. Christophe Boltanski, « Wembley, l'adieu du stade », Libération,‎ 9 octobre 2000 (lire en ligne)
  13. Toutes les finales de FA Cup entre 1923 et 2000 se sont déroulées à Wembley, en avril ou mai, à l'exception de la finale rejouée en 1970 entre Chelsea et Leeds United à Old Trafford
  14. De sa création en 1961 à 1966, la finale de la Coupe de la Ligue anglaise se joue en matchs aller-retour
  15. (en) Wembley's first Final, theFA.com
  16. (en) « The Matthews Final », BBC News,‎ 24 février 2000
  17. (en) England's History at Empire Stadium, englandfootballonline.com
  18. Angleterre-Hongrie 1953, Les Cahiers du football.net
  19. Philip Barker, « Wembley Stadium – An Olympic Chronology 1923–2003 » [PDF], Journal of Olympic History, LA84 Foundation,‎ juin 2003 (consulté le 14 janvier 2010)
  20. 1948 "Summer Olympics official report" (PDF format; requires Adobe Reader). LA84 Foundation. pp. 42, 44–6.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  • Simon Inglis, Football grounds of Britain, Londres, CollinsWillow, 1983, deuxième édition revue et augmentée, 1996, p. 386-390.

Articles connexes[modifier | modifier le code]