Championnat de France de rugby à XV 2009-2010

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Top 14 2009-2010

Description de l'image  Logo Rugby Top14 Orange.png.
Généralités
Sport rugby à XV
Organisateur(s) Ligue nationale de rugby
Édition 111e
Lieu Drapeau de la France France
Date du 14 août 2009 au 29 mai 2010
Participants 14 équipes
Matchs joués 187
Site(s) Finale au Stade de France
Site web officiel
Palmarès
Vainqueur ASM Clermont
Finaliste USA Perpignan
Demi-finalistes RC Toulon
Stade toulousain
Relégué(s) US Montauban
SC Albi
Meilleur marqueur Drapeau : Afrique du Sud Sam Gerber (9 essais)
Meilleur réalisateur Drapeau : France Romain Teulet (263 pts)

Navigation

Le Championnat de France de rugby à XV 2009-2010 ou Top 14 2009-2010 est la saison 2009-2010 du Championnat de France de rugby à XV, il oppose les quatorze meilleures équipes françaises de rugby à XV.

Le championnat débute le 14 août 2009 pour s'achever par une finale fixée au 29 mai 2010 au Stade de France[1]. Le championnat se déroule en deux temps : une première phase dite régulière en match aller-retour où toutes les équipes se rencontrent deux fois et une phase finale à élimination directe. Pour la première fois, les six premières équipes du classement à l'issue de la phase régulière sont qualifiées pour les play-off. Les deux premières équipes du classement sont directement qualifiées pour les demi-finales alors que les équipes classées de la troisième à la sixième place s'affrontent en barrage pour l'attribution des deux places restantes dans le dernier carré.

Après dix finales perdues dont les trois dernières éditions, l'ASM Clermont remporte son premier bouclier de Brennus en battant 19-6 l'USA Perpignan en finale[2]. Le club du SC Albi est relégué en Pro D2 alors que l'US Montauban est rétrogradé en Fédérale 1 sur décision administrative, sauvant ainsi l'Aviron bayonnais relégué sportivement, puisque terminant à la treizième place. Lors de cette saison, le championnat bat des records de popularité puisqu'en moyenne chaque rencontre attire 13 529 spectateurs et que la compétition est diffusée dans 164 pays[3].

Liste des équipes en compétition[modifier | modifier le code]

Le Racing Métro 92 et le SC Albi ont été promus dans le Top 14 à l'issue de la saison de Pro D2 2008-2009, tandis que les deux clubs landais de Mont-de-Marsan et Dax sont relégués. La compétition oppose pour la saison 2009-2010 les quatorze meilleures équipes françaises de rugby à XV :

Résumé des résultats[modifier | modifier le code]

Résultats détaillés : Résultats détaillés.

Classement de la phase régulière[modifier | modifier le code]

No  Club Joués V N D BO BD PM PE Diff Pts
1 USA Perpignan (T) 26 17 0 9 8 4 582 412 170 80
2 RC Toulon 26 18 1 7 3 3 541 456 85 80
3 ASM Clermont 26 15 3 8 8 4 644 414 230 78
4 Stade toulousain 26 15 1 10 4 8 524 359 165 74
5 Castres olympique 26 14 3 9 6 5 542 398 144 73
6 Racing Métro 92 (P) 26 14 1 11 0 6 518 530 -12 64
7 Biarritz olympique 26 12 0 14 4 7 471 442 29 59
8 Stade français Paris 26 10 4 12 5 5 600 572 28 58
9 CA Brive 26 11 2 13 5 5 459 513 -54 58
10 Montpellier HR 26 13 0 13 1 2 453 574 -121 55
11 CS Bourgoin-Jallieu 26 11 1 14 0 4 407 591 -184 50
12 US Montauban 26 10 2 14 0 5 422 525 -103 49
13 Aviron bayonnais 26 9 0 17 3 8 492 490 2 47
14 SC Albi (P) 26 4 0 22 0 8 349 728 -379 24

Perpignan et Toulon avec 80 points se départagent en fonction de leurs rencontres de la 12e et de la 25e journée : 5 points pour Perpignan et 4 points pour Toulon
Le Stade français et Brive avec 58 points se départagent en fonction de leurs rencontres de la 9e et de la 22e journée : 5 points pour le Stade français et 4 points pour Brive

Qualifiés pour les demi-finales et la Coupe d'Europe 2010-2011 (no 1, no 2).
Qualifiés pour les barrages et la coupe d'Europe 2010-2011 (no 3, no 4, no 5, no 6).
Qualifié pour la coupe d'Europe 2010-2011 (no 7) car le Stade toulousain remporte la coupe d'Europe 2009-2010.
Relégués pour la saison 2010-2011 : Albi en Pro D2 et Montauban en Fédérale 1 sur décision administrative.
T : Tenant du titre 2009 • P : Promus 2009
V : Victoires • N : Matches nuls • D : Défaites • BO : Bonus offensif • BD : Bonus défensif • PP : Points pour (marqués) • PC : Points contre (encaissés) • Diff : Différence de points.

Attribution des points[4] : victoire sur tapis vert : 5, victoire : 4, match nul : 2, défaite : 0, forfait : -2 ; plus les bonus (offensif : 3 essais de plus que l'adversaire ; défensif : défaite par 7 points d'écart ou moins).

Règles de classement[4] : 1. points terrain ; 2. points terrain obtenus dans les matches entre équipes concernées ; 3. différence de points dans les matches entre équipes concernées ; 4. différence entre essais marqués et concédés dans les matches entre équipes concernées ; 5. différence de points ; 6. différence entre essais marqués et concédés ; 7. nombre de points marqués ; 8. nombre d'essais marqués ; 9. nombre de forfaits n'ayant pas entraîné de forfait général ; 10. place la saison précédente ; 11. nombre de personnes suspendues après un match de championnat.

Phase finale[modifier | modifier le code]

Les deux premiers de la phase régulière sont directement qualifiés pour les demi-finales. En matchs de barrage pour attribuer les deux autres places, le troisième reçoit le sixième et le quatrième reçoit le cinquième. Les vainqueurs affrontent respectivement le deuxième et le premier. L'équipe ayant fini première de la phase régulière a le choix du terrain pour la demi-finale.

Barrages Demi-finales Finale
 8 mai 2010 au Stadium, Toulouse    14 mai 2010 au stade de la Mosson, Montpellier      29 mai 2010 au Stade de France, Saint-Denis
 [1] USA Perpignan  21
 [4] Stade toulousain  35
 [4] Stade toulousain  13  
 [5] Castres olympique  12  
 15 mai 2010 au stade Geoffroy-Guichard, Saint-Étienne  [1] USA Perpignan  6
 7 mai 2010 au Stade Marcel-Michelin, Clermont-Ferrand
   [3] ASM Clermont Auvergne  19
 [3] ASM Clermont Auvergne  21
 [3] ASM Clermont Auvergne  35  
 [6] Racing Métro 92  17  
 [2] RC Toulon  29  

Nouveautés de la saison 2009-2010[modifier | modifier le code]

Nouvelles règles[modifier | modifier le code]

Parmi les treize nouvelles règles testées durant la saison 2008-2009, dix sont validées par l'IRB et entrent en vigueur dès le 23 mai 2009[5]. Ainsi, les trois règles suivantes sont abandonnées :

  • l'effondrement des mauls est de nouveau proscrit,
  • il n'est plus obligatoire de maintenir tête et épaules au-dessus des hanches dans les mauls,
  • le nombre de joueurs dans un alignement en touche n'est plus illimité.

Nouvelle organisation[modifier | modifier le code]

Le 2 avril 2009, la Ligue nationale de rugby annonce un certain nombre de réformes dans l'optique de rendre la compétition plus homogène[6]. Si la plupart ne seront effectives qu'à partir de la saison 2010-2011, l'une d'entre elles rentre en vigueur dès la présente édition. Elle concerne la qualification pour la phase finale avec l'introduction de deux matchs de barrage. À l'issue de la phase régulière, les deux premières équipes du classement sont directement qualifiées pour les demi-finales alors que les équipes classées de la troisième à la sixième place s'affrontent en barrage pour l'attribution des deux places restantes dans le dernier carré[7].

