Ultras (supporters)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ultra.
Supporters ultras.

Les ultras forment une catégorie particulière des supporteurs assistant aux compétitions sportives, dont le but est de soutenir de manière fanatique son équipe (ou son sportif) de prédilection. Ce type de supporters se retrouve surtout dans le monde du football, mais existe également de manière plus réduite en basket-ball, en handball, ou en hockey sur glace. Sébastien Louis définit les ultras comme étant les « jeunes supporters italiens qui s'organisent au sein d'associations pour soutenir activement les équipes de football à partir de la fin des années 60. Ils encouragent les leurs au moyen de slogans et d'animations visuelles »[1].

Historique[modifier | modifier le code]

L'origine du mouvement ultra est contestée. De nombreux groupes provenant de divers pays en réclament la création sur la base de leurs dates de fondation. Le niveau de conflit et la confusion sont facilités par une tendance contemporaine (principalement en Europe) pour classer tous les groupes de supporters ultras comme ouvertement fanatiques. Mais c'est bel et bien en Italie qu'apparaissent les premiers groupes de supporters qui se réclament du mouvement ultra à la fin des années 1960[1].

Les origines extra-européennes[modifier | modifier le code]

Torcida Vasco de Gama en 2007

Les groupes de supporters d'une nature comparable à des ultras auraient existé en Hongrie en 1899 ; les Fradi-Szív de Ferencváros TC ont été fondés en janvier 1899. Suite à l'annonce de la création d'un club de supporters, 84 nouveaux membres sont enregistrés en tant que supporters en trois heures, 1000 en deux jours, 4000 en un mois. Les membres, selon le type d'abonnement, payent un montant différent : les membres simples ont une carte blanche, les supporters une carte verte, sur laquelle est indiqué le nom du titulaire[2],[3].

Une forme de supportérisme similaire au mouvement ultra apparaît au Brésil en 1939 avec la création à São Paulo de la première Torcida organizada[4]. Ces groupes de supporters fanatiques n'ont rien à voir avec les organisations existantes jusque-là au Brésil comme ailleurs. Ils utilisent des bâches à leurs noms, agitent des grands drapeaux et chantent durant tout le match[5]. Dans le cas des Torcida, puis des ultras, ces groupes ne sont pas liés directement aux clubs dont ils portent les couleurs, contrairement aux clubs officiels de supporters existant depuis la fin du XIXe siècle en Europe comme en Amérique du Sud.

La fondation du mouvement en Europe[modifier | modifier le code]

Cette forme de supportérisme se développe en Europe via la Yougoslavie. Les actualités cinématographiques yougoslaves diffusent des images de la Coupe du monde de football de 1950, avec de nombreux plans de foules exubérantes : les fameuses Torcida. Les supporters de l'Hajduk Split sont les premiers Européens à adopter cette attitude dès le à l'occasion d'un match contre l'Étoile rouge de Belgrade. Ce premier groupe prend pour nom Torcida. L'intensité de la partie face au grand rival et le but victorieux inscrit à la 87e minute aide à la naissance du mouvement. Les supporters envahissent le terrain au coup de sifflet final, et portent en triomphe le buteur jusqu'au centre de la ville. Les « exploits » des fans de l'Hajduk Split marquent le football des années 1950 et années 1960[6].

L'Italie, berceau du mouvement[modifier | modifier le code]

Ultras italiens dans les années 1980

Après la catastrophe aérienne de Superga, les dirigeants du Torino s'appuient sur leurs supporters fidèles qui se regroupent en juin 1952 sous le nom de associazione sostenitori dell'AC Torino. Puis, en août 1956, ils prennent le nom de Fedelissimi Granata[7]. Le but de cette association est de « réunir en une seule association tous les tifosi sincères du Torino pour organiser tous les déplacements possibles à la suite de l'équipe et défendre l'existence de la société contre toute fusion éventuelle »[8]. Cette structuration des tifosi donnent des idées à d'autres présidents de club, ainsi à l'Inter, est créé l'Inter Club Moschettieri[7] ou les circolo biancoceleste pour la Lazio à Rome.

Mais c'est dans la seconde partie des années 1960 que se développe le mouvement ultra. En effet, la société italienne traverse de profonds changement. Les jeunes, comme partout en Europe désirent s'émanciper de leurs parents. Dans les stades, ce modèle se reproduit et les plus jeunes supporters, qui sont souvent les plus fervents, quittent les clubs traditionnels pour fonder leurs propres groupes[1]. Ils se regroupent dans les tribunes où l'accès est le moins cher, souvent derrière les buts. Lors de la saison 1968-1969, voit le jour au Milan AC la Fossa dei Leoni qui est le premier groupe à se revendiquer ultra. Elle est née sous l'impulsion d'adolescents qui se retrouvaient près de la rampa 18 de la partie sud du stade San Siro. Puis, c'est chez le voisin de l'Inter de Milan qu'apparaissent les Boys San 1969 ainsi que les Ultrà Tito Cucchiaroni, de la Sampdoria de Gênes du nom d'un joueur populaire auprès des jeunes supporters de la Sampdoria[9]. C'est le premier groupe à porter le nom d' ultra. Ce terme a été choisi en référence aux ultraroyalistes qui faisaient aboutir leurs idées par la violence[1]. Le mouvement devient incontournable en Italie durant les années 1970[10], pendant lesquelles la culture « ultra » prend véritablement corps.

L'essaimage dans le reste de l'Europe[modifier | modifier le code]

Cette forme de supportérisme atteint la péninsule ibérique à la fin des années 1970, début des années 1980 : Biris Norte du FC Séville en 1975 puis Ultras Sur (1980) au Réal de Madrid et Boixos Nois (1981) au FC Barcelone ; Juventude Leonina en 1976 au Sporting Portugal puis Diabos Vermelhos du Benfica Lisbonne en 1982.

Puis le mouvement ultra atteint la France au milieu des années 1980. Le premier groupe ultra en France est le Commando Ultra de l'Olympique de Marseille fondé en 1984[11], suivi des Boulogne Boys du Paris Saint-Germain Football Club et la Brigade Sud Nice de l'OGC Nice, tous deux fondés en 1985. Feront suite les Yankee Nord, les South Winners 87[12] puis les Fanatics à Marseille, les Bad Gones à Lyon, les Ultramarines à Bordeaux.

Cette forme de supporters laisse froid les pays de culture anglo-saxonne comme l'Angleterre, la Belgique ou les Pays-Bas dont les supporters préfèrent nourrir une relation directe et personnelle avec « leur » club plutôt que de passer par un groupe de supporters. C'est la base même de l'antagonisme qui oppose ultras (l'école dite italienne) et hooligans (l'école dite britannique). Toutefois, des ultras apparaissent dans ces pays dans le milieu des années 1990 : les Ultras Inferno du Standard de Liège en 1996 (qui sont une émanation du groupe hooligan Hell-Side[13],[14]. Au début des années 2000, des groupes se montent au Royaume-Uni, les Red Ultras d'Aberdeen puis la Green Brigade en 2006 au Celtic de Glasgow. Seule l'Angleterre n'accueille pas de groupes ultra.

Autre pays ayant sa propre tradition de supportérisme, l'Allemagne et ses fan-clubs remontant aux débuts des années 1960[15]. Quelques groupes se montent au milieu des années 1980 comme les Fortuna Eagles du Fortuna Cologne et les Mad Boys de Leverkusen[15]. Mais c'est dans le milieu des années 1990 que le mouvement prend de l'ampleur dans les tribunes allemandes. En 1994, le premier groupe avec le nom « ultra » est créé au FC Nuremberg, les Prosillos Ultras de Fribourg en 1996, les Ultras Francfort en 1997[15]. Ces groupes mettent du temps à s'implanter dans les « Kurve » (virages) car les fan-clubs y sont présents depuis des décennies[15].

Concepts[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (octobre 2009). Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.
Utilisation de fumigènes par les Ultras du PAOK Salonique

Le soutien des ultras se traduit par l'animation des rencontres (tifos, chants, etc.) et par l'organisation de déplacements afin de soutenir l'équipe « à l'extérieur ». À la différence des autres groupes de supporters, souvent informels, un groupe ultra s'organise en une structure indépendante vis-à-vis du club. Parfois ces groupes se distinguent également par des engagements politiques, comme les groupes affichant les couleurs nationales, même si la plupart des groupes ultras sont apolitiques.

Il n'y a pas de définition qui permet de définir le mouvement ultra mais des règles non écrites. On peut résumer les principes ultras en 7 points[1] :

  • l'autofinancement (par la vente de gadgets et adhésions) ;
  • l'indépendance (vis-à-vis du club notamment) ;
  • la solidarité entre membres du groupe ;
  • la présence à domicile comme à l'extérieur ;
  • la loyauté en cas de conflits avec d'autres supporters (pas d'utilisation d'armes ni d'attaque contre des non-ultras) ;
  • le respect envers les ultras ayant de l'ancienneté.

Par ailleurs, un groupe ultra existe pour se faire connaître. Un groupe qui encourage son équipe de manière efficace et qui se conduit dignement sera respecté, un groupe déloyal et dont la présence au stade est mineure ne le sera pas.[réf. souhaitée]

Les tifos[modifier | modifier le code]

Tifo des Ultras du Standard de Liège, afin de fêter leurs 15 années d'existence.
Article détaillé : tifo.

Les ultras créent aussi des animations visuelles spécifiques dans la partie du stade où ils sont situés, on parle alors de tifo. Les premiers tifos en Italie étaient rudimentaires : des grands drapeaux agités lors de l'entrée des joueurs. Puis à partir de 1975, des engins pyrotechniques sont utilisés notamment dans les villes portuaires où il est facile de s'en procurer (obligatoire sur les bateaux)[1]. Lors du derby gênois, les Ultrà Tito Cucchiaroni sortent une grande voile qui recouvre une grande partie de la tribune. En mai 1986, les ultras de la Roma réalisent le premier tifo à base de bandes plastiques sur le virage sud lors du match contre la Juventus[1]. C'est encore les ultras de la Roma lors du derby romain qui disposent des feuilles aux couleurs du club pour former un damier[1].

Les chants[modifier | modifier le code]

Au stade, le groupe ultra forme un bloc face au terrain, les membres sont debout et doivent chanter pendant 90 minutes. À ces chants peuvent s'additionner une gestuelle : applaudissements rythmés, tendue d'écharpes, agitation de drapeaux, etc. Le groupe est coordonné et dirigé par un « capo » (de « tête » ou « chef » en italien et par extension meneur), une personne munie d'un mégaphone qui se situe face à eux (et donc dos au terrain) et qui a pour but de lancer les chants, d'indiquer la gestuelle, de diriger et coordonner le groupe avec parfois d'autres groupes de supporters.

L'emplacement[modifier | modifier le code]

Les groupes ultras (comme les groupes non ultras) se réunissent en général derrière une bâche où leur nom est écrit, avec parfois leur emblème ou d'autres éléments graphiques.

La question de la politique[modifier | modifier le code]

La plupart des groupes se considèrent comme apolitique[16]. Cet apolitisme peut prendre deux formes : soit le groupe rassemble des membres peu politisés, soit différentes idéologies cohabitent sans qu'une soit dominante[16].

Néanmoins, depuis l'apparition du mouvement en France au milieu des années 1980, certains groupes n'hésitaient pas à mettre en avant des idéologies de droite ou de gauche. Ainsi la mise en avant du drapeau français est souvent considérée, parfois à tort, comme une marque de fabrique du nationalisme . D'autres groupes n'hésitent pas à mettre en avant des symboles liés à l'antiracisme comme à l'inverse du drapeau français, le drapeau vert/jaune/rouge, le portrait du Che ou des étoiles rouges[16].

La question de la violence[modifier | modifier le code]

La violence n'est pas le but d'un ultra'. Mais la passion et le dévouement de l'ultra pour son groupe peuvent le pousser à utiliser la force physique lors de situations tendues avec la police ou d'autres groupes mais cela reste une exception.

Aspects économiques[modifier | modifier le code]

Les groupes ultras se veulent financièrement indépendants du club qu'ils soutiennent. Ils s'autofinancent par différents moyens, chaque groupe ayant son système de financement. Parmi ces moyens on trouve les déplacements pour suivre le club à l'extérieur au cours desquels nourriture et boissons peuvent être vendues, des quêtes en tribune, la vente de gadgets portant le nom du groupe ou de la ville, la vente d'un fanzine édité par le groupe, etc. Cependant, des dérives mercantiles existent lorsqu'un groupe produit des gadgets en très grande quantité pour les vendre à un maximum de personnes, même extérieures au groupe. Les Irreducibilli (Lazio de Rome, Italie) possèdent même plusieurs boutiques officielles où ils vendent billets et matériels divers. En France, le CU84 de Marseille possédait une boutique de ce type, en face du stade Vélodrome sous la forme d'une SARL. Cette SARL gérait aussi les abonnements et les déplacements du CU 84[17]. C'est à cause de cette confusion entre intérêt associatif et intérêts commerciaux que les responsables du CU 84 ont rompu les liens avec la boutique en juin 2007[17].

En France, les groupes ultras sont généralement regroupés sous forme d'association loi 1901 afin de faciliter leur financement, qui dépend essentiellement des cotisations de leurs membres et de la vente de leurs produits dérivés. Les dépenses couvrent les deux aspects de la vie d'un groupe ultra : l'organisation des déplacements (en car généralement) et la fabrication d'étendards, tifos, banderoles ou bâches. Ces frais sont généralement partiellement couverts et doivent donc être complétés par les participants (le prix d'un déplacement variant selon la distance à parcourir) ou de façon exceptionnelle par le club.

Situation du mouvement ultra en France[modifier | modifier le code]

Relations avec la Ligue de football[modifier | modifier le code]

Lors de la saison 2003/2004, la ligue décide de déplacer les matchs du samedi au vendredi soir. Un collectif de supporters, dominé par les ultras, se met en place et conteste cette décision[18]. Une réunion se tient entre des responsables du collectif et le président de la Ligue mais ce dernier ne modifie pas le calendrier des matchs.

Reconnaissant le rôle important des ultras dans la vie des stades français, le gouvernement français décide à la fin des années 2000 d'organiser une table ronde avec les divers acteurs du football[19]. Ainsi, s'est tenu un premier Congrès National des Associations de Supporters au Stade de France, le 28 janvier 2010, sous l'égide du sociologue et ancien ultra Nicolas Hourcade[20].

Une grande partie des groupes ultras français ont participé à cette réunion et aux groupes de travail réunissant des ultras, des supporters dits « classiques » et des représentants de la LFP, du gouvernement, des forces de l'ordre et des médias. L'objectif était de trouver des solutions pour que les ultras puissent continuer d'animer les stades dans de meilleures conditions et en éradiquant la violence. Presque tous les clubs professionnels étaient représentés. En fin de congrès, des discours de Rama Yade et Frédéric Thiriez ont été accueillis sans grand enthousiasme par les groupes ultras présents[réf. nécessaire].

À l'aube de la saison 2012/2013, la ligue modifie les horaires des matchs du vendredi en les passant à 18h45. Le collectif SOS Ligue 2 est relancé à cette occasion[18]. Après de multiples actions tant en ligue 1 qu'en ligue 2, la ligue modifie son calendrier[21].

Relations avec les forces de l'ordre[modifier | modifier le code]

Manif nationale des ultras le 13 octobre 2012 à Montpellier.

Les relations entre ultras et forces de l'ordre sont généralement difficiles et heurtées, même si la situation diffère d'un pays, d'un club ou d'un groupe à un autre. Un événement célèbre sur le sujet en France est l'expulsion violente des CRS par des membres de la tribune Boulogne du Parc des Princes en août 1993 lors du match contre Caen.

Les ultras des différents groupes de l'hexagone se concertèrent ensemble en 2007, suite au décès du supporter Julien Quemener, pour mettre en place des actions communes et aboutir ensemble à une manifestation visant à défendre leurs droits et faire entendre leurs voix. À l'initiative des Boulogne Boys 1985 du Paris Saint-Germain s'était créé le CNS (Coordination Nationale des Supporters) et dont la première action fut une banderole commune dans les différents stades français (« supporter n'est pas un crime »). Cependant, ce comité national s'est vite dissipé, certains grands groupes n'ayant jamais voulu rejoindre ce mouvement pour des raisons peu claires, sans doute une question de leadership[réf. nécessaire]. Ils fondèrent alors la Coordination Nationale des Ultras, organisation regroupant 24 groupes ultras d'équipes différentes[22].

Le 13 octobre 2012, une manifestation à Montpellier regroupe un millier d'ultras venus de toute la France et quelques groupes d'Italie et de Suisse[23]. Les revendications sont doubles : soutenir « Casti », un ultra qui a perdu un œil suite à une bavure policière selon les ultras montpelliérains[24], mais aussi nationalement se regrouper contre les mesures de la loi LOPPSI 2 et contrer une éventuelle application du plan Leproux à l'échelle nationale[25].

Mesures administratives envers des groupes[modifier | modifier le code]

Le 17 avril 2008 a officiellement marqué la fin du groupe parisien des Boulogne Boys 1985. Cette dissolution, prononcée par Michèle Alliot-Marie, survient après l'affaire de la banderole parisienne lors de la finale de la Coupe de la Ligue contre Lens où était écrit « Chômeurs, pédophiles, consanguins : Bienvenue chez les Ch'tis ». Cette affaire a longuement occupé la scène médiatique, même si certains n'y voient qu'un fait divers peu grave visant à humilier de manière corrosive et humoristique l'adversaire d'un soir plutôt qu'une réelle volonté d'insulter gratuitement les Ch'tis.

Cette dissolution a été unanimement dénoncée par les ultras mais aussi par plusieurs sociologues spécialisés dans le monde des tribunes dénonçant un coup médiatique visant le groupe le plus calme de la tribune Boulogne au lieu des indépendants de cette tribune, supporters les plus virulents n'appartenant à aucun groupe.

Cette dissolution donna lieu à une manifestation le 17 mai 2008 organisée conjointement à Lens et à Nice. Cette marche commune de différents groupes ultras réunit au total plus de 2 700 supporters classiques et ultras (environ 700 à Lens et 2 000 à Nice). Cette manifestation avait pour but de dénoncer la répression abusive dont sont souvent victimes les ultras, de favoriser la liberté d'expression de ceux-ci mais aussi de dénoncer le football business, sujet très important que les ultras ne cessent de dénoncer au profit d'un football populaire. Cette manifestation a réuni des groupes de différents clubs français mais aussi belges, suisses et italiens ainsi qu'allemands venus dénoncer les mêmes problèmes vécus dans leurs pays.

En avril 2010, sept autres groupes d'ultras français (de Paris, Nice et Lyon) sont dissous par le gouvernement[26].

En février 2011, la Butte Paillade de Montpellier est suspendue pour 4 mois suite à « des actes répétés de dégradations de biens ou de violences sur des personnes »[27]

La LOPPSI2 dans ses articles 60 à 65 renforce l'arsenal judiciaire permettant de dissoudre les groupes de supporters.

Principaux groupes ultras[modifier | modifier le code]

Au Canada[modifier | modifier le code]

Au Brésil[modifier | modifier le code]

En Égypte[modifier | modifier le code]

  • 2007 : Ultras Ahlawy (Al Ahly), Ultras White Knights (El Zamalek), Ultras Yellow Dragon (El Ismaily)

En Italie[modifier | modifier le code]

Tifo des supporters de l'Inter, septembre 2007

En France[modifier | modifier le code]

Football[modifier | modifier le code]

Groupes ayant au moins deux ans d'existence. ultras los matadores 2005 Maroc tetouan Par année de création :

les Eagles, le plus emblématique des quatre clubs de supporters du CSP

Basket[modifier | modifier le code]

Si le basket français connait quelques groupes de supporters bien organisés ( les Astrogones pour l'ASVEL Lyon-Villeurbanne, les Blue Dolphins (1994 - 1996), et "Roanne 1937" depuis 2007 pour le Chorale Roanne Basket, seul le Limoges CSP connait véritablement des "Ultras" : les Granata Korps (de 1995 à leur dissolution en 1997), et les Ultras Green depuis 2012 nés d'une scission avec les eagles (supporters classique, sans la mentalité ultras) Les UG se situent en tribune 2 et 4 à Beaublanc et constitue le poumon vocal de la salle de Limoges. Il y a plus de 200 cartés (1re année de création). Lors de la saison 2012/2013, les Ultras green ont réalisé un tifo pour les 20 ans de la coupe d’Europe(100% fait à la main)et font des animations très régulièrement (papelitos, deux mats, drapeaux…). Les Ug se déplacent quasi partout chaque week end pour poser la bâche et chanter non stop durant 40 minutes. La ferveur de ce groupe vient du fait que beaucoup de ses membres sont des ultras venant du foot. les Ultras Green sont un groupe unique en France. Malgré une incompréhension de certains spectateurs et la répression, les Ultras Green sont maintenant le groupe majeur, moteur et incontournable dans la salle mythique de Beaublanc.

Hockey[modifier | modifier le code]

En Tunisie[modifier | modifier le code]

Par année de création puis par ordre alphabétique :

Au Maroc[modifier | modifier le code]

Par année de création puis par ordre alphabétique :

En Algérie[modifier | modifier le code]

Par année de création puis par ordre alphabétique :

En Suisse[modifier | modifier le code]

En football[modifier | modifier le code]

En hockey sur glace[modifier | modifier le code]

En Grèce[modifier | modifier le code]

Par année de création

En Turquie[modifier | modifier le code]

En Espagne[modifier | modifier le code]

par ordre de création

Reste de l'Europe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g et h Sébastien Louis, le phénomène ultras en Italie,‎ 2006 (ISBN 2-84934-022-7)
  2. (hu) « Az Üllői úti stadion: 1920-1929 », sur Tempó Fradi!
  3. (en)[Bela Nagy, Hoppe László írásainak, National Library and Digital Archive for the use of microfilm, Budapest, Hungary]
  4. (pt) « TUSP: A primeira torcida organizada do Brasil »
  5. (pt) « Origem, evulaçao e composoçao das torcidas »
  6. (en) Peterjon Cresswell et Simon Evans, European Football : A Fan's Handbook, Londres, The Rough Guides,‎ 997 p. 55
  7. a et b Paul Dietschy, Histoire du football, Perrin,‎ 2010
  8. (it)« Il gruppo Fedelissimoi Granata si è costituito in Associazione sportiva », Tuttosport,‎ 25 août 1956
  9. Sup mag no 12, octobre 1993
  10. (en) Peterjon Cresswell et Simon Evans, European Football : A Fan's Handbook, Londres, The Rough Guides,‎ 1997
  11. Commando Ultra 84, Ultras Marseille, l’histoire depuis 1984
  12. a et b South winners : Les Affaires article de Liberation
  13. « Ancien site des Ultras Inferno »
  14. « Présentation des Ultras Inferno »
  15. a, b, c et d « Le mouvement en Allemagne », Culture Tribune, no 3,‎ janvier-février 2007
  16. a, b et c Nicolas Hourcade, « L'engagement politique des supporters "ultras" français », Politix, no 50,‎ 2000 (lire en ligne)
  17. a et b Willam Langlois, Les guerriers du samedi soir,‎ 2011 (ISBN 978-1-4477-3948-7)
  18. a et b « Le collectif SOS Ligue 2 »
  19. [PDF] « 1er congrès national des associations de supporters, communiqué de presse du ministère de la jeunesse et des sports »
  20. « Un Congrès pour les supporters », sur francefootball.fr,‎ 25 janvier 2010
  21. « Communiqués du collectif SOS Ligue 2 »
  22. « CNU - Organisation représentative des ultras français »
  23. « Montpellier: des "ultras" manifestent contre les répressions policières », Le NouvelObs,‎ 14 octobre 2012 (lire en ligne)
  24. « 900 "ultras" ont manifesté à Montpellier », BFM,‎ 13 octobre 2012
  25. « 1000 supporters Ultras venus de toutes la France », la méditerranée,‎ 9 octobre 2012 (lire en ligne)
  26. « les supporters ultras réduits au silence », 20 minutes,‎ 30 avril 2010 (lire en ligne)
  27. « Quatre mois de suspension pour les supporters de Butte Paillade 91 », Le Midi Libre,‎ 1er février 2011 (lire en ligne)
  28. dissous en 2010 OGCNice : Dissolution de la Brigade Sud, france3.fr, 30/04/2010

Notes[modifier | modifier le code]

  1. dissous en 2008 Les Boulogne Boys dissous, lefigaro.fr, 18/04/2008
  2. dissolution en 1990
  3. fusion en 1995 avec Le Nouveau Supporter Messin pour donner la Génération Grenat
  4. a, b, c, d, e et f arrêt en 1993
  5. change de nom et devient les Ultras Violets en 1989
  6. arrêt en 1989
  7. a, b et c fusion dans les Irréductibles en 1993
  8. a, b et c arrêt en 2002
  9. a, b, c, d et e arrêt en 1992
  10. a, b, c, d, e, f, g et h arrêt en 1995
  11. a et b fusionné dans le Malherbe Normandy Kop en 1996
  12. a, b, c, d, e, f, g et h arrêt en 1997
  13. a, b, c, d et e arrêt en 1994
  14. dissolution en novembre 2006
  15. Les west Boys sont formés par quelques membres des Ultras Violets (Toulouse) qui ne voulaient plus dépendre du club, arret en 1992
  16. a, b, c, d, e, f, g, h, i et j arrêt en 1996
  17. a, b, c, d, e et f dissous en 2010 Sept groupes de supporters dissous avril 2010
  18. a, b et c arrêt en 2010
  19. a, b, c et d arrêt en 1999
  20. a, b, c, d et e arrêt en 2004
  21. a et b Fusion des Ultras Violets et quelques ex-West Boys, arrêt en 2001
  22. fusion des Rastas Bronx, South wolfs et Brigade azur et or
  23. a et b devenu Cosa Nostra Lyon en 2008, dissous en 2010
  24. devenu Ultrem en 1995
  25. autodissolution en 2006
  26. a et b arrêt en 1998
  27. a, b et c arrêt en 2003
  28. devenu White Phoenix en 1996, arrêt en 1997
  29. a, b, c, d et e arrêt en 2005
  30. a, b et c arrêt en 2000
  31. mise en sommeil en 2006
  32. a, b, c, d et e arrêt en 2008
  33. a, b et c dissous en 2010
  34. autodissolution en 2008
  35. a, b, c, d, e et f arrêt en 2009
  36. a et b arrêt en 2007
  37. devenu Ultras Troyes en 2008
  38. regroupement des Lugdunum's et du Nucléo Ultra, dissous en 2010
  39. fusion de "La Clique" et "Section Nord Est"
  40. dissolution en 2003

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Sébastien Louis, Le phénomène ultras en Italie,‎ 2006 (ISBN 2-84934-022-7) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Patrick Mignon, La violence dans les stades : supporters, ultras & hooligans (étude scientifique de l’INSEP),‎ 1995
  • Mignon, Le match de football : Ethnologie d’une passion partisane à Marseille, Naples et Turin,‎ 1990 (ISBN 2735106683)
  • Nicolas Roumestan, Les supporters de football,‎ 1998 (ISBN 2717836551)
  • Philippe Broussard, Génération Supporters,‎ 1990 Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Ultramarines (collectif), 1987-2007 Ultramarines Virage Sud Bordeaux,‎ 2008
  • Commando Ultra 84, Ultras Marseille, l’histoire depuis 1984,‎ 2001 Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Brigade Sud Nice, Les gens veulent savoir… Brigade Sud Nice 20 ans de passion ultra,‎ 2005
  • Magic Fans, Magic Fans le livre,‎ 2001
  • Ultra Boys 90, Ultra Boys 90, 1990-2005,‎ 2005
  • Willam Langlois, Les guerriers du samedi soir,‎ 2011 (ISBN 978-1-4477-3948-7) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Franck Berteau, Le dictionnaire des supporters : côté tribunes, Stock,‎ novembre 2013 (ISBN 978-2-234-07334-0)

Articles connexes[modifier | modifier le code]