Maxéville

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Maxéville
Tour panoramique, les Aulnes.
Tour panoramique, les Aulnes.
Blason de Maxéville
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Lorraine
Département Meurthe-et-Moselle
Arrondissement Nancy
Canton Pompey
Intercommunalité Communauté urbaine du Grand Nancy
Maire
Mandat
Christophe Choserot
2014-2020
Code postal 54320
Code commune 54357
Démographie
Population
municipale
9 661 hab. (2011)
Densité 1 716 hab./km2
Population
aire urbaine
410 508 hab.
Géographie
Coordonnées 48° 42′ 44″ N 6° 09′ 50″ E / 48.7122222222, 6.1638888888948° 42′ 44″ Nord 6° 09′ 50″ Est / 48.7122222222, 6.16388888889  
Altitude Min. 189 m – Max. 365 m
Superficie 5,63 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Maxéville

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Maxéville
Liens
Site web www.mairie-maxeville.fr

Maxéville [maʃevil][1] est une commune française située dans le département de Meurthe-et-Moselle, en région Lorraine.

Géographie[modifier | modifier le code]

Maxéville est une commune limitrophe de Nancy, longée à l'est par la Meurthe et traversée par l'autoroute A31 en direction de Metz. On distingue globalement trois quartiers traditionnels : Meurthe-Canal, le Centre et Champ-le-Bœuf, ce dernier, à l'extrême-ouest, partagé avec Laxou. Un quatrième quartier a vu le jour sur le Haut de Lesse, dominant la vieille ville de ses 320 mètres, les Aulnes, en bordure du Haut-du-Lièvre nancéien.

Histoire[modifier | modifier le code]

  • Présences préhistorique et gallo-romaine.
  • Seigneurie en 1210.
  • Vocables : Marcheville (1224), Marcinvilla (1402), Maxéville (1600).

Autrefois Maxéville s'écrivait Machéville et jusqu'à une date récente (1840)[2] les habitants ont appelé leur ville ainsi. On peut toutefois voir sur la gravure de Melchior Tavernier sur le siège de Nancy durant la guerre de Trente Ans le nom de Marchinville[3].

Blason Blasonnement :
D'argent au pal engrêlé de gueules.
Commentaires : Il s'agit du blason de la maison de Maxéville, d'ancienne chevalerie, déjà éteinte au XVIe siècle. Il est utilisé par la commune depuis 1975.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1983 2014 Henri Bégorre PR Professeur à l'Université Henri Poincaré (ESSTIN)
2014 en cours Christophe Choserot PS Enseignant à la faculté de médecine

Justice[modifier | modifier le code]

  • 2009 : construction d’un centre pénitentiaire de 690 places.

Économie[modifier | modifier le code]

La grande brasserie viennoise de Maxéville a été construite en 1869 par Nicolas Galland (1816-1886), célèbre pour ses travaux de recherche sur le maltage; mais la société fut mise en liquidation en 1877 et vendue aux enchères. Elle devient alors la « Grande Brasserie de l'Est », qui produit 67 000 hectolitres en 1885. Elle fusionne en 1898 avec la brasserie Betting, sous le nom de « Grandes Brasseries réunies de Maxéville ». Elle a été remplacée par l'usine B2 et a disparu[4].

Deux mines de fer ont été exploitées au XXe siècle à Maxéville :

  • la mine de Boudonville débouchant à côté de l'église Saint Martin (le train de la mine passe sous l'église) et dont le minerai alimentait les hauts-fourneaux de Maxéville.
  • la mine Arbed débouchant près du cimetière, qui a fermé en 1967 et dont le minerai était envoyé par transport fluvial pour alimenter les hauts-fourneaux du nord de la Lorraine[5].

