Loth

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lot et Loth (homonymie).

Loth ou Lot (en hébreu: לוט - [lō]; en arabe: لوط - [lū]) est un personnage de la Genèse, le premier livre de la Bible. Il est le fils d'Haran et le neveu d'Abraham. La tradition judéo-chrétienne le classe parmi les patriarches. Il correspond au personnage Lût du Coran.

Récit biblique[modifier | modifier le code]

Après avoir quitté Ur en compagnie d'Abraham, Loth arrive sur les bords du Jourdain. Riches en troupeaux, ils se séparent à la suite d'une querelle entre leurs bergers : Abraham reste dans le pays de Canaan et Loth descend vers Sodome[1].

Au cours d'un sac de Sodome, Loth est fait prisonnier par Kedorlaomer, roi d'Élam, et ses alliés. Abraham les bat et ramène Loth à Sodome[2].

Loth et ses filles - Anonyme, vers 1520-1530 - Musée du Louvre

Un soir, deux anges sont accueillis par Loth dans sa maison à Sodome. Les hommes de Sodome "du garçon au vieillard" entourent la maison afin d'avoir des rapports sexuels avec les nouveaux venus. Sur le seuil, Loth les supplie de ne pas manquer à l'hospitalité, et avec finesse, leur propose ses deux filles vierges à la place. Mais le peuple s'emporte plus encore contre cet émigré qui fait le redresseur de torts. Les deux anges font alors rentrer Loth, ferment la porte et frappent le peuple de cécité. Puis ils déclarent que Dieu va détruire la cité, et disent à Loth de fuir avec sa famille. Il réveille alors ses futurs gendres, mais ils ne le croient pas.

À l'aurore, les deux anges le pressent de partir pour la montagne avec sa femme et ses filles. Ils leur recommandent de fuir sans se retourner. Loth pense n'atteindre que la ville de Tsoar, que Dieu se résoud à épargner. Dès qu'il entre à Tsoar, Dieu fait pleuvoir du soufre et du feu sur Sodome, Gomorrhe et les environs. La femme de Loth regarde en arrière, et devient une colonne de sel[3].

Loth et ses filles se réfugient dans une grotte de la montagne[4]. L'aînée, s'inquiétant de ne pas trouver d'hommes dans le pays, enivre son père pour s'accoupler avec lui sans qu'il le sache, et incite sa cadette à faire de même. Les deux filles tombent enceintes : l'aînée donne naissance à Moab, et la cadette à Ben-Ammi.

Loth dans le Coran[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Lût.

Il est également cité dans le Coran comme un saint prophète.

La situation de Loth dans le Coran est quasi-similaire à celle dans la Gènese.

«  Et Lot, quand il dit à son peuple : "Vous livrez vous à cette turpitude que nul, parmi les mondes, n'a commise avant vous [5]? »

« Certes, vous assouvissez vos désirs charnels avec les hommes au lieu des femmes ! Vous êtes bien un peuple outrancier[6]. " »

Dieu n'envoie de messager uniquement à titre d'avertisseur d'un châtiment terrible pour un peuple.

«  Et Nous ne faisons pas périr de cité avant qu'elle n'ait eu des avertisseurs[7]. »

Sa femme ayant dénoncé l'arrivée des invités (anges) aux habitants, elle est condamnée par Dieu à subir le même châtiment. Or, suite à la demande de Loth, elle est autorisée à fuire avec sa famille.

« Alors [les hôtes] dirent : “ô Lot, nous sommes vraiment les émissaires de ton Seigneur. Ils ne pourront jamais t'atteindre. Pars avec ta famille à un moment de la nuit. Et que nul d'entre vous ne se retourne en arrière. Ce qui les menace s'accomplira à l'aube. L'aube n'est-elle pas proche ? ”[8] »

Sa femme se retourne malgré tout, symbole de son non-repentir, et elle ainsi que les habitants furent exterminés par les anges à cause des actes homosexuels qu'ils exerçaient entre eux comme moyen de plaisir et de distraction, allant jusqu'à violer les nouveaux venus de leur ville.

À noter que l'anecdote de la caverne n'est pas relatée dans le Coran.

Cependant, celui-ci apporte une indication intéressante sur l'astuce de Job consistant à proposer ses filles à la foule, car les hommes indiquent n'avoir aucun droit sur elles (puisqu'elles sont fiancées à des hommes de la ville). Par ailleurs, job sait qu'ils recherchent manifestement des relations d'ordre homosexuelles, et non de jeunes vierges.

sawrat 11:79: "Ils dirent : Tu sais très bien que nous n'avons pas le droit sur tes filles . Et en vérité, tu sais bien ce que nous voulons".

Loth dans les chansons[modifier | modifier le code]

  • Jacques Dutronc en parle dans sa chanson : J'aime les filles où il dit : « J'aime les filles de Loth ».
  • Il y a une petite allusion dans la comédie musicale Notre-Dame de Paris, où il est dit: « Sous peine d'être changé en statue de sel ».
  • Dans sa chanson Femme de Loth, Hubert-Félix Thiéfaine écrit « Ne vous retournez pas la facture est salée », référence à la destruction de Sodome.
  • Dans la chanson à boire Beer Song, interprétée par Tri Yann, on trouve le couplet suivant : « Loth, buvant dans une caverne / De ses filles enfla le sein / Montrant qu'un sirop de taverne / Passe celui d'un médecin »
  • Dans la chanson Au Fin Fond D'Une Contrée... d'Akhenaton sur l'album Métèque et Mat. « Comme le peuple de Loth, ils n'ont pas cru à la miséricorde »

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Gn 18,5-13
  2. Gn 14
  3. Cette colonne de sel évoque les blocs salins aux formes étranges que l'on trouve au sud de la mer Morte
  4. Gn 19,1-29
  5. Le Coran, « El-Araf », VII, Verset 80, (ar) الأعراف
  6. Le Coran, « El-Araf », VII, Verset 81, (ar) الأعراف
  7. Le Coran, « Les Poètes », XXVI, Verset 208, (ar) الشعراء
  8. Le Coran, « Houd », XI, Verset 81, (ar) هود

Sources[modifier | modifier le code]