Stade Charles-Ehrmann

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Stade Charles-Ehrmann
{{#if:
Stade Charles-Ehrmann
Stade Charles-Ehrmann
Généralités
Noms précédents Parc des sports de l'Ouest
Nom complet Parc des sports Charles-Ehrmann
Adresse 155, route de Grenoble
06200 Nice
Drapeau de la France France
Coordonnées 43° 40′ 42″ N 7° 11′ 52″ E / 43.678228, 7.19769443° 40′ 42″ Nord 7° 11′ 52″ Est / 43.678228, 7.197694  
Construction et ouverture
Début construction 1970
Ouverture 4 août 1973
Utilisation
Clubs résidents Nice Côte d'Azur athlétisme
Équipe de l'OGC Nice
Propriétaire Ville de Nice
Équipement
Capacité 8 000 places assises
56 500 (configuration concert)
Affluence
record
55 641 (concert de U2 le 15 juillet 2009)
(dernier record connu)

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Stade Charles-Ehrmann

Géolocalisation sur la carte : Provence-Alpes-Côte d'Azur

(Voir situation sur carte : Provence-Alpes-Côte d'Azur)
Stade Charles-Ehrmann

Géolocalisation sur la carte : Nice

(Voir situation sur carte : Nice)
Stade Charles-Ehrmann

Le stade Charles-Ehrmann, anciennement stade de l'Ouest, est un stade d'athlétisme situé à Nice (Alpes-Maritimes) au sein du complexe sportif du parc des sports Charles-Ehrmann (anciennement parc des sports de l'Ouest). En dehors de la pratique de l'athlétisme et du football, il est souvent le cadre de grands concerts estivaux, surtout depuis qu'il jouxte le Palais Nikaia.

Historique[modifier | modifier le code]

Dans les années 1960, le maire de Nice Jean Médecin, conscient du déficit d'infrastructures sportives dans sa ville, pense à un projet de construction d'un grand centre sportif. En 1965, il charge son nouvel adjoint aux sports, Charles Ehrmann, de réfléchir au projet[1]. Peu de temps après, Jean Médecin meurt et son fils Jacques, qui lui a succédé à la mairie, reprend l'idée. Charles Ehrmann souhaite bâtir un stade d'athlétisme au sein d'un ensemble d'autres installations sportives sur un terrain de plus de vingt hectares. Jacques Médecin achète à l'ouest de Nice, dans la plaine du Var, vingt-cinq hectares de terrains nécessaires à la concrétisation du projet[1]. Les travaux de construction du stade débutent en 1970. Charles Ehrmann exige que la piste d'athlétisme respecte les normes permettant l'organisation de compétitions internationales d'athlétisme. En plus du stade sont construits une halle des sports et un centre de médecine du sport[1].

Le complexe sportif et son stade, nommés alors Parc des sports de l'Ouest, sont inaugurés les 4 et 5 août 1973 par le secrétaire d'État aux Sports Pierre Mazeaud[2]. Rapidement le stade accueille des compétitions nationales et internationales d'athlétisme. Lors de sa mise en service, il est le cadre d'une demi-finale de la Coupe d'Europe des nations d'athlétisme[2]. En juillet 1974, il accueille les championnats de France d'athlétisme, les premiers en province depuis la Seconde Guerre mondiale. En 1975, la finale de la Coupe d'Europe d'athlétisme a lieu dans son enceinte. Jacques Médecin et Charles Ehrmann mettent par la suite en place un meeting d'athlétisme, le meeting Nikaïa, dont la première édition a lieu le 16 août 1976[3]. Il se tiendra chaque année jusqu'au 9 juillet 2001, et donnera lieu à cinq records du monde battus[3]. Après les élections municipales de 1983, Charles Ehrmann ne siège plus au conseil municipal de Nice et les membres de ce dernier choisissent de saluer son travail en renommant le Parc des sports de l'Ouest en Parc des sports Charles-Erhmann. Le stade Charles-Ehrmann est ainsi inauguré le 2 décembre 1984[4].

À la fin des années 1990, le maire de Nice Jacques Peyrat décide de construire une grande salle de spectacle qui manque alors à la ville. Il choisit de l'accoler au stade en démolissant une partie des tribunes, de façon à ce que la nouvelle salle puisse s'ouvrir sur le stade, lequel avait déjà accueilli d'importants concerts, et ainsi faciliter l'organisation de grands spectacles. Le 26 octobre 1999, la première pierre de la nouvelle salle, le futur Palais Nikaia, est posée[5]. Peu de temps après, le meeting Nikaïa, faute de moyens financiers suffisants, tire sa révérence.

Localisation et accès[modifier | modifier le code]

Le stade Charles-Ehrmann se situe dans la plaine du Var, au 155 route de Grenoble. Il se trouve le long de la RD 6202, anciennement appelée RN 202, et est desservi par l'autoroute A8 (sortie 51 Nice - Saint-Augustin) ainsi que par les lignes de bus 9 et 10 (arrêt Palais Nikaia ou arrêt Centre administratif) ou la ligne 23 (arrêt Centre administratif). En outre, une ligne de bus, la ligne 95, est spécialement mise en place avant et après chaque grand concert que le stade accueille, et relie le centre-ville de Nice au stade. Enfin, l'aéroport de Nice-Côte d'Azur est situé à proximité du stade, de même que la gare de Nice-Saint-Augustin.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Le stade dispose au total d'une capacité d'environ 8 000 places assises[6]. Le côté ouest du stade comporte trois tribunes avec une tribune centrale à deux niveaux. Le reste du stade est entouré de gradins, exceptée la partie centrale du côté est, laquelle est constituée par le mur-rideau du Palais Nikaia qui peut s'ouvrir. Le stade a une orientation nord-sud afin de respecter la direction générale de la vallée du Var[1]. Cependant, il a été légèrement enterré afin d'éviter de trop subir l'influence du vent, sur les conseils notamment de Robert Bobin, alors directeur technique national à la Fédération française d'athlétisme[1].

En plus du stade, le parc des sports dispose également d'un autre terrain d'athlétisme (sans tribunes), d'une halle des sports, d'un terrain pour le lancer du poids et du disque, de trois terrains de basket-ball et de handball, et de plusieurs terrains de football. Le siège du club de football de l'OGC Nice, son centre d'entraînement ainsi que son centre de formation sont également situés au sein du parc des sports.

Pratique du sport[modifier | modifier le code]

Le stade est utilisé pour la pratique de l'athlétisme par le club du Nice Côte d'Azur athlétisme. La piste d'athlétisme du stade mesure quatre cents mètres, compte huit couloirs, neuf dans la ligne droite, et sa forme est en anse de panier. Tous les équipements classiques nécessaires à la pratique de l'athlétisme sont également présents : deux sautoirs en longueur (saut en longueur ou triple saut), plusieurs sautoirs à la perche et en hauteur, et des aires de lancement pour le disque, le marteau, le poids et le javelot. Le stade est aussi régulièrement utilisé pour recevoir les rencontres de l'équipe réserve de l'Olympique gymnaste club Nice Côte d'Azur ainsi que parfois les matchs amicaux de l'OGC Nice. Il constitue également un stade de repli pour les Dauphins de Nice, le club de football américain de la ville lorsque le stade des Arboras n'est pas disponible[6].

Jeux de la Francophonie[modifier | modifier le code]

Le stade accueille les 7e Jeux de la Francophonie qui se déroulent à Nice du 6 au 15 septembre 2013. Les disciplines pratiquées sur ce site sont : l'athlétisme, le football, le tennis de table et la lutte africaine[7].

Concerts[modifier | modifier le code]

Depuis les années 1980, le stade Charles-Ehrmann a servi à l'organisation de grands spectacles. Pouvant contenir environ 55 000 personnes, il a été principalement le lieu de concerts estivaux en plein air, avec des artistes comme Michael Jackson en 1988 et en 1997, Bob Dylan, The Rolling Stones ou encore Madonna dont le Blond Ambition Tour a été enregistré en direct et diffusé par la chaîne de télévision américaine HBO le 5 août 1990.

Depuis la fin de la construction du Palais Nikaia en 2001, l'utilisation conjointe des moyens techniques de ce dernier et du stade a à nouveau donné lieu à l'organisation de grands concerts comme ceux des Rolling Stones, de U2 ou encore de Johnny Hallyday, offrant une capacité de 27 000 à 56 500 places[8] suivant la configuration debout ou assise. Le 5 juillet 2008, le stade a accueilli Céline Dion pour un concert dans le cadre de sa tournée mondiale Taking Chances Tour. Madonna, le 26 août 2008, y a fait la première date française de sa nouvelle tournée mondiale Sticky & Sweet Tour. En 2009, l'étape niçoise du U2 360° Tour du groupe U2 a attiré 55 641 spectateurs (dernier record d'affluence connu depuis la construction du Palais Nikaia) et dégagé des recettes de 6 261 208 dollars[9].

Lors de l'été 2010, le nouveau délégataire du Palais Nikaia, la société Vega associée à Live Nation, a décidé d'organiser quatre spectacles au stade Charles Ehrmann au lieu d'un seul spectacle annuel comme c'était le cas auparavant. Ainsi AC/DC, Pink et Prince ont donné chacun un concert, et Cathy Guetta y a organisé le festival Unighted, dont les précédentes éditions avaient eu lieu au stade de France et qui mettaient cette année à l'affiche les disc jockey David Guetta, Martin Solveig, Laidback Luke et Tiësto. Pink et Prince ont fait appel à une configuration particulière, nommée « Espace Nikaïa », en utilisant la salle du Palais Nikaia où avait été installée la scène, et la pelouse du stade pour aménager deux tribunes[10]. Cette configuration permet de recevoir entre 12 et 15 000 spectateurs[10],[11] soit moins que la configuration habituellement utilisée avec le stade Charles-Ehrmann, mais davantage qu'avec la salle du Palais Nikaia dont la capacité maximale est de 9 000 spectateurs.

Le 22 mai 2012, le stade a accueilli un concert du groupe britannique Coldplay[12],[13]. Le 21 août 2012, un concert de Madonna, dans le cadre de son MDNA Tour[14], a également eu lieu dans le stade niçois. Le 26 juin 2013, le groupe Muse y a organisé un concert dans le cadre du Second Law Tour[15].

Artiste ou groupe Tournée ou spectacle Date Affluence Remarque
Concerts au stade Charles-Ehrmann
Barclay James Harvest Tournée européenne 22 septembre 1984
Deep Purple Perfect Strangers World Tour 11 juillet 1985
David Bowie Glass Spider Tour 17 juillet 1987
Madonna Who's That Girl Tour 31 août 1987
Blond Ambition Tour 5 août 1990 Diffusé sur la chaîne HBO
Sticky & Sweet Tour 26 août 2008 41 483 spectateurs payants[16]
MDNA Tour 21 août 2012 29 670 spectateurs payants[17]
Pink Floyd A Momentary Lapse of Reason Tour 17 juillet 1988
Michael Jackson Bad World Tour 14 août 1988
HIStory World Tour 27 juillet 1997 environ 35 000 spectateurs[18]
Prince Nude Tour 18 août 1990
20Ten Tour 25 juillet 2010 En configuration « Espace Nikaïa »
Genesis We Can't Dance tour 19 juillet 1992
Dire Straits On Every Street tour 5 septembre 1992
Johnny Hallyday La Tournée des Stades 17 juillet 2003
U2 Vertigo Tour 5 août 2005 51 900 spectateurs payants[19]
U2 360° Tour 15 juillet 2009 55 641 spectateurs payants[9]
Rolling Stones A Bigger Bang Tour 28 juillet 2006 46 882 spectateurs payants
Céline Dion Taking Chances Tour 5 juillet 2008 23 865 spectateurs payants[20]
AC/DC Black Ice World Tour 15 juin 2010 environ 40 000 spectateurs[21]
Pink Funhouse Summer Carnival Tour 13 juillet 2010 environ 14 000 spectateurs[22] En configuration « Espace Nikaïa »
David Guetta, Martin Solveig,
Laidback Luke et Tiësto
Unighted by Cathy Guetta 7 août 2010 environ 25 000 personnes[23]
Coldplay Mylo Xyloto Tour 22 mai 2012 43 364 spectateurs payants[17]
Muse The Second Law Tour 26 juin 2013[24] environ 45 000 spectateurs[15]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d et e Charles Ehrmann, Les devoirs de mémoire d'un homme d'honneur, Serre Éditeur, 2005, (ISBN 9782864104360), p. 219 [lire en ligne]
  2. a et b Charles Ehrmann, op. cit., p. 220.
  3. a et b Charles Ehrmann, op. cit., p. 221.
  4. Charles Ehrmann, op. cit., p. 124.
  5. Charles Ehrmann, op. cit., p. 225.
  6. a et b [PDF] « Principaux stades et salles : Nice à la peine », Journaliste sportif, le journal des étudiants de sport de l'école de journalisme de Nice, mars 2009, p. 8.
  7. Nice 2013
  8. Jean-François Roubaud, « Nice Le 15 juillet au Nikaïa : U2 choisit Nice », Nice-Matin, 27 janvier 2009.
  9. a et b « Billboard Boxscore », Billboard magazine, Nielsen Business Media Inc., 22 juillet 2009, New York City [lire en ligne]
  10. a et b « Prince en concert ce dimanche soir à Nice: y'a pas photo ! », Nice-Matin, 25 juillet 2010.
  11. « Pink revient à Nice: méga-show devant ! », Nice-Matin, 13 juillet 2010.
  12. Kate Herchuez, « Coldplay, dieu des stades » sur lefigaro.fr, le site du Figaro, 9 décembre 2011. Consulté le 14 décembre 2011.
  13. « Vidéo. Revivez le concert de Coldplay à Nice », sur http://www.nicematin.com, Nice-Matin,‎ 23 mai 2013 (consulté le 24 mai 2012)
  14. Mathilde Cesbron, « Madonna au Stade de France le 14 juillet », sur lefigaro.fr,‎ 7 février 2012 (consulté le 17 février 2012)
  15. a et b « Muse, l'hystérie rock à Nice », sur http://www.nicematin.com/, Nice-Matin,‎ 27 juin 2013 (consulté le 27 juin 2013)
  16. « Billboard Boxscore », Billboard magazine, Nielsen Business Media Inc., 2008, New York City [lire en ligne]
  17. a et b « Current boxscore », sur www.billboard.biz, Billboard (consulté le 1er septembre 2012)
  18. (en) « "HIStory" World Tour 1996-1997 - Tour Dates », sur mjbaltic.com, Michael Jackson Baltic Fan Club (consulté le 17 août 2012)
  19. « Billboard Boxscore », Billboard magazine, Nielsen Business Media Inc., 3 septembre 2005, New York City, p. 27 [lire en ligne]
  20. [PDF] Top 100 International Box office - 2008 http://www.pollstarpro.com/SpecialFeatures2008/2008YearEndTop100IntlBoxoffice.pdf]
  21. Philippe Dupuy, « AC/DC sauvé des eaux », Nice-Matin, 16 juin 2010.
  22. Jean-François Roubaud, « Nice : Pink parade au Nikaia », Nice-Matin, 14 juillet 2010
  23. Jean-François Roubaud, « Nice : le Little Ibiza de Cathy Guetta », Nice-Matin, 8 août 2010.
  24. « Muse en concert au stade Charles-Ehrmann de Nice le 26 juin », sur www.nicematin.com, Nice-Matin,‎ 16 novembre 2012 (consulté le 16 novembre 2012)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]