Stade Maurice-Boyau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Stade Maurice-Boyau
Stadium.svg
Stade Maurice Boyau, tribune honneur.JPG

Tribune honneur

Généralités
Noms précédents
Parc Municipal des Sports (1958-2001)
Nom complet
Parc Municipal des Sports Maurice-Boyau
Adresse
Boulevard des Sports
40 100 Dax
Coordonnées
Construction et ouverture
Construction
Ouverture
Utilisation
Clubs résidents
Propriétaire
Ville de Dax
Équipement
Surface
Pelouse naturelle
Capacité
16 170 places dont 12 000 debout
Tribunes
Tribune honneur: 3 050 places
Tribune de face: 1 120 places
Affluence record
12 707 spectateurs
Biarritz-Toulouse (7 avril 2006)

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Point carte.svg

Géolocalisation sur la carte : Landes

(Voir situation sur carte : Landes)
Point carte.svg

Le stade Maurice-Boyau est un stade omnisports situé à Dax dans le département des Landes. Il est le stade résident de l'équipe de rugby à XV de la ville, l'Union sportive dacquoise.

Historique[modifier | modifier le code]

Le stade est rebaptisé en 2001 en l'honneur de l'as de l'aviation, ancien joueur de l'US Dax.

Le projet remonte au 26 juin 1937, date à laquelle le conseil municipal décide d'utiliser le terrain de la Pedouille pour y implanter un espace sportif. Alors que les travaux ont été autorisés en 1948, le Parc Municipal des Sports de Dax est inauguré le 11 novembre 1958[1].

Le stade porte depuis 2001 le nom de Maurice Boyau[2]. Joueur de rugby à XV au poste de troisième ligne aile, il joue au sein de l'US Dax de 1907 à 1909[3], avant de rejoindre le Stade bordelais et de connaître une courte carrière internationale. As de l'aviation français durant la Première Guerre mondiale au cours de laquelle il sera abattu après 35 victoires aériennes homologuées, une statue est érigée aux abords de ce même stade.

Structures sportives de l'enceinte[modifier | modifier le code]

L'ensemble du stade Maurice-Boyau s'étend sur 8 hectares. Il comporte deux terrains de rugby, un terrain d'honneur et un terrain d'entraînement[4].

Le stade du terrain d'honneur est composé de deux tribunes couvertes et d'un pesage. Sa capacité est de 16 170 places[5].

  • tribune d'honneur : 3 050 places assises(équipée des loges partenaires)[4];
  • tribune de face : 1 120 places assises[4];
  • pesage, réparti autour de la piste d'athlétisme : 12 000 places debout.

En tant que stade omnisports, le stade peut accueillir diverses manifestations sportives. En dehors des installations citées ci-dessus, il dispose de[4]:

Monument de Maurice Boyau[modifier | modifier le code]

Monument de Maurice Boyau à l'entrée du stade.

Sculptée en 1924 par François Cogné d'après l'imagination de l'architecte Albert Pomade, la statue de bronze représente Maurice Boyau en tenue d'aviateur, bras tendu, tenant dans sa main une miniature de soi le présentant en tenue de rugbyman[6]. Ce mémorial de 4 mètres de haut fait ainsi honneur à sa carrière militaire et sportive. Cette dernière miniature disparaît deux jours après son inauguration[7]. Remplacée, puis dérobée de nombreuses fois, la ville décide de laisser le mémorial en cet état.

Historique[modifier | modifier le code]

Trônant à l'entrée du stade, le monument possède une histoire plus vieille que l'enceinte sportive. L'idée d'un édifice en l'hommage de l'aviateur est née quatre ans après sa disparition sur le champ de bataille. Le monument est érigé en 1924 dans le parc Théodore-Denis de Dax, l'inauguration est organisée le 5 octobre[6]. Durant la Seconde Guerre mondiale, l'édifice est menacé, de par sa composition en bronze. Réquisitionnée en 1941, la statue est déboulonnée en 1943 et mise à l'abri des regards sous l'occupation[6]. Elle est replacée dans le parc à l'issue du conflit, et déplacée ultérieurement sur l'enceinte du Parc Municipal des Sports, futur stade Maurice-Boyau.

Stèle commémorative[modifier | modifier le code]

Stèle commémorative sur la statue de Maurice Boyau.

« Maurice BOYAU
Sous Lieutenant Aviateur

Pilote d'une incomparable bravoure dont les merveilleuses qualités physiques sont mises en action par l'âme la plus belle et la volonté la plus haute.
Officier magnifique animé d'un admirable esprit de sacrifice, fournit chaque jour avec la même simplicité souriante un nouvel exploit qui dépasse le précédent a excellé dans toutes les branches de l'aviation: reconnaissance, photographie en monoplace, bombardement à faible altitude, attaque des troupes à terre, et s'est classé rapidement parmi les premiers pilotes de chasse.
35 victoires.
Médaille militaire Officier de la Légion d'honneur.
Disparu le 16 Septembre 1918. »

Avenir du stade[modifier | modifier le code]

Le projet de grand stade pour l'US Dax naît vers 2006, à l'époque où le club dispute les phases finales de Pro D2 en vue de l'accession au Top 14. Il est officialisé par un appel d'offre en 2009[8]. Alors que la construction d'un nouveau stade sur un terrain en bordure de la ville est évoquée, c'est finalement l'idée de la rénovation entière de l'enceinte actuelle qui est retenue. Le 30 septembre 2010, le conseil municipal choisit à l’unanimité le regroupement du club de l'US Dax et de l'entrepreneur Vinci pour conduire le projet, qui œuvre alors sous le nom de SAS Maurice-Boyau[9]. En 2013, le projet est par la suite séparé en deux postes distincts: la construction du stade, conservée à la charge de la SAS Maurice-Boyau, et la partie commerciale, sous la direction des groupes Redeim et Vinci[9]. L'entrepreneur Redeim porte également le projet aux côtés de l'US Dax et de Vinci[10].

Le stade comprendra trois tribunes couvertes disposées en « U », et totalisera un minimum de 10 000 places assises. L'intérieur de la structure abritera entre autres des loges VIP ainsi que des salles de réunion. Un espace commercial de 15 740 m2[11], initialement prévu de 8 000 m2[12], sera présent aux alentours du stade sur le terrain municipal, à l'emplacement actuel du jaï-alaï et de la piscine municipale[1].

Fin 2012, la date de livraison du complexe est initialement prévue pour l'horizon 2016[12]. La mairie de Dax ordonne à la fin de l'année 2012 des travaux dans le boulevard Paul-Lasaosa, adjacent au stade Maurice-Boyau, en prévision de la construction du nouvel espace sportif et commercial[13]. Le projet de rénovation du stade est validé après examen devant la Commission départementale d'aménagement commercial (CDAC) le 7 février 2013[10]. Trois recours sont déposés au mois de mars devant la Commission nationale d'aménagement commercial (CNAC) contre le projet, par l'enseigne nationale Bricorama[14], l'association nationale En toute franchise basée à Mont-de-Marsan et spécialisée dans la défense des commerçants indépendants et des artisans[14], et l'Association des commerçants et artisans du Grand Dax, regroupement de commerçants dacquois[15]. Le volet commercial est finalement validé par la CNAC le 25 juin 2013[16]. Malgré les validations par la CDAC et la CNAC un nouvel appel est déposé au mois de novembre 2013 auprès du Conseil d'État par En toute franchise. Ce nouveau référé retarde selon les estimations de Redeim le projet de deux ans, et pénalise par la même occasion la rénovation du stade[17]. Le 3 décembre 2014, le Conseil d'État officialise sa décision: les recours contre le projet de centre commercial sont une nouvelle fois rejetés[18].

Lors des élections municipales, le maire sortant Gabriel Bellocq qui sera réélu évoque « un plan B » œuvré par la ville de Dax permettant de réaliser la construction du nouveau stade indépendamment de la partie commerciale menée par Redeim, alors mise en suspens par le recours en Conseil d'État[19].

Galerie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Réaménagement du Stade Maurice-Boyau et création d'un espace multisports pour le sport amateur à Saubagnacq », sur www.thermes.com (consulté le 4 septembre 2013)
  2. de Baillenx 2013, p. 36
  3. « Maurice Boyau », sur www.finalesrugby.com (consulté le 8 mars 2014)
  4. a, b, c et d « Équipements sportifs », sur www.dax.fr (consulté le 3 septembre 2013)
  5. D'après l'avis d'homologation affiché à l'entrée du stade.
  6. a, b et c « Monument à l'aviateur Boyau - Dax », sur http://www.e-monumen.net (consulté le 3 septembre 2013)
  7. Andde Irosbehere, « Mais qui a donc volé la statuette de l’aviateur ? », sur www.sudouest.fr, Sud Ouest,‎ 21 août 2013 (consulté le 3 septembre 2013)
  8. « Le stade dont rêve l'US Dax rugby Landes » (version du 27 août 2009 sur l'Internet Archive)
  9. a et b Christine Lamaison, « Dax : Copie revue dans le dossier du stade Boyau », sur www.sudouest.fr, Sud Ouest,‎ 1er juin 2013 (consulté le 4 septembre 2013)
  10. a et b Emma Saint-Genez, « Stade Boyau : « Pas un déplacement mais un accroissement » », sur www.sudouest.fr, Sud Ouest,‎ 8 février 2013 (consulté le 4 août 2014)
  11. Audrey Ludwig, « Dax : Une « étape importante » pour le projet du stade », sur www.sudouest.fr, Sud Ouest,‎ 27 juin 2013 (consulté le 4 septembre 2013)
  12. a et b Audrey Ludwig, « Dax : le projet tentaculaire du quartier du stade », sur www.sudouest.fr, Sud Ouest,‎ 28 novembre 2012 (consulté le 4 septembre 2013)
  13. « Travaux d'assainissement Bvd Paul Lasaosa », sur www.dax.fr, Ville de Dax (consulté le 4 août 2014)
  14. a et b Audrey Ludwig, « Dax : recours contre le projet commercial du stade », sur www.sudouest.fr, Sud Ouest,‎ 21 mars 2013 (consulté le 4 août 2014)
  15. Audrey Ludwig, « Dax : Le troisième recours contre le projet de stade », sur www.sudouest.fr, Sud Ouest,‎ 29 mars 2013 (consulté le 4 août 2014)
  16. Audrey Ludwig, « Dax : la partie commerciale du nouveau stade validée en commission nationale », sur www.sudouest.fr, Sud Ouest,‎ 26 juin 2013 (consulté le 4 août 2014)
  17. Audrey Ludwig, « Dax : le Grand Stade aura du retard », sur www.sudouest.fr, Sud Ouest,‎ 6 novembre 2013 (consulté le 27 juillet 2014)
  18. Éric Ballanger, « Il n'y a plus d'obstacle pour le grand stade de Dax », sur www.francebleu.fr, France Bleu Gascogne,‎ 4 décembre 2014 (consulté le 5 décembre 2014)
  19. Audrey Ludwig, « Municipales à Dax : et ce stade alors, on en fait quoi ? », sur www.sudouest.fr, Sud Ouest,‎ 11 mars 2014 (consulté le 27 juillet 2014)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • [de Baillenx 2013] Olivier de Baillenx, Finale '63 U.S.Dax - Stade Montois, Biarritz, Éditions Atlantica,‎ 2013, 2e éd. (1re éd. 2003), 132 p. (ISBN 978-2-7588-0471-0)

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :