Željko Obradović

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Obradović.
Željko Obradović Portail du basket-ball
Obradovic Pana2007-2008.jpg
Fiche d’identité
Nom complet Želimir Obradović
Nationalité Serbie Serbie
Naissance 9 mars 1960 (54 ans)
Čačak
Situation en club
Poste meneur
Carrière professionnelle *
Saison Club Moy. pts
1980-1984
1984-1991
KK Borac Čačak
Partizan Belgrade
Sélection en équipe nationale **
1988-1990 Drapeau : République fédérative socialiste de Yougoslavie Yougoslavie
Carrière d’entraîneur
1991-1993
1993-1994
1994-1997
1997-1999
1999-2012
2013-...

1996-2000
2004-2005
Partizan Belgrade
Joventut de Badalone
Real Madrid
Benetton Trévise
Panathinaïkos d'Athènes
Fenerbahçe Ülker

Drapeau : République fédérative socialiste de Yougoslavie Yougoslavie
Drapeau : Serbie Serbie

* Points marqués dans chaque club comptant pour le championnat
national et les compétitions nationales et continentales.
** Points marqués pour l’équipe nationale en match officiel.

Želimir Obradović dit Željko Obradović, né le 9 mars 1960 à Čačak, est un joueur et entraîneur serbe de basket-ball.

En tant que joueur, il est international yougoslave et obtient un titre de champion du monde lors de l'édition de 1990, et une médaille d'argent lors des Jeux olympiques de 1988 à Séoul[1].

Il devient l'un des meilleurs entraîneurs de l'histoire du basket-ball : en vingt ans il obtient dix titres européens, douze titres nationaux et huit coupes nationales. Parmi ses trophées européens figurent huit Euroligue, ce qui fait de lui l'entraîneur présentant le meilleur bilan dans cette compétition. Ces huit titres sont également obtenus avec quatre clubs différents.

Biographie[modifier | modifier le code]

Carrière de joueur[modifier | modifier le code]

Joueur au Partizan Belgrade avec lequel il remporte une Coupe Korac en 1989[2] et un titre de champion de Yougoslavie en 1987[3], il fait partie de l'équipe nationale de Yougoslavie où il est meneur titulaire[4]. L'équipe remporte la médaille d'argent aux Jeux olympiques 1988 à Séoul[5]. Puis, il gagne aussi la médaille d'or lors du championnat du monde 1990[6].

Carrière d'entraîneur[modifier | modifier le code]

En 1991, il est entraîneur de son club du Partizan[7] qu'il conduit à la victoire dans l'Euroligue avec des joueurs comme Predrag Danilović et Aleksandar Djordjević. Cette victoire est d'autant plus méritante que, en raison des événements tragiques qui se déroulent en Yougoslavie, la FIBA a décidé de faire disputer tous les matchs des clubs de l'ex-Yougoslavie en dehors du pays. Le Partizan jouera donc ses matchs « à domicile » en Espagne[8].

En 1994, il remporte une nouvelle Euroligue avec le club espagnol de la Joventut de Badalone[9]. Puis l'année suivante, c'est le Real Madrid[10] qu'il conduit au titre suprême européen[11]. Il remporte un deuxième titre européen avec celui-ci en 1997 avec la Coupe Saporta.

Après un passage en Italie chez le Benetton Trévise avec une nouvelle Coupe Saporta en 1999, il rejoint la Grèce et le Panathinaïkos d'Athènes[12]. Il conduit les Dejan Bodiroga et Željko Rebrača à une victoire dans le final four de Salonique[13]. Après une finale perdue en 2001 contre le Maccabi Tel-Aviv, il participe à sa troisième finale consécutive contre le Kinder Bologne qui joue à domicile. C'est une nouvelle victoire, sa cinquième, remportée avec quatre clubs différents[14]. Il devient alors l'entraîneur le plus titré dans cette compétition.

En 2007, il remporte son sixième titre européen, toujours avec le Pana[15]. L'année suivante, le Panathinaïkos termine sa saison européenne au Top 16 en se classant à la troisième place de son groupe, devancé par Montepaschi Sienne et par le Partizan Belgrade.

Lors de la saison européenne suivante, le Panathinaïkos retrouve Belgrade en Top 16. Les deux clubs se qualifient pour les quarts de finale. Le club grec se qualifie pour le Final Four en éliminant Sienne. La demi-finale, qui oppose le Panathinaïkos à l'Olympiakós Le Pirée, voit le club de Željko Obradović s'imposer de deux points, 84 à 82. Lors de la finale, les Grecs s'imposent de nouveau de deux points, face au CSKA Moscou[16].

En 2010, le Panathinaïkos échoue de nouveau en Top 16 dans un groupe où les deux qualifiés sont le FC Barcelone, futur champion d'Europe, et de nouveau le Partizan Belgrade.

Lors de l'Euroligue 2010-2011, le Panathinaïkos retrouve en quart de finale le FC Barcelone. Dans une série disputée au meilleur des cinq rencontres, Barcelone s'impose lors de la première manche mais les Grecs s'imposent ensuite lors des trois matchs suivants. Les hommes de Željko Obradović s'imposent ensuite en demi-finale sur le score de 77 à 69 puis remportent un nouveau titre européen en battant en finale 78 à 70 le Maccabi Tel-Aviv[17].

En parallèle de sa carrière en club, il occupe le poste de sélectionneur national de la Serbie-Monténégro. Il remporte une médaille d'argent aux Jeux olympiques 1996 à Atlanta puis le titre européen 1997. L'année suivante, il remporte le titre mondial avec Predrag Danilović, Aleksandar Djordjević, Dejan Bodiroga et Željko Rebrača.

Depuis, ses résultats avec l'équipe nationale ne sont plus aussi brillants, malgré une médaille de bronze au championnat d'Europe 1999. Mais ensuite c'est seulement une 6e place lors des Jeux olympiques de Sydney, une 11e aux jeux d'Athènes après un titre mondial remporté par une équipe dirigée par Svetislav Pešić.

En 2012, Obradović prend une année de repos à l'écart du basket-ball et en juillet 2013, il revient en tant qu'entraîneur du Fenerbahçe Ülker, qui évolue en première division turque et en Euroligue. Obradović y signe un contrat de deux ans[18]. Le 19 juin 2014, suite au forfait de Galatasaray pour le septième et dernier match des playoffs, Fenerbahçe est sacré champion de Turquie[19].

Carrière de joueur[modifier | modifier le code]

Carrière d'entraîneur[modifier | modifier le code]

Clubs[modifier | modifier le code]

Équipes nationales[modifier | modifier le code]

Palmarès joueur[modifier | modifier le code]

Équipe nationale[modifier | modifier le code]

Club[modifier | modifier le code]

Palmarès entraîneur[modifier | modifier le code]

Équipe nationale[modifier | modifier le code]

Club[modifier | modifier le code]

  • Euroligue
    • vainqueur en 2000, 2002, 2007, 2009 et 2011 avec le Panathinaïkos
    • vainqueur en 1995 avec le Real Madrid
    • vainqueur en 1994 avec Joventut Badalona
    • vainqueur en 1992 avec le Partizan Belgrade
  • Coupe Saporta
    • vainqueur en 1999 avec le Benetton Trévise
    • vainqueur en 1997 avec le Real Madrid
  • compétitions nationales

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Hinojo 2011, p. 151
  2. Hinojo 2011, p. 168-169
  3. Hinojo 2011, p. 119
  4. Hinojo 2011, p. 156-157
  5. Hinojo 2011, p. 151
  6. Hinojo 2011, p. 183
  7. Hinojo 2011, p. 214
  8. (en) « F4 History: 1992, A triumph of exiles », sur euroleague.net (consulté en 24 août 2011)
  9. Hinojo 2011, p. 214
  10. Hinojo 2011, p. 214
  11. (en) « F4 History: 1995, A title for the giants », sur euroleague.net (consulté en 24 août 2011)
  12. Hinojo 2011, p. 214
  13. (en) « Thessaloniki 2000: Panathinaikos is back », sur euroleague.net (consulté en 24 août 2011)
  14. (en) « Bologna 2002: Greens lift third crown! », sur euroleague.net (consulté en 24 août 2011)
  15. (en) « Athens 2007: The greens win at home! », sur euroleague.net (consulté en 24 août 2011)
  16. (en) « Berlin 2009: Panathinaikos is 2008-09 champ! », sur euroleague.net (consulté en 24 août 2011)
  17. (en) « Final Four, 2011 », