Hadîth

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Hadith)
Aller à : navigation, rechercher

Un hadith ou hadîth[1] (arabe : حديث, ḥadīṯ pluriel ʾaḥādīṯ أحاديث) est une communication orale du prophète de l'islam Mahomet et par extension un recueil qui comprend l'ensemble des traditions relatives aux actes et aux paroles de Mahomet et de ses compagnons, considérés comme des principes de gouvernance personnelle et collective pour les musulmans, que l'on désigne généralement sous le nom de « tradition du Prophète »[2]. Les hadiths auraient été rapportés par près de 50 000 compagnons[3].

Le muhaddith[4] est un savant de l'islam spécialiste de la science du hadith.

Le râwî[5] est le transmetteur de hadith, c'est l'un des chaînons de l'isnad. En étudiant l'isnad et la fiabilité des rowwât (pluriel de râwî) le composant, un muhaddith peut évaluer l'authenticité d'un hadith.

Attribution[modifier | modifier le code]

En dehors de quelques hadiths « sacrés », considérés comme les paroles de Dieu adressées directement à Mahomet et rapportés par celui-ci, les hadiths sont les paroles et actions attribuées au prophète et non une parole divine.

Avec les préceptes du Coran, les hadiths forment la sunna d'où le nom d'islam sunnite pour le courant orthodoxe. Les hadiths ont été rapportés dans divers recueils (véridiques ou non, voir la classification plus bas) par des musulmans fidèles, mais toujours au minimum deux siècles après la mort de Mahomet. Certains auteurs en ont recensé plus de 700 000. Beaucoup de ces citations étant suspectes, leur crédit est proportionnel au prestige accordé à ceux qui les ont rapportées. Cette chaîne des témoins est appelée isnad. Ces différents recueils alimentent l'opposition entre chiites et sunnites en particulier. Il existe à ce jour environ 100 000 hadiths sahîhs, c'est-à-dire classifiés comme « authentiques » (voir plus bas).

Classification[modifier | modifier le code]

Les spécialistes de la science du hadith (critique historique) ont mis en place plusieurs types de classifications. Parmi les plus connues la classification selon la fiabilité, la classification selon la référence d'une autorité particulière, la classification selon « l’étendu ».

  • Classification selon la référence :
Sacrés (Qudsî[6]). Ces hadiths sont considérés comme rapportant la parole divine par le biais du prophète de l'islam, Mahomet.
Élevés (Marfou'[7]). Ces hadiths sont les récits du prophète de l'islam, commençant par exemple par « J'ai entendu le prophète dire … ».
Arrêtés (Mawquouf[8]). Ces hadiths sont les récits de compagnons qui commencent par exemple par « On nous a ordonnés de … ».
Coupés (Maqtou'[9]). Ces hadiths émanent des successeurs directs des compagnons.
  • Classification selon la fiabilité :
Il s'agit d'une classification par le degré de recevabilité[10]. Certains auteurs, comme al-Bukharî, ont classé les hadiths comme « authentiques » ou « acceptables », d'autres étant simplement rejetés. Les hadiths authentiques sont rapportés avec les chaînes des témoins[11].
Recevables (Maqbûl[12])
Authentiques (Sahîh[13])
Bons (Hasan[14])
Irrecevables (Mardûd[15])
Faibles (Dha'îf[16]). Ces hadiths ont une chaîne de transmission fragile et sont souvent apocryphes.
Inventés, forgés ou fabriqués (Mawdû'[17]). Ces hadiths sont faux, leurs textes allant à l'encontre des normes établies pour les paroles du prophète de l'islam, ou la chaîne de transmission comprend au moins un menteur.
  • Classification selon « l’étendue »
Il s'agit d'une troisième classification promulguée dans l'école Hanafite (80 % des musulmans). Elle est encore plus sévère que celle des autres écoles de la « sunna ». Cette classification tient compte de « l’étendue » des Hadiths dans le monde : Mach'hur qui veut dire « connu de tous ».
Ce critère juge la recevabilité des hadiths selon le nombre de transmetteurs « fiables » existant dans un espace géographique distinct.

Sources[modifier | modifier le code]

On peut remarquer que ces recueils ont presque tous été compilés au moins 150 ans après la mort de Mahomet, dans le but de sauvegarder et répertorier les actes de celui-ci. Il est remarquable que al Sahifah al Sahihah de Hammam bin Munabbih[18] compte parmi les ouvrages rédigés par les compagnons de Mahomet, ici rédigé, avant 678 (an 58 du calendrier hégirien), sous la dictée d'Abu Huraira par un disciple du compagnon. Beaucoup des ouvrages rédigés par les compagnons de Mahomet se sont perdus dans les ouvrages postérieurs, dont certains figurent dans le corpus de ces derniers dans leur intégralité. Le al-Muwatta d'imam Malik (715-795) et le al-Musnad d'Ahmed ben Hanbal (780-855) comptent parmi les ouvrages les plus anciens qui nous sont parvenus intégralement.

