Michael von Grünigen

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Michael von Grünigen Alpine skiing pictogram.svg
Illustration manquante : importez-la
Contexte général
Sport ski alpin
Période active de 1989 à 2003
Biographie
Nationalité sportive Drapeau : Suisse Suisse
Naissance 11 avril 1969 (45 ans)
Lieu de naissance Saanen
Taille 1,77
Poids de forme 83
Palmarès
Or Arg. Bro.
Jeux olympiques d'hiver 0 0 1
Championnats du monde 2 0 2
Coupe du monde (globes) 4 0 1
Coupe du monde (épreuves) 23 16 9

Michael Von Grünigen, né le 11 avril 1969 à Saanen, est un ancien skieur alpin suisse, qui a mis un terme à sa carrière sportive à la fin de la saison 2003.

Biographie[modifier | modifier le code]

Michael von Grünigen se révèle en 1987 en devenant vice champion du monde junior du slalom, C'est 3 ans plus tard que le suisse débute en coupe du monde lors du géant de Park City (en) au terme duquel il prend une prometteuse 6e place. Obtenant de bons résultats sur les autres épreuves auxquelles il prend part mais se blesse au genou à la mi saison après avoir signé son 2e top 10 à Veysonnaz en suisse.

De retour sur les skis pour la saison 1990-1991, le jeune skieur suisse confirme son potentiel ne quittant pas le top 15 des courses de coupe du monde auxquelles le skieur de Saanen prend part, signant 2 tops 10 en géant à Adelboden (6e) ainsi que lors des championnats du monde de ski alpin de 1991 (7e).

En 1991-1992, von Grünigen à la suite de ses bons résultats est enfin engagé sur une saison complète durant laquelle il prend part aux géants et slaloms. Très régulier sur les 2 disciplines parmi les 20 meilleurs il réalise plusieurs performances de choix, principalement en géant (5e à Alta Badia, 4e à Kranjska Gora et 9e à Crans Montana) qui lui permettent de terminer au 14e rang du classement du géant et 20e du classement du slalom, les 2 classements dominés pat l'italien Alberto Tomba. Il prend en outre durant cette saison part à ses premiers Jeux olympiques disputés à Albertville qu'ils terminent au 13e rang du géant ainsi qu'au 7e rang du slalom.

En 1992-1993, le suisse confirme sa montée en puissance. Auteur d'un bon début de saison en géant (20e à Sestriere, 5e à Alta Badia, 10e à Kranjska Gora) mais aussi en slalom, von Grünigen signe sa première victoire en coupe du monde lors du géant disputé à domicile dans la station de Veysonnaz devant Alberto Tomba et Lasse Kjus. 16e du slalom des championnats du monde disputés au Japon, il décide de ne pas prendre part au géant disputé dans des conditions difficiles. Sa bonne fin de saison (12e des géants d'Oppdal et 8e d'Are) lui permet de finir au 6e rang du classement du géant. Il termine aussi 24e du classement du slalom.

1993-1994 est une très bonne saison pour Michael von Grünigen. Bien qu'il ne remporte aucune victoire, ses résultats n'en sont pas moins excellents. Régulier en géant et en slalom, le suisse enchaîne les tops 10 sur les 2 disciplines, signant un podium lors du géant de Val d'Isère (3e derrière Christian Mayer et Tobias Barnerssoi). Décevant lors des jeux olympiques disputés à Lillehamer ou il termine 15e en slalom ne prenant pas le départ du géant. Auteur d'une bonne fin de saison conclue par une 5e place au géant de Vail, il termine 6e du classement du géant et 20e du classement du slalom.

von Grünigen, auteur d'un début de saison 1994-1995 idéal qui le voit prendre la 2e place du géant d'ouverture de Tignes derrière Achim Vogt et enchaîner par de bons slaloms (5e à Tignes et Lech et 11e à Sestriere) le skieur helvétique remporte sa 2e victoire lors du géant de Val d'Isère devant Aamodt et Maeder. Régulier jusqu'à la fin de saison qui le voit signer son premier podium en slalom à Wengen (2e derrière Tomba) le suisse s'affirme de plus en plus comme l'un des meilleurs techniciens du monde comme en témoignent sa 5e place du classement du géant et 7e place du classement du slalom. Il finit pour la première fois dans le top 10 du classement général à la 9e place et ambitionne à 25 ans de remporter son premier globe de cristal la saison suivante se préparant durant l'intersaison en conséquence.

Il se présente lors des premières courses de la saison 1995-1996 en ayant rajouté une base physique plus grande à son ski déjà très fluide techniquement qui lui permet de maintenir une grosse intensité sur toute une manche. Cela s'en témoigne par une archi domination dans sa discipline forte qu'est le géant marquée par 8 podiums en 9 courses de coupe du monde. Le suisse remporte 6 géants (Tignes devant Kjus et Kaelin, Beaver Creek devant Kjus et Kaelin, Park City (en) devant Kjus et Knauss, Adelboden devant Kaelin et Stiansen et Hinterstoder devant Kaelin et Reiter) tout en gratifiant l'assistance de quelques manches d'anthologie comme celle d'Adelboden. Il remporte le globe de cristal avec plus de 130 points d'avance sur son ami Urs Kaelin. Moins performant en slalom, il prend néanmoins la 13e du classement de la spécialité. von Grünigen termine 3e du classement général derrière Kjus et Maeder. Le suisse participe en outre aux championnats du monde disputés à la Sierra Nevada. Archi favori du géant il déçoit en prenant la 3e place d'une course largement dominée par Alberto Tomba. Sur le slalom par contre il crée une petite surprise en accrochant la 3e place derrière la star des mondiaux Alberto Tomba et Mario Reiter. Un bronze malheureux mais aussi un bronze heureux pour von Grünigen.

En 1996-1997, le suisse continuant sur de très grosses bases mais peut être un peu moins impressionnant écrase une nouvelle fois la saison en géant avec 7 podiums en 8 courses. Avec 4 géants au compteur (Alta Badia devant Locher et Nana, Kranjska Gora devant Voglreiter et Aamodt, Shigakogen devant Schifferer et Accola et Vail devant Salzgeber et Schifferer) remportés pour certains avec plus d'1 seconde d'avance. Il remporte son 2e globe de cristal d'affilée avec prés de 300 points d'avance sur Aamodt. Auteur de plusieurs tops 10 en slalom, il termine 11e du classement de la discipline. 5e du classement général, engagé aussi durant la saison aux championnats du monde à Sestriere il parvient à assumer son statut en remportant la médaille d'or devant Lasse Kjus et Andreas Schifferer. Il prend aussi la 7e place du slalom.

Bien préparé pour 1997-1998, von Grünigen domine encore le début la saison de géant. Peu inquiet au début de la saison par la montée en puissance de l'autrichien Hermann Maier, le suisse remporte 2 géants en France à Tignes devant Locher et Maier et Val d'Isère devant Eberharter et Knauss mais commence cependant à montrer des limites. La nouvelle rivalité avec l'autrichien pousse von Grünigen à s'engager parfois au dela de ses possibilités. Il signe 3 nouveaux podiums mais aussi sort par 2 fois en géant et se présente aux Jeux olympiques d'hiver de 1998 à Nagano en position fragilisé de second en géant mais fort d'une 3evictoire de la saison la semaine précédente lors du géant de Yongpyong devant Christian Mayer et Hermann Maier très régulier. Lors du géant, il remporte finalement la médaille de bronze d'une course archi dominée par son rival autrichien victime 3 jours auparavant d'une lourde chute lors de la descente. Fragilisé par cet échec il finit 19e du slalom et rate sa fin de saison, 6e du dernier géant des finales qui permet à Hermann Maier 3e de remporter le globe devant von Grünigen très marqué par cet échec face à un skieur qu'il n'apprécie guère. Il termine en outre 16e du classement du slalom et 6e du général

Lors de la saison 1998-1999, von Grünigen âgé maintenant de 30 ans est moins dominateur que les années précédentes, commence à concourir de façon différente privilégiant un approche moins risquée et plus stratégique. Relativement timorée en début de saison bien que dans le top 10 des 2 premiers géants et ne performant pas en slalom, le suisse se relance totalement en gagnant à Alta Badia devant Holzer et Schifferer. Par la suite le suisse ne quittera quasiment plus les 10 premiers en slalom ou géant ajoutant 2 autres podiums en géant à Flachau (2e derrière Raich) et en slalom à Wengen (2e encore derrière Raich) qui lui permettent d'aborder relativement en confiance les Championnats du monde de ski alpin de 1999 à Vail. Championnats qui finalement ne resteront pas dans les mémoires du Suisse qui termine 7e du géant et 12e du slalom. Une grosse fin de saison en géant, marquée par un nouveau podium à Ofterschwang (3e derrière Eberharter et Knauss) et surtout sa 15e victoire lors des finales de la Sierra Nevada qui lui permet en devançant Locher et Schilchegger de reconquérir le globe de cristal du géant devant Eberharter. Il termine 9e du classement du slalom et 8e du général.

La saison 1999-2000 est marquée par une baisse significative des performances de von Grünigen qui le voit sérieusement décliner en slalom notamment. si il reste performant en géant, ne quitte quasiment pas le top 10 et accroche 4 podiums, le suisse ne gagne plus. 3e au classement du géant derrière son rival Hermann Maier et Christian Mayer. Au delà des 30 en slalom et hors du top 10 du classement général, la déception est de mise chez von Grünigen.

En 2000-2001, les performances de von Grünigen sont bien meilleures. En effet le suisse skie très fort dès le début de la saison ne quittant pas le top 4 des 7 premiers géants de l'année avec 4 podiums dont 3 victoires à Park City (en) devant Kjus et Maier à Val d'Isère devant Schilchegger et Miller et aux Arcs devant Raich et Buechel. Seul l'autrichien Hermann Maier en fait parvient à s'aligner sur les performances du suisse et le duel sur toute la saison entre les 2 est impressionnant. Fort de sa régularité von Grünigen est en tête du classement du géant au moment d'aborder les championnats du monde de ski alpin de 2001 à Sankt Anton. Auteur de 2 manches régulières sans fautes le suisse remporte son 2e titre mondial devant Kjetil Andre Aamodt et Frederic Covili, Maier finissant au pied du podium. La fin de la saison s'achève de manière décevante pour von Grünigen qui est dominé par Maier sur les 2 derniers géants de la saison. Il perd le globe de cristal du géant pour 20 points. Outre cette déception le suisse auteur d'une saison correcte en slalom terminer au 17e rang de la discipline et termine à la 5e place du général.

Le suisse démarre bien la saison 2001-2002 signant un podium à Sölden (3e derrière Covili et Eberharter. Début de saison qui voit von Grünigen après les slaloms d'Aspen, décider de délaisser cette discipline. En effet le suisse est gêné par des problèmes de dos et ne se sentant plus à 33ans capable d'assurer sur 2 disciplines souhaite absolument se préserver pour le géant. Le suisse est auteur sur la suite de la saison de performances notables bien que déclinantes. Sur le podium à Alta Badia 2e derrière Covili le suisse alterne par la suite le bon (5e à Val d'Isère et 6e à Kranjska Gora) et le moins bon (18e sur le 2e géant de Kranjska Gora et sortie à Adelboden). Engagé en slalom et en géant pour son dernier rêve olympique, le suisse déçoit terminant 11e du géant et 14e du slalom. Cependant après cet échec, il finit bien la saison en signant lors des finales de Altenmarkt sa 20e victoire devant raich et Eberharter. Il finit à la 6e place du classement du géant. Beaucoup pensent à l'issue de la saison que von Grünigen va prendre sa retraite. Mais le suisse balaye cette hypothèse annonçant qu'il allait se préparer pour la saison suivante avec l'objectif très clair de regagner le globe de cristal du géant.

En 2002-2003, Michael von Grünigen réalise un début de saison remarquable à 34 ans qui monte sur le podium du premier géant de la saison à Sölden (3e derrière Eberharter et Covili mais surtout lors des 2 géants suivants ou le suisse remporte ses 21e et 22e victoires à Park City (en) devant Mayer et Raich et à Val d'Isère devant Miller et Gruber. Dans le dur lors des 2 géants suivants (14e et 11e) et voyant son principal rival sur la saison de géant en l'occurrence Bode Miller revenir, von Grünigen le maintient à distance en signant un nouveau podium à Adelboden (2e derrière Knauss. Le suisse aborde les championnats du monde de ski alpin de 2003 chez lui à Saint Moritz en position de leader de la coupe du monde de géant et favori. 4e à mi parcours, le suisse part à la faute et recule au 7e rang et quitte la station des grisons le cœur gros "c'est la plus grande déception de ma carrière" déclarera-t-il après coup. Il réalise par la suite une fin de saison parfaite qui le voit gagner un 23e succès lors du géant de Yongpyong devant Covili et Miller et assurer le 4e globe de cristal du géant de sa carrière sur une 3e place lors des finales.

Michael von Grünigen décide dans la foulée de quitter le cirque blanc le cœur léger alors qu'il est encore au sommet de sa discipline fort d'un des plus grands palmarès du géant.

Palmarès[modifier | modifier le code]

Jeux olympiques[modifier | modifier le code]

Épreuve / Édition Descente Super G Géant Slalom Combiné
JO 1992
Drapeau : France Albertville
13e 7e
JO 1994
Drapeau : Norvège Lillehamer
15e
JO 1998
Drapeau : Japon Nagano
médaille de bronze, Jeux olympiques 19e
JO 2002
Drapeau : États-Unis Salt Lake City
11e 14e

Légende :

  • médaille de bronze, Jeux olympiques : troisième place, médaille de bronze
  • — : Michael von Grünigen n'a pas participé à cette épreuve

Championnats du monde[modifier | modifier le code]

Épreuve / Édition Descente Super G Géant Slalom Combiné
Mondiaux 1991
Drapeau : Autriche Saalbach-Hinterglemm
7e
Mondiaux 1993
Drapeau : Japon Morioka Shizukuishi
16e
Mondiaux 1996
Drapeau : Espagne Sierra Nevada
médaille de bronze, monde médaille de bronze, monde
Mondiaux 1997
Drapeau : Italie Sestriere
médaille d'or, monde 7e
Mondiaux 1999
Drapeau : États-Unis Vail-Beaver Creek
7e 12e
Mondiaux 2001
Drapeau : Autriche Sankt-Anton
médaille d'or, monde 22e
Mondiaux 2003
Drapeau : Suisse Saint-Moritz
7e

Légende :

  • médaille d'or, monde : première place, médaille d'or
  • médaille de bronze, monde : troisième place, médaille de bronze
  • — : Michael von Grünigen n'a pas participé à cette épreuve

Coupe du monde[modifier | modifier le code]

  • Meilleur résultat au classement général : 3e en 1996
    • Vainqueur de la coupe du monde de géant en 1996, 1997, 1999 et 2003
    • 23 victoires : 23 géants
    • 48 podiums

Différents classements en coupe du monde[modifier | modifier le code]

Saison / Épreuve Général Descente Super G Géant Slalom Combiné
Class. Points Class. Points Class. Points Class. Points Class. Points Class. Points
1990 45e 25 - - - - 19e 18 30e 7 - -
1991 49e 24 - - - - 21e 14 23e 10 - -
1992 28e 302 - - - - 20e 119 14e 183 - -
1993 20e 313 - - - - 6e 236 24e 77 - -
1994 19e 441 - - - - 6e 351 20e 90 - -
1995 9e 578 - - - - 5e 296 7e 282 - -
1996 3e 880 - - - - 1er 738 13e 142 - -
1997 5e 867 - - - - 1er 660 11e 207 - -
1998 6e 746 - - - - 2e 560 16e 157 - -
1999 8e 705 - - - - 1er 483 9e 222 - -
2000 15e 545 - - - - 3e 466 31e 79 - -
2001 5e 743 - - - - 2e 612 17e 131 - -
2002 15e 410 - - - - 6e 356 28e 54 - -
2003 15e 542 - - - - 1er 542 - - - -

Détail des victoires[modifier | modifier le code]

Édition / Épreuve Slalom géant Total
1993 Drapeau : Suisse Veysonnaz
1
1995 Drapeau : France Val d'Isère
1
1996 Drapeau : France Tignes
Drapeau : États-Unis Vail-Beaver Creek
Drapeau : États-Unis Park City (en)
Drapeau : Suisse Adelboden
Drapeau : Autriche Hinterstoder
5
1997 Drapeau : Italie Alta Badia
Drapeau : Slovénie Kranjska Gora
Drapeau : Japon Shigakogen
Drapeau : États-Unis Vail
4
1998 Drapeau : France Tignes
Drapeau : France Val d'Isère
Drapeau : Corée du Sud Yongpyong
3
1999 Drapeau : Italie Alta Badia
Drapeau : Espagne Sierra Nevada
2
2001 Drapeau : États-Unis Park City (en)
Drapeau : France Val d'Isère
Drapeau : France Les Arcs
3
2002 Drapeau : Autriche Altenmarkt-Zauchensee 1
2003 Drapeau : États-Unis Park City (en)
Drapeau : France Val d'Isère
Drapeau : Corée du Sud Val d'Isère
3
Total 23 23

Arlberg-Kandahar[modifier | modifier le code]

  • Meilleur résultat : 13e place dans le slalom 1994 à Chamonix

Lien externe[modifier | modifier le code]