École supérieure des beaux-arts de Toulouse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir École des beaux-arts.
École supérieure des beaux-arts
La façade de l'école, quai de la Daurade
La façade de l'école, quai de la Daurade
Présentation
Propriétaire Commune
Protection Logo monument historique Classé MH (1995)
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Région Midi-Pyrénées
Département Haute-Garonne
Commune Toulouse
Localisation
Coordonnées 43° 36′ 03″ N 1° 26′ 26″ E / 43.6007601, 1.440431743° 36′ 03″ Nord 1° 26′ 26″ Est / 43.6007601, 1.4404317  

Géolocalisation sur la carte : Haute-Garonne

(Voir situation sur carte : Haute-Garonne)
École supérieure des beaux-arts

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
École supérieure des beaux-arts
L’entrée de l’école
L’entrée du Palais des Arts

L’École des beaux-arts de Toulouse forme des artistes et des créateurs contemporains. Depuis 2011, elle est devenue l’Institut supérieur des Arts de Toulouse en incorporant le CESMD qui constitue le département « arts du spectacle ».

C'est l’un des deux établissements artistiques en Midi-Pyrénées qui relève de la tutelle pédagogique du Ministère de la Culture

Elle assure une formation pratique, théorique et technique de créateurs plasticiens dans les domaines de l’art, de la communication, du design, et du spectacle.

Diplômes[modifier | modifier le code]

Cette formation est sanctionnée par des diplômes nationaux :

  • le DNAP, Diplôme national d’arts plastiques, à l’issue de la troisième année
  • le DNSEP, Diplôme national supérieur d’expression plastique, à l’issue de la cinquième

Histoire[modifier | modifier le code]

Une école de dessin et de peinture existe dès 1680. En 1746, la Société des beaux-arts est créée par les peintres Antoine Rivalz, Guillaume Cammas et l'avocat Bernard Dupuy du Grès, auteur par ailleurs d'un Traité sur la Peinture (1797) et fondateur d'une première école publique et gratuite. Elle est financée par la municipalité qui l'héberge au Capitole, au Logis de l'Écu. Puis elle s'installe dans l'actuelle rue Lafayette.

En 1804, l'école, devenue Académie royale des beaux-arts, s'installe dans une partie de l'ancien couvent des Augustins (aujourd'hui le musée des Augustins) qui donne sur la rue qui prendra le nom de « rue des Arts ». C'est la première des Académies provinciales et la seule, avec celle de Paris, à porter le nom d’Académie royale. Dominique Ingres figure parmi les élèves de l'école, de 1791 à 1796. Après l'introduction d'un cours de géométrie et de mécanique par l'architecte Urbain Vitry, elle est nommée en 1827 École des beaux-arts et des sciences industrielles. Un de ses directeurs les plus connus est le général d'Empire, peintre et introducteur de la lithographie en France, Louis-François Lejeune, nommé en 1837 (et qui sera maire de Toulouse en 1841). En 1883, elle passe sous la tutelle du ministère de l'Instruction publique et des Beaux-Arts et devient l'École nationale et spéciale des Beaux-Arts.

En 1892, la partie du couvent des Augustins où elle se trouve est détruite par le percement de la rue de Metz. L'école trouve ses locaux définitifs, quai de la Daurade, près de la basilique de la Daurade, dans la Manufacture des Tabacs, ancienne usine de Boyer-Fonfrède. En 1895, elle reçoit la façade monumentale, ornée des statues allégoriques de la Peinture, la Sculpture, la Gravure et l'Architecture, du nouveau Palais des Arts et des Sciences industrielles de l'architecte Pierre Esquié. L'architecture sera séparée de l'école des beaux-arts, pour s'installer dans de nouveaux bâtiments au quartier du Mirail, en 1969[1]. De 1968 à 1987, l'école a abrité le Scriptorium de Toulouse, atelier d'enseignement des arts graphiques, dirigé par les professeurs André Vernette et Bernard Arin, à l'origine pour une grande part du renouveau de la calligraphie et de la création typographique en France.

Anciens élèves[modifier | modifier le code]

Professeurs[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Gérard Santier (dir.), Le dictionnaire de Toulouse, Loubatières, 2004

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :