Hippolyte Maindron

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Hippolyte Maindron

alt=Description de l'image Maindron - Geneviève désarme Attila.jpg.
Nom de naissance Étienne Hippolyte Maindron
Naissance 1801
Champtoceaux (XIXe siècle)
Décès 21 mars 1884
Paris
Nationalité France Française
Profession

Étienne Hippolyte Maindron dit Hippolyte Maindron est un sculpteur français né en 1801 à Champtoceaux (Maine-et-Loire) et mort à Paris le 21 mars 1884.

Biographie[modifier | modifier le code]

D'origine modeste, Maindron s'essaie à différents métiers avant de quitter son pays pour la capitale grâce à l'obtention d'une bourse annuelle que lui avait accordée le département du Maine-et-Loire.

À Paris il entre dans l'atelier de son compatriote David d'Angers où il étudie jusqu'en 1838 et aidera celui-ci à la réalisation du relief du fronton du Panthéon La Patrie couronnant les hommes célèbres.

Sous le Second Empire, l'État commandera par ailleurs à Maindron deux groupes à placer sous le péristyle d'entrée de l'édifice : Attila et sainte Geneviève (1857) et La Conversion de Clovis par saint Rémi (1865). Ces deux groupes ayant été renvoyés aux réserves des musées lors de la dernière restauration du monument, ne se trouvent plus sur place; récemment restaurés, ils sont exposés dans l’Église Notre-Dame de Cholet.

Maindron expose pour la première fois au Salon en 1834 un Berger piqué par un serpent. Refusé au Salon l'année suivante, il récidive en 1838.

C'est toutefois en 1839 qu'il trouve le succès au Salon avec sa Velléda.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Portrait de profil de Mme Benjamin Clemenceau, née Emma Gautreau (1817-1903) (médaillon en plâtre, 1842)
  • Velléda contemplant la demeure d'Eudore (1844)

sa “Velléda", à la Pépinière, puis au Luxembourg connut un immense succès: “Velléda rêveuse, les bras joints sur sa faucille mystique, croisait ses jambes admirées d’une jeunesse généreuse … Que de beaux rêves, que de vastes espérances, ont été formés devant la Velléda romantique de Maindron!” (Anatole France: M. Bergeret à Paris © 1901 Pléiade p. 225)

Images[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Postérité[modifier | modifier le code]

Source[modifier | modifier le code]

référence[modifier | modifier le code]

  1. « Notice no 11140 », sur la base Atlas du musée du Louvre