Piennes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Piennes
La mairie.
La mairie.
Blason de Piennes
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Lorraine
Département Meurthe-et-Moselle
Arrondissement Arrondissement de Briey
Canton Canton d'Audun-le-Roman
Intercommunalité Communauté de communes du Bassin de Landres
Maire
Mandat
Michel Mariuzzo
2014-2020
Code postal 54490
Code commune 54425
Démographie
Population
municipale
2 468 hab. (2011)
Densité 528 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 18′ 26″ N 5° 47′ 14″ E / 49.3072, 5.7872 ()49° 18′ 26″ Nord 5° 47′ 14″ Est / 49.3072, 5.7872 ()  
Altitude Min. 277 m – Max. 326 m
Superficie 4,67 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Lorraine

Voir sur la carte administrative de Lorraine
City locator 14.svg
Piennes

Géolocalisation sur la carte : Lorraine

Voir sur la carte topographique de Lorraine
City locator 14.svg
Piennes

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Piennes

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Piennes

Piennes est une commune française située dans le département de Meurthe-et-Moselle en région Lorraine.

Géographie[modifier | modifier le code]

Petit village modeste au passé brillant et minier dans le nord-est de la France.

Histoire[modifier | modifier le code]

Cimetiere militaire allemand.

Existence d'un château fort, avec donjon, four banal et souterrain, connu seulement par la légende. Village ravagé par les guerres au 15ème.

Commune créée en 1908 par démembrement de Landres dont il n'était, jusqu'alors, qu'un hameau. Mines de fer découvertes en 1899, ce qui détermina l'essor de la cité minière.

En 1817, Piennes, village de l'ancienne province du barrois. À cette époque il y avait 170 habitants répartis dans 31 maisons.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Piennes Blason Blasonnement : d'azur à l'usine de trois sheds et une cheminée en chef à dextre, au puits de mine de sable à senestre, le tout soutenu d'une fleur de chardon pourpre tigée et feuillée de deux pièces de sinople
Détails Ces armes ont été adoptées par la commune vers 1975.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1959 mars 1977 Lucien Caro PCF Conseiller général du Canton d'Audun-le-Roman (1961-1973)
mars 1977 mars 1989 Guy Cavigli PCF  
mars 1989 juin 1995 André Martin PCF  
juin 1995 mars 2001 Jean Brévi PCF  
mars 2001 en cours Michel Mariuzzo PCF Conseiller général du Canton d'Audun-le-Roman depuis 1998
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 2 468 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1911 1921 1926 1931 1936 1946
127 146 169 3 313 1 767 3 872 4 077 3 416 3 353
1954 1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011
3 836 4 244 3 559 3 032 2 751 2 388 2 416 2 428 2 468
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et Monuments[modifier | modifier le code]

  • Cimetière militaire allemand 1138 allemands (1914-1918).

Édifices religieux[modifier | modifier le code]

Église paroissiale Saint-Crépin.
  • Église paroissiale Saint-Crépin, Saint-Crépinien, première église paroissiale, XVIe siècle dont il subsistait le chœur. Nef tour clocher et sacristie reconstruites en 1759. Détruite en 1932 au moment de la reconstruction d'une église plus grande une centaine de mètres plus à l'est. Subsistent de cette ancienne église le portail remonté dans le jardin d'une maison appartenant à la mine de Piennes à Joudreville (avenue de la Mine) , portant une inscription avec la date 1759, et la pierre de fondation remployée dans l'élévation occidentale de la nouvelle église
  • Église paroissiale Saint-Crépin, Saint-Crépinien, 2e église paroissiale, reconstruite de 1928 à 1932, en remplacement d'une église du XVIe siècle ; la nef la tour clocher et la sacristie de l'église primitive avaient été reconstruites en 1759 ; la reconstruction à partir de 1928 avait été rendue nécessaire par le mauvais état de l'édifice au lendemain de la guerre 1914, 1918 et son exiguïté liée à l'accroissement de la population à la suite de l'ouverture de la mine.

Personnalités liées à Piennes[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :