Cercueils personnalisés du Ghana

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Les cercueils personnalisés du Ghana sont en Europe aussi appelés cercueils de fantaisie, cercueils fantastique ou cercueils proverbiale (abebuu adekai)[1]. Ils se sont développés des palanquins personnalisés qui aujourd'hui ne sont que rarement utilisés dans la Région d'Accra[2]. Les cercueils figuratifs sont faites par certains menuisiers de talent dans la Région du Grand Accra au sud du Ghana. Ces objets colorés qui ne sont pas seulement des cercueils, mais aussi véritables œuvres d'art ont été montrés pour la première fois à un large public occidental à l'exposition "Les Magiciens de la terre" au Centre Pompidou, Musée National d'Art Moderne de Paris 1989. Les sept cercueils qui ont été exposés 1989 ont été réalisés par Kane Kwei (1922-1992) et par son ancien assistant Paa Joe (1947). Depuis lors, les cercueils d’art du Ghana ont été montrés dans de nombreux musées et galeries d'art à travers le monde.

Ataa Oko avec sa femme devant un cercueil en forme de bateau, environ 1960

,

Origine[modifier | modifier le code]

La raison pour laquelle principalement les Gas qui habitent dans la Région Greater Accra utilisent ces cercueils élaborées pour leurs funérailles est expliquée par leurs croyances religieuses concernant l'au-delà. Ils croient que la mort n'est pas la fin et que la vie continue dans l'autre monde de la même manière qu'il a fait sur terre. Les ancêtres sont également pensés pour être beaucoup plus puissants que les vivants et capables d'influencer leurs proches qui sont encore vivants. C'est pourquoi les familles font tout leur possible pour s'assurer que la personne morte est sympathique à leur égard le plus tôt possible. Le statut social du défunt dépend principalement de l'importance, le succès et l'utilisation d'un cercueil exclusif pendant un enterrement.

Cercueils personnalisés sont seulement vu le jour de l'enterrement quand ils sont enterrés avec le défunt. Ils symbolisent souvent les professions des gens morts. Certaines formes représentent aussi insigne royale ou sacerdotale et peuvent avoir une fonction magique et religieuse. Seules les personnes ayant le statut approprié sont autorisés à être enterrés dans ces types de cercueils. Différents animaux, comme les lions, les coqs ou les crabes peuvent représenter des totems du clan. De même, seuls les chefs des familles concernées sont autorisés à être enterrés dans des cercueils de ce type. Beaucoup de formes évoquent également des proverbes, qui sont interprétées des Ga de différentes manières. C'est pourquoi ces cercueils sont appelés alos cercueils proverbiale (abebuu adekai)[3].

Historique[modifier | modifier le code]

Palanquin figurarif; dessin d'Ataa Oko (1918-2012)

Cercueils personnalisés se sont développes des palanquins figuratifs qui existaient à Accra déjà dans les années 1930. Mais seulement depuis les années 1950 ces cercueils figuratifs sont aussi utilisés des Ga chrétiens[2].Aujourd’hui les cercueils figuratifs sont devenus une partie intégrante de la culture funéraire local. Quelques personnes croient que Kane Kwei a été l'inventeur de ces cercueils figuratifs parce que des journalistes avaient découvertent ces cercueil dans son atelier. Mais des chercheurs dont les ethnologues Roberta Bonetti[4]et spécialment Regula Tschumi ne croient plus à ce myth d'origine et elles attribuent l'origine à d’autres charpentiers[5]. Dans un récent article dans le journal "African Arts" (novembre 2013) Regula Tschumi montre comment les palanquins figuratifs des Ga sont liés avec les cercueils et pourquoi les rois qui utilisent des palanquins étaient aussi enterrés dans des cercueils figuratifs. Ses photos preuvent que les rois Ga ont utilisés des palanquin figuratifs déjà dans les années 1940 à Accra et qu'on ne pourra jamais savoir qui a "inventé" cette forme d'art extraordinaire[6].

Alors l'idée de fabriquer et d'utiliser ces cercueils sur mesure avait été inspiré par ces palanquins figuratives dans lesquelles les chefs Ga dans le début du XXe siècle étaient transportés. Ataa Oko qui est né 1919 à La près d’Accra serait l'un de ceux-ci, qui aurait commencé autour de 1945 à fabriquer des cercueils personnalisés[7].

Quelques années plus tard la fabrication et l'utilisation des cercueils sur mesure répartis dans toute la région du Grand Accra. Outre Kane Kwei (1924-1992) de Teshie il y avait Ataa Oko (1919-2012) de La, qui dans les années 1950 faisait populaire cette forme d'art. Mais comme Ataa Oko et d’autres artistes n’étaient pas en contact avec les étrangers, ils restaient inconnus dans les milieux de l'art occidental. Le travail d’Ataa Oko était montré au 2006 pour la première fois dans le musée d'art de Berne. Sans être influencées par les clients de l'Ouest, Ataa Oko peut être considéré comme ayant développé un langage artistique plus personnel.

Sur le travail des maîtres[modifier | modifier le code]

Les cercueils figuratifs sont exclusivement réalisés sur commande. Chaque maître emploie un ou plusieurs apprentis qui prennent en charge une grande partie du travail, ce qui lui permet de produire plusieurs cercueils en même temps. Pour les cercueils on utilise habituellement du bois local, le wawa. Dans le cas des cercueils de musée en revanche, on emploie du bois précieux. Tous les travaux de menuiserie s’effectuent sans utiliser de machines électriques, ils sont exécutés à la main, au moyen des outils les plus rudimentaires. Les cercueils sont réalisés dans un délai de deux à six semaines, selon le degré de difficulté du motif et le savoir-faire des menuisiers. Quand il s’agit de projets très ambitieux, par exemple pour un cercueil en forme d’aigle, de crabe ou de poule ou dans le cas des pièces destinées au marché de l’art occidental, les maîtres menuisiers se font aussi aider par un peintres professionnel d’enseignes. Parmi eux il y en a plusieurs qui sont reconnus aussi pour leurs affiches de films ghanéens qui’ils produisent pour les cinémas ghanéens ou pour le marché de l’art international[8].

Biographies d'une sélection d'artistes[modifier | modifier le code]

Kudjoe Affutu[modifier | modifier le code]

Kudjoe Affutu (2007)

Kudjoe Affutu (né en 1985) a effectué sa formation d'artiste de cercueils figuratifs auprès de l'artiste Paa Joe à Nungua, dans la région d’ Accra. Depuis 2007, Kudjoe Affutu dirige son propre atelier à Awutu (Région Centrale, Ghana), où il réalise des cercueils figuratifs et des sculptures pour des enterrements ghanéens, ainsi que pour des musées d’art et des collectionneurs privés. En Europe, l’artiste s’est fait un nom, grâce à sa participation à de nombreux projets d’expositions. Il a collaboré avec des artistes comme Thomas Demand et Saâdane Afif. Ses cercueils figuratifs et ses sculptures étaient montrées au Centre Pompidou, au Musée Tinguely Bâle, au Nouveau Musée Nationale de Monaco et au Musée d'ethnographie Neuchâtel[9].


Eric Adjetey Anang[modifier | modifier le code]

Eric Adjetey Anang est un sculpteur de cercueils figuratifs né en 1985 à Teshie au Ghana où il vit et travaille. Depuis 2009 il dirige l'atelier de son grand-père Kane Kwei. Il a participé à plusieurs expositions d'envergure internationale, invité des artistes américains en résidence, été l'objet de plusieurs films documentaires et contribue à des recherches scientifiques.

Paa Joe[modifier | modifier le code]

Paa Joe 2006

Paa Joe est né en 1947 dans la région de Akwapim (Ghana). Il a fait son apprentissage dans l’atelier de Kane Kwei à Teshie, mais a laissé son maître déjà 1974. En 1976, il ouvrit son propre atelier à Nungua. 1989 il a été invité avec Kane Kwei à participer à l'exposition "Les Magiciens de la terre" à Paris. Depuis lors, ses cercueils étaient montrés partout dans le monde. 2005, ils ont été exposés dans la galerie Jack Shainman à New York et Jack Bell à Londres. En 2006 Paa Joe a participé à l'exposition «Six Feet Under" au Kunstmuseum de Berne. 2007 il a quitté son atelier à Nungua et il a ouvert un nouvel atelier à Pobiman près d'Accra ou il travaille aujourd'hui[10].

Eric Kpakpo[modifier | modifier le code]

Eric Kpakpo est un sculpteur de cercueils figuratifs né en 1979 à Nungua, Ghana. Il a fait son apprentissage 1994 à 2000 dans l'atelier de Paa Joe à Nungua. Ensuite il restait avec Paa Joe encore six ans avant d'ouvrit son propre atelier de cercueils personnalisés à La, près d'Accra.

Daniel Mensah[modifier | modifier le code]

Hello avec son cercueil "Oldtimer". (2006) Photo: Regula Tschumi

Daniel Mensah appelé aussi Hello, est né en 1968 à Teshie, au Ghana. Il a fait son apprentissage dans l’atelier de Paa Joe à Nungua. Ce n'est qu'en 1998 qu'il ouvre son propre studio dans Teshie. Les cercueils de Hello ont été montrés dans plusieurs expositions, comme au British Museum à Londres ou au Sainsbury Art Museum, Sainsbury GB[11].


Ataa Oko Addo[modifier | modifier le code]

Ataa Oko Addo (1919-2013) de La est un des premiers sculpteurs de cercueils figuratifs et un dessinateur ghanéen d'Art brut. Menuisier de formation, il faisait revivre grâce aux crayons de couleur ses créations originales, mais enterrées: des cercueils personnalisés selon les professions des défunts, des palanquins figuratifs et des esprits. Sa rencontre en 2002 avec l’ethnologue suisse Regula Tschumi est capitale : cette dernière cherche à obtenir des informations sur les sculptures funéraires d’Ataa Oko, désormais invisibles puisqu’elles sont enterrées, et lui demande de les dessiner. C’est ainsi que l’œuvre graphique de ce créateur autodidacte prend naissance et se développe année après année[12].

Gallery[modifier | modifier le code]

Présence sur la scène internationale[modifier | modifier le code]

2012
  • (ja) Let's celebrate funerals with our best smile! Film documentaire-fiction en japonais, avec Eric Adjetey Anang et Rieko Saibara. 60 minutes. Réalisation TVMAN UNION / NHK, diffusé au Japonsur NHK BS Premium.
  • Réalisation par Eric Adjetey Anang d'un cercueil personnalisé pour Rieko Saibara, Mangaka japonaise.
2011
2010
2009
2008
  • Moment with Mo Abudu - Émission TV d’une heure avec Eric Adjetey Anang sur l'histoire et les productions de l’Atelier Kane Kwei. Studios M-Net TV. Lagos, Nigeria.
  • Interview de Eric Adjetey Anang. Arte Television, Allemagne.


2006, 2007/2008

Kunstmuseum Bern, Deutsches Hygienemuseum, Dresden. Exposition Six Feet Under: Autopsie unseres Umgangs mit Toten. Dessins et cercueils de Ataa Oko et cercueils de Paa Joe.

2005
  • Œuvre(s) de Kane Kwei présentée(s) dans l'exposition Arts of Africa, Grimaldi Forum, Monaco, France[29]
  • Œuvre(s) de Kane Kwei présentée(s) dans l'exposition African Art Now, Museum of Fine Art, Houston, États-Unis.
  • Œuvre(s) de Kane Kwei présentée(s) dans l'exposition Sexualität und Tod - AIDS in der Zeitgenössischen Afrikanischen Kunst, RJM Museum, Cologne, Allemagne.
2003
  • Œuvres de Kane Kwei présentées dans l'exposition Ghana: hier et aujourd’hui, Musée Dapper, Paris, France[30]
2000
  • Œuvre(s) de Kane Kwei présentée(s) dans l'exposition Ein Fisch für die letzte Ruhe, Museum auf dem Ohlsdorfer Friedhof, Hamburg, Allemagne[31].
1998
  • Œuvres de Kane Kwei présentées dans l'exposition Kane Kwei, Museum of Contemporary and Modern Art, Geneva, Suisse.
  • Œuvre(s) de Kane Kwei présentée(s) dans l'exposition AFRICA Vibrant New Art from a Dynamic Continent, Tobu Museum of Art, Tokyo, Japon.
1997
  • Œuvre(s) de Kane Kwei présentée(s) dans l'exposition Wie das Leben, so der Sarg…Nam June Paik, Ifa Gallery, Bonn, Allemagne.
1996
  • Œuvre(s) de Kane Kwei|Kane Kwei présentée(s) dans l'exposition Neue Kunst aus Afrika, Maison des Cultures du Monde, Berlin, Allemagne.
1995
  • Nam June Paik Recent Works, galerie Benamou-Gravier, Paris, France - Œuvres de Atelier Kane Kwei|Kane Kwei revisitées par Nam June Paik[32].
1993
  • Œuvre(s) de Kane Kwei présentée(s) dans l'exposition Skizzen eines Projektes, Ludwig Forum für internationale Kunst, Aachen, Allemagne.
1991
  • Œuvres de Kane Kwei présentées dans l'exposition Africa Explores: 20th Century African Art, New Museum of Contemporary Art, New York, États-Unis.
1989
  • Oeuvresde Kane Kwei présentées dans l'exposition Magiciens de la Terre, National Museum of Contemporary Art - Georges Pompidou Center, La Grande Halle de la Villette, Paris, France.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • 1994. Thierry Secretan, Il fait sombre, va-t-en !, Paris, Éditions Hazan.
  • 2003. Nii O. Quarcoopome, Majestueux départs vers l'au-delà = Majestic rides into the afterlife. In Ghana: hier et aujourd'hui = yesterday and today. Paris: Musée Dapper, p. 261-283.
  • 2010. Roberta Bonetti: Alternate Histories of the Abebuu Adekai. African Arts, vol. 43, 3, p. 14-33, 2010.
  • 2010. Ataa Oko. Exp.-Cat. Ed. Collection de l'Art Brut. Gollion: Infolio.
  • 2010. Regula Tschumi: Ataa Oko et le langage formel des Ga. En: Collection de l'Art Brut (ed.), Ataa Oko. Exp.-Cat. Lausanne, Gollion: lnfolio, p. 15-32.
  • 2011. Regula Tschumi: Les trésors enterrés des Ga. L’art des cercueils au Ghana. Regula Tschumi. Bern. Benteli. Anglais: The Buried Treasures of the Ga: Coffin Art in Ghana. Bern: Edition Till Schaap, 2014. ISBN 978-3-03828-016-3.
  • 2011. Regula Tschumi: Lit de mort pour un vivant. Un cercueil pour le Centre Pompidou, en: Saâdane Afif (ed.), Anthologie de l'humour noir, Paris: Éditions Centre Pompidou, p. 37-1.
  • 2013. Marc-Olivier Gonseth (ed.), Hors-champs. Eclats du patrimoine culturel immatériel, Musée d'ethnographie Neuchâtel, Atelier PréTexte Neuchâtel.
  • 2013. Regula Tschumi: The Figurative Palanquins of the Ga. History and Significance, en: African Arts, vol. 46, 4, 2013, p. 60-73.


Liens externes[modifier | modifier le code]


Références[modifier | modifier le code]

  1. Alternate Histories of the Abebuu Adekai. Roberta Bonetti, African Arts, Autum 2010
  2. a et b Regula Tschumi: The Figurative Palanquins of the Ga. History and Significance. In: African Arts, 46 (4), 2013, S. 60-73.
  3. Regula Tschumi, 2004. A Report on Paa Joe and the Proverbial Coffins of Teshie and Nungua, Ghana en: Africa e Mediterraneo, Nr. 47-48, p. 44-47.
  4. Roberta Bonetti, Alternate Histories of the Abebuu Adekai, African Arts, autumn 2010, p. 14-33: Roberta Bonetti a les mêmes conclusions come Regula Tschumi et dans le journal "African Arts" elle écrit que Kane Kwei est un artist "inventé": „[…] We have seen how the same criteria of authenticity that were fundamental in documenting the uniqueness and truthfulness of ancient works have been adopted for recent coffins. The proof is provided by the presumed origin of the work, which has become even more precious and exceptional ever since the death of its „invented“ inventor, Kane Kwei“.
  5. 2011. Les trésors enterrés des Ga. L’art des cercueils au Ghana. Regula Tschumi. Berne: Benteli.2010. Lit de mort pour un vivant. Un cercueil pour le Centre Pompidou, en Saâdane Afif (ed.), "Anthologie de l'humour noir", Paris: Éditions Centre Pompidou, p. 37-51. Alternate Histories of the Abebuu Adekai. Roberta Bonetti, African Arts, Autum 2010, p. 14-32.
  6. Regula Tschumi: The Figurative Palanquins of the Ga. History and Significance, en: African Arts, vol. 46, 4, 2013, p. 60-73.
  7. 2010. Ataa Oko:, Ataa Oko. Exp.-Cat. Collection de l'Art Brut (ed.). Lausanne, Gollion: lnfolio. 2011. Les trésors enterrés des Ga. L’art des cercueils au Ghana. Regula Tschumi. Berne: Benteli, p. 136-173.
  8. 2010. Lit de mort pour un vivant. Un cercueil pour le Centre Pompidou, en Saâdane Afif (ed.), "Anthologie de l'humour noir", Paris: Éditions Centre Pompidou. p. 46-47 2011. Les trésors enterrés des Ga. L’art des cercueils au Ghana. Regula Tschumi. Berne: Benteli, p. 63-81. Regula Tschumi, 2012. Hors-champs: genèse de l'affiche de l'exposition, en: Marc-Olivier Gonseth (de.), "Hors-champs. Eclats du patrimoine culturel immatériel", Musée d'ethnographie Neuchâtel: Atélier PréTexte. p. 216-221
  9. Regula Tschumi, 2010. Lit de mort pour un vivant. Un cercueil pour le Centre Pompidou, en Saâdane Afif (ed.), "Anthologie de l'humour noir", Paris: Éditions Centre Pompidou. p. 48-51. Thomas Demand, 2010. A walk in the park, en: Nouveau Musée National de Monaco (ed.) La carte d'après nature, p. 102-104
  10. Regula Tschumi 2011. Les trésors enterrés des Ga. L’art des cercueils au Ghana. Regula Tschumi. Berne: Benteli, p. 56-123.
  11. Regula Tschumi 2011. Les trésors enterrés des Ga. L’art des cercueils au Ghana. Regula Tschumi. Berne: Benteli, p. 243.
  12. Regula Tschumi 2011. Les trésors enterrés des Ga. L’art des cercueils au Ghana. Regula Tschumi. Berne: Benteli, p. 136-173. 2010 Musée d'art brut Lausanne (de): Ataa Oko. Gollion: Infolio. Ataa Oko, dessins 2012, en: Marc-Olivier Gonseth (ed.), "Hors-champs. Eclats du patrimoine culturel immatériel", Musée d'ethnographie Neuchâtel: Atélier PréTexte. p. 200-203.
  13. (ko) http://www.gwangnam.co.kr/news/news_view.htm?idxno=2011090311413605148
  14. (en) Article du New-York Times
  15. (ru)http://funeralportal.ru/news/14951.html
  16. (ru)http://blogkislorod.ru/v-novosibirsk-priedet-master-samyx-veselyx-i-neobychnyx-grobov-v-mire.html
  17. (ru)http://www.cn.ru/journal/item/11319793/
  18. (ru)http://www.kp.ru/daily/25710/910433/
  19. (ru)http://dkvartal.ru/nsk/news/192642385?utm_source=rss&utm_medium=link&utm_campaign=news_rss
  20. (ru)http://news.mail.ru/society/6227354/gallery/
  21. (ru)http://sibkray.ru/news/2011-6-29/16612/
  22. (ru)http://www.news.mail.ru/inregions/siberian/54/6227354/
  23. (ru)http://1nsk.ru/news/novosibirsk/33096.html
  24. (ru)http://info.sibnet.ru/?id=310115
  25. Finland expositions
  26. Ghanaian 'fantasy coffin'
  27. Collection de l’Art Brut, Lausanne
  28. (fr) présentation du film Ghana : sépultures sur mesure
  29. http://www.grimaldiforum.com/fre/culturel/expo_info.aspx?r=48&ID=19
  30. http://www.africultures.com/php/index.php?nav=evenement&no=1148
  31. en allemand : http://rhein-zeitung.de/on/00/11/23/topnews/sarg.html
  32. http://www.fichier-pdf.fr/2011/10/10/revue-noire-n-16-1995/