D'autre part, sur les hauteurs, Maxéville possède un important gisement de calcaire oolithique qui a été exploité d'abord par la Société des Carrières de Maxéville, puis à partir de 1914 par la société Solvay. En 1927, Solvay a mis en service le TP Max pour acheminer le bâlin depuis la carrière jusqu'à son usine de Dombasle-sur-Meurthe. La carrière cessant son activité, le transporteur a été démonté en 1984.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 9 661 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
391 351 370 458 458 477 512 577 523
1856 1861 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
512 522 1 250 1 600 1 966 2 054 2 353 2 366 2 611
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
2 715 3 132 3 057 4 081 4 482 4 446 4 481 5 224 5 094
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011 -
6 354 9 425 8 910 8 667 8 978 8 944 8 893 9 661 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2004[7].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Château de Gentilly construit en 1620 pour Henri Philippe argentier du duc Henri II de Lorraine, remanié XVIIIe.
  • Château-Bas XVIIIe, remanié XIXe, actuellement mairie
  • Château-Haut (a existé, mais il ne reste plus rien).
  • Château Le Sauvoy, dit la "Grande-Maison", d'origine XVIe, remanié XIXe.
  • Vieilles maisons de vignerons.
  • Canal de la Marne-au-Rhin : port.
  • Caves de la Craffe
  • Complexe Marie Marvingt (Dojo handball volley)
  • Tour Panoramique, les Aulnes
  • Zénith de Nancy
  • Chêne du Bon Dieu

Édifice religieux[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Martin XIXe : Vierge XIVe, tapisseries, orfèvrerie.
  • Chapelle à l'institution Jean-Baptiste Thiery.

Cadre de vie[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Ferry III, dit le Chauve, duc de Lorraine fut enlevé et emprisonné sur les hauteurs du village[9] par Adrian des Armoises, seigneur de Maxéville. Il parvint à faire parvenir sa bague à la duchesse Marguerite par l'intermédiaire d'un charpentier-couvreur appelé Petit Jean Dethillon. Celui-ci, en réparant le toit du pigeonnier, chantait la chanson de Ferry III, qui se signala à lui. Le couvreur prévint la femme du duc. Celle-ci envoya une troupe de soldats libérer son époux. Adrian des Armoises libéra le duc sans combattre.
    Le duc punit Adrian des Armoises en saisissant terres et châteaux et il proscrivit les armoiries du blason maxévillois. Pendant plusieurs générations les seigneurs maxévillois ont payé par le sang les fautes de leurs ancêtres en envoyant à la guerre les fils de Maxéville. Petit Jean fut retrouvé par les seigneurs maxévillois et assassiné. Cependant le duc anoblit ses fils et sa famille, donnant souche à la famille du Hautoy[10].
  • Jean Prouvé (1901-1984), architecte, avait son atelier à Maxéville.
  • Guy Béart (né en 1930), chanteur français et père de l'actrice Emmanuelle Béart, ingénieur des Ponts et Chaussées de formation, y dirigea la construction d'un pont au-dessus de la route, à travers bois, des carrières SOLVAY.
  • Mgr Jean-Pierre Cattenoz (né en 1945), archevêque d'Avignon, né à Maxéville.
  • Christian Levesque (né en ?), champion senior professionnel de la Dictée des Amériques en 1997, auteur d'un ouvrage sur les mots, Au bout de la langue.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Jean-Marie Pierret, Phonétique historique du français et notions de phonétique générale, Peeters, Louvain-la-Neuve, 1994, p. 104.
  2. Notice de la Lorraine, par Augustin Calmet, page 40
  3. Une guerre de trente ans en Lorraine, de Philippe Martin, professeur d'histoire moderne à l'université de Nancy 2, page 75
  4. Le grand livre de la bière en Lorraine, Philippe Voluer, éd. Pl Stanislas. p. 71
  5. Michel Siméon, Petite histoire de la carrière Solvay de Maxéville et de son transporteur aérien : 1920-1984, Nancy, Mairie de Maxéville,‎ 2008, 1e éd., 251 p. (ISBN 9-782-9531841-0-5), p. 16-17
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011
  8. Source : Villes et Villages Fleuris
  9. devenues par la suite les carrières Solvay, puis le site du Zénith de Nancy
  10. références : la tour de Maxéville, Ferry 3


Jumelages[modifier | modifier le code]

Transports en commun[modifier | modifier le code]

Maxéville est reliée au Grand Nancy grâce aux lignes du réseau de transport de l'agglomération Nancéienne appelé Réseau Stan :

  • 2 : Laxou Plateau de Haye - Laneuveville Centre
  • 5 : Laxou Champ-le-Boeuf - Seichamps Voirincourt
  • 9 : Nancy Tamaris - Saulxures
  • 19 : Maxéville Mairie - Jarville Gabriel Fauré

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :