Union astronomique internationale

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir UAI et IAU.

Union astronomique internationale

Logo de l’association
Cadre
But Coordination des travaux astronomiques
Zone d’influence Monde
Fondation
Fondation 1919
Fondateur Benjamin Baillaud
Identité
Siège 98 bis, boulevard Arago
75014 Paris (14e arr.
Drapeau de la France France
Président Norio Kaifu
Secrétaire général Thierry Montmerle
Membres 10 871 membres individuels
73 membres nationaux
Site web http://www.iau.org/

L’Union astronomique internationale (UAI ; en anglais International Astronomical Union, IAU) est une association internationale non gouvernementale regroupant des astronomes professionnels à partir du niveau doctorat (Ph. D.) actifs dans la recherche professionnelle et dans l'éducation en astronomie[1]. Son objectif est de coordonner les travaux des astronomes à travers le monde. Elle agit comme l'autorité reconnue internationalement pour le nommage des corps célestes (étoiles, planètes, astéroïdes, etc.) et des caractéristiques de surface de ces derniers.

L'UAI est membre du Conseil international pour la science (ICSU). Son objectif principal est de promouvoir et de préserver la science astronomique dans tous ses aspects à travers la coopération internationale. L'UAI conserve des relations amicales avec les organisations qui incluent des astronomes amateurs parmi leurs membres.

Siège[modifier | modifier le code]

L'entrée de l'Institut d'astrophysique de Paris dans lequel se trouve le secrétariat de l'Union astronomique internationale.

Le secrétariat de l'UAI se situe au 98 bis, boulevard Arago, au deuxième étage de l'Institut d'astrophysique de Paris (IAP) dans le 14e arrondissement de Paris[2].

Mission[modifier | modifier le code]

Groupes de travail[modifier | modifier le code]

Working groups include the Working Group for Planetary System Nomenclature (WGPSN), which maintains the astronomical naming conventions and planetary nomenclature for planetary bodies. The IAU is also responsible for the system of astronomical telegrams which are produced and distributed on its behalf by the Central Bureau for Astronomical Telegrams. The Minor Planet Center (MPC), a clearinghouse for all non-planetary or non-moon bodies in the solar system, also operates under the IAU.

Histoire[modifier | modifier le code]

Elle est fondée en 1919 par Benjamin Baillaud, en vue de regrouper les projets de la Carte du Ciel, de l’Union solaire et du Bureau International de l'Heure (BIH).

Son premier président a été Benjamin Baillaud. Pieter Johannes van Rhijn a, quant à lui, servi à ce poste de 1932 à 1958. L’UAI est actuellement présidée par le Français Thierry Montmerle[3].

L’UAI compte parmi ses membres des organisations scientifiques de soixante pays ainsi que plusieurs milliers d’adhérents individuels (10 783 en novembre 2013).

Organisation[modifier | modifier le code]

L’UAI est seule habilitée à donner leur nom aux objets célestes. Elle encourage l’activité des écoles en astronomie.

Les langues officielles y sont le français et l’anglais. Sa permanence est située à l’Institut d'astrophysique de Paris. L’Union astronomique organise de fréquentes rencontres scientifiques et tient une assemblée plénière tous les trois ans. Elle publie également un bulletin annuel.

présidents : Catherine Cesarsky ; Norio Kaifu

secrétaire général : Karel A. van der Hucht ; Thierry Montmerle

Commissions[modifier | modifier le code]

L’UAI se partage en 40 commissions (parmi lesquelles se trouvent le Bureau central des télégrammes astronomiques et le Bureau international de l'heure) réparties depuis 2012 dans 9 divisions :

Commissions depuis 2012
Division Discipline(s)
A Astronomie fondamentale
B Instruments, Technologies et Données
C Éducation, Communication et Héritage
D Phénomènes à hautes énergies et physique fondamentale
E Soleil et héliosphère
F Systèmes planétaires et Bioastronomie
G Étoiles et physique stellaire
H Matière interstellaire et univers local
J Galaxies et cosmologie

Jusqu'alors les commissions étaient réparties dans 12 disciplines  :

Commissions avant 2012
Division Discipline(s)
I Astronomie fondamentale
II Soleil et héliosphère
III Sciences des systèmes planétaires
IV Étoiles
V Étoiles variables
VI Matière interstellaire
VII La Voie lactée
VIII Les galaxies et l’univers
IX Techniques d’étude du spectre visible et de l’infrarouge
X Radioastronomie
XI Physique des hautes énergies et techniques spatiales
XII Activités communes à toutes les divisions

Nomination des objets célestes[modifier | modifier le code]

Les commissions de l’UAI proposent des noms pour les objets du Système solaire, en particulier pour les planètes. Celles-ci adoptent les noms des dieux de la mythologie romaine ou grecque, de manière cohérente. En raison de sa couleur rouge, la quatrième planète fut appelée Mars en référence au dieu romain de la guerre (qui fait donc couler le sang)[réf. nécessaire]. Un autre exemple plus récent concerne la découverte d'un nouvel objet céleste plus grand que Pluton et a obligé les astronomes à redéfinir la notion de planète[4]. L’UAI a ainsi créé une nouvelle catégorie d'objet céleste, les planètes naines et a nommé Éris, déesse de la discorde chez les Grecs, parce qu'elle a chassé Pluton du compte traditionnel des planètes qui est maintenant une planète naine.

Voici comment l’UAI nomme les objets célestes : ils reçoivent une désignation provisoire systématique composée de lettres et de chiffres puis un nom définitif après un certain temps (qui peut être très long).

Les objets découverts avant l'existence de l’UAI sont des exceptions :

  • les premières comètes prenaient le nom de leur découvreur. Par exemple, la comète de Halley découverte par Edmond Halley.
  • les astéroïdes se nommaient selon la fantaisie et le goût du découvreur.
  • les satellites, quant à eux, sont nommés en fonction du thème de leur planète : les titans et les géants de la mythologie grecque pour les corps en orbite autour de Saturne, les personnages de William Shakespeare pour Uranus découverte par un Anglais. Les experts de l’UAI peuvent aussi puiser dans les noms de célébrités décédées depuis plus de trois ans, à condition qu'elles ne fussent ni des militaires ni des politiques, pour éviter toute polémique.

Assemblées générales[modifier | modifier le code]

Assemblée générale de l'Union astronomique internationale
Cérémonie d'ouverture de la 26e Assemblée générale, à Prague, en 2006.
Cérémonie d'ouverture de la 26e Assemblée générale, à Prague, en 2006.
Généralités
Type Assemblée générale
Édition 28 (+ 1 extraordinaire)
Localisation variable
Date tous les 3 ans
Participant(s) astronomes professionnels du monde entier

Une assemblée générale de l’UAI a lieu tous les trois ans.

No  d'ordre Année Ville Pays Commentaire
1re 1922 Rome Flag of Italy (1861-1946).svg Italie
2e 1925 Cambridge Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
3e 1928 Leyde Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas
4e 1932 Cambridge Drapeau des États-Unis États-Unis
5e 1935 Paris Drapeau de la France France
6e 1938 Stockholm Drapeau de la Suède Suède
7e 1948 Zurich Drapeau de la Suisse Suisse
8e 1952 Rome Drapeau de l'Italie Italie (2)
9e 1955 Dublin Drapeau de l'Irlande Irlande
10e 1958 Moscou Drapeau de l'URSS Union soviétique
11e 1961 Berkeley Drapeau des États-Unis États-Unis (2)
12e 1964 Hambourg Allemagne de l'Ouest Allemagne de l’Ouest
13e 1967 Prague Drapeau de la Tchécoslovaquie Tchécoslovaquie
14e 1970 Brighton Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni (2)
Exc. 1973 Varsovie Drapeau de la Pologne Pologne Assemblée générale extraordinaire en commémoration du 500e anniversaire de la naissance de Nicolas Copernic.
15e 1973 Sydney Drapeau de l'Australie Australie
16e 1976 Grenoble Drapeau de la France France (2)
17e 1979 Montréal Drapeau du Canada Canada
18e 1982 Patras Drapeau de la Grèce Grèce
19e 1985 New Delhi Drapeau de l'Inde Inde
20e 1988 Baltimore Drapeau des États-Unis États-Unis (2)
21e 1991 Buenos Aires Drapeau de l’Argentine Argentine
22e 1994 La Haye Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas (2)
23e 1997 Kyoto Drapeau du Japon Japon
24e 2000 Manchester Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni (3)
25e 2003 Sydney Drapeau de l'Australie Australie (2)
26e 2006 Prague Drapeau de la République tchèque République tchèque (2)
27e 2009 Rio de Janeiro Drapeau du Brésil Brésil
28e 2012 Pékin Drapeau de la République populaire de Chine Chine
29e (à venir) 2015 Honolulu Drapeau des États-Unis États-Unis (4)
30e (à venir) 2018 Vienne Drapeau de l'Autriche Autriche

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. About the IAU, sur le site de l'Union astronomique internationale.
  2. IAU Secretariat, sur le site de l'Union astronomique internationale. Retrieved on 26 May 2011. « Address: IAU - UAI Secretariat 98-bis Blvd Arago F–75014 PARIS FRANCE » et « The IAU Secretariat is located in the Institut d'Astrophysique de Paris, 2nd floor, offices n°270, 271 and 283. »
  3. (en)IAU Secretariat
  4. voir à ce sujet le Wikinews Pluton déclassé au rang de « planète naine »

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]