Foug

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Foug
tunnel du chemin de fer
tunnel du chemin de fer
Blason de Foug
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Lorraine
Département Meurthe-et-Moselle
Arrondissement Arrondissement de Toul
Canton Canton de Toul-Nord
Intercommunalité Communauté de communes du Toulois
Maire
Mandat
Michèle Pilot
2014-2020
Code postal 54570
Code commune 54205
Démographie
Population
municipale
2 734 hab. (2011)
Densité 107 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 41′ 06″ N 5° 47′ 14″ E / 48.685, 5.7872222222248° 41′ 06″ Nord 5° 47′ 14″ Est / 48.685, 5.78722222222  
Altitude Min. 231 m – Max. 396 m
Superficie 25,49 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Foug

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Foug

Foug est une commune française située dans le département de Meurthe-et-Moselle en région Lorraine.

Les habitants de Foug sont appelés Faouins et Faouines.

Géographie[modifier | modifier le code]

La ville de Foug est située à 30 kilomètres à l’ouest de Nancy et à 10 kilomètres de Toul. Son altitude est de 261 mètres au niveau de la gare SNCF municipale. Foug comporte un exemple remarquable de capture fluviale : le Val de l'Asne (devenu vallée morte) quand jadis la Moselle (la petite Meuse) rejoignait la Meuse. L'obstacle géologique ayant barré la route à la Moselle est appelé « seuil de Foug ».

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le toponyme Foug vient du latin Fagus qui signifie hêtre ; il apparaît dès 770 sous la forme Faho[1]. Foug fut nommé ainsi à cause de la forêt qui entoure le village, forêt presque exclusivement composée de hêtres et de chênes et qui est toujours aussi dense de nos jours. Les cendres de bois de hêtre servaient à fabriquer du savon, activité qui a perduré jusqu’au XIXe siècle et dont on retrouve des traces au lieu dit “Savonnières”.

Histoire[modifier | modifier le code]

plaque de la rue de Saint-Germain à Foug

La voie romaine qui allait de Reims à Toul passait par l’actuelle ferme de Savonnières. La rue de Foug qui mène à celle-ci s'appelle "rue de Saint-Germain", ce qui témoigne de l'existence passée d'une liaison directe entre ces deux villages par le val de l'Asne.

Article détaillé : Voie romaine Reims-Metz.

À l’époque franque, il existait une villa royale (villa regia Saponaria) et une nécropole qui a été fouillée au XIXe au lieu-dit ancien cimetière de Savonnières.

Les comtes de Bar ont fondé un château en 1218 qui fut détruit en 1634. Ce château résista au siège du duc de Lorraine en 1232. Il fut la résidence des comtes de Bar au XVe siècle. C’est au château de Foug que fut conclu le 20 mars 1419 le traité prévoyant le mariage de René Ier d’Anjou et d’Isabelle de Lorraine qui devait aboutir à l’union des duchés de Lorraine et de Bar.

Au printemps 1659, une partie du régiment français du Maréchal-Duc de La Ferté-Sennecterre (la France occupant une partie de la Lorraine) s’installe à Foug. Un jeune ingénieur talentueux (breveté à 21 ans Ingénieur du Roi en date du 3 mai 1655) de 25 ans, affecté à ce régiment, avant d’être ensuite envoyé en garnison à Nancy, écrivit : « Je considérais plusieurs fois cette vallée [le val de l’Asne] qui me causait de l’admiration, parce qu’il me semble qu’il y ait eu là autrefois une communication de l’une à l’autre des rivières ». Ce jeune ingénieur deviendra Maréchal de France sous le nom de Sébastien Le Prestre de Vauban. Source du texte : Mémoire concernant la jonction de la Meuse et de la Moselle, Dunkerque 8 juin 1679.

Pendant longtemps, Foug fut réputé pour les vins qui y étaient produits mais la forêt recouvre désormais les anciens vignobles. Toutefois, des vignobles prospèrent toujours dans le Toulois, produisant l’excellent Gris de Toul, ayant obtenu l’AOC en 1998.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1995 décembre 1997 Nicole Feidt PS Conseillère générale du canton de Toul-Nord (1994-2001)
Député (1997-2002)
janvier 1998 novembre 2007 Michel Lamaze PS Démission en cours de mandat
novembre 2007 en cours
(au 16 avril 2014)
Michèle Pilot PS Conseillère générale du canton de Toul-Nord (depuis 2001)

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 2 734 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 044 1 188 1 317 1 204 1 247 1 349 1 484 1 658 1 527
1856 1861 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
1 240 1 291 1 258 1 268 1 243 1 180 1 094 1 018 1 170
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
1 232 2 434 2 685 3 020 3 380 2 802 2 565 2 909 3 278
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011 -
3 415 3 373 3 048 2 873 2 740 2 762 2 769 2 734 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique


Héraldique[modifier | modifier le code]

blason

La commune de Foug porte:

  • De sable à la croix patriarcale alésée d'argent une traverse en chef et une traverse en pointe, cantonnée de quatre croisettes patriarcales du même, sur le tout d'azur aux deux bars adossés d'or accompagnés de quatre croisettes recroisetées au pied fiché du même.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Maison Kayser
  • Ruines du château, création du comte Henri II de Bar en 1218 : vestiges d'enceinte fossoyée.
  • Maison Kayser : niche avec statue de la Vierge encastrée dans la façade, classée aux Monuments Historiques.
  • Canal de la Marne-au-Rhin : écluses.

Édifice religieux[modifier | modifier le code]

L’église Saint-Étienne date de 1703 et possède un orgue datant de 1855 qui a été récemment restauré. Des concerts sont organisés régulièrement.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Aude Wirth, Les Noms de lieux de Meurthe-et-Moselle, Dictionnaire étymologique, Haroué, Gérard Louis,‎ 2004.
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011


Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :