Cosnes-et-Romain

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cosnes-et-Romain
Église Saint-Martin de Cosnes.
Église Saint-Martin de Cosnes.
Blason de Cosnes-et-Romain
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Lorraine
Département Meurthe-et-Moselle
Arrondissement Briey
Canton Mont-Saint-Martin
Intercommunalité Communauté de communes de l'agglomération de Longwy
Maire
Mandat
Cédric Aceti
2014-2020
Code postal 54400
Code commune 54138
Démographie
Population
municipale
2 651 hab. (2011)
Densité 163 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 31′ 12″ N 5° 42′ 43″ E / 49.52, 5.7119444444449° 31′ 12″ Nord 5° 42′ 43″ Est / 49.52, 5.71194444444  
Altitude Min. 262 m – Max. 400 m
Superficie 16,23 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Meurthe-et-Moselle

Voir sur la carte administrative de Meurthe-et-Moselle
City locator 14.svg
Cosnes-et-Romain

Géolocalisation sur la carte : Meurthe-et-Moselle

Voir sur la carte topographique de Meurthe-et-Moselle
City locator 14.svg
Cosnes-et-Romain

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Cosnes-et-Romain

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Cosnes-et-Romain
Liens
Site web cosnes-et-romain.nexenservices.com

Cosnes-et-Romain est une commune française située dans le département de Meurthe-et-Moselle en région Lorraine.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune est délimitée au nord par la frontière belge qui la sépare de la province de Luxembourg. Les localités belges les plus proches sont Musson et Halanzy.

L’entité communale est composée de trois villages : Cosnes, Romain et Vaux-Warnimont.

Histoire[modifier | modifier le code]

Cosnes-et-Romain faisait partie de l'ancienne province du Barrois.

Les paroisses de Vaux et Warnimont ont été annexées à Cosnes en 1790, puis en 1812 a eu lieu la fusion entre Cosnes et Romain. En 1817, Cosnes, qui avait pour annexes les hameaux de Vaux et Warnimont et les fermes de la Colombe de Soxey (grande et petite), avait une population de 592 habitants répartis dans 123 maisons.

En octobre 2007, des vestiges de la Seconde Guerre mondiale furent retrouvés : plus de 200 obus étaient enterrés devant le château d'eau de Cosnes.

Sidérurgie[modifier | modifier le code]

La forge de Vaux-sur-Cosnes a dû posséder un haut-fourneau dans la seconde moitié du XIVe siècle. Il semblerait qu'elle ait disparu au début du XVIIe siècle, mais c'est sur son emplacement que se développeront les forges de Gorcy.

Toponymie[modifier | modifier le code]

  • Cosnes : Koëne (1293), Koesne (1301), Cozsne (1304), Connes (1308), Cosne (1612 et 1793).
  • Romain : Romanas (1049).
  • du mot gaulois Connos ou du suffixe latin Cuneus.
  • Ceones, Coszne (XIVe siècle), Cone (1749), Cosnes-et-Romain (1812).

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1971 2013 André Ferrari UDF-PR Conseiller régional
mars 2013[1] en cours
(au 16 avril 2014)
Cédric Aceti SE  

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 2 651 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1836 1841 1861 1866 1872
440 391 566 760 900 919 1 064 1 079 1 083
1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911 1921
1 050 1 107 1 171 1 178 1 157 1 154 1 184 1 217 992
1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975 1982
1 206 1 369 1 383 1 194 1 244 1 377 1 417 1 542 1 859
1990 1999 2004 2006 2009 2011 - - -
2 053 2 089 2 104 2 084 2 462 2 651 - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique


Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Une nécropole franque fouillée en 1892.
  • Maison forte au lieu-dit Soxey du XVe siècle dont il subsiste la chapelle, remplacée par un château au XVIIIe siècle.
  • Ossuaire de Romain, monument inauguré le 31 août 1923 en hommage aux morts de l'attentat du 22 août 1914.
  • Église paroissiale Saint-Martin à Cosnes reconstruite de 1824 à 1826 ; la tour clocher est datée 1825 sur la façade ouest et mesure 25 m de hauteur ; on y trouve des marques de tâcheron.
  • Chapelle Saint-Clément à Romain. Église dite chapelle car annexe de l'église paroissiale de Cosnes, construite en 1427 ; la date qui aurait été portée par la porte d'entrée, d'après une lettre de l'architecte Varin d'octobre 1858 adressée au préfet à l'issue d'une visite effectuée à la chapelle est 1783. Restaurée en 1862 puis en 1878, reconstruction de la façade ouest, du pignon et de la charpente.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Cosnes-et-Romain 54.svg

Les armoiries de la commune se blasonnent ainsi : Écartelé au 1° de sinople à une tierce ondée alaisée d'argent, au 2° de pourpre à l'épi de blé d'or en pal, au 3° d'azur à la hache d'argent en barre fendant une souche de sable, au 3° d'or au wagonnet de sable enflammé de gueules. Sur le tout semé de croix recroisetées au pied fiché d'or à deux bars adossés de même.

Photographies[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Elections prématurées à la suite de la démission du maire
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2011