Faits notables de la saison[modifier | modifier le code]

L'alignement des avants de l'ASM Clermont Auvergne et de l'Aviron bayonnais au Stade Marcel-Michelin lors de la 9e journée

1re journée[modifier | modifier le code]

Les compteurs sont lancés pour les figures de proue du Top 14. Du côté de l'ASM Clermont Auvergne, Napolioni Nalaga (meilleur marqueur 2008/2009) et Brock James (meilleur réalisateur 2008/2009) inscrivent respectivement deux essais et dix-sept points contre le CS Bourgoin-Jallieu. Le très attendu Jonny Wilkinson du RC Toulon inscrit quant à lui dix-sept points contre le Stade français. L'anglais pourrait être le premier joueur à ravir la première marche du podium à l'auvergnat Brock James, meilleur réalisateur de points en Top 14 depuis la saison 2006-2007.

2e journée[modifier | modifier le code]

Le premier match délocalisé à l'étranger du championnat de France est disputé le 21 août 2009 au Stade d'Anoeta qui est situé en Espagne, au Pays basque sud à Saint-Sébastien devant 24 411 spectateurs[8]. Il oppose l'Aviron bayonnais au Stade français, et se termine par la victoire de Bayonne par 38 à 24[9]. Tous les matchs de cette seconde journée sont remportés par les équipes jouant à domicile, au détriment notamment de Paris ou du champion en titre Perpignan.

3e journée[modifier | modifier le code]

Suite à six cas de grippe A signalés au sein de l'équipe du Castres olympique, le match contre Montauban est reporté au 16 septembre 2009 suite à une décision de la LNR[10]. À l'issue de la journée, seul l'ASM Clermont Auvergne et le RC Toulon demeurent invaincus avec deux victoires et un match nul chacun[11].

4e journée[modifier | modifier le code]

Toujours en raison de l'épidémie de grippe A qui sévit au sein de l'effectif du Castres olympique, le match contre le SC Albi est reporté au 29 septembre 2009[10]. À l'issue d'un match très serré contre Clermont, le RC Toulon devient l'unique invaincu du début de saison[11].

Une touche opposant l'ASM Clermont Auvergne à l'USA Perpignan au Stade Marcel-Michelin lors de la 21e journée.

5e journée[modifier | modifier le code]

À l'issue de la journée, le Stade français se retrouve relégable à la treizième place du classement. Ce très mauvais début de championnat provoque le limogeage des deux entraineurs parisiens le 8 septembre 2009 : Ewen McKenzie et Christophe Dominici sont remplacés par Jacques Delmas, ancien entraîneur du Biarritz olympique, et Didier Faugeron[12]. L'US Montauban crée la surprise en infligeant une première défaite au RC Toulon.

6e journée[modifier | modifier le code]

Pour la deuxième fois de la saison, toutes les équipes jouant à l'extérieur ont été défaites, notamment le champion en titre Perpignan qui s'incline devant le CS Bourgoin-Jallieu et cède la première place à Clermont. Le derby Biarritz - Bayonne, délocalisé à Saint-Sébastien, attire 28 933 spectateurs[8].

7e journée[modifier | modifier le code]

La rencontre entre Bayonne et Montpellier fixée le vendredi 18 septembre est reportée au dimanche suivant en raison des très fortes intempéries qui s'abattent sur le Pays basque[13]. Avec une affluence moyenne de 15 501 spectateurs, la 7e journée enregistre la meilleure affluence sur une journée de la saison[14].

8e journée[modifier | modifier le code]

Le petit poucet de la saison Albi remporte sa première victoire de la saison face à l'Aviron bayonnais. Ce n'est cependant pas suffisant pour quitter la dernière place du classement que le club albigeois occupe depuis le début de la compétition[15]. Le choc entre les deux premiers du classement tourne à l'avantage de l'USA Perpignan qui remporte une victoire bonifiée face à l'ASM Clermont, s'octroyant au passage la tête du classement[16]. Le classico entre le Stade toulousain et le Stade français devant 32 175 spectateurs au Stadium[17] aboutit à un match nul 9 partout sans le moindre essai marqué[18].

