Renée Dunan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Spaddy.

Renée Dunan (Avignon, 1892-1936) est une écrivain, critique et poétesse française, anarchiste et féministe.

Biographie[modifier | modifier le code]

On sait peu de choses sur elle. Elle n’a pas laissé de mémoires et sa correspondance est rare.

Elle a écrit une cinquantaine d’ouvrages sur une courte période. L’essentiel de ses écrits ont été édités entre 1924 et 1934. Elle a publié jusqu’à huit titres par an. Les genres de ses romans sont variés : érotisme, aventures, historique, policier, psychologique, ésotérique, fantastique, science-fiction.

Elle a collaboré à au moins deux numéros de L’En-dehors, la revue anarchiste individualiste d’Émile Armand. En 1928, elle y publie Le nudisme, revendication révolutionnaire ? et, en 1933, Le nudisme et la moralité[1].

Elle a écrit un essai sur l’écrivain René Boylesve[2].

Elle a publié des nouvelles dans des revues comme Les Œuvres libres.

Elle serait née, à Avignon en 1892, dans une famille d’industriels et serait décédée en 1936.

Après des études chez les religieuses, avant de devenir journaliste, elle aurait travaillé dans des bureaux puis aurait beaucoup voyagé.

Féministe, elle fut anarchiste, naturiste et pacifiste.

Dadaïste, elle fut en relation avec André Breton, Philippe Soupault, Louis Aragon, Paul Éluard, Francis Picabia.

Elle a aussi collaboré au Crapouillot ainsi qu'à la revue Le sourire.

Elle a publié sous de nombreux pseudonymes : Louise Dormienne, Marcelle La Pompe, M. de Steinthal, Monsieur de Steinthal, Spaddy, Jean Spaddy, Renée Camera, Chiquita, Ethel Mac Singh, Luce Borromée, Laure Héron, A. de Sainte-Henriette, Ky, Ky C[3].

Jean-Pierre Weber a découvert Georges Dunan.

À la bibliothèque de l'Arsenal, à Paris, il y a un fonds d'archives sur Renée, Georges Dunan.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  • La Triple Caresse, 1922
  • La Culotte en jersey de soie, 1923
  • Une heure de désir
  • La Flèche d'Amour
  • Le Stylet en langue de carpe
  • Magdeleine
  • Mimi Joconde ou la belle sans chemise
  • L'Amant trop aimé (M. de Steinthal)
  • Le Prix Lacombyne, 1924
  • Baal ou la magicienne passionnée, livre des ensorcellements, 1924
  • Le Brigand hongre, 1924
  • Kaschmir, Jardin du bonheur, 1925
  • La Dernière Jouissance, 1925
  • Les Nuits voluptueuses, 1926
  • Au Temple des Baisers,1927
  • Entre deux caresses, 1927
  • Je l'ai échappé belle !, 1927
  • Le Sexe et le poignard : la vie ardente de Jules César, 1928
  • La Confession cynique, 1928
  • Éros et Psyché, 1928
  • Cantharide, roman de mœurs parisiennes, 1928 (Louis Querelle)
  • Les Caprices du sexe ou les Audaces érotiques de Mademoiselle Louise de B…, 1928, (Louis Dormienne)
  • L'Extraordinaire aventure de la Papesse Jeanne, 1929
  • Les Amantes du diable, 1929
  • Le Masque de fer ou l'amour prisonnier, 1929
  • Les Jeux libertins, 1930
  • La Chair au soleil, 1930
  • Les Marchands de volupté, 1932
  • Le Meurtre du milliardaire, 1934
  • Moi, poupée, (Spaddy)
  • Dévergondages, (Spaddy)
  • Colette ou les Amusements de bon ton , 1936, (Jean Spaddy)
  • La Jouissance de l'amant de Pamela
  • Le Plaisir d'une nuit étoilée

Nouvelle[modifier | modifier le code]

Articles[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Claudine Brécourt-Villars, Renée Dunan, Fascination, nº27, 2e trimestre 1985, pp. 21-25.
  • Claudine Brécourt-Villars, Renée Dunan ou la femme démystifiée, Histoires littéraires, nº2, avril-mai-juin 2000, p. 51-66, revue publiée par la BNF.
  • Georgette Ryner, La Culotte en jersey de soie, par Renée Dunan, L’En-dehors, n°19/20, septembre 1923, texte intégral.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notices[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Dictionnaire des anarchistes, « Le Maitron » : notice biographique.
  2. Sudoc : notice.
  3. Source BnF Le pseudonyme de Spaddy est également utilisé par un autre auteur : Johannès Gros