Jean-Antoine Injalbert

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Jean-Antoine Injalbert

Description de l'image  Jean-Antoine Injalbert.jpg.
Naissance 23 février 1845
Béziers
Décès 20 janvier 1933 (à 87 ans)
Paris
Nationalité Drapeau de la France France
Activités Sculpteur
Formation École nationale supérieure des beaux-arts
Récompenses Prix de Rome de 1874
Commandeur de la Légion d'honneur

Œuvres réputées

Buste de Marianne
Monument à Molière, Pézenas.

Jean-Antoine Injalbert, né à Béziers le 23 février 1845 et mort à Paris le 20 janvier 1933, est un sculpteur français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils d'un tailleur de pierres, Injalbert est orphelin de mère à la naissance.

Sa première œuvre est le tympan de la chapelle du Bon-Pasteur à Béziers. Il reçoit le prix de Rome de 1874 pour La Douleur d'Orphée. Il expose Le Christ à l'Exposition universelle de Paris de 1878. Il obtient un grand prix à l'Exposition universelle de 1889. Son Buste de Marianne réalisé à l'occasion du Centenaire de la Révolution française en 1889 est un des plus répandus dans les mairies et les écoles françaises à la fin du XIXe et au début du XXe siècle.

Jean-Antoine Injalbert est inhumé au cimetière vieux de Béziers.

Enseignement[modifier | modifier le code]

Professeur à l'École des beaux-arts de Paris, Injalbert animera les cours de sculpture pour jeunes filles et aura comme élève Raymonde Martin[1].

Élèves[modifier | modifier le code]

Prix et distinctions[modifier | modifier le code]

Œuvres principales[modifier | modifier le code]

Buste de Marianne (1889).

Un grand nombre de ses œuvres se trouvent au musée des beaux-arts de Béziers à la suite de la donation du fonds de son atelier par sa veuve en 1934, et à la villa Antonine, où il avait son atelier.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Charles Ponsonailhe, Jean-Antonin Injalbert. L'artiste et l'œuvre, éditions Ernest Flammarion, sans date.
  • Jean-Pierre Vanderspelden, Injalbert, statuaire (1845-1933), Ville de Béziers, Musée des Beaux-Arts, 1992, 510 p.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Sculpteur des monuments aux morts de la Grande Guerre de Néris-les-Bains et Les Andelys (Eure).
  2. Le Bulletin de l'Art ancien et moderne, n° 781, septembre-octobre 1931, pages des Informations, actes officiels.
  3. marianne-republicaine.over-blog.com
  4. Le buste de Molière est entouré d'une soubrette, figurée par la Lucette de Monsieur de Pourceaugnac, représentant la comédie, et d'un satyre représentant la satire sur la face arrière, avec les masques des comédiens Coquelin cadet et Jeanne Ludwig (1867-1898) de la Comédie-Française.
  5. Site de l'office de tourisme de la ville.
  6. Notice du monument sur e-monumen.net.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Lien externe[modifier | modifier le code]