Ludres

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ludres
Ludres et son église.
Ludres et son église.
Blason de Ludres
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Lorraine
Département Meurthe-et-Moselle
Arrondissement Nancy
Canton Jarville-la-Malgrange
Intercommunalité Communauté urbaine du Grand Nancy
Maire
Mandat
Pierre Boileau
2014-2020
Code postal 54710
Code commune 54328
Démographie
Population
municipale
6 546 hab. (2011)
Densité 800 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 37′ 00″ N 6° 10′ 00″ E / 48.61666666667, 6.166666666748° 37′ 00″ Nord 6° 10′ 00″ Est / 48.61666666667, 6.1666666667  
Altitude Min. 237 m – Max. 420 m
Superficie 8,18 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Ludres

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Ludres

Ludres est une commune française située dans le département de Meurthe-et-Moselle en région Lorraine.

Située à 7 kilomètres du sud de Nancy, les habitants de Ludres sont les Ludréens.

Géographie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Les vestiges d'un camp protohistorique (la cité d'Affrique, où l'on a étudié le procédé de construction de murs vitrifiés) sont encore visibles sur les coteaux de Ludres, sur le territoire de la commune de Messein, et témoignent d'une implantation ancienne, fin Hallstatt-début La Tène. Ludres a toujours été habité depuis l'âge du fer, avec en particulier l'exploitation de la minette Lorraine (minerai oolithique comportant seulement 20 % de fer).Le minerai des anciennes mines de fer de Ludres a été utilisé pour la fabrication des boulons qui ont servi à la construction de la tour Eiffel alors que la structure provenait des forges de Pompey . Des vestiges d'ateliers médiévaux de production de fer subsistent sous le village, de la mairie à la Maison Gallé.

Ludres a subi des dommages au cours de la deuxième guerre mondiale (1939-1945).

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Ludres Blason Tranché : au premier d’or maçonné de gueules au casque romain du même brochant, au second d’or semé de pins stylisés (filet en pal sommé en pal alésé sommé d’un triangle en filet) de gueules, superposés et accolés, au pic et au marteau de mineur passés en sautoir, et à la lampe brochant en pal le tout du même brochant sur le semé ; à la bande de gueules chargée d’une branche de vigne vrillée et feuillée d’or fruitée de deux grappes de raisin du même, brochant sur la partition.
Détails Adopté le 15 juin 1976, ce blason rappelle la Lorraine (la bande de gueules), le vin apprécié du pays, le Camp d'Affrique (casque romain), et l'activité minière de la localité. Ludres.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1963 mars 2008 Charles Choné DVD ancien Maire, ancien Président du Grand Nancy)
mars 2008 mars 2014 Pierre Boileau DVD maire de Ludres, vice-président du Grand Nancy
Les données manquantes sont à compléter.


Les adjoints au Maire élus en 2008
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2008 mars 2014 Véronique Ravon adjointe déléguée action sociale,Contrat local de Sécurité,administration générale, ressources humaines et jumelages
mars 2008 mars 2014 Jean-Daniel Kieliszek adjoint délégué travaux, patrimoine, développement durable, sécurité routière et transports
mars 2008 mars 2014 Francine Thomas adjointe déléguée culture, promotion de la ville et démocratie de proximité
mars 2008 mars 2014 Xavier Dussaulx adjoint délégué urbanisme et affaires juridiques
mars 2008 mars 2014 Denis Deffoun adjoint délégué sports et jeunesse
mars 2008 mars 2014 Christiane Lenizski adjointe déléguée action scolaire
mars 2008 mars 2014 William Lombard adjoint délégué économie,emploi et communication
mars 2008 mars 2014 Martine Queuche adjointe déléguée animation et associations
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 6 546 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
342 340 376 394 412 478 470 474 461
1856 1861 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
510 510 494 635 1 001 965 1 053 1 121 1 230
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
1 191 1 125 944 984 1 006 880 760 958 1 132
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011 -
1 239 1 582 5 376 6 236 6 821 6 699 6 662 6 546 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2].)
Histogramme de l'évolution démographique


Économie[modifier | modifier le code]

Ludres doit sa dynamique actuelle en grande partie à sa zone d'activités de 310 entreprises dénommée Dynapôle (agro-alimentaire, transport, services, etc.), ce qui en fait la première ZI du grand est de la France. Cette zone industrielle est implantée sur le territoire de Ludres ainsi que sur celui de la commune voisine de Fléville-devant-Nancy.

Cette zone implantée non loin de l'échangeur autoroutier des A33 et A330, permet de relier directement Nancy-Metz-Luxembourg-Sarrebrück d'une part, et Paris-Dijon-Lyon et Mulhouse-Bâle d'autre part.

Taux de chômage sur l'ensemble de la ville oscille entre 6,5 % (juillet 2011) et 7,5% (février 2013).

Un marché municipal se tient chaque samedi, de 7h00 à 13h00 sur la Place Ferri de Ludres.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Porche sur le site de l'ancien château de Ludres (détruit) avec les armoiries de la famille de Ludres (Meurthe-et-Moselle)
  • Nombreux vestiges gallo-romains découverts sur la commune au 19e (mobilier au musée lorrain).
  • Camp romain sur la hauteur dit "le camp d'Affrique" (1200 m²) : une partie du camp seulement est sur le territoire de Ludres.
  • Cimetières francs fouillés en 1905 et 1930.
  • Château médiéval qui a totalement disparu, remplacé au début du 17e par Henri I de Ludres, vendu par lots comme bien d'émigré en 1794 et en grande partie démoli, détruit en 1940 : subsistent la terrasse, les bâtiments de la basse-cour avec portes charretières 1628, un porche comportant les armoiries des Ludres.
  • Lavoir monumental 19e.
  • Canal de jonction : écluse.
  • Place Ferri de Ludre

Édifice religieux[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Epvre 16e, remaniée 18e : vitraux 16e.
  • Chapelle de la maison de retraite Sainte-Thérèse.

Culture[modifier | modifier le code]

L'espace Chaudeau

La ville de Ludres est dotée d'une salle polyvalente inaugurée en octobre 2006 : l'Espace Chaudeau. Outre l'accueil des sports et des associations, la salle de 999 places permet une réception de qualité de grands comédiens, chanteurs et spectacles.

Enseignement[modifier | modifier le code]

Le collège Jacques Monod

Ludres possède deux écoles maternelles (Prévert, Loti), deux écoles primaires (Prévert et Loti) ainsi que le collège Jacques-Monod. Une école de musique qui était située dans les locaux de la gare a déménagé en 2007 dans les locaux de l'école maternelle Charcot.

Transports en commun[modifier | modifier le code]

Gare de Ludres
Article détaillé : Gare de Ludres.

Ludres est reliée au Grand Nancy grâce aux lignes du réseau de transport de l'agglomération Nancéienne appelé Réseau Stan :

  • 14 : Nancy Centre de Congrès Prouvé - Ludres
  • 17 : Villers Lycée Stanislas - Ludres
  • D : Ludres Jacques Monod - Fléville l'Orée du Bois

Jumelages[modifier | modifier le code]


Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Serge Bonnet (et al.), L'homme du fer : mineurs de fer et ouvriers sidérurgistes lorrains, Presses universitaires de Nancy, Nancy ; Éditions Serpenoise, Metz, 1986-1987 (ISBN 2-86480-254-6)
  • M. Leroy, C. Forrières et A. Ploquin, « Un site de production sidérurgique du haut Moyen Âge en Lorraine (Ludres, Meurthe-et-Moselle). Étude des conditions de réduction du minerai lorrain », Archéologie médiévale, 1990, vol. 20, p. 141-179
  • Gaston Alexandre Louis Théodore de Ludre (Comte), Histoire d’une famille de la chevalerie lorraine (la famille de Ludres), Paris, 1893-94, 2 vol.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Lien externe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011