Damelevières

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Damelevières
Image illustrative de l'article Damelevières
Blason de Damelevières
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Lorraine
Département Meurthe-et-Moselle
Arrondissement Lunéville
Canton Bayon
Intercommunalité Communauté de communes du val de Meurthe
Maire
Mandat
Christophe Sonrel
2014-2020
Code postal 54360
Code commune 54152
Démographie
Gentilé Damelibairiens, Damelibairiennes[1]
Population
municipale
3 138 hab. (2011)
Densité 386 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 33′ 27″ N 6° 23′ 19″ E / 48.5575, 6.3886111111148° 33′ 27″ Nord 6° 23′ 19″ Est / 48.5575, 6.38861111111  
Altitude Min. 207 m – Max. 264 m
Superficie 8,12 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Damelevières

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Damelevières
Liens
Site web http://www.damelevieres.fr

Damelevières est une commune française située dans le département de Meurthe-et-Moselle en région Lorraine.

Géographie[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Tous les historiens (Dom Calmet, Lepage, Digot, .) s’accordent pour signaler que le nom de « Damelevières » vient de « Dame-Libaire », c'est-à-dire Sainte Libaire, première martyre de Lorraine en 361 à Grand dans les Vosges. Ses parents, de descendance royale (d’après l’histoire de Sainte Libaire), auraient possédé (non vérifié) des terres sur le territoire de Damelevières.

On peut croire aussi qu’un seigneur local ayant peut-être bénéficié des « miracles de Ste Libaire » ait donné son nom à notre commune naissante au pays des « Luci »: (Lorrains) lui procurant aussi quelque relique de la Sainte vers le Ve siècle. Le plus vieil écrit faisant mention de notre lieu, le signale du vocable latin de cette époque : « Domnum-Libarium » ; puis ce nom passa à « Domna-Libaria » plus facile à prononcer.

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1150, est signalé un seigneur « Otho de Damaliveria » (le b de Libaire s’est transformé en v, et le restera définitivement bien qu’en 1157 on cite « l’alodium de Dompna-Libaria » c'est-à-dire « alleu de Damelevières »[2].

En 1176, un acte de Gobert de Blainville, limite une propriété au territoire de « Domalivera ».

On retrouve en 1458 l’écuyer Didier de « Damelivières » fondateur d’une chapelle, selon son histoire.

Dom Calmet (histoire de Lorraine en 1735) cite pour la première fois « Dame-Levière » dont les deux parties du nom s’attachent définitivement au XXe siècle pour donner la forme actuelle « Damelevières ».

À noter, le caractère artificiel du nom « Ville-Vières », donné à un quartier des deux villes de Blainville et Damelevières. Si le tronçonnage des noms de ces villes a donné celui du quartier, après réassemblage, la signification du nom ainsi reconstitué n’a pas de sens historique. En réalité, la moitié de Damelevières est « Levières » (et non « Vières ») venant de « Libaire », comme le montrent les sources des historiens.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1929   Paul Liébaut    
1945 1949 Marcel Domenichini   42 Groupe Lorraine
1953 mars 1959 Paul Jattiot    
mars 1959 mars 1989 André Claudel PCF  
mars 1989 5 octobre 2011 Maurice Villaume PCF Conseiller général du canton de Bayon (1994-2011)
Décédé le 05 octobre 2011
décembre 2011 en cours
(au 16 avril 2014)
Christophe Sonrel PCF Conseiller général du canton de Bayon (depuis 2011)

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 3 138 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
325 404 421 430 445 441 475 479 520
1856 1861 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
465 492 485 535 527 540 580 602 606
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
618 688 1 456 2 280 2 575 2 576 2 517 3 187 3 254
1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010 2011
3 194 3 021 3 039 2 879 2 810 2 893 2 923 3 048 3 138
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[4].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Première maison forte, dont il subsiste le donjon XIIIe
  • Deuxième maison forte, logis XVe, avec tour à archères, pont-levis à bretèche, douves.

Édifice religieux[modifier | modifier le code]

  • Église Sainte-Libaire XVe remaniée : nef et abside voûtées d'ogives.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. habitants.fr
  2. Un alleu était une propriété héréditaire.
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2006, 2010, 2011

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :