Audun-le-Tiche

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Audun-le-Tiche
Église Saint-François-d'Assise d'Audun-le-Tiche
Église Saint-François-d'Assise d'Audun-le-Tiche
Blason de Audun-le-Tiche
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Lorraine
Département Moselle
Arrondissement Thionville-Ouest
Canton Fontoy
Intercommunalité Communauté de communes du Pays-Haut Val d'Alzette
Maire
Mandat
Lucien Piovano
2014-2020
Code postal 57390
Code commune 57038
Démographie
Population
municipale
6 340 hab. (2011)
Densité 411 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 28′ 27″ N 5° 57′ 30″ E / 49.4741666667, 5.9583333333349° 28′ 27″ Nord 5° 57′ 30″ Est / 49.4741666667, 5.95833333333  
Altitude Min. 294 m – Max. 452 m
Superficie 15,43 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Moselle

Voir sur la carte administrative de Moselle
City locator 14.svg
Audun-le-Tiche

Géolocalisation sur la carte : Moselle

Voir sur la carte topographique de Moselle
City locator 14.svg
Audun-le-Tiche

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Audun-le-Tiche

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Audun-le-Tiche

Audun-le-Tiche est une commune française située dans le département de la Moselle en région Lorraine.

Géographie[modifier | modifier le code]

La ville est située au nord-ouest du département de la Moselle, sur les rives de l’Alzette, aux frontières de la Meurthe-et-Moselle et du Luxembourg, à 1 kilomètre de Villerupt et à 2 kilomètres de la ville luxembourgeoise d’Esch-sur-Alzette.

Elle est desservie par la gare CFL d'Audun-le-Tiche.

Toponymie[modifier | modifier le code]

C’est l’époque romaine qui lui a laissé son nom : Aquaeductus (aqueduc). Version germanisée Adicht. Le déterminant « le Thieux » sert à faire une distinction avec le village homophone d’Audun-le-Roman à qui d'ailleurs, il doit peut-être l'évolution d'Audieux en Audun. Thieux signifiant « allemand » en ancien français[1], thiois étant l’adjectif masculin et thie(s)che l’adjectif féminin. Audun est en effet situé en Lorraine thioise.

  • Ancien noms[2],[3]: Aqueductus (898); Audeux-le-Thieux (1289); Aydoth (1347); Awedeux, Audieux, Audeux-le-Thieux (1389); Adicht (XVIe siècle); Adud (XVIIe siècle); Audun-la-Tiche (1756); Audun le Tige (1793), Audun-le-Tiche (1801).
  • En allemand: Teutsch Oth et Teutsch Altheim[2]. Deutsch-Oth et Deutschoth (1871-1918|1940-44).
  • En Luxembourgeois: Däitsch-Oth. En francique lorrain: Adich et Edicht. En lorrain roman: Au'du.

Hirps[modifier | modifier le code]

  • Yerpes (1333), Irpes (1722), Hirpe (1779). Hiirpes en Luxembourgeois.

Sobriquet[modifier | modifier le code]

  • Ancien surnom des habitants de la commune: Les harpouyads d’Audeu (les batailleurs d’Audun)[4].

Histoire[modifier | modifier le code]

Tombe de la nécropole d’Audun-le-Tiche.

L’histoire d’Audun-le-Tiche plonge au plus profond des âges : les premières traces d’occupation remontent en effet au mésolithique (8000 av. J.-C.) mais c’est à l’époque romaine que la localité prendra toute son importance.

L’aqueduc a été partiellement retrouvé ; vu son gabarit, il ne pouvait qu’alimenter des bâtiments de grande taille. La bourgade était imposante et comportait des thermes, des temples et diverses nécropoles. De splendides statues (Minerve, Jupiter à l’Anguipède, Junon ?, Apollon) y ont été retrouvées : elles ont fort probablement été élaborées sur place, en pierre d’Audun ; des carrières ont, de tout temps, fourni un calcaire local apprécié dans tous les environs. Aquaeductus était donc un vicus en pleine expansion aux IIe et IIIe siècles, probablement un centre religieux et industriel car l’exploitation du fer lorrain y était certainement déjà pratiqué.

Mais c’est à l’époque mérovingienne qu’Audun doit sa renommée : une grande nécropole du VIIe siècle, originale par de nombreux aspects, y a en effet été fouillée, révélant armes, bijoux, accessoires du costume ayant accompagné les défunts dans les 200 sépultures mises au jour. L’intérêt primordial de ce site - hormis des rites funéraires peu courants - réside dans l’extraordinaire agencement des tombes, soigneusement confectionnées en pierres réemployées provenant du site gallo-romain tout proche. Des milliers de moellons ont été ainsi réutilisés. C’est à ce jour le plus vaste site mérovingien de Moselle à avoir été publié. De là provient également une rare croix de pierre, attestant d’une pratique chrétienne.

Des fouilles effectuées en 1995 ont permis de mettre au jour les restes d'un moulin hydraulique d'époque carolingienne que l'on a pu dater des années 840 - 850. Sa technologie est basée sur celle de l'Antiquité, telle qu'elle est décrite dans les écrits de Vitruve, architecte romain du Ie siècle de notre ère. De par la richesse du site qui a livré plus de deux cents objets, pour l'essentiel des pièces de bois travaillées : aubes (pales monoxyles dont certaines sont datées de 802-803, aubes assemblées du Xe siècle), alluchons du rouet, coins, chevilles, etc. et aussi des fragments de meules, les archéologues ayant pu établir avec certitude qu'il s'agissait bien d'un moulin à eau. De plus, on a repéré des traces d'un aménagement destiné à donner de la puissance au flux hydraulique, notamment des poteaux correspondant au bief d'amenée. La roue à aubes ressemble à celle trouvée à Dasing en Souabe. Les bois utilisés étaient du hêtre et du chêne. Plusieurs fragments de meules en basalte de l'Eifel ont été trouvés entre les pieux, mais il est difficile d'établir le nombre exact de ces meules en raison de leur fragmentation extrême. Peut-être n'y en a-t-il que quatre. La dizaine de maillets de bois trouvés sur le site a servi probablement à broyer des fibres, hypothèse renforcée par la présence d'un bassin de forme carrée en amont du bief qui semble avoir servi au rouissage. Enfin, on peut noter qu'il n'a été trouvé aucun clou sur le site. La reconstitution de cette roue en-dessous (roue de 150 cm de diamètre à 4 rayons et à 20 pales, associée à un rouet mettant en mouvement les fuseaux de la lanterne actionnant la meule courante) suggère qu'elle avait un rendement de 30-35 % grâce à l'accélération de l'eau un niveau du coursier (rendement de 10 % pour les moulins hydrauliques au fil de l'eau) et à la grande surface utile de ses pales[5].

Au Moyen Âge, l’importance du site sera confortée par l’érection d’un imposant château féodal, appartenant à la famille de Malberg (originaire de l’Eifel) dont les descendants resteront propriétaires de l’endroit jusqu’à la Révolution.

L'ancien village ou lieu-dit Heymendorf (Hernedorf en 1220) se situait autrefois sur le ban de la commune.

C’est à Audun-le-Tiche qu’est née l’entreprise Villeroy & Boch en 1748, rue de la faïencerie.

En 1817, Audun-le-Tiche, village de l’ancienne province du Barrois avait pour annexe la ferme de Hirps. À cette époque il y avait 561 habitants répartis dans 100 maisons. Au début du XXe siècle, la sidérurgie (mines et usine) prendra le relais de l’histoire, en transformant la bourgade en une ville industrielle, qui comptera jusqu’à 8 000 habitants, ceci jusqu’à la fermeture en 1997 de la dernière mine encore en activité en France. Audun–le-Tiche fut aussi comme Villerupt, Hussigny-Godbrange un important centre de l’immigration italienne qui était venue pour approvisionner le bassin minier de la minette en bras d’œuvre. Une grande partie de cette immigration italienne provenait de Gualdo Tadino, qui est aujourd’hui jumelé avec Audun–le-Tiche.

Bataille du 30 août 1870.

Au milieu du XIXe siècle, un haut fourneau au bois appartenant à la Société Bauret-Lejeune et Cie est en activité à Audun-le-Tiche, sur un emplacement différent de la ligne des hauts-fourneaux à venir (information tirée des archives du peintre Ponsin). Puis, entre 1872 et 1899, quatre hauts-fourneaux sont mis à feu. En 1899, la société prend le nom de Société des Hauts-Fourneaux et Mines d’Audun-le-Tiche, laquelle devient en 1919 la Société Minière des Terres-Rouges, pour passer en 1964 sous le contrôle de l’Arbed. En 1950, sur les quatre hauts-fourneaux existants : deux sont en service (les 2 et 3 qui produisent des fontes de moulage), le haut-fourneau 4 est en construction et le haut-fourneau 1 est prêt à être démoli.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1983 septembre 1992 (décédé) Angel Filippetti PCF Conseiller général du Canton de Fontoy (1979-1985)
octobre 1992 juin 1995 Salvatore Bellucci PS  
juin 1995 mai 2005 (décédé) Lucien Schaefer PCF  
juin 2005 juin 2007 (décédé) Christian Felici PCF  
juin 2007 en cours Lucien Piovano SE  

Jumelages[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 6 340 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1836 1841 1861 1866 1871
516 401 544 592 723 834 1 008 971 1 050
1875 1880 1885 1890 1895 1900 1905 1910 1921
1 081 1 261 1 708 1 798 2 726 4 780 5 231 6 293 4 441
1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975 1982
6 101 6 577 6 292 5 793 7 103 8 522 7 698 6 831 6 391
1990 1999 2006 2007 2011 - - - -
5 959 5 757 5 949 5 975 6 340 - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2004[8].)
Histogramme de l'évolution démographique


Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Édifices civils[modifier | modifier le code]

Calvaire du Chemin de Croix.
Entrée de la grotte Diaclase.
  • Anciens châteaux : dès le XIIIe siècle existait un premier château fort, plus tard il lui fut ajouté le Château-Haut. Tous deux furent rasés en 1675, sur ordre de Louis XIV, Audun était le siège d’une seigneurie, celle de la dynastie des Malberg. Ils s'élevaient près de la place du château actuel.
  • Grotte Diaclase d'Audun-le-Tiche

Édifices religieux[modifier | modifier le code]

Chapelle Notre-Dame de Lorette.
  • L'église Saint-François-d'Assise érigée en 1934 a remplacé l'église Saint-Donat de 1846, qui été à l'emplacement de la cour de l'école Marie-Curie, qui a remplacé la chapelle Saint-Jacques située près de la place du Château. L'autel et la chaire du XVIIIe siècle de l'édifice actuelle proviennent de l'ancienne église.
  • Le temple protestant, érigé en 1893, a vu le premier acte inscrit sur les registres de la paroisse, le 22 avril 1893. Ce lieu chargé d'histoire, bâti entre les deux guerres, présente un caractère architectural très intéressant. Construit entre 1902 à 1906 par la manufacture d'orgue Dalstein et Hearpfer, l'orgue est en très bon état de conservation, bien que non utilisé, le ventilateur étant hors service. Il comporte deux claviers, un pédalier et 7 registres à traction pneumatique tubulaire à double relais.
  • La chapelle Notre-Dame de Lorette est maintenant transformée en auditorium.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • François Boch, fondateur en 1748 de la société, à présent internationale, Villeroy et Boch est né à Audun en août 1695.
  • Raymond Cicci, ancien footballeur français de 1951 à 1961, né en 1929 à Audun-le-Tiche
  • Aurélie Filippetti, femme politique, ministre de la culture et de la communication sous le gouvernement Ayrault, et romancière française.
  • Jean-Baptiste Hiller, peintre orientaliste dont une partie de la production est visible au musée du Louvre, est né à Audun le 16 juin 1751.
  • Jules Sbroglia, ancien footballeur français de 1945 à 1965, né en 1929 à Audun-le-Tiche
  • Julien Darui, ancien footballeur français, né en 1916, ayant passé son enfance à Audun-le-Tiche

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Alain Simmer, Les Seigneurs d’Audun-le-Tiche, Joeuf, 1984.
  • Alain Simmer, Le cimetière mérovingien d’Audun-le-Tiche, Paris, Errance, 1988, 160 p, ill. (ISBN 2-903442-88-6)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Albert Dauzat et Ch. Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Librairie Guénégaud Paris VIe.
  2. a et b Bouteiller - Dictionnaire topographique de l'ancien département de la Moselle, rédigé en 1868.
  3. La toponymie du Pays-Haut entre mythes et réalité n°1 2009 - Alain Simmer
  4. Passé-Présent-La Moselle dévoilée N° 8 Décembre-Janvier-Février 2013
  5. Pascal Rohmer, « Le moulin carolingien d'Audun-le-Tiche », L'Archéologue, no 22,‎ juin 1996, p. 6-8
  6. « De 1979 à 2010... - Comité de jumelage d'Audun-le-Tiche », sur jumelage-audun-le-tiche.e-monsite.com
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2011