Recueils de hadiths de compagnons de Mahomet[modifier | modifier le code]

Ces ouvrages ont été incorporés aux ouvrages postérieurs, cités en références…

Sunnites[modifier | modifier le code]

Il y a six principaux recueils de hadiths considérés comme références chez les sunnites ; on les appelle les « six livres » (kutûb al-sitta)[33] ou les « six (les plus) authentiques » (sihha al sitta). Deux d'entre eux sont considérés comme intégralement authentiques (les sahihayn) et les hadiths répertoriés et acceptés par ces deux imams reçoivent parfois la qualification « d'opinion jointe » (Muttafaqun 'Alaih).

Les autres sont:

Parmi les autres traditions considérées comme références :

  • Le recueil de Mâlik Ibn Anas (712-795) Kitâb al-Muwatta'.
  • Le recueil de Ahmad Ibn Hanbal (780-855) Musnâd.
  • Le recueil de Hammam bin Munabbih, disciple d'abu Huraira, al Sahifa as-Sahihah, rédigé avant l'an 58 de l'hégire et qui nous est parvenu intégralement.
  • Le recueil Mishkat des sha'fies et hanéfites Mishkat ul Massâbih.

Chiites[modifier | modifier le code]

Il faut noter que al-Bukhari était Perse, et donc que ses hadiths sont largement admis par la communauté chiite, majoritairement perse en islam. Les chiites ont également des recueils de hadiths plus tardifs, recueillant principalement les paroles des imams de la lignée de Mahomet par Ali et Fatima :

Cependant, dans l'idéologie chiite, la place des hadiths est largement secondaire par rapport au Coran, seule révélation considérée d'origine divine dans l'islam et donc auto-suffisante.

Ibadites[modifier | modifier le code]

Les ibadites (dissidence des kharidjites) reconnaissent bon nombre de hadiths sunnites. Cependant, le principal recueil accepté par ces derniers est le suivant :

  • Le recueil d'al-Jami'i al-Sahih, contenant 1005 hadiths.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Définitions lexicographiques et étymologiques de « hadîth » du TLFi, sur le site du CNRTL.
  2. Ali Amir Moezzi, Dictionnaire du Coran, éditions Robert Laffont (2007). ISBN 978-2-221-09956-8 ; (981 pages) pp.379-381, 850.
  3. Ismaïl Ibn Kathir, AS-Sîra, éd. Universel, 2007,p.927
  4. arabe : muḥaddiṯ, محدّث
  5. arabe : راوي : transmetteur, narrateur
  6. arabe : qudsīy, قدسيّ : sacré; qudsî
  7. arabe : مرفوع : élevé
  8. arabe : موقوف : arrêté
  9. arabe : مقطوع : coupé; divisé
  10. arabe : daraja al-qabûl, درجة القبول : degré de recevabilité
  11. Selon Ibn Khaldoun, on aurait dénombré jusqu'à 750 000 hadith. Mohammed al-Bukhârî, pour sa part, n'en retient que 7 200 (Ibn Khaldoun, al-Moqaddima, trad. Vincent Monteil, Commission libanaise pour la traduction des chefs-d'œuvre, Beyrouth, 1968, t. II, p. 915.
  12. arabe : maqbūl, مقبول : acceptable; admis; plausible
  13. arabe : ṣaḥīḥ, صحيح : authentique
  14. arabe : ḥasan, حسن : beau; bon
  15. arabe : mardūd, مردود : repoussé ; écarté
  16. arabe : ḍaʿīf, ضعيف : faible ; défaillant ; fragile
  17. arabe : mawdhû, موضوع : inventé
  18. (en) Hammām ibn Munabbih, Muhammad Hamidullah, Muhammad Rahimuddin, Sahifah Hammam ibn Munabbih: the earliest extant work on the Hadith : comprising as-Sahifah as-Sahihah of Abu-Hurairah (d. 58H./677) prepared for his pupil Hammam Ibn Munabbih (d. 101H./719), together with an introduction to the history of the early compilation of the Hadith, Apex,‎ 1979, 158 p. (présentation en ligne)
  19. Dhababi, ‘’Tadhkirat al-Huffaz’’, I : 5
  20. Imprimé dans ‘’i’lâm as-Salihin‘’ d’ibn Tulun, en tant qu’appendice.
  21. ‘’Tarikh al Kabir’’ de Bukhari, ‘’Tahdhib at-Tahdhib’’, IV, 215, n°369, ibn Hajar
  22. ‘’Tahdhib at-Tahdhib, IV, 198, 236 ; ibn Hajar.
  23. Tirmidhi, cité d’après Manazir Ahsan Gilâmi.
  24. ibn Sa’d, V, 216.
  25. 1er éd. dans RAAD en 1953. Abu Hurayrah avait également écrit de nombreux livres de hadiths selon les sources diverses.Ibn ‘Abd al Barr, ‘’Jâm bayan al’ilm’’, I : 4 ; Fath’al Bari, I : 174.
  26. Hadyu's-Sârî, Muqaddimatu Fathi'l-Bârî, 2 tomes, Caire 1383 /1964. Tome II, page 185.
  27. Ahmad ibn Hanbal, al-Müsned, 6 tomes, Caire 1313/1912, Tome V, page 413, 423
  28. Ibn Khaldoun, Discours sur l'histoire universelle '(al-Muqaddima), trad. Vincent Monteil, Commission libanaise pour la traduction des chefs-d'œuvre, Beyrouth, 1968, tome II, pp. 632-678. Le Mahdi est appelé le Fâtimide dans Ibn Khaldûn (trad. Abdesselam Cheddadi), op.cit., vol. I, « À propos du Fâtimide », p. 652-681
  29. Ibid., p. 633.
  30. Sahih-i Muslim, Kitabul iman, hadith numéro 247
  31. Sahih-i Bukhari, Kitab-al Ahqam, hadith numéro 2
  32. (en):Is Mahdi mentioned in the narrations ?
  33. (en) C. E. Bosworth, M.S. Asimov, History of Civilizations of Central Asia, vol. 4, Delhi, Motilal Banarsidass Publ.,‎ 2002, 745 p. (ISBN 978-81-208-1596-4, lire en ligne), p. 102
  34. Nous possédons deux sources différentes du Sunnan-i abu Dawud ; 1) le manuscrit nommé Concordance, en arabe al-Mu'jamu'1-mufehres li alfâzdhi'l-hadsi'n-Nabawî contenant 40 chapitres et 1889 titres, 4800 hadiths. 2) la version de Muhammed Muhyiddin Abdulhamid comptant : 35 chapitres, 1871 titres et 5274 hadiths. ((ar)/(tr)Sünen-i Ebu Davud Terceme ve Şerhi, Traduction de l'arabe au turc : Necati Yeniel & Hüseyin Kayapınar, 8930 pages (Şamil Yayınevi) : 1/XXXV.)
  35. Abdu Dawud signale qu'il a précisé dans son Sunnan la plupart des hadiths faibles qu'il y a recueillis. ((ar)/(tr)Sünen-i Ebu Davud Terceme ve Şerhi, Traduction de l'arabe au turc : Necati Yeniel & Hüseyin Kayapınar, 8930 pages (Şamil Yayınevi): 1/XXXV.)
  36. Ibn Majah n'est pas cité dans Ibn Khaldûn (trad. Abdesselam Cheddadi), op. cit., vol. I, « Sciences relatives à la Tradition », p. 863.
  37. arabe : šarḥ, الشرح, plur. : šurūḥ, الشروح, commentaire ; explication ; exégèse ; interprétation
  38. Hadis Terimleri Sözlügü, Talat Koçyigit Rehber yayincilik n°25, (1992) pp. 241-242
  39. Sharh al-Suyuti 'ala Sunan al-Nisa'i de l'Imam al-Suyuti (911H) by Maktabah al-Matbou'at in Aleppo in 1986.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Ibn Khaldûn (trad. Abdesselam Cheddadi), Le livre des exemples, vol. I, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade »,‎ 2002, 1560 p. (ISBN 978-2-07-011425-2, LCCN 2003442060, présentation en ligne)
  • (en) Abdul Hameed Siddiqui, Ṣaḥiḥ Muslim ; being traditions of the sayings and doings of the prophet Muhammad as narrated by his companions and compiled under the title al-Jāmiʻ-uṣ-ṣaḥīḥ, vol. 1, Sh. Muhammad Ashraf,‎ 1971, 1613 p. (présentation en ligne)
  • (en) Abdul Hameed Siddiqui, Ṣaḥiḥ Muslim ; being traditions of the sayings and doings of the prophet Muhammad as narrated by his companions and compiled under the title al-Jāmiʻ-uṣ-ṣaḥīḥ, vol. 2, Sh. Muhammad Ashraf,‎ 1971, 1613 p. (présentation en ligne)
  • (en) Abdul Hameed Siddiqui, Ṣaḥiḥ Muslim ; being traditions of the sayings and doings of the prophet Muhammad as narrated by his companions and compiled under the title al-Jāmiʻ-uṣ-ṣaḥīḥ, vol. 3, Sh. Muhammad Ashraf,‎ 1971, 1613 p. (présentation en ligne)
  • (en) Abdul Hameed Siddiqui, Ṣaḥiḥ Muslim ; being traditions of the sayings and doings of the prophet Muhammad as narrated by his companions and compiled under the title al-Jāmiʻ-uṣ-ṣaḥīḥ, vol. 4, Sh. Muhammad Ashraf,‎ 1971, 1613 p. (présentation en ligne)
  • Georges Vajda, "Juifs et musulmans selon le hadith", Journal asiatique, CCXXIX, janvier-mars 1937, p. 57-127