Pénitence

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Confession à l'église Saint-André de Lviv

Dans l'Église catholique, la pénitence fait partie d'un sacrement qui a pour but de pardonner les péchés : c'est le sacrement de pénitence et de réconciliation (dit communément confession) qui comprend également la contrition et la confession des péchés.

Conditions[modifier | modifier le code]

Les conditions nécessaires pour l'obtention du sacrement de pénitence sont les suivantes.

La première condition est de rechercher ses fautes par un examen de conscience.

La deuxième condition est le regret des fautes ou repentir. Celui-ci implique de faire la distinction entre péché véniel et péché mortel :

  • On nomme péché véniel un acte contre la loi divine ou contre la loi naturelle mais qui ne fait pas perdre l'état de grâce ;
  • On nomme péché mortel un acte grave contre la loi divine ou contre la loi naturelle, commis avec la connaissance du mal causé et avec consentement délibéré. Il est tel qu'il donne la mort de l'âme ; ainsi si on meurt sans confession ou sans la contrition parfaite (qui suppose l'intention de se confesser dès que possible) l'âme va en enfer et est damnée pour l'éternité.

Pour l'obtention du sacrement il faut au minimum la contrition imparfaite de tous ses péchés mortels joint à la confession. La contrition qui est le regret de ses péchés avec la résolution de ne plus les commettre est dite imparfaite lorsqu'on regrette ses péchés à cause des peines (enfer, purgatoire) qu'on a mérité et qu'on ne regrette pas d'abord parce qu'on a offensé Dieu.

Les péchés capitaux sont à distinguer des péchés mortels, car la notion de péché capital n'a pas de rapport direct avec la gravité du péché. Le péché capital désigne un péché qui est cause de beaucoup d'autres péchés.

La troisième condition est d'éviter toutes les occasions prochaines de pécher, c'est-à-dire d'éviter les occasions dans lesquelles il est probable que l'on pèche.

La quatrième condition est de se confesser à un prêtre en disant tous ses péchés mortels non confessés encore. Cacher volontairement un péché mortel non confessé serait faire une confession sacrilège et donc elle n'aurait aucune valeur, il faudra la refaire en entier et dire aussi qu'on a fait ce sacrilège.

La dernière condition est l'application de la pénitence, toujours destinée à réparer le mal qui a été fait lorsque c'est possible (par exemple la restitution immédiate d'un bien volé). La réparation est toujours proportionnée au dommage causé, ainsi on répare le mauvais exemple par le bon exemple, on répare une calomnie en manifestant la vérité, on répare une médisance en disant du bien de la personne… Si toutefois cela ne se peut vraiment pas, la prière aux intentions de la personne blessée est le minimum qu'on doit faire.

Ici, l'emploi du terme pénitence peut-être considéré comme abusif. En effet la Tradition distingue la pénitence de la satisfaction. C'est la satisfaction qui est destinée à produire du bien après la réception de l'absolution ; la pénitence est alors la démarche qui mène avant et pendant la confession jusqu'à l'absolution.

Deux types de pénitences[modifier | modifier le code]

L'Église catholique distingue :

  • la pénitence extérieure, punition choisie par le pécheur, ou acceptée par lui, qui valide l'absolution que lui a donnée un prêtre ;
  • la pénitence intérieure, ou conversion du cœur, qui est un changement profond du comportement accompagné d'un refus du péché. D'après le Catéchisme de l'Église catholique, « cette conversion du cœur est accompagnée d’une douleur et d’une tristesse salutaires que les Pères ont appelées animi cruciatus (affliction de l’esprit) » . Elle utilise à des fins positives le repentir, qui sans elle se transformerait en péché de délectation morose.

La pénitence peut être légère (simples prières) ou se durcir (utilisation de disciplines pour se fouetter le dos).

Définition supplémentaire[modifier | modifier le code]

Selon La Révélation d'Arès et la foi des Pèlerins d'Arès : La pénitence n'est ni le remords, ni l'autopunition, mais simplement la clé du salut de l'individu et du monde. Il s'agit du courage et de la volonté d'être libre de tous préjugés contre son prochain, libre de toutes les dominations et de pratiquer l'amour, le pardon, la paix et l'intelligence du cœur sans restriction.

Confréries de pénitents[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Confrérie de pénitents.
Confrérie des pénitents de l'Oraison du Jardin des Oliviers (Semaine sainte à Saragosse)

Nées en Italie au XIIe siècle l'origine de ces confréries est cependant discutée quant à leur initiateur. Pour les uns, elles seraient nées (juridiquement car elles existaient déjà de façon informelle) en 1267, date à laquelle saint Bonaventure crée, à Rome, un statut pour les laïques agissant selon les règles de l’Amour du Christ : c’est la première Confrérie du Gonfalon dont l’objet est l’amour du Christ et la proclamation de la foi catholique. Pour les autres, les premiers pénitents auraient vu le jour en 1221 lorsque saint François d'Assise a fondé le Tiers-Ordre de pénitence (cependant les tiers-ordres ont eu, jusqu'en 1983, un statut canonique différent de celui des pénitents).

Quoi qu'il en soit, le nom de pénitent apparaît dans les livres à la fin du Moyen Âge. Les pénitents italiens se chargeaient de protéger les condamnés à mort en leur enfilant une cagoule, pour qu'ils ne soient pas lapidés par la foule. Ils priaient pour leur âme, avec le pouvoir d'accorder la grâce à l'un d'eux chaque année. Souvent les confréries ont une « fonction » bien définie ; par exemple, l'adoration du Saint-Sacrement, l'accompagnement des défunts lors des enterrements, les soins apportés aux malades etc.

En Espagne, les processions de pénitents lors de la Semaine sainte, notamment à Séville, prennent une ampleur particulière due au nombre impressionnant de pénitents processionnant dans les rues.

En Italie, la confrérie des pénitents noirs de La Miséricordia di Firenze est une institution dans le pays, un véritable « service public » doté de moyens très modernes (ambulances, hélicoptères, personnel médical nombreux et compétent) et gérant des hôpitaux et des maisons de retraite ; elle est présente dans toutes les grandes villes du pays. Elle a son siège historique à Florence.

En France, la plus ancienne confrérie de pénitents est La Dévote et Royale Compagnie des Pénitents Gris d'Avignon, fondée en 1226 par le roi de France Louis VIII Le Lion, père de Saint Louis, à son retour de la croisade contre les hérétiques albigeois. Cette confrérie commémore chaque année l'anniversaire du "Miracle des Eaux".

À la tête de chaque confrérie on trouve généralement un premier maître (Avignon), un recteur (Aix) ou un prieur (Nice), ainsi qu'un aumônier. Ils sont généralement assistés d'un Second Maître, d'un secrétaire et d'un trésorier. Les pénitents sont la plupart du temps des laïcs qui ne prononcent pas de vœux, mais des clercs sont parfois membres des confréries.

Les pénitents noirs de la Sanch pendant la Semaine sainte à Perpignan (2007)

Aujourd'hui, dans le Sud de la France, chaque confrérie de pénitents se différencie par la couleur de son habit :

Il y eut aussi jusqu'au XIXe siècle des Pénitents violets (Marseillan dans l'Hérault) ou feuilles mortes à Limoges.

La cagoule en popeline cousue à la robe, est appelée « caparuxte » (uniquement à Perpignan) et masque le visage pour assurer l'égalité des Frères et l'anonymat de la charité. À l'heure actuelle, mis à part les Pénitents Gris d'Avignon ou les noirs de Perpignan, les autres confréries ne portent plus la cagoule. La robe est souvent appelée « livrée », « chemise » ou « sac ».

La Révolution française interdit les Pénitents de toutes les couleurs. Certaines de ces confréries se reconstituèrent clandestinement (dès 1797 pour les blancs de Montpellier), et furent tolérée après le concordat de 1801. Elles ne reçurent de statuts officiels qu'au retour de la monarchie en 1815.

Certaines confréries de pénitents ont disparu et sont parfois réapparues à l'époque récente : c'est le cas de la confrérie des pénitents noirs de Toulon en 2006 et des pénitents blancs de Saorge en 2009.

En France, les confréries de pénitents se réunissent chaque année au cours d'une maintenance (France et Principauté de Monaco), organe qui fédère les différentes confréries. Il y a, également, dans le comté de Nice une maintenance particulière aux confréries dudit comté.

Au niveau international le seul organe fédérateur des confréries des différents pays est le Forum Omnium Gentium Confraternitatum (F.O.G.C.).

Pénitences publiques célèbres[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :