Hymen (biologie)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Hymen.

L’hymen (du grec ancien ὑμήν / humến, « membrane ») est une membrane qui, chez la femme ainsi que pour plusieurs espèces de mammifères[1],[2], ferme partiellement l'ouverture du vagin et sépare la cavité de ce dernier de la vulve. Contrairement aux idées reçues, l'hymen ne se déchire généralement pas lors du premier rapport sexuel avec pénétration vaginale, mais se détend[3]. Dans certaines cultures attribuant une haute valeur à la chasteté des femmes avant le mariage, la présence d'un hymen intact est considérée comme une garantie de la virginité.

Origine embryologique[modifier | modifier le code]

L'hymen dérive de l'interface entre le sinus uro-génital et canaux de Müller qui se sont ouverts l'un dans l'autre pour former l'utérus. Au contact du sinus uro-génital, le tissu mésodermique müllerien s'épaissit puis va se vacuoliser. La vacuole va s'ouvrir du côté du sinus uro-génital et former l'hymen mais aussi du côté des canaux du Müller ce qui va former le col utérin.

Hymen et virginité[modifier | modifier le code]

On désigne par défloration ou dépucelage la première pénétration d'une verge dans un vagin ; si cette pénétration y détend normalement l'hymen, sa présence ou son absence ne prouve formellement ni la virginité ni l'activité sexuelle de la femme. On estime que presque la moitié des femmes ne présentent pas de saignements lors de leur premier rapport sexuel[4] ; la présence ou non de saignements lors de cet événement n'est donc en aucun cas une preuve de virginité. Il se peut, de plus, que des saignements apparaissent lors du ou des rapports sexuels suivants, dans le cas où l'hymen ne se soit pas assez détendu lors du premier rapport.

Il peut arriver que l'hymen soit plus détendu par l'utilisation d'un tampon hygiénique[5]. Cependant, si l'ouverture de l'hymen est suffisante pour permettre l'insertion du tampon, elle permet généralement également de le laisser ressortir sans se détendre davantage. Certaines femmes naissent même sans hymen.

D'autre part, certaines femmes peuvent avoir une pénétration par un pénis sans même que l'hymen ne soit détendu (hymen complaisant).

Pour toutes ces raisons, l'hymen ne peut pas être considéré comme le garant de la virginité d'une femme. Il peut d'ailleurs être restauré chirurgicalement pour feindre la virginité par l'hyménoplastie (réfection de l'hymen).

Morphologie[modifier | modifier le code]

Formes différentes de l'hymen

L'hymen n'est pas limité à l'espèce humaine ; on le retrouve, entre autres, chez les lamas, les éléphants, les chimpanzés et les rats[1]. Chez la femme, l'hymen est situé entre 1 et 2 centimètres à l'intérieur du vagin.

En général, la membrane de l'hymen n'obstrue pas complètement l'entrée du vagin et permet le passage des menstruations à travers différentes formes d'ouverture :

  • hymen annulaire : forme la plus courante, avec ouverture centrale ;
  • hymen semi-lunaire : ouverture contre la paroi vaginale ;
  • hymen labié : mince fente horizontale ou verticale ;
  • hymen bridé : traversé d'une bande de peau plus résistante ;
  • hymen criblé : percé de plusieurs petites ouvertures ;
  • hymen en carène ;
  • etc.

Certaines femmes naissent avec un hymen clos qui ferme complètement le vagin, ce qui exige, avant la puberté, une intervention médicale (d'un gynécologue, le plus souvent) pour laisser s'écouler les règles. D'autres femmes ont un hymen si épais et résistant (scléreux) qu'il faut également le faire ouvrir par un médecin pour éviter une douleur trop importante à la femme pendant l'acte sexuel. L'intervention visant à inciser ou exciser l'hymen s'appelle hyménotomie.

Les premières pénétrations vaginales peuvent être difficiles et même douloureuses ; un hymen particulièrement résistant peut entraîner de telles difficultés, mais elles peuvent également résulter d'une lubrification insuffisante, d'une tension excessive et même de vaginisme. La détente et des préliminaires adéquats peuvent aider à faciliter les premières relations sexuelles.

Point de vue de l'évolution[modifier | modifier le code]

Il est assez difficile de déterminer, du point de vue de la théorie de l'évolution, ce qui a pu conduire à l'existence d'une proportion importante de femmes ayant cette membrane.

Une des justifications proposées est que pour les sociétés humaines primitives ou préhumaines, une femme avait intérêt à rester en couple. La douleur du premier accouplement permet que la décision de s'accoupler ne soit pas prise à la légère, pour éviter aux femmes de se retrouver enceinte d'un homme qui les abandonnera[6].

Cette explication semble toutefois douteuse pour d'autres mammifères chez lesquels la femelle a un hymen mais l'accouplement ne crée pas de lien social. Il pourrait s'expliquer si les mâles avaient intérêt à rechercher des partenaires vierges, ce qui n'est pas le cas chez toutes les espèces pour lesquelles la femelle a un hymen. Une autre explication est que l'hymen est une conséquence de l'évolution depuis des espèces pour lesquelles il a un tout autre intérêt. Pour la baleine, elle protège son vagin de l'eau jusqu'à ce qu'elle soit en âge de se reproduire[6].

Historiquement, l'existence de l'hymen a été un argument contre la transmission des caractères acquis. L'anecdote veut en effet que Trofim Denissovitch Lyssenko se soit trouvé incapable d'expliquer pourquoi l'hymen n'avait pas disparu[réf. nécessaire] alors que toutes les femmes ont un hymen détendu, et donc non apparent, avant la conception de leur premier enfant.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b L'hymen chez les mammifères sur Pathol08.com
  2. L'appareil génital femelle à l'École Nationale Vétérinaire de Lyon
  3. Détente de l'hymen (en anglais)
  4. J. McCann, A. Rosas, S. Boos: Child and adolescent sexual assaults (childhood sexual abuse). In: Jason Payne-James, Anthony Busuttil, William Smock (Hrsg): Forensic Medicine: Clinical and Pathological Aspects. Greenwich Medical Media, London 2003, S. 460.
  5. Fiche pratique GYNEWeb : l'hymen.
  6. a et b (en) What is the purpose of the hymen?

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]