Hermine David

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Jules Pascin, Hermine dans son lit.[réf. nécessaire]

Hermine David (19 avril 1886 - 1er décembre 1970) est une artiste peintre et graveuse française.

Biographie[modifier | modifier le code]

Hermine David pensa, toute sa vie, être le fruit d'une relation de sa mère avec un prince de Habsbourg. Membre de l'École de Paris de la première moitié du XXe siècle, elle produit à la fois des peintures et des estampes. Elle entre à l'Académie Julian en 1905, et intègre l'atelier de Jean-Paul Laurens.

En 1906, elle rencontre Jules Pascin, venu de Berlin, qui devient son mentor. Il traîne une réputation sulfureuse et ils vivront une relation tumultueuse[réf. nécessaire]. C'est la vie de bohême entourés d'amis : Braque, Foujita, Juan Gris, Kissling, et ceux du Bateau-Lavoir : Max Jacob, Suzanne Valadon, Vlaminck. Ils s'installent finalement aux États-Unis où ils se marient en 1918. L'Amérique leur fait un bon accueil et ils y resteront jusqu'en 1920. Ils voyagent à travers l'Amérique jusqu'au Mexique. À Cuba les frasques de Pascin les obligent à rentrer en France où le couple se sépare.

Paysagiste, qualifiée de post-impressionniste, elle est aussi une portraitiste. On lui doit entre autres le portrait de Kiki de Montparnasse[1][réf. nécessaire].

En 1930 Pascin se suicide, Hermine se rapproche de Lucy Krogh chez qui elle exposera jusque dans les années 1960. À partir des années 1940, elle crée également des émaux sur cuivre et œuvre dans l'art sacré.

Collections publiques[modifier | modifier le code]

Des œuvres d'Hermine David sont conservées dans les musées à travers le monde : à Paris, en France, à Delmenhorst en Allemagne, à Alger au Musée des Beaux-Arts, en Amérique, à la Fondation Barnes, Marien, au Rose Art Museum Brandeis, à l'American Art Association de New York, au Fine Arts Museum of San Francisco, à la Phillips Collection, Washington, à la Tate Gallery de Londres, au Musée de Sofia en Bulgarie, dans les collections Takahata au Japon, au musée du Petit Palais à Genève, etc.

Expositions[modifier | modifier le code]

Les expositions ont été très nombreuses surtout à Paris, mais aussi à New York chez Joseph Brimmer, à la Library of Congress Washington et à L'Art Institute de Chicago dans les années 1930.

  • Galerie Lucy Krogh
  • Galerie Berthe Weill

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Signé « H. David, paysagiste, 1929 ».

Lien externe[modifier | modifier le code]