Dominatrice

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Brünhild beobachtet Gunther (Brunehilde observant Gunther), peinture de Johann Heinrich Füssli, (1807)[1].

Une dominatrice ou maîtresse est une femme qui accepte le rôle dominant dans le cadre d'un jeu sexuel et cérébral dominant/dominé.

Situation[modifier | modifier le code]

Pour Gilles Deleuze, le masochiste est essentiellement éducateur[2]. Ce qui fait de la dominatrice, toujours selon Gilles Deleuze, « une masochisante[2] », dominatrice en apparence uniquement. La dominatrice joue, dans le cadre d'une pratique dominante, un rôle très différent de celui qu'elle incarne en tant que femme à la ville ou au foyer. Elle apprend, dans la situation du contrat, à tirer parti de la puissance érotique que constitue ce rapport particulier à l'autre.

L'équivalent homme (mâle) est un « dominant » ou « maître ».

Deleuze sépare le sadisme du masochisme. Il parle de « contrat » dans le masochisme et dit que « Sado-masochisme est un de ces noms mal fabriqués, Monstre sémiologique[3] ».

La dominatrice a pour partenaire un masochiste. Un masochiste est, pour René Girard, « un maître blasé[4] ».

Selon Theodor Reik, « Ce que le masochiste montre dans ses rapports avec la femme est d'un point de vue superficiel une expression de soumission parfaite et de servilité. Mais ce qu'il démontre en réalité, ce qu'il exprime inconsciemment, est la volonté de conquérir en esclavage. C'est un désir instinctif très spécifique, mais je dois le répéter : « Ce n'est pas de l'amour authentique ! » (...) « Son comportement semble indiquer une estime et une appréciation toutes particulières de la femme. En réalité, elle n'est appréciée que comme objet sexuel, non comme personnalité. Toute l'attitude du masochiste pervers semble prouver qu'il n'aimerait rien de mieux que de servir la femme sans réserve. Ses plus intenses délices conscientes consistent à être son esclave ; sa volupté inconsciente serait d'être son tyran[5]. »

Selon Jean-Paul Sartre le masochiste paye une femme pour se faire fouetter ou humilier, ou, comme Sacher-Masoch le faisait, il utilise le grand amour que les femmes éprouvent pour lui.

« En particulier le masochiste qui paye une femme pour qu'elle le fouette, la traite en instrument et, de ce fait, se pose en transcendance par rapport à elle. Ainsi le masochiste finit par traiter l'autre en objet et par le transcender vers sa propre objectivité. On rappelle, par exemple, les tribulations de Sacher-Masoch qui, pour se faire mépriser, insulter, réduire à une position humiliante,était contraint d'utiliser le grand amour que les femmes lui portaient, c'est-à-dire d'agir sur elles en tant qu'elles s'éprouvaient comme un objet pour lui[6]… »

Pour Roland Jaccard : « On imagine que le masochiste idéalise la femme, qu’elle est sacrée reine et parée de toutes les vertus. C’est oublier que Leopold von Sacher-Masoch était un lecteur assidu d' Arthur Schopenhauer, il lui empruntait des réflexions misogynes (« Le sexe court de taille, étroit d’épaules, large de hanches, aux jambes torses, ne pouvait être nommé beau que par notre sexe à nous, que les sens aveuglent ») et les mettait dans la bouche de ses personnages »[7].

Emmanuel Dazin dit que chez Masoch, la dominatrice affublée selon les désirs de l’esclave, les caractères qu’il lui attribue, est très vite stéréotypée[8]. Et il ajoute : « Elle peut aller jusqu’à ressembler à une poupée, entre les mains de sa « victime » manipulatrice. »

Daniel Leuwers a préfacé une Vénus à la Fourrure en livre de poche : « Le masochiste cherche à conditionner l'attitude de la femme en vue de la faire participer à un jeu dont il entend assumer seul la direction. Il s'agit de donner à la femme l'illusion du pouvoir alors qu'elle est sous le joug insidieux de l'homme qui la force à le battre[9]. »

La douleur, nous dit Sacha Nacht, «dans la plupart des cas, elle vient compléter et achever une mise en scène plus ou moins compliquée, imaginée, puis exigée par le masochiste »[10].

Dans une histoire vécue, et qui a défrayé la chronique. Le narrateur Régis Jauffret parle en lieu et place du personnage principal. Il s'exprime à la première personne et au féminin : « Il exigeait que je le maltraite. C’était un ordre. Une prérogative de son pouvoir absolu. De la dominatrice, il a toujours été le maître »[11].

Dans l’univers BDSM, les pratiquants considèrent couramment que :

  • Serait soumis celui qui n'est pas attiré par la douleur physique mais qui est excité dans l’obéissance, les services imposés par des moyens psychologiques. Il cherche l’adoration de la maîtresse. Ou encore l’écoute d'invectives déclamées par la dominatrice. Insultes qu’il ne supporterait pas dans la vie sociale. Perverties dans l’univers du rêve, ces humiliations deviennent jouissives.
  • Serait masochiste l’homme ou la femme qui recherche le plaisir dans la douleur.

À la lecture de Gilles Deleuze et de Theodor Reik, des différents auteurs cités ci-dessus, ces définitions populaires sont contredites. Selon Deleuze et Reik, un seul et unique masochisme guide la démarche, qu'il soit soft ou hard.

Le masochiste a un programme[12]. Il est l’éducateur. En parlant de Wanda et de Sacher Masoch, Gilles Deleuze écrit : « elle sera sa compagne à la fois docile, exigeante et dépassée[13]. »

Le programme, le sujet l’a rêvé, fantasmé. Il cherche l’actrice qui joue le rôle dominant et il lui propose un contrat ou pacte. « Il n’y a pas de masochisme sans contrat ou sans quasi contrat dans l’esprit masochiste[14]. » La dominatrice va être l’actrice dans une mise en scène échafaudée par le masochiste lui-même. Le contrat ou pacte signifie qu'il y a consentement mutuel.

Jeux de rôles et pratiques[modifier | modifier le code]

Voici une liste non exhaustive de jeux pouvant être pratiqués au cours d'une séance de domination féminine :

Le prisonnier est dans l'ombre, menotté, suspendu, mistress Antoinette l'observe avant de l'interroger.
Une séance de domination féminine avec un soumis attaché sur une roue.
Illustration de la dominatrice par Aubrey Beardsley.
Vieille illustration d'ondinisme.
Illustration de flagellation.
  • Jouer à être un enfant puni : la dominatrice, souvent dans le rôle d'une tante sévère, d'une maîtresse d'école à l'ancienne, ou d'une quelconque figure autoritaire maternelle, telle qu'une amie de la famille, représentant la seconde mère. La dominatrice invente une histoire concernant une bêtise qu'aurait faite le sujet, qui lui, serait redevenu enfant. Elle prend ce prétexte pour l'humilier, le fesser, le punir comme l'on punit un enfant.
  • Infantilisation: être traité comme un jeune enfant un bébé. La dominatrice prend alors le rôle de la figure maternelle.
  • Féminisation : les hétérosexuels peuvent exprimer le désir d'être femme ; c'est sûrement le fantasme masochiste le plus commun. Dans son livre Françoise Maîtresse[15], l'auteure relate plusieurs jeux de rôles comme « Élodie en sous-sol », dans lequel un maçon provincial passe une journée à Paris dans les salons de beauté pour se faire « belle », afin de se prostituer le soir au bois sous les ordres impérieux de sa Maîtresse, ou encore l'histoire de Human bomb[note 1]. La Maîtresse fait mettre des vêtements féminins au soumis et parfois aussi des talons hauts et parfois aussi le maquille.
  • Humiliations : toutes les insultes faites aux femmes dans la vie sociale ; le dominé peut être excité à les entendre lorsqu'il est femme l'espace d'une séance. Ainsi que toute autre mise en scène de l'humiliation par les mots, les tenues vestimentaires, les positions, les crachats ou des actes humiliants que le soumis est forcé à faire.
  • Mise en scène du mari cocu, chère à Masoch. On trouve ce genre de site sur Internet.
  • Jeux de service : valet - femme de ménage - bonniche très ordinaire - soubrette chic et prude - soubrette putain - etc.
  • Chantage[16] : Le sujet est obligé de prendre du plaisir, il n'est plus responsable de la faute car la dominatrice le fait chanter : « tout le monde va savoir ».
  • Cannibalisme retourné[17] : (résumé) l'homme est mis en position de dinde à cuire et ficelé. On introduit dans ses orifices naturels, des oignons, des herbes, de l'ail, du persil dans les narines. On l'enferme dans un faux four géant en plexiglas. On ouvre le four, on pique avec la pointe du couteau pour vérifier la cuisson. Enfin, on sert la dinde. La maîtresse mime le découpage.
  • Mise en scène de fantasme d'être proie pour une chasseresse. Masoch avait ce fantasme et il l'exprime dans son roman : « Dans Loup et Louve l'héroïne demande à son prétendant de se laisser coudre dans une peau de loup, de vivre et de hurler comme un loup, et d'être chassé[18]. » Gilles Deleuze parle des fantasmes de Masoch : se faire travestir en ours et de se faire chasser : « Les goûts amoureux de Masoch sont célèbres ; jouer à l'ours, ou au bandit ; se faire chasser, attacher, se faire infliger des châtiments, des humiliations et même de vives douleurs physiques par une femme opulente en fourrure et au fouet ; se travestir en domestique, accumuler les fétiches et les travestis, etc.[19] »
  • Bondage : la traduction la plus reconnue par les dictionnaires en ligne ainsi que le Collins est esclavage[20] ; bondage est le fait d'immobiliser d'enfermer, de kidnapper etc. son partenaire par des moyens divers : cordes, menottes, sacs de bondage en cuir, inflatable de latex (sorte de ballon gonflable à double paroi). On va gonfler entre les deux parois. Le prisonnier peut être violé (habituellement analement).
  • Enfermement : Bondage encore, enfermé, l'impression d'angoisse d'être seul, qu'il sera abandonné, la tension monte, le désir aussi. Le soumis peut être enfermé dans une cage, un placard ou un cachot prévu à cet effet.
  • Latex - Rubber-pvc : Tous ce qui tourne au travestissement caoutchouc, y compris les masques et cagoules, suivant la pression des cagoules on considère qu'il s'agit de bondage.
  • Camisoles - Bondage encore : Jeux de kidnapping : idem enfermement avec des camisoles psychiatriques.
  • Contrôle de la respiration à l'aide de masques : la maîtresse va ralentir la respiration tout en surveillant son partenaire. Ceux qui ne fréquentent pas les Maîtresses le font seuls avec tous les risques que cela représente. Il y a une dizaine d'années on a retrouvé un homme politique anglais en porte-jarretelles. Il était mort étouffé, un sac plastique sur la tête.
  • Cuir bondage : idem bondage avec des sacs de cuir appelés encore sleepingbags par les Anglais.
  • Fessées : châtiments corporels - fouet - martinet- cravache mise en scène ou non du châtiment.
  • Urolagnie : se dit de la pratique où la dominatrice urine sur son soumis, appelée aussi "pluie dorée" ou bien encore lorsqu'il doit l'avaler "champagne".
  • Scatophilie : le dominé est excité à l'idée de recevoir des excréments sur le corps ou le visage, certains veulent avaler, mâcher les excréments qu'on surnomme "caviar" (pratique qui n'est pas acceptée par toutes les dominatrices).
  • Médical : lavements et autres jeux médicaux tels que l'usage de plâtres, d'aiguilles, de sutures, de cathéters ou d'injections sous-cutanées ou encore examen rectal.
  • Rubber doll, enfermement total : dans le latex, même le visage est recouvert d'un masque de femme en latex. Distance avec le réel, apparence de la transformation sauvée. L'homme est sorti de son état phallique patriarcal. Sans culpabilité ni complexe, car ce n'est plus lui mais un autre, une autre, la caricature d'une femme.
  • Facesitting : la dominatrice étouffe le sujet avec son derrière (habillée ou nue) ou tout simplement le force à lui faire un cunnilingus ou un analinctus.
  • Déni d’orgasme
  • Ballbusting : le fait de prendre les testicules du dominé pour un ballon de foot, la dominatrice lui donne des coups de pieds ou de genoux aux testicules.
  • Électricité : Par exemple : pénétration par un plug branché sur pile, colliers pour encercler les testicules, le sexe, afin de leur soumettre des chocs électriques. Ces colliers sont munis d'électrodes. Les distributeurs de matériels recommandent d'utiliser l'électricité uniquement sous la ceinture, car ils pourraient causer des problèmes cardiaques au-dessus.
  • Torture, bondage, élongation des testicules avec des poids.
  • Torture des seins pratiquées en pinçant avec les mains ou en y appliquant des pinces à seins.
  • Devenir animal, cheval, chien (mise en laisse), porc, ver de terre etc.
  • Pose de ceinture de chasteté.
  • Fétichisme du pied : adoration du pied qui devient l'idole, L'adorateur vénère le pied de la maîtresse comme une idole, il embrasse et lèche le pied de la dominatrice.
  • Fétichisme de la chaussure : talons hauts, escarpins, bottes, etc. Le sujet peut adorer, vénérer la botte comme une idole.
  • Piétinement du corps du sujet : pratique appelée trampling par les anglophones et parfois étouffement avec un pied.
  • Fétichisme des blouses de nylon : rare d'autant que ces blouses de nylon ne se fabriquent plus.
  • Adoration de la Maîtresse, type cérémonie à l'idole païenne[21].
  • Ponyboy - Ponygirl : le ou la dominée, arnaché(e) comme un cheval de course, va tirer un sulky.
  • Corset.
  • Suspensions : par les pieds, sur une croix qui tourne, dans un harnais, dans une cage en cuir. S'apparente au bondage
  • Exhibition (« exhibe ») : le goût du risque et de l'humiliation. Mise en scène du risque.
  • Port du plug.
  • Coulées de bougie : la dominatrice fait couler la cire sur le corps et les parties sexuelles du sujet. La température de la coulée refroidit lorsque l'on fait couler la cire de plus loin.
  • Appartenance par marquage, tatouage ou branding (marquage au fer, encore appelé « baiser de feu » par les Américains).
  • Fisting et sodomisation du soumis avec un gode-ceinture et/ou godemichets

Qualités requises[modifier | modifier le code]

Domination féminine

"Il n'est pas nécessaire que cette femme soit despotique ou autoritaire. Il est bien préférable qu'elle le devienne à l'instigation de Séverin appelé ainsi à être un pernicieux éducateur avant que de choir dans le rôle de la victime consentante."[22] C'est pourquoi la dominatrice est sur une scène de théâtre, elle va accompagner son sujet dans la fantaisie ou le programme. Elle doit donc être psychologue, elle doit comprendre les sentiments du sujet sans qu'il ne l’énonce clairement. Elle doit s’attacher tout autant au non-dit qu’à ce qui est formulé par son sujet. Elle doit être une excellente comédienne. La Dominatrice doit prendre son rôle très au sérieux. Elle doit faire des reproches, annoncer clairement la sentence méritée et pourquoi elle est méritée. Appuyer sur le ridicule de telle ou telle situation, lorsque le sujet cherche l’humiliation érotique. La Maîtresse doit adapter le monologue aux situations vécues ou à celle qui est en train de se vivre. Par exemple si elle travestit son sujet, commenter l'état féminin du sujet. Belle pute, ridicule, femme du monde etc. De ce fait la dominatrice devra jouer le rôle et déclamer les propos qu’elle aura inventés pour entrer dans la scène ludique. Elle devra posséder une imagination débordante, un rien extra-lucide. Enfin au cours de la séance, elle doit conserver un rythme, ritualiser son rôle, elle doit se placer dans la comédie ou dans la tragédie suivant son sujet. Elle doit figer son image, prendre des poses.

Elle doit suspendre le temps, parler, s'arrêter, disparaître pour faire attendre le sujet. Elle doit le scruter avec un regard sévère. Elle peut très bien avoir lors de la rencontre un dialogue convivial et en un mot, un tour de clef, elle devient déesse autoritaire et donne des ordres. Elle doit être capable d'être cinglante dans ses ordres.

À l’écoute, la moindre erreur et le sujet « dé-phantasme. » Concernant l’écoute toujours, le dominé a besoin d’exhiber sa douleur et la dominatrice l’écoute. Elle s’en moque ou plutôt joue un rôle de moqueuse. Elle peut le plaindre et/ou le consoler.

Il peut arriver que le masochiste n'ayant pas eu sa « dose » devienne agressif voire humiliant pour la maîtresse, jusqu'à ce qu'elle se déchaîne. Là, elle a le choix de lui répondre ou ne pas prendre en compte la provocation. La dominatrice a le choix de punir, de gifler, selon ce que le sujet attend.

Catégories[modifier | modifier le code]

Au sein du couple[modifier | modifier le code]

Scène de domination entre une dominatrice et son esclave à Cologne, en Allemagne.

Lorsque ce type de relation existe les séances interviennent plus ou moins fréquemment, mais sont des parenthèses dans la vie de couple. Il arrive que certaines femmes mariées jouent ce rôle pour retenir l’époux qui exprime ce fantasme. Ou tout simplement par amour, pour lui faire plaisir.

Quelques pratiquants affirment que la relation peut aussi se vivre en permanence, au quotidien. Cette relation permanente ne peut pas se vivre ainsi sans certaines dérives. De la volonté d'un maître ou d'une maîtresse qui chercherait à gouverner entièrement son partenaire. Il arriverait également à un paradoxe, celui d'abêtir sa compagne, son compagnon. On a longtemps refusé aux femmes, aux esclaves le droit d'apprendre. Pendant des millénaires on a cherché à ce que la femme soit un robot, à la maison pour les tâches ménagères. Aujourd'hui encore, il existe des hommes qui ne supportent pas les femmes carriéristes, libres, cultivées. Dans les relations SM, certains cherchent à posséder pleinement leur esclave. Ils voudraient les voir enfants. Certains maîtres, maîtresses sont sûrement amoureu(x) (ses), sincères et ne cherchent finalement qu'à posséder totalement l'être aimé. En oubliant la régression dans laquelle ils ou elles l'installent. Dans son livre " L'exil intérieur " Roland Jaccard[7], à l'aide de citations de Georges Devereux, parle justement de cette régression au stade enfantin, d'une sur-protection ainsi que le rôle joué par les médias, les club de vacances, l'utilisation sadique anale de la voiture etc. Tout ce qui rend l'individu dans "la passivité béate de sa position assise". (…)"l'infantilisme est lui aussi, profondément enraciné dans notre modèle socio-culturel. (…) car rien n'est plus difficile à gouverner que des adultes intelligents conclu Georges Devereux".

Dans le cas où l'homme est dominateur, la situation peut être plus facilement mise en scène, car le dominateur ne perd pas sa casquette d'homme fort et viril tel que notre civilisation l'a éduqué. Et nombre de femmes fortes dans la vie sociale s'abandonnent au plaisir de se sentir prises en charge et déresponsabilisées. Bien évidemment, il faut exclure le cas où la femme ou l'homme serait sadique et martyriserait moralement ou physiquement son épouse ou époux sans consentement.

Professionnelles[modifier | modifier le code]

Maîtresse Jada exerçant sa domination sur Maîtresse Veronica dans une scène de S&M Dungeon.

Elles sont fréquentées par des hommes qui ne veulent pas partager leurs fantaisies avec leur femme ou leur petite amie. Ils prétendent que leur compagne ne supporterait pas de rentrer dans leur fantasme et les quitterait sûrement. Où, pour la paix de leur famille, ils craignent de ternir l’image du Père. Ils vont voir une professionnelle aussi parce que c'est plus pratique que d'attendre sur un chat qu'une non professionnelle les convoque. Ils veulent en finir avec la pulsion et retourner à la vie civile. Où, généralement, le maître c'est eux.[réf. nécessaire]

Elles se divisent elles-mêmes en différentes catégories :

  • Celle qui renonce à son propre masochisme en devenant « masochisante[2] ». Elle n’est pas sadique et l’erreur serait de croire qu’elle l’est[23]. Cette dominatrice joint l’utile à l’agréable. Souvent d’excellentes techniciennes, lorsqu’elles sont appliquées. Lorsqu’elles ont assimilé leur rôle et sont attentives au moindre signe du sujet pour comprendre ce qu’elles doivent ordonner.
  • D'autres ne s'intéressent qu'à l'argent qu'elles vont gagner et dépenser.

Il existe également de par le monde des « Maisons de domination » : autorisées en Allemagne, aux Pays-Bas, aux États-Unis, etc., elles sont interdites en France et sont passibles de condamnations pour proxénétisme. Certains donjons internationaux sont organisés par des dominatrices expérimentées qui savent choisir leur personnel. D’autres ne sont que de vulgaires maisons de passe appartenant à la mafia. Avec des dominatrices plus ou moins bien formées, dont certaines ne sont ni bien psychologues, ni bien attentionnées.

Amatrices[modifier | modifier le code]

Il en existe de toutes sortes, certaines ont envie de s’amuser, d'avoir l'impression d'être la reine d'un jour. Elles peuvent pratiquer avec dextérité. D’autres ont envie de notoriété. D’autres encore ont raté leur vie sentimentale. Elles croient à cette appartenance offerte par l'homme qu'elles dominent. Elles pensent tenir enfin un homme en acceptant de l’obliger à subir leur autorité. Or, pour l'homme masochiste lorsqu'il en termine avec son voyage, la dominatrice redevient une femme ordinaire. Parce que le masochisme (la séance) est un voyage mystique."Le masochisme est une expérience mystique." André Pieyre de Mandiargues[24]. Rien à voir avec la société dans laquelle nous vivons. Et, vers laquelle, le masochiste est obligé de retourner. Sauf prendre le risque de se perdre : Schizophrénie.

Parmi les amatrices, on compte celles, qui dans une optique gynarchiste, influencées par leur sujet, tentent de l'exploiter. Selon une thèse de supériorité de la femme conquérante sur l'homme asservi à ses pulsions et ses fantasmes.

Dominatrice rêvée[modifier | modifier le code]

La « Dominatrice rêvée » est une icône de cruauté arbitraire, telle que la décrivent ceux qui se cantonnent au seul champ du désir. Ils sont toujours en quête : « le propre de Masoch est d’être déçu », dit Deleuze[13]. Cela semble être le propre de nombre de masochistes, Masoch nous dit "si cette femme était dans ma vie, elle ne serait pas dans mes livres". Ils seront toujours en manque, « toujours affamés[25] ». Car même si la dominatrice fantasmée mène à une relation vécue avec une dominatrice réelle, elle ne pourra jamais remplacer exactement celle du rêve.

Deleuze commence par cette citation de Dostoïevsky : « C’est trop idéaliste et, de ce fait, cruel[26] ». Deleuze frappe ainsi au cœur du manque masochiste.

Les hommes en quête rêvent souvent de celle qui les ferait lever aux aurores tous les matins pour couper le bois, qui les ferait travailler sans relâche. Qui les fouetterait pour travail non fait. Celle qui les emprisonnerait. Celle qui les livrerait à la prostitution vêtus(es) en femme. Les utiliserait au quotidien comme un chien, des latrines, un tapis vivant. La despote qui leur cracherait au visage et les giflerait publiquement dans la vie sociale, etc. Ceux qui en rêvent restent persuadés et tentent de persuader par leur discours que tout leur est possible.

Or, si cette femme existait, la question serait : s’agit-il d’une véritable sadique ? Si la dominatrice est fantasmée comme sadique, elle est convoquée dans le réel en tant que « masochisante », seule apte à accéder au désir du masochiste et à pénétrer son univers fantasmatique. La relation présentée comme appartenance totale au quotidien, ne peut exister sans tomber dans le masochisme destructeur. Sorte d’enfermement schizophrène : perte de repères, dépersonnalisation, aliénation réelle du sujet, spoliations et abus divers.

Du reste Sigmund Freud finit par avouer qu'« il est d'ailleurs rare que les tortures masochistes produisent la même impression de sérieux que les cruautés — fantasmées ou mises en scène — du sadisme[27]. »

L'approche philosophique et psychanalytique[modifier | modifier le code]

« Sado-masochisme », monstre sémiologique ?[modifier | modifier le code]

C'est en tous cas ce qu'exprime Deleuze : « Sado-masochisme est un de ces noms mal fabriqués, Monstre sémiologique »[3]. Il considère que sadisme et masochisme sont deux univers différents. Qu'ils ne peuvent être de parfaits contraires, ni une parfaite complémentarité. Le sadisme étant un univers de crimes, de ce fait hors consentement. Et, le masochisme l'univers du contrat où tout est accepté par le sujet qui éduque son bourreau. Un peu comme si on pouvait nommer les deux couples différemment l'un Maître sadique et sa victime non consentante, et l'autre Maître ou Maîtresse pour le masochiste sujet consentant. D'où la notion de contrat dans le masochisme. Ce qui n'empêche pas les acteurs de changer, quelquefois, de rôles[28]

« Chez Sacher-Masoch, l’esclave éduque le maître. Le contrat est d’abord un contrat d’apprentissage. La violence permet la rédemption et le vice y est, comme dirait Cioran, "une envolée de la chair hors de sa fatalité[29]". »

Theodor Reik nomme le sujet masochiste « le rêveur[5]. »

Les différents caractères du masochiste selon Deleuze et Reik[modifier | modifier le code]

  • 1er Caractère, de T. Reik : « la signification spéciale de la fantaisie[5]. » Fantasme vécu pour lui-même ou la scène rêvée, dramatisée, ritualisée, indispensable au masochisme[30].
  • 2e caractère, parle du « facteur suspensif » La dominatrice doit mesurer le temps, « l’attente, le retard exprimant la manière dont l’angoisse agit sur la tension sexuelle, » nous dit Deleuze[30]. « Le masochiste attend quelque chose qui est essentiellement en retard[31]. »
  • 3e caractère, selon Reik « Le trait démonstratif[5]. » Ou, pour Deleuze, « le masochiste exhibe sa douleur[30]. »
  • 4e Caractère, le « facteur provocateur du masochiste », Reik dit que le masochiste « envoie le sadique en éclaireur. »
  • Deleuze estime que Reik néglige un 5e facteur, le pacte qui unit le masochiste à son bourreau. Le rôle de "l'esclave éducateur."

L’erreur serait de penser que la dominatrice dirige réellement le jeu : elle n’est dominatrice qu’en apparence. La séance repose sur un pacte : « Le masochiste n’est qu’en apparence tenu par les fers et les liens. Il n’est tenu que par sa parole. Le contrat masochiste n’exprime pas seulement le consentement de la victime, mais le don de persuasion, l’effort pédagogique et juridique par lequel la victime dresse son bourreau[14]. »

Rapports prostitutionnels[modifier | modifier le code]

Contrairement à Don Juan qui cherche la femme idéale en multipliant ses conquêtes, Masoch et les masochistes cherchent toutes les femmes en une seule femme idéale représentant les trois mères. L'hétaïre, (prostituée), la mère nourricière et la mère œdipienne. « Wanda raconte que Masoch la persuadait de chercher des amants, de répondre aux petites annonces et de se prostituer pour de l’argent[32]. »

Deleuze cite Masoch en disant : « Mais ce désir il le justifiait ainsi : "C’est une merveilleuse chose de trouver chez sa propre, honnête et brave femme, des voluptés qu’il faut généralement aller chercher chez les libertines[32]". »

Plaisir sans responsabilité[modifier | modifier le code]

T. Reik cite W.Stekel et W.Reich. L’exemple fourni par Theodor Reik[5] est : « son patron rentre dans la chambre où il se trouve et, revolver en main, donne au rêveur l’ordre de copuler avec sa femme (celle du patron). Cela semble être un exemple parfait de la catégorie : plaisir sans responsabilité (…). »

La dominatrice est celle qui prend le rôle du patron. Armée d’un fouet, usant de paroles dures, de menaces, de chantage, humiliant son sujet. Elle oblige son sujet à prendre le plaisir défendu et endosse la faute.

Rapports aux pratiques et aux jeux de rôle[modifier | modifier le code]

À propos des jeux d’enfants pour adultes, Anne Larue évoque la différence entre le masochisme social et le masochisme festif : « être ludique, ce n’est justement pas être un enfant geignard ou dépendant ; c’est être un enfant adulte capable de jouer à l’enfant, et d’apprécier la distance que vaut le jeu. (…) Les grands enfants heureux qui sans l’ombre d’une « pulsion de destruction » véritable jouent au masochisme justement parce qu’ils sont heureux et qu’ils ne sont plus des enfants[33]. »

Du besoin de régression vers la toute petite enfance W.Reich dit que le masochiste a un intense besoin d'être aimé. À cela Théodor Reik réplique « Le bébé est sûr d'être aimé. Il a une confiance naturelle dans l'amour du père et de la mère et du monde entier[34]. ». Reik cite aussi le lied de Brahms « Ah si je connaissais encore le chemin du retour, le chemin bien aimé à la chère période de l'enfance… » Pour Jean Jacques Rousseau, il s'agit de Mademoiselle Lambercier sa maîtresse d'école. « Cette récidive, que j'éloignais sans la craindre, arriva sans qu'il y eût de ma faute, c'est-à-dire de ma volonté, et j'en profitai, je puis dire, en sûreté de conscience. Mais cette seconde fois fut aussi la dernière, car Mlle Lambercier, s'étant sans doute aperçue à quelque signe que ce châtiment n'allait pas à son but, déclara qu'elle y renonçait et qu'il la fatiguait trop. Nous avions jusque-là couché dans sa chambre, et même en hiver quelquefois dans son lit. Deux jours après on nous fit coucher dans une autre chambre, et j'eus désormais l'honneur, dont je me serais bien passé, d'être traité par elle en grand garçon. Qui croirait que ce châtiment d'enfant, reçu à huit ans par la main d'une fille de trente, a décidé de mes goûts, de mes désirs, de mes passions, de moi pour le reste de ma vie, et cela précisément dans le sens contraire à ce qui devait s'ensuivre naturellement ? » Rousseau avouera plus loin : « J’ai fait le premier pas et le plus pénible dans le labyrinthe obscur et fangeux de mes confessions »[35]

Bien que la dominatrice soit la représentation de la seconde mère, le masochiste s'adresse souvent à une proche de la famille ou de l'éducation, la tante, l'institutrice et enfin l'amie de la mère, c'est le cas du rugbyman dans Françoise Maîtresse[36] Dans le cas de Masoch lui-même nous dit Deleuze, c'est de la tante qu'il s'agit, « c’est une de ses tantes qui joua le rôle de seconde mère : Masoch enfant se cache, pour l’épier, dans une armoire à fourrures »[37]. L’épisode est transposé dans La Vénus[38]. Bondage : On retrouve chez plusieurs philosophes ou psychanalystes, dont Otto Rank, l'idée que la vie intra-utérine serait une situation voluptueuse, sorte de Paradis perdu et que l'être humain chercherait un retour inconscient à la vie intra-utérine[39]. Rank ajoute : « c'est ainsi qu'en se faisant ligoter, le masochiste essaie de rétablir, en partie tout au moins, la situation voluptueuse de l'immobilité intra-utérine. » Toujours d'après ce même auteur, le bondage constitue un élément typique du masochisme. Thanatos règne dans ces jeux, particulièrement avec le latex. Et c'est pour mieux le combattre que l'esclave latex ou le fétichiste latex s'enferme. « Car c'est en maîtrisant ce qui normalement nous détruit que nous pouvons vaincre la mort et atteindre l'éternité[40]. » Dans son livre, Françoise Maîtresse s'en amuse. « La mort chez nous est comédie, comme la peur est factice fabriquée pour jouir. » Anne Larue cite également ce passage[41]. Et aussi, dans le bondage, l'immobilisation de la femme, l'homme règle aussi ses peurs. La peur du sexe de la femme est traitée dans le livre : Le sexe et l'effroi [42]. Quignard explique la fascination dans le sens attirance/répulsion, parce que « Nous transportons avec nous le trouble de notre conception […] Il n'est point d'image qui nous choque qu'elle ne nous rappelle les gestes qui nous firent […] Or cette « chose regardée en même temps » nous ne pouvons en aucun cas la voir. Nous sommes venus d'une scène où nous n'étions pas. » Pour Pascal Quignard le sexe de la femme représente, dans l'inconscient, le non être, la mort. En bondageant la femme, l'homme la rend disponible (attirance) et immobile donc non dangereuse (répulsion).

Cannibalisme retourné : « L’ours est l’animal d’Artémis, l’ourse à la fourrure est la Mère, la fourrure est le trophée maternel. Aussi bien, dans ce recueillement, la loi de la Nature devient-elle terrible : la fourrure est la fourrure de la mère despote et dévorante instaurant l’ordre gynécocratique. Masoch rêve que la femme aimée se transforme en ours, l’étouffe et le déchire. » Gilles Deleuze[43].

Urolagnie - scatophilie : Otto Rank[44] précise que, lorsqu'un enfant prend du retard sur l'âge de la propreté, c'est justement pour faire perdurer la situation intra-utérine voluptueuse.

Lavement érotique - Otto Rank[45] toujours : le psychanalyste parle du « désir inconscient du garçon de pouvoir donner naissance à des enfants par la voie anale ». Or dans le lavement érotique, il y a aussi la perte des eaux. Considération des psychanalystes qui ramènent tout à l'enfance post-natale, il s'agirait du souvenir d'enfant érotisé.

Rubber doll - enfermement total dans des vêtements de latex : le visage même est recouvert d'un masque de femme en latex. C'est une façon de prendre ses distances avec le réel, d'entretenir l'apparence de la transformation sauvée. C'est un « abandon du jugement de dieu » selon Antonin Artaud et Deleuze, à l'image du visage du Christ vecteur de culpabilité. L'homme quitte ainsi son visage phallique patriarcal. La « Visageité » selon Deleuze Guattari parle d'un déni de visage, référence à la peinture de Francis Bacon. Deleuze a en outre écrit sur Francis Bacon[46].

Le sujet cherche « à s’attacher des ailes […] pour fuir ce monde dans le rêve[47]. » Le masochisme est l’une des lignes de fuite deleuzienne. On retrouve les lignes de fuite de Deleuze dans « Les devenirs » [48] et dans Les dialogues avec Claire Parnet[49].

« La dominatrice a ainsi une approche de psychologue ou psychanalyste mais en aucun cas ne peut les remplacer. »

Anne Larue[41] évoque et démontre ce qu’une dominatrice ne doit pas faire : se prendre pour une vraie psychologue ou psychanalyste : « « théâtreuse » dans l’âme, elle monte tous les jours sur les planches » : « quelles que soient mes misères de clown, le spectacle doit continuer. » À un amant qui retrouve trop facilement à son goût de la maman sous la dominatrice, elle rétorque : « ne comptez pas sur moi pour vous aider à ranger vos petits soldats de plomb. Restons ludique. Fouet ? Jeux théâtralisés[15] ? »

Le cas de Nietzsche[modifier | modifier le code]

Nietzsche et Lou Salomé photographiés avec l'amant de celle-ci, Paul Rée. On aperçoit un fouet entre les mains de la cochère.

Lou Andreas-Salomé, l'amie de Nietzsche puis l'amante de Rilke. Image troublante. C'est Nietzsche qui disait : « si tu vas chez la femme, n’oublie pas ton fouet ». Là c'est Lou qui le tient.

Toutes proportions gardées, Nietzsche reproduit avec Lou et son amant de l'époque, Paul Rée, un schéma similaire à celui qu'il forma plus tôt avec Wagner et son épouse Cosima. Dans les deux cas, Nietzsche fait l'expérience un amour platonique en direction la composante féminine du trio, tandis qu'il est uni par une amitié intellectuelle et/ou artistique avec l'amant de celle-ci. Chacun de ces trios se terminera par une rupture douloureuse pour le philosophe, dont le fracas retentira dans son œuvre ultérieure.

La dominatrice dans l'histoire de l'humanité[modifier | modifier le code]

Dominatrice au XXIe siècle, elle fut :

  • Femme fatale au début du XXe ;
  • Déesse dans la mythologie - Selon Theodor Reik : « Elles sont la personnification de la « Beauté » et de la « Terreur », pour le masochiste moderne, la femme qui tourmente a le même charme que ces idoles. Elle est l'Astarté des temps modernes[50] ».

Galerie[modifier | modifier le code]

  • Amazone ;
  • Prostituée Sacrée en Inde - Toujours présentes dans les temples ; Dans le texte fondateur et plus ancien de 2000 ans qui inspira la Bible, l'homme est dominé comme un animal :

«  Va chasseur, emmène avec toi une prostituée du temple une courtisane sacrée. Elle dominera cet homme elle saura l'apprivoiser. Lorsqu'il viendra pour s'abreuver avec sa harde aux points d'eau, qu'elle enlève ses vêtements, dévoile sa nudité et les charmes de son corps. En la voyant il sera attiré vers elle et deviendra son captif. Sa harde qui a grandi avec lui dans la plaine ne le reconnaîtra plus. » [51],[note 2]

  • Matriarche - Le matriarcat existe encore dans quelques sociétés en Inde ;
  • Sorcière au Moyen Âge - (elles endossaient la culpabilité tant des laïcs que des religieux). De plus, la sorcière est et était représentée à califourchon sur son balai, qui la rendait phallique. À l'époque on disait que les sorcières « chevauchaient des animaux la nuit en compagnie de Diane[52], la déesse des païens ».

Pour plus de précisions sur la gynécocratie à travers l'histoire, on peut en outre consulter Le droit maternel ; le livre est de Johann Bachofen[53] (recherche sur la gynécocratie de l'antiquité) ; livre très contesté par les philosophes et chercheurs et notamment par Simone de Beauvoir. Bachofen était accusé d'être un rêveur « fertile et amoureux du songe[54] ».

Dominatrices renommées[modifier | modifier le code]

Au cinéma[modifier | modifier le code]

Cinéma underground[modifier | modifier le code]

Il existe très peu de films underground traitant de la dominatrice dans le masochisme festif. On en note quatre principaux :

  1. Preaching to the Perverted[57]
  2. Maîtresse, de Barbet Schroeder[58]
  3. Sick: The Life & Death of Bob Flanagan, Supermasochist. Sick est un documentaire. Se sachant atteint d’une maladie douloureuse et incurable, Bob Flanagan va soulager le mal par le mal. Ce documentaire met en scène des pratiques extrêmes dans lesquelles le sujet atténue la douleur de la maladie en se livrant à la douleur orgiaque.
  4. La Femme flambée, de Robert Van Ackeren[59]

Outre ces quatre films on peut citer Verführung: Die grausame Frau, de Monika Treut.

Cinéma grand public[modifier | modifier le code]

Parmi les films grand public, on peut mettre en évidence deux œuvres importantes :

  • La Secrétaire : États-Unis, 2002, de Steven Shainberg avec James Spader, Maggie Gyllenhaal, Jeremy Davies, Amy Locane, Lesley Ann Warren.

Celui-ci concerne la relation dominateur à femme masochiste. La jeune femme est une masochiste sociale et totalement déséquilibrée. Lorsqu'elle sort de l’hôpital psychiatrique, elle est embauchée par un avocat dominateur. On a l’impression qu’il la sent, la respire. Évidemment, elle provoque, fait des fautes d'orthographe, des gribouillis. Il commence à la dominer, l’humilier, l’obliger à certaines pratiques d’obéissance. Il la fesse, elle devient accro. Elle se soumet. Le dominateur culpabilise. Il a peur d'aller trop loin. Il rompt. Il n'est pas un vrai sadique. Il est tout simplement la prise mâle de la femelle masochiste, en quelque sorte, « le masochisant » selon Deleuze. C'est compter sans le caractère dominant du (de la) masochiste qui plie mais ne rompt pas. Elle s'installe au bureau du Maître. Elle ne mange plus. Elle ne dort plus. Il semble même qu'elle urine sur place. Elle domine la situation, devient psychologiquement l'élément « mâle » dominant, en plus clair, la force. Il cède car il l'aime. Le masochisme mortifère a été soigné par ce que la société bien pensante nomme le mal et les pratiquants nomment plaisir. Elle va renoncer à se mutiler. C’est le maître qui l’avait exigé. Il la construit. Le masochisme mortifère se transcende en masochisme orgiaque. La masochiste et le dominateur fondent dans une relation follement amoureuse. Véritable petit conte de fées SM.

- Un autre film grand public où c’est la femme masochiste qui forme son bourreau, interprétation prodigieuse d’Isabelle Huppert. Un professeur de piano de quarante ans, froide et autoritaire, vit une relation trouble avec une mère très possessive. Elle tombe amoureuse de son élève Benoît Magimel. Habituée à l’automutilation, elle aussi. Elle provoque celui qu’elle choisit pour Maître, lui présente des objets de torture. Elle veut le former. Elle se détruit, mais tente également de le dérouter par tous les moyens. Ce film est d’une grande ambiguïté, il démontre aussi que la frontière entre le masochisme moral et le masochisme ludique est ténue. Cela finit mal. Les différentes fiches lues sur Internet ne font qu’une petite approche et ne détaillent pas vraiment le masochisme dans le film[60].

Scènes de domination dans des films grand public[modifier | modifier le code]

Dans le film Lunes de fiel, la scène où Oscar est cagoulé en cochon et celle où Mimi coupe les vêtements d'Oscar à coups de rasoir, la tenue luisante en vinyle noir de Mimi font penser au monde du BDSM. Mais ce n'est qu'illusion. Nous sommes dans un tout autre univers. Le film Lunes de fiel montre des relations d'une extrême cruauté. Il n'y a pas de consensus entre les protagonistes. Le handicap n'a pas été choisi. La dépendance qui s'ensuit n'est pas jouée. On est aux antipodes de l'univers BDSM. Le film met en scène une relation passionnelle. Les personnages sont dans un sadisme déterminé, ascensionnel et qui finit en tuerie. C'est très différent de ce que vivent les partenaires dans une relation masochiste festive dominant/dominé. Depuis une certaine évolution des mœurs, dont Barbet Schroeder, avec Maîtresse, fut l'un des pionniers, on voit des scènes réellement masochistes au cinéma, mais ce sont juste de courts passages. Une scène de domination dans un donjon par exemple. Bien avant, le sadisme et le masochisme étaient mis en scène de façon plus discrète : tortures de pirates, scènes de fouet (Angélique, marquise des anges), fessées administrées par John Wayne, etc.

À la télévision[modifier | modifier le code]

Parmi les représentations de dominatrices à la télévision, on peut citer Irène Adler, le célèbre personnage de Conan Doyle qui est réimaginé en dominatrice (interprétée par Lara Pulver) dans l'épisode de Sherlock, Un scandale à Buckingham. La série américaine Les Experts comporte un personnage récurrent de dominatrice, Lady Heather. D'autres séries télévisées font appel à un personnage de dominatrice, comme Castle (épisode Domination et Soumission) mais pour un épisode seulement.

Émission de radio[modifier | modifier le code]

  • France Culture rend hommage à Maîtresse Cindy dans le documentaire Le donjon de Maîtresse Cindy[61], réalisé par Irène Omelianenko et François Teste sur France Culture, récompensé au New-York Festival 2007[62], en remportant la médaille de bronze dans la catégorie « radio community portrait ».
  • Émission Mauvais genre de François Angelier, le 28 septembre 2013[63].
  • Émission Mauvais genre de François Angelier, le 19 octobre 2013 Interviewée par Céline Du Chéné, pour Maîtresse Françoise, il existe un parallèle entre le, la vampire et la femme fatale : sitôt percés, l'un l'une et l'autre disparaissent[64]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Contrairement à Élodie Human Bomb ne cherche pas la beauté mais la caricature. Il (elle) se veut gros(se), boudiné(e) maquillé(e) à outrance, lèvres gonflées par le débordement du rouge à lèvre. Racolant sur un trottoir ou au bois et se faisant humilier par les passants qui vont la traiter de « vieille baudruche " ensaucissonnée" », L'humiliation érotisée
  2. Avec la participation du Ministère de l'Information Irakien et le Musée National de Bagdad, des Musées de Damas et Alep, du Département des Antiquités Orientales du Musée du Louvre, du British Museum et du Centre Culturel Irakien. Le tout confirmé par les traductions et travaux de Jean Bottero.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Ayant découvert que Gunther avait utilisé la ruse pour l'épouser, Brunehilde se venge en le faisant attacher nu au plafond de la chambre nuptiale.
  2. a, b et c Gilles Deleuze, Présentation de Sacher-Masoch, le froid et le cruel avec le texte intégral de La Vénus à la fourrure, éditions de Minuit, collection « arguments », 1967.
  3. a et b G. Deleuze, op. cit. p. 114
  4. René Girard, Mensonge et vérité romanesque, éd. Pluriel.
  5. a, b, c, d et e , Theodor Reik op. cit. p. 225
  6. Jean-Paul Sartre, L’être et le néant Tel, Gallimard op. cit., p. 419, ISBN 2-07029388-2.
  7. a et b Article Roland Jaccard. Le Monde, 13 décembre 1991
  8. Emmanuel Dazin, Préface de Fouets et Fourrures, éditions Le Castor Astral, collection « Les Inattendus », 1995.
  9. Daniel Leuwers, préface à Leopold Von Sacher Masoch, La Vénus à la Fourrure, Presses pocket.
  10. Sacha Nacht "Le Masochisme", éd Denoël -1938
  11. Régis Jauffret, Sévère - (Le Seuil, collection « Cadre rouge ») - (ISBN 978-2-02-102248-3)
  12. Gilles Deleuze et Félix Guattari, Mille plateaux, éditions de Minuit, collection « critique », op. cit.
  13. a et b G. Deleuze, op. cit. p. 8
  14. a et b G. Deleuze, op. cit. p. 67
  15. a et b Annick Foucault, Françoise Maîtresse, éd Gallimard, « collection Digraphe », 1994.
  16. Françoise Maîtresse op. cit., « Strip-Poker »
  17. Françoise Maîtresse, op. cit. « La Dinde »
  18. G. Deleuze, op. cit. p. 82
  19. G. Deleuze, op. cit., avant-propos, p. 8
  20. Traduction de bondage
  21. Revue littéraire Digraphe no 79 - Hiver 1997
  22. Préface Daniel Leuwers, La Vénus à la Fourrure Leopold Von Sacher Masoch, op. cit.p. 13
  23. G. Deleuze, op. cit. p. 38
  24. André Pieyre de Mandiargues - Le Troisième Belvédère (1971) - La mort mithridatisée - Éditions Gallimard
  25. Françoise Maîtresse, op. cit. chap Satis
  26. G. Deleuze, op. cit. p. 15
  27. Sigmund Freud, Névrose, psychose et perversion, Paris, Presses Universitaires de France,‎ 1894 (réimpr. 1999) (ISBN 2-130-45208-6)
    voir Le Problème économique du masochisme
  28. Dans sa présentation de Sacher Masoch, Gilles Deleuze a fait apparaître ce qui distingue le masochisme du sadisme.
  29. Roland Jaccard, Le Monde, 13 décembre 1991.
  30. a, b et c G. Deleuze, op. cit. p. 66
  31. G. Deleuze, op. cit. p. 63
  32. a et b G. Deleuze, op. cit. p. 55
  33. Anne Larue, Le Masochisme ou comment ne pas devenir un suicidé de la société, éditions Talus d'approche ISBN 2-87246-091-8, p. 131
  34. T. Reik, op. cit. p. 223
  35. Les Confessions - Livre I
  36. Françoise Maîtresse op. cit., « Jeux de rôles »
  37. «Choses vécues », Revue Bleue, Paris, 1888, Paris, 1888
  38. Multitudes Web - 02. De Sacher-Masoch au masochisme.
  39. Otto Rank, Le traumastisme de la naissance, éd Payot, petite bibliothèque - 2002 (dernière éd.).
  40. Alain Danièlou, Shiva et Dionysos, éd. Fayard - 1991.
  41. a et b Anne Larue, op. cit. p. 131
  42. Pascal Quignard, Le sexe et l'effroi.", éditions Gallimard
  43. Article de Gilles Deleuze
  44. Otto Rank, op. cit.
  45. Otto Rank, op. cit. p. 57
  46. Gilles Deleuze – Logique de la sensation, Paris, essai sur Francis Bacon - La Différence, 1981.
  47. G. Deleuze, op. cit. p. 30
  48. Gilles Deleuze et Félix Guattari - Mille plateaux - éd. de Minuit col. critique op. cit. « Les devenirs ».
  49. Gilles Deleuze, Claire Parnet - Dialogue avec Claire Parnet, col. Champs Flammarion - 1996.
  50. Theordor Reik, op. cit., p. 188 Édition 1971
  51. Traduction : Abed Azrié - L'Epopée de Gilgamesh - éd Berg International
  52. La grande chasse aux sorcières, éd. Champ Vallon col. Époque.
  53. Johann Jakob Bachofen, Le droit maternel - Recherche sur la gynécocratie de l'Antiquité dans la nature religieuse et juridique, éditions L'Âge d'homme.
  54. Le droit maternel, 4e de couverture.
  55. Eugènie Guillou religieuse et putain. Enquête de Daniel Grojnowski, édition Fayard collection Fonds Pauvert ISBN 9782720215322
  56. Eugénie Guillou | France Culture Plus
  57. Fiche du film sur le site du distributeur.
  58. Fiche du film sur cinemovies.fr.
  59. fiche du film sur le site toutlecine.fr.
  60. Fiche du film sur cadrage.net.
  61. Article sur le site de Radio France.
  62. (en) Palmarès sur le site officiel du festival.
  63. François Angelier, « Le crépuscule des sous-dieux : figures du savant fou de Frankenstein à Norbert Wiener », Mauvais genre, France Culture,‎ 28 septembre 2013 (résumé, lire en ligne [audio]), cf. minutage 05:32 à 12:27 !
  64. Week end MAUVAIS GENRES : Les femmes fatales (rencontre avec Hélène Fillières), lauréats du prix Mauvais Genres 2013[1]
  65. a et b François Angelier (journaliste), Laurent Paulré (réalisateur), Jean-Baptiste Thoret, Philippe Rouyer, Céline du Chéné, Christophe Bier, Claire Martin du Gard et Pascale Dassibat, « L'amour - fouet ou le monde masochien : Cécile Guilbert, Alain Robbe-Grillet, Harry Kumel », Mauvais genre, France Culture,‎ 16 novembre 2013 (résumé, lire en ligne [[audio]])
    « Invités : Cécile Guilbert, romancière ; Maîtresse Françoise. »

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]