13e journée[modifier | modifier le code]

Le montpelliérain Mickael De Marco (à gauche) et le clermontois Alexandre Lapandry (à droite) s'affrontent au Stade Marcel Michelin lors de 23e journée.

Le dernier du classement provisoire Albi créer la surprise en s'imposant sur sa pelouse face au premier du classement de Perpignan. Cette défaite n'empêche pas l'USAP de conserver sa première place.

14e journée[modifier | modifier le code]

La rencontre entre Perpignan et Bayonne est reportée au 5 février 2010 en raison de trois cas de grippe A signalés au sein de l'équipe perpignanaise[19],[20].

15e journée[modifier | modifier le code]

Le Stade français dispute sa dernière rencontre de championnat au Stade Jean-Bouin. Il y dispute encore deux rencontres de Coupe d'Europe contre l'Ulster et Bath[réf. nécessaire].

22e journée[modifier | modifier le code]

À l'issue de cette journée, Albi est officiellement relégué en Pro D2, ne pouvant rattraper son retard lors des quatre dernières journées[21].

23e journée[modifier | modifier le code]

Par décision de la DNACG, l'US Montauban est rétrogradée en Pro D2 pour la saison 2010-2011 en raison de difficultés financières. Néanmoins le club peut encore éviter la descente en faisant appel de la décision ou en trouvant les 1,5 millions d'euros nécessaires pour équilibrer son budget[22]. Le SC Albi et l'US Montauban sont donc les deux relégués de cette saison. Dans le haut du tableau, Perpignan, Castres et Clermont sont assurés de participer au moins aux barrages des phases finales.

24e journée[modifier | modifier le code]

Le duel au sommet entre Castres et Perpignan tourne en faveur des catalans qui l'emportent 17-11. Les Castrais concèdent leur première défaite à domicile de la saison et reculent à la troisième place du classement[23]. Toulon et Toulouse qui battent respectivement Bayonne et le Racing Métro assurent leur qualification pour le tableau final[24],[25]. Il reste une place de barragiste disponible qui se dispute entre quatre équipes : le Racing, Biarritz, Brive et le Stade français.

25e journée[modifier | modifier le code]

La 25e journée livre son verdict concernant le sixième et dernier barragiste : le Racing Métro rejoint Toulon, Perpignan, Castres, Toulouse et Clermont. Ces six équipes sont donc qualifiées pour la prochaine coupe d'Europe. Le CS Bourgoin-Jallieu assure son maintien en battant le Stade toulousain au Stade de Gerland, de même Montpellier s'assure de jouer en Top 14 la saison prochaine grâce à sa victoire sur la pelouse de Sapiac à Montauban.

26e journée[modifier | modifier le code]

En battant l'aviron bayonnais, Montauban place les basques en position de relégable en attendant le verdict de l'appel de la décision de rétrogradation financière de Montauban. Perpignan termine premier de la phase régulière pour la seconde saison consécutive. Toulon termine à la deuxième place. Les deux clubs se qualifient donc directement pour les demi-finales. Du côté des barrages, Clermont (troisième) reçoit le Racing Métro 92 (sixième) tandis que Toulouse (quatrième) accueille Castres (cinquième).

Barrages[modifier | modifier le code]

Le Racing-Métro s'incline face à l'ASM Clermont Auvergne à l'issue d'un match serré. Les ciel et blanc achèvent donc une saison satisfaisante en tant que promu tandis que les auvergnats rejoignent le RC Toulon afin de disputer leur quatrième demi-finale consécutive[26]. De son côté, le Stade toulousain défait le Castres olympique et rejoint l'USA Perpignan pour une 17e demi-finale consécutive (record européen)[27].

Demi-finales[modifier | modifier le code]

En ayant raison d'une équipe du stade toulousain construite dans l'optique de la finale de la coupe d'Europe la semaine suivante[28], l'USA Perpignan se qualifie pour sa deuxième finale consécutive. Après prolongation, l'ASM Clermont Auvergne vient à bout du RC Toulon et dispute donc sa quatrième finale consécutive[29]. Les deux finalistes sont donc les mêmes que lors de la saison précédente.

Résultats détaillés[modifier | modifier le code]

Phase régulière[modifier | modifier le code]

Tableau synthétique des résultats[modifier | modifier le code]

L'équipe qui reçoit est indiquée dans la colonne de gauche.

Clubs SCA BAY BIA BOU BRI CAS CLE MTB MRC SFR PER RAC RCT TOU
SC Albi 19-14 20-9 7-17 15-17 21-25 8-40 12-26 15-18 38-24 24-23 13-19 9-15 6-24
Aviron bayonnais 46-13 15-0 53-6 33-25 6-15 22-13 38-13 26-3 38-24 13-30 19-23 8-14 13-15
Biarritz O. 39-6 12-6 23-6 12-6 12-24 19-26 42-13 26-10 30-22 27-12 20-23 23-9 26-10
Bourgoin-Jallieu 26-16 12-6 22-17 14-14 16-9 28-37 22-14 20-23 16-22 17-6 17-13 9-13 15-13
CA Brive 39-6 19-14 12-15 25-15 11-9 9-9 19-14 30-9 26-14 29-9 10-18 23-26 27-21
Castres O. 44-10 26-10 34-6 29-9 35-10 9-9 30-7 33-18 32-14 11-17 9-6 21-19 30-10
ASM Clermont 45-18 38-13 13-16 32-3 52-10 25-19 37-16 41-3 19-19 22-17 30-22 39-3 19-12
US Montauban 20-6 22-8 14-5 12-15 23-20 18-18 20-15 6-19 6-6 16-13 45-31 21-18 16-17
Montpellier RC 62-17 16-22 22-18 34-17 3-25 15-0 16-9 19-0 25-23 18-12 22-19 21-20 12-30
Stade français 23-18 34-10 25-15 20-6 44-16 44-18 19-10 35-40 43-26 14-20 41-17 18-22 0-29
USA Perpignan 44-0 28-20 19-14 49-20 21-9 17-15 19-3 28-9 29-3 44-23 31-12 25-9 17-15
Racing Métro 92 9-6 18-9 29-22 17-18 25-18 24-24 33-24 17-12 18-14 20-18 14-18 28-15 27-20
RC Toulon 41-13 31-13 21-20 46-28 19-10 19-6 26-21 18-7 31-19 22-22 33-23 27-13 18-13
Stade toulousain 19-13 21-17 23-3 41-3 38-0 25-17 15-16 17-12 34-3 9-9 22-11 28-23 3-6


Victoire à domicile Match nul Défaite à domicile

Détail des résultats[modifier | modifier le code]

Les points marqués par chaque équipe sont inscrits dans les colonnes centrales (3-4) alors que les essais marqués sont donnés dans les colonnes latérales (1-6). Les points de bonus sont symbolisés par une bordure bleue pour les bonus offensifs (trois essais de plus que l'adversaire), orange pour les bonus défensifs (défaite avec au plus sept points d'écart), rouge si les deux bonus sont cumulés.

Matchs de barrage[modifier | modifier le code]

7 mai 2010
20:45 CET
ASM Clermont Auvergne 21 - 17
(6 - 5)
Racing Métro 92 Stade Marcel Michelin, Clermont-Ferrand
15 811 spectateurs
Arbitre : Pascal Gaüzère
Pénalité(s) : James 2 (3e, 21e), Parra 5 (48e, 60e, 62e, 70e, 75e)
Essai(s) : Cronjé (38e)
Pénalité(s) : Wisniewski (41e), Steyn (46e)
Drop(s) : Wisniewski (53e), Steyn (62e)


8 mai 2010
16:30 CET
Stade toulousain 35 - 12
(17 - 6)
Castres olympique Stadium, Toulouse
34 594 spectateurs
Arbitre : Jean-Pierre Matheu
Essai(s) : Médard (2e), Clerc 2 (15e, 64e), David (69e)
Transformation(s) : Élissalde 2 (2e, 16e), Fritz (70e)
Pénalité(s) : Élissalde 3 (26e, 52e, 59e)
Pénalité(s) : Teulet 4 (20e, 31e, 41e, 55e)

Demi-finales[modifier | modifier le code]

14 mai 2010
20:40 CET
USA Perpignan 21 - 13
(9 - 13)
Stade toulousain Stade de la Mosson, Montpellier
32 204 spectateurs
Arbitre : Romain Poite
Pénalité(s) : Porical 7 (10e, 17e, 22e, 43e, 51e, 63e, 78e)
Essai(s) : Bézy (8e)
Transformation(s) : Skrela (8e)
Pénalité(s) : Skrela 2 (19e, 27e)


15 mai 2010
16:30 CET
RC Toulon 29 - 35 (a.p.)
(9 - 6, 22 - 22, 22 - 25)
ASM Clermont Auvergne Stade Geoffroy-Guichard, Saint-Étienne
33 609 spectateurs
Arbitre : Jérôme Garcès
Essai(s) : S. B. Williams (74e), Cibray (98e)
Transformation(s) : Wilkinson (75e, 98e)
Pénalité(s) : Wilkinson (3e, 32e, 63e, 78e)
Drop(s) : Wilkinson (13e)
Essai(s) : Zirakashvili (68e), Malzieu (94e)
Transformation(s) : Parra (69e), James (95e)
Pénalité(s) : Parra (28e, 47e, 50e, 58e), James (89e)
Drop(s) : Floch (6e), James (91e)

Finale[modifier | modifier le code]

Feuille de match
USA Perpignan 6 – 19 ASM Clermont Auvergne

(mt : 6 – 13)

29 mai 2010 au Stade de France, Saint-Denis

Homme du match :

Points marqués :

  • Perpignan : 2 pénalités de Porical (20e, 26e)
  • Clermont : 1 essai de Nalaga (15e) ; 1 transformation de Parra (17e) ; 3 pénalités de Parra (10e, 27e, 62e) et 1 drop de Floch (68e)

Évolution du score : 0-3, 0-10, 3-10, 6-10, 6-13, 6-16, 6-19

Arbitre : Christophe Berdos

Spectateurs : 79 262
Les joueurs de l'ASM Clermont Auvergne, champions de France 2010, paradent dans les rues de Clermont-Ferrand avec le Bouclier de Brennus.

Résumé

Dès le début du match, les Clermontois prennent les choses en main et sont tout près d'ouvrir le score par Nalaga d'abord, qui passe à quelques centimètres de l'en-but, puis Parra qui rate une pénalité. C'est finalement chose faite un peu plus tard, avec un pénalité de Parra à la 10e minute et un essai de Nalaga à la 15e, suite à une percée de Floch, relayé par James. Les Perpignanais réagissent et Porical passe deux pénalités, à la 20e et la 26e. Parra passe trois points pour faire passer le score à 6-13, score qui n'évolue pas jusqu'à la mi-temps. Au retour des vestiaires, le match s'équilibre. Finalement, Parra passe un pénalité, avant que Floch n'enterre les espoirs Rouge et Jaunes en mettant un drop de 44 mètres. Les Perpignanais pilonnent devant l'en-but clermontois mais ne trouvent pas la faille.

Composition des équipes
USA Perpignan

Titulaires
Jérôme Porical 15
Adrien Planté 14
David Marty 13
Maxime Mermoz 12
Christophe Manas 11
Gavin Hume 10
Nicolas Durand 9
Henry Tuilagi 8
Jean-Pierre Pérez 7
Ovidiu Tonița 6
Robins Tchale-Watchou 5
Olivier Olibeau 4
(cap.) Nicolas Mas 3
Guilhem Guirado 2
Perry Freshwater 1
Remplaçants
Marius Tincu 16
Jérôme Schuster 17
Guillaume Vilaceca 18
Grégory Le Corvec 19
David Mélé 20
Nicolas Laharrague 21
Jean-Philippe Grandclaude 22
Kisi Pulu 23
Entraîneur
Jacques Brunel

ASM Clermont Auvergne

Titulaires
15 Anthony Floch
14 Napolioni Nalaga
13 Aurélien Rougerie (cap.)
12 Marius Joubert
11 Julien Malzieu
10 Brock James
9 Morgan Parra
8 Elvis Vermeulen
7 Alexandre Lapandry
6 Julien Bonnaire
5 Thibaut Privat
4 Jamie Cudmore
3 Martín Scelzo
2 Mario Ledesma
1 Thomas Domingo
Remplaçants
16 Benoît Cabello
17 Davit Zirakashvili
18 Julien Pierre
19 Alexandre Audebert
20 Kevin Senio
21 Tasesa Lavea
22 Gonzalo Canale
23 Vincent Debaty
Entraîneur
Vern Cotter

Statistiques[modifier | modifier le code]

Les classements suivants prennent en compte tous les matchs de la compétition (phase régulière et phase finale).

Meilleurs réalisateurs[modifier | modifier le code]

Rang Joueur Pays Club Poste Points Essais Transf. Pén. Drops
1 Romain Teulet Drapeau : France Castres olympique arrière, demi d'ouverture 263 2 23 67 2
2 Jonny Wilkinson Drapeau : Angleterre RC Toulon demi d'ouverture 230 1 21 52 9
3 Brock James Drapeau : Australie ASM Clermont Auvergne demi d'ouverture 224 1 42 41 4
4 Jonathan Wisniewski Drapeau : France Racing Métro 92 demi d'ouverture 183 2 13 38 11
5 Jérôme Porical Drapeau : France USA Perpignan arrière 181 6 23 35 0
6 Federico Todeschini Drapeau : Argentine Montpellier RC demi d'ouverture 168 1 18 42 0
7 Cédric Rosalen Drapeau : France US Montauban demi d'ouverture 166 0 11 40 8
8 Benjamin Boyet Drapeau : France CS Bourgoin-Jallieu demi d'ouverture 159 1 11 38 6
- Lionel Beauxis Drapeau : France Stade français Paris demi d'ouverture 159 3 18 28 8
10 Dimitri Yachvili Drapeau : France Biarritz olympique demi de mêlée 150 4 14 34 0

Meilleurs marqueurs d'essais[modifier | modifier le code]

Rang Joueur Pays Club Poste Essais
1 Sam Gerber Drapeau : Afrique du Sud Aviron bayonnais centre 9
2 Napolioni Nalaga Drapeau : Fidji ASM Clermont Auvergne ailier 8
3 Vincent Clerc Drapeau : France Stade toulousain ailier 7
- Benjamin Fall Drapeau : France Aviron bayonnais ailier 7
- Anthony Floch Drapeau : France ASM Clermont Auvergne arrière 7
- Mark Gasnier Drapeau : Australie Stade français Paris centre, ailier 7
- Takudzwa Ngwenya Drapeau : États-Unis Biarritz olympique ailier 7
- François Trinh-Duc Drapeau : France Montpellier RC demi d'ouverture 7
9 Sireli Bobo Drapeau : Fidji Racing Métro 92 ailier 6
- Cédric Heymans Drapeau : France Stade toulousain ailier, arrière 6
- Chris Masoe Drapeau : Nouvelle-Zélande Castres olympique troisième ligne centre 6
- Jean-Baptiste Peyras-Loustalet Drapeau : France Aviron bayonnais ailier, arrière 6
- Iosefa Tekori Drapeau : Samoa Castres olympique deuxième ligne 6

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Nouveau calendrier pour le Top 14 », sur www.lequipe.fr, L'Équipe,‎ mai 2009 (consulté le 16 juin 2009)
  2. Vincent Pere-Lahaille, « L'aboutissement d'un rêve », sur www.lequipe.fr, L'Équipe,‎ mai 2010 (consulté le 31 mai 2010)
  3. Bertrand Lagacherie, « Le bilan de Revol », sur www.lequipe.fr, L'Équipe,‎ mai 2010 (consulté le 31 mai 2010)
  4. a et b « Classement RUGBY Top 14 Orange - Saison 2009/2010 », sur www.lnr.fr, LNR (consulté le 9 mai 2010)
  5. « 10 nouvelles règles validées », sur www.lequipe.fr, L'Équipe,‎ mai 2009 (consulté le 16 juin 2009)
  6. « Le Top 14 lance sa révolution », sur www.lequipe.fr, L'Équipe,‎ avril 2009 (consulté le 16 juin 2009)
  7. « Les barrages validés », sur www.lequipe.fr, L'Équipe,‎ mai 2009 (consulté le 16 juin 2009)
  8. a et b Baptiste Le Beux, « Affluences record pour les délocalisations à l’étranger », sur www.lnr.fr, LNR,‎ 15 septembre 2009 (consulté le 2 octobre 2009)
  9. « Bayonne-Stade français à Anoeta », sur www.rugbyrama.fr, Midi olympique,‎ 21 août 2009 (consulté le 21 août 2009)
  10. a et b « Castres jouera en semaine », sur www.lequipe.fr, L'Équipe,‎ 7 septembre 2009 (consulté le 7 septembre 2009)
  11. a et b À l'exception du Castres olympique dont les matchs de 3e et 4e journée ont été ajournés suite aux cas de grippe A signalés au sein de l'équipe.
  12. « Nouveau duo d'entraîneurs pour le Stade français », sur www.lemonde.fr, Le Monde,‎ 8 septembre 2009 (consulté le 8 septembre 2009)
  13. « Bayonne-Montpellier reporté », sur www.lequipe.fr, L'Équipe,‎ 18 septembre 2009 (consulté le 19 septembre 2009)
  14. « Affluence moyenne et totale par club », sur www.lnr.fr, LNR (consulté le 27 octobre 2009)
  15. « Première pour Albi », sur www.lequipe.fr, L'Équipe,‎ 25 septembre 2009 (consulté le 27 septembre 2009)
  16. Bertrand Lagacherie, « Champion Perpignan ! », sur www.lequipe.fr, L'Équipe,‎ 26 septembre 2009 (consulté le 27 septembre 2009)
  17. Un choc bien décevant www.rugby365.fr
  18. Bertrand Lagacherie, « Les Stades dos à dos », sur www.lequipe.fr, L'Équipe,‎ 26 septembre 2009 (consulté le 27 septembre 2009)
  19. « Bayonne-USAP reporté », sur www.lequipe.fr, L'Équipe,‎ 27 novembre 2009 (consulté le 28 novembre 2009)
  20. « Bayonne-USAP le 5 février », sur www.lequipe.fr, L'Équipe,‎ 7 janvier 2010 (consulté le 9 janvier 2010)
  21. A.D., « Albi relégué », sur www.lequipe.fr, L'Équipe,‎ 13 mars 2010 (consulté le 14 mars 2010)
  22. « Montauban rétrogradé en Pro D2 », sur www.lequipe.fr, L'Équipe,‎ 1er avril 2010 (consulté le 1er avril 2010)
  23. « L'USAP, seule tout en haut », sur www.lequipe.fr, L'Équipe,‎ 3 avril 2010 (consulté le 3 avril 2010)
  24. « Toulon s'installe vraiment », sur www.lequipe.fr, L'Équipe,‎ 3 avril 2010 (consulté le 3 avril 2010)
  25. « Toulouse aime se faire peur », sur www.lequipe.fr, L'Équipe,‎ 2 avril 2010 (consulté le 3 avril 2010)
  26. Bertrand Lagacherie, « Clermont au métier », sur www.lequipe.fr, L'Équipe,‎ 7 mai 2010 (consulté le 10 mai 2010)
  27. Bertrand Lagacherie, « Toulouse, tout feu tout flamme », sur www.lequipe.fr, L'Équipe,‎ 8 mai 2010 (consulté le 10 mai 2010)
  28. « Toulouse: Kelleher en tribunes, Bézy titulaire ! », sur sport.europe1.fr/, Europe 1,‎ 13 mai 2010 (consulté le 15 mai 2010)
  29. « Top 14: Clermont retourne au Stade de France », sur sport.europe1.fr/, Europe 1,‎ 15 mai 2010 (consulté le 15 mai 2010)

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]