Du cul à la bouche

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir A2M et ATM.
portrait
L'actrice Mélissa Lauren, spécialiste de cette pratique dans le X[1]

Le cul à la bouche (de l'anglais ass to mouth, abrégé par les sigles ATM ou A2M[2]) désigne une pratique sexuelle dominatrice constituée d'une pénétration anale directement suivie d'une pénétration orale avec le même organe ou objet, mais pas nécessairement la même personne. Lorsque c'est le pénis qui est utilisé, il s'agit d'une sodomie suivie d'une fellation[3]. Le partenaire sodomisé a généralement subi un lavement préalable (nettoyage du rectum), de sorte que cette pratique ne soit pas a priori scatophile.

Le cul à la bouche reste une pratique minoritaire. Il a été popularisé dans les années 2000 par les films pornographiques américains.

Cul à la bouche dans les films X[modifier | modifier le code]

Article connexe : Film pornographique.

Vers la fin des années 1990, le cul à la bouche est devenu de plus en plus courant dans les films pornographiques américains. Plusieurs explications visant à comprendre cette tendance ont été proposées.

Les scènes de cul à la bouche ont lieu presque exclusivement dans des films pornographiques destinés à des hommes hétérosexuels dans lesquels ce sont ces derniers qui dominent les femmes. En effet, cette action, une sodomie suivie d'une fellation, donne du plaisir à l'homme en exigeant de la femme qu'elle subisse quelque chose que la majorité des gens considérerait comme désagréable.

Comme l'attrait du cul à la bouche repose sur la domination du partenaire féminin, on se demanderait alors pourquoi d'autres pratiques ne seraient pas choisies afin d'atteindre cet objectif. La réponse à cette question réside dans l'histoire du cinéma pornographique américain. En effet, la sodomie, qui se voyait peu dans ce genre de films, fut longtemps considérée comme une forme de dégradation suffisamment forte pour satisfaire le public visé. La pratique de la sodomie étant maintenant devenue très courante dans l'industrie, cette dernière n'a plus le pouvoir qu'elle avait de choquer et de procurer du plaisir aux amateurs du genre. L'arrivée du cul à la bouche dans ce milieu coïncide donc avec la banalisation de la sodomie dans ce type de films.

Pratique anti-hygiénique[modifier | modifier le code]

De par la continuité indirecte entre les deux extrémités du tube digestif qu'elle induit, alors que ceux-ci devraient être clairement préservés de tout contact pour des raisons d'hygiène, cette pratique entraîne certains risques[3], en particulier l'auto-contamination par des protozoaires et/ou parasites intestinaux, fongiques, bactériens, amibiens, viraux et, dans une moindre mesure, peut relancer ou prolonger une infection[4]. Ceci n'est pas aussi grave cependant qu'une infection entre deux partenaires.

Variante et évolution[modifier | modifier le code]

À partir de 2003 certains films amateurs présentent une variante appelée Cul à la bouche aspirant (de l'anglais Hoovering Ass to Mouth, parfois abrégé en HATM ou HA2M). Cette variante consiste en une aspiration buccale appliquée sur l'anus en vue de récupérer les objets qui y ont été introduits.

Une autre variante est appelée Du cul à la chatte (de l'anglais Ass to Pussy, abrégé en ATP ou A2P), qui consiste en l'insertion du pénis directement dans le vagin après une sodomie. Cette pratique présente un risque de contamination de la flore vaginale par la flore intestinale, malgré un lavement préalable.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Voir sa filmographie sur sa fiche biographique IAFD
  2. Notamment sur les filmographies des fiches IAFD, AFDB et EGAFD.
  3. a et b (en) « New problems in the control of syphilis and gonorrhea », The Urologic and Cutaneous Review, Urologic & Cutaneous Press, vol. 48,‎ 1944, p. 253 (ISSN 0892-8258, lire en ligne)
    « In many instances, considerable versatility was displayed, with engagement in both male and female roles in rectal sodomy and fellatio ... »
  4. (en) Tristan Taormino, The Ultimate Guide to Anal Sex for Women, San Francisco, Cleis Press,‎ 2013 (1re éd. 1998), 240 p. (ISBN 1573445223 et 9781573445221, lien OCLC?, lire en ligne), « Diarrhea », p. 191
    « You can also come into contact with a bacteria, virus, or parasite in someone's fecal matter through anal contact, specifically rimming or ass-to-mouth play: transferring a cock that's been in someone's ass directly to his or her mouth. »

Articles connexes[modifier | modifier le code]