Stade Henri-Jooris

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Stade Henri-Jooris
{{#if:
LilleOM-1937.jpg
Généralités
Noms précédents stade de l'avenue de Dunkerque
stade Victor-Boucquey
Adresse Lille
Coordonnées 50° 38′ 15″ N 3° 02′ 10″ E / 50.6375, 3.036111 ()50° 38′ 15″ Nord 3° 02′ 10″ Est / 50.6375, 3.036111 ()  
Construction et ouverture
Ouverture 1902
Fermeture 1975
Démolition 1975
Utilisation
Clubs résidents Olympique lillois (1907-1944)
Lille OSC (1944-1975)
Équipement
Capacité 15 000

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Stade Henri-Jooris

Géolocalisation sur la carte : Nord

(Voir situation sur carte : Nord)
Stade Henri-Jooris

Géolocalisation sur la carte : Lille

(Voir situation sur carte : Lille)
Stade Henri-Jooris

Le stade Henri-Jooris est l'ancien stade principal de Lille. Inauguré en 1902, il était principalement utilisé par l'Olympique lillois puis le LOSC Lille après-guerre. Sous le nom stade Victor-Boucquey, il accueille le premier match de l'équipe de France en province en 1914 et un match de la Coupe du monde de football de 1938. Il est fermé puis démoli en 1975, et remplacé par le stade Grimonprez-Jooris.

Histoire du stade[modifier | modifier le code]

Connu initialement comme le « terrain de l'avenue de Dunkerque », le stade est inauguré le 19 octobre 1902[1]. Propriété de l'Iris Club lillois, il accueille principalement des matches de football et de hockey sur gazon. En 1907, le club est absorbé par l'Olympique lillois, qui devient le résident du stade[2]. Il est bientôt baptisé stade Victor-Boucquey, du nom d'un ancien dirigeant de l'Olympique lillois, puis en août 1943, stade Henri-Jooris, du nom du président de l'Olympique lillois de 1910 à 1932, décédé en 1940[1].

Après la fusion en 1944 de l'Olympique lillois et du SC Fives, le stade Victor-Boucquey devient le stade du Lille Olympique Sporting Club, en alternance jusqu'en 1949 avec le stade Jules-Lemaire de Mons-en-Barœul. Le 17 février 1946, 18 000 spectateurs s'y pressent pour assister au derby Lille-Lens. Des spectateurs se trouvent placés sur les toits des tribunes ; sous leur poids, le toit d'une tribune s'effondre : 53 blessés sont à déplorer, et par miracle, aucun mort. Une fois les secours intervenus, le derby reprend mais le stade est fermé pour réfection dans la foulée. Il ouvre à nouveau ses portes en août 1946 (ou 1947[2]).

Vétuste, le stade Henri-Jooris, construit au bord de la Deûle, avenue Léo-Lagrange, doit être détruit au milieu des années 1970 pour permettre la mise au grand gabarit de la voie fluviale. Un nouveau stade est construit à proximité, le stade Grimonprez-Jooris[2].

Matchs internationaux[modifier | modifier le code]

Intérieur du stade lors de la rencontre
Action de jeu lors du match Hongrie - Suisse.

L'enceinte accueille dans son histoire deux matchs internationaux, sous le nom stade Victor-Boucquey. L'équipe de France de football y joue le premier match de son histoire en province, face à la Belgique, le 25 janvier 1914[2]. Enfin, un quart de finale de la Coupe du monde de football y est également disputé, Hongrie-Suisse, le 12 juin 1938[2].

Coupe du Monde 1938
Date Heure Équipe 1 Équipe 2 Résultat Tour Affluence
12 juin 1938 17:00 Drapeau : Suisse Suisse Drapeau : Hongrie Hongrie 0-2 1/4 de Finale 15 000

Références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  1. a et b Pont de Dunkerque : la verdure a remplacé le stade Henri-Jooris, lavoixdunord.fr, 14.08.2010
  2. a, b, c, d et e Stade Henri-Jooris, zoomsurlille.fr