Oolithe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Oolithes ferrugineuses
Roche phosphatée oolithique datée du Permien (Montana, USA). Les "grains" mesurent en moyenne 1 mm de large.
Coupe/lamelle d'ooide calcaire de la formation du Carmel, Jurassique-moyen, Sud de l'Utah (USA). Le grain (ooïde) le plus large mesure 1,2 mm de diamètre

On nomme oolithe ou oolite (du grec ôon signifiant œuf et lithos signifiant pierre) de petites structures minérales sphériques régulières (ooïde), constituées, lors d'un processus particulier de sédimentation, en lamines concentriques. Ce terme est réservé aux grains mesurant de 0,5 à 2 mm (les grains plus gros sont nommés pisolithes).

Formation[modifier | modifier le code]

Une oolithe est composée d'un noyau (nucléus) autour duquel s'est initié le développement concentrique par précipitation chimique (ou biochimique) du CaCO3 . Il peut s'agir :

  • d'un bioclaste (débris d'origine biologique)
  • d'un lithoclaste (petit fragment de débris de roche)
  • d'un grain de carbonate micritique (se solubilisant dans le contexte du milieu au moment de la formation initiale de l'oolithe).

Autour du noyau se développent des « lamines » (cortex), en fines couches concentriquement superposées souvent calcaires et parfois ferrugineuses.

Les oolithes se forment plutôt en milieu marin peu profond mais agité. Elles restent en suspension permanente, tandis que les couches formant le cortex se mettent en place ; lorsqu'elles deviennent trop lourdes, elles se déposent sur le fond marin et sédimentent.

L'origine purement minérale des oolithes est sujette à débat dans la communauté des sédimentologues.
Les oolithes actuelles présentent un micro-biofilm bactérien en surface, qui pourrait aider à la précipitation carbonatée. Il s'agirait alors de précipitation induite (par opposition à une précipitation contrôlée, comme dans le cas des tests d'animaux marins), sur le modèle des stromatolithes, mais sur une structure non fixée.

Exemples[modifier | modifier le code]

La minette de Lorraine est un minerai de fer composé d'oolithes ferrugineuses.

Vocabulaire[modifier | modifier le code]

Le terme oolithe a aussi été employé pour désigner des couches stratigraphiques formées par ces petites concrétions. Cette acception du terme n'est plus utilisée, et on parle de roches à oolithes.

On oppose souvent aux oolithes les oncolithes, classées parmi les oncoïdes (structures irrégulières).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]