Emanuel Ginóbili

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Emanuel Ginóbili Portail du basket-ball
Manu wrist check.JPG
Fiche d’identité
Nom complet Emanuel David Ginóbili
Nationalité Drapeau de l’Argentine Argentine
Naissance 28 juillet 1977 (37 ans)
Bahía Blanca, Argentine
Taille 1,98 m (6 6)
Poids 93 kg (205 lb)
Surnom El Manu
Situation en club
Club actuel Drapeau des États-Unis Spurs de San Antonio
Numéro 20
Poste Arrière
Draft NBA
Année 1999
Position 57e
Franchise Spurs de San Antonio
Carrière professionnelle *
Saison Club Moy. pts
1995-1996
1996-1998
1998-2000
2000-2002
2002-2003
2003-2004
2004-2005
2005-2006
2006-2007
2007-2008
2008-2009
2009-2010
2010-2011
2011-2012
2012-2013
2013-2014
La Rioja
Bahía Blanca
Reggio de Calabre
Kinder Bologne
Spurs de San Antonio
Spurs de San Antonio
Spurs de San Antonio
Spurs de San Antonio
Spurs de San Antonio
Spurs de San Antonio
Spurs de San Antonio
Spurs de San Antonio
Spurs de San Antonio
Spurs de San Antonio
Spurs de San Antonio
Spurs de San Antonio
-
-
-
-
07,6
12,8
16,0
15,1
16,5
19,5
15,5
16,5
17,4
12,9
11,8
12,3
Sélection en équipe nationale **
Drapeau : Argentine Argentine

* Points marqués dans chaque club comptant pour le championnat
national et les compétitions nationales et continentales.
** Points marqués pour l’équipe nationale en match officiel.

Emanuel David Ginóbili dit Manu Ginóbili, né le 28 juillet 1977 à Bahía Blanca, est un joueur de basket-ball argentin évoluant au poste d'arrière et d'ailier. Venant d’une famille de joueurs de basket-ball, il est international argentin et joue aux Spurs de San Antonio dans la NBA.

Ginóbili passe le début de sa carrière de basketteur en Argentine et en Italie, où il cumule les honneurs individuellement et en équipe. Son temps au sein de l’équipe italienne du Kinder Bologne est particulièrement productif : il gagne deux fois le titre du meilleur joueur dans la Ligue A et réalise un triplé championnat, la coupe et l'Euroligue en 2001. Il est sélectionné en 57e position dans la Draft NBA 1999 et est considéré comme un des plus gros « vols de repêchage » de tous les temps, compte tenu son statut de joueur All Star du moment. En raison de ce mauvais choix de repêchage, Ginóbili retourne en Italie et ne se joint aux Spurs qu’en 2002. Il ne prend pas beaucoup de temps à s’établir en tant que joueur-clé pour son équipe, et a depuis cumulé quatre titres (championnat de la NBA) en plus d’être nommé dans l’équipe All-Star de la NBA en 2005 et 2011. Durant la saison 2007-2008, il a été nommé NBA Sixth Man of the Year, trophée remis au joueur ne faisant pas partie du cinq majeur de son équipe et s’étant le plus démarqué durant la saison.

Ginobili a aussi connu le succès au sein de l’équipe nationale d’Argentine. Il a fait ses débuts avec l’équipe nationale en 1998 et est un membre de l’équipe ayant gagné la médaille d’or aux Jeux olympiques de 2004. Perçu comme un des meilleurs joueurs non-américain à avoir joué en NBA, il joue un jeu rapide et intense. Il est également, avec Bill Bradley, l'un des deux seuls joueurs de l'histoire à avoir remporté tous les titres majeurs : titre NBA, Euroligue et médaille d'or aux Jeux olympiques (avec l'Argentine).

Famille et vie personnelle[modifier | modifier le code]

Manu Ginóbili est issu d'une famille de basketteurs. Son frère aîné, Leandro, a pris sa retraite en 2003 après avoir joué sept ans pour la ligue de basketball Argentine, tandis que son autre frère, Sebastian, a joué au niveau de la ligue locale et de la Liga Española de Baloncesto. Leur père, Jorge, était entraîneur d’un club à Bahía Blanca, où Ginobili a appris à jouer. Compte tenu de la prolifération des équipes de basket-ball à Bahia Blanca et son idéalisation de Michael Jordan, l’amour pour le jeu grandit vite chez lui[1].

Comme beaucoup d'Argentins, Ginóbili est un descendant d'immigrants italiens et possède une double citoyenneté avec l’Argentine et l’Italie[2]. Voyageant beaucoup, il parle l’espagnol, l’italien et l’anglais couramment. En 2004, il se marie à Marianela Oroño[3] et le 16 mai 2010, cette dernière donne naissance à des jumeaux : Dante et Nicola[4].

Carrière[modifier | modifier le code]

Ginóbili est un ailier mesurant 1,98 m et pesant 93 kilos. C'est un gaucher qui se sert aussi de sa main droite. Ginóbili est connu pour son jeu dynamique, ses passes et ses attaques en pénétration spectaculaires. Il fait aussi de nombreux dunks avec n'importe quelle main, profitant de son premier pas très rapide. Son style de jeu atypique est un véritable problème pour les défenseurs adverses. Son jeu défensif est parfois source de critiques, notamment de l'entraîneur des Nuggets de Denver, George Karl.

Le commencement : l'Argentine et l'Italie[modifier | modifier le code]

Emanuel Ginóbili débute sa carrière professionnelle dans la ligue argentine de basket-ball pour l'équipe d'Andino Sport Club, à La Rioja, durant la saison 1995-96. Il est ensuite transféré au club d'Estudiantes de Bahía Blanca la saison suivante. Il joue pour l'équipe de sa ville natale jusqu'à ce que le championnat italien l'attire en 1998. Il rejoint l'Europe et plus précisément le club de Viola Reggio de Calabre avec lequel il joue les saisons 1998-1999 et 1999-2000. Il est ensuite transféré au célèbre Virtus Bologne qu'il aide à remporter le Championnat d'Italie en 2001, les Coupes d'Italie de 2001 et de 2002 et l'Euroligue de 2001, durant laquelle il fut élu meilleur joueur. Il participa également au All-Star Game italien trois fois durant cette période. Du fait de ses origines italiennes, il devint une figure emblématique du basket-ball italien.

Le rêve américain avec les Spurs[modifier | modifier le code]

Lors de la draft NBA de 1999, les Spurs de San Antonio sélectionnent Manu Ginóbili au second tour, assez loin, avec le 57e choix, soit l'avant dernier de tout le repêchage. Cependant, il ne signe avec le club texan qu'après le Championnat du Monde de 2002 à Indianapolis où il fait partie de l'équipe du tournoi en compagnie de la future star de la NBA Yao Ming et des vedettes déjà célèbres Dirk Nowitzki et Peja Stojakovic. Ginóbili mène alors l'Argentine à la seconde place. Depuis ce jour, certains spécialistes le désignent comme le plus grand « vol » de la draft de l'histoire moderne de la NBA, voire de l'histoire tout court.

Durant sa première saison dans la NBA, Ginóbili sort du banc pour aider les Spurs à remporter le titre NBA en 2003, en battant les Nets du New Jersey en finale, remportée en six matchs. Il continue d'être un joueur efficace et important tout en sortant du banc en 2004 et devient titulaire en 2005. Le 8 février de cette même année, Ginóbili est sélectionné (par le vote des entraîneurs) dans l'équipe de la Conférence Ouest en tant que remplaçant. C'est sa première apparition au NBA All-Star Game. Le 23 juin, Ginóbili remporte son second titre avec les Spurs, toujours aux côtés de Tim Duncan et Tony Parker, jouant titulaire dans une série très défensive remportée en sept matchs face aux Pistons de Detroit. Ginóbili est tout près de remporter le titre de meilleur joueur de la finale, battu par son coéquipier Tim Duncan (six votes à quatre). Il finit second meilleur marqueur de son équipe, concluant ainsi une saison 2004-2005 mémorable pour lui.

La saison 2005-2006 démarre péniblement pour Ginóbili, qui souffre de plusieurs blessures aux pieds et aux chevilles qui l'empêchent de retrouver son niveau de jeu. Ses statistiques s'en ressentent et l'empêchent également de participer au NBA All-Star Game 2006, où son coéquipier Tony Parker fait ses grands débuts. Les Spurs sont éliminés au stade des demi-finales de la Conférence Ouest durant les playoffs NBA 2006.

En mai 2014, Ginóbili devient avec Tim Duncan et Tony Parker le trio de joueurs ayant remporté ensemble le plus de rencontres de playoffs, devançant le trio des Lakers formé par Magic Johnson, Michael Cooper et Kareem Abdul-Jabbar (cependant, le trio des Lakers a établi ce précédent record de 110 victoires à une époque où les séries de playoffs comptaient moins de rencontres)[5]. Ginóbili remporte de plus avec les Spurs son quatrième titre NBA en battant le Heat de Miami par quatre victoire à une[6].

La consécration mondiale : les Jeux olympiques de 2004[modifier | modifier le code]

En compagnie du président de l'Argentine, Néstor Kirchner

Le 15 août 2004, Manu Ginóbili mène l'équipe nationale d'Argentine à la médaille d'or durant les Jeux olympiques de 2004 à Athènes. Il est l'un des principaux acteurs lors de la victoire 83-82 face à la Serbie-Monténégro avec un tir réussi alors qu'il tombait au sol avec moins d'une seconde à jouer, en match d'ouverture. L'Argentine remporta la médaille d'or avec un Emanuel Ginóbili leader de son équipe à la marque (19,3 points par match) et aux passes décisives (3,3 par match).

Clubs[modifier | modifier le code]

Statistiques NBA[modifier | modifier le code]

Saison régulière[modifier | modifier le code]

Légende :

Champion NBA
Titre meilleur sixième homme de la saison

gras = ses meilleures performances

Le tableau suivant présente les statistiques individuelles de Manu Ginobili pendant sa carrière professionnelle en saison régulière[7]

Saison Équipe Match. 5 Dép Min. % Tirs % 3pts % LF Rbds/m Pass./m BV/m Ctrs/m Pts/m
2002-2003 San Antonio 69 5 20,7 43,8 34,5 73,7 2,3 2,0 1,4 0,2 7,6
2003-2004 San Antonio 77 38 29,4 41,8 35,9 80,2 4,5 3,8 1,8 0,2 12,8
2004-2005 San Antonio 74 74 29,6 47,1 37,6 80,3 4,4 3,9 1,6 0,4 16,0
2005-2006 San Antonio 65 56 27,9 46,2 38,2 77,8 3,5 3,6 1,5 0,4 15,1
2006-2007 San Antonio 75 36 27,5 46,4 39,6 86,0 4,4 3,5 1,5 0,4 16,5
2007-2008 San Antonio 74 23 31,0 46,0 40,1 86,0 4,8 4,5 1,5 0,4 19,5
2008-2009 San Antonio 44 7 26,8 45,4 33,0 88,4 4,5 3,6 1,5 0,4 15,5
2009-2010 San Antonio 75 21 28,7 44,1 37,7 87,0 3,8 4,9 1,4 0,3 16,5
2010-2011 San Antonio 80 79 30,3 43,3 34,9 87,1 3,7 4,9 1,5 0,4 17,4
2011-2012* San Antonio 34 7 23,3 52,6 41,3 87,1 3,4 4,4 0,7 0,4 12,9
2012-2013 San Antonio 60 0 23,2 42,5 35,3 79,6 3,4 4,6 1,3 0,2 11,8
2013-2014 San Antonio 68 3 22,8 46,9 34,9 85,1 3,0 4,3 1,0 0,2 12,3
Carrière 795 349 27,1 45,2 37,0 83,3 3,8 4,0 1,4 0,3 14,7
All-Star Game 2 0 21,5 36,3 0,0 83,3 3,0 3,0 2,0 0,5 7,5

|}

Note:

  • Cette saison a été réduite de 82 à 66 matchs en raison du Lock out.
  • Dernière modification le 16 avril 2014

Playoffs[modifier | modifier le code]

Le tableau suivant présente les statistiques individuelles de Manu Ginobili pendant sa carrière professionnelle en playoffs[7]

Saison Équipe Match. 5 Dép Min. % Tirs % 3pts % LF Rbds/m Pass./m BV/m Ctrs/m Pts/m
2003 San Antonio 24 0 27,5 38,6 38,4 75,7 3,8 2,9 1,7 0,4 9,4
2004 San Antonio 10 0 28,0 44,7 28,6 81,8 5,3 3,1 1,7 0,1 13,0
2005 San Antonio 23 15 33,6 50,7 43,8 79,5 5,8 4,2 1,2 0,3 20,8
2006 San Antonio 13 11 32,8 48,4 33,3 83,9 4,5 3,0 1,5 0,5 18,4
2007 San Antonio 20 0 30,1 40,1 38,4 83,6 5,5 3,7 1,6 0,2 16,7
2008 San Antonio 17 6 32,9 42,2 37,3 89,6 3,8 3,9 0,6 0,3 17,8
2010 San Antonio 10 10 35,2 41,4 33,3 86,6 3,7 6,0 2,6 0,2 19,4
2011 San Antonio 5 5 34,8 44,3 32,1 78,0 4,0 4,2 2,6 0,6 20,6
2012 San Antonio 14 2 27,9 44,8 33,8 85,7 3,5 4,0 0,7 0,3 14,4
2013 San Antonio 21 3 26,7 39,9 30,2 73,8 3,7 5,0 1,1 0,3 11,5
2014 San Antonio 7 0 27,4 45,0 37,8 80,9 3,7 4,6 2,3 0,1 17,7
Carrière 164 52 30,3 43,7 36,0 81,6 4,4 4,0 1,4 0,3 15,7

|}

Records personnels[modifier | modifier le code]

Les records personnels d'Emanuel Ginóbili, officiellement recensés par la NBA sont [8]

Emanuel Ginóbili en février 2012.
Type statistique Saison régulière Playoffs
Record Adversaire Date Record Adversaire Date
Points en un match 48 @ Suns de Phoenix 21 janvier 2005 39 SuperSonics de Seattle 17 mai 2005
Paniers marqués en un match 16 @ Suns de Phoenix 21 janvier 2005 11 4 fois
Paniers tentés en un match 27 @ Clippers de Los Angeles 9 avril 2005 24 Suns de Phoenix 19 avril 2008
Paniers à 3 points réussis 8 @ Cavaliers de Cleveland 13 février 2008 6 2 fois
Paniers à 3 points tentés 12 2 fois 11 @ Hornets de La Nouvelle-Orléans 19 mai 2008
Lancers francs réussis 18 @ Suns de Phoenix 29 janvier 2009 15 SuperSonics de Seattle 17 mai 2005
Lancers francs tentés 19 Jazz de l'Utah 7 décembre 2007 17 SuperSonics de Seattle 17 mai 2005
Rebonds offensifs 5 3 fois 5 @ Mavericks de Dallas 25 mai 2003
Rebonds défensifs 13 @ Raptors de Toronto 11 février 2008 9 4 fois
Rebonds totaux 15 @ Raptors de Toronto 11 février 2008 11 Suns de Phoenix 18 mai 2007
Passes décisives 15 Kings de Sacramento 1er mars 2013 11 3 fois
Interceptions 8 Lakers de Los Angeles 23 janvier 2008 6 Mavericks de Dallas 4 mai 2014
Contres 4 Raptors de Toronto 9 novembre 2009 2 7 fois
Balles perdues 7 3 fois 8 @ Heat de Miami 18 juin 2013
Minutes jouées 50 @ Clippers de Los Angeles 9 avril 2005 45 Suns de Phoenix 19 avril 2008

Palmarès[modifier | modifier le code]

Équipe nationale[modifier | modifier le code]

NBA[modifier | modifier le code]

En franchise
Distinctions personnelles

Club[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Manu Ginobili - Bio », sur jockbio.com (consulté le 18 août 2007)
  2. (en) John Hollinger, « The 30 best international players in the NBA », sur sports.espn.com,‎ 27 avril 2007 (consulté le 17 juin 2007)
  3. (en) « Manu Ginobili, Spurs Guard », sur sportsillustrated.cnn.com,‎ 30 mai 2005 (consulté le 31 mars 2008)
  4. (en) « New father Ginobili welcomes twin boys », sur NBA.com,‎ 17 mai 2010 (consulté le 9 juin 2010)
  5. Alexandre Lacoste, « Le Big Three des Spurs devient le trio le plus victorieux de l’histoire des playoffs NBA », Catch and Shoot,‎ 22 mai 2014
  6. Scott Cacciola, « Spurs Dethrone Heat in Rout and Secure Fifth Title », sur 'nytimes.com',‎ 15 juin 2014
  7. a et b (en) « statistiques NBA », sur NBA.com,‎ 2014 (consulté le 24 avril 2014)
  8. (en) « Emanuel Ginóbili : Career Stats and Totals », sur nba.com (consulté le 25 mai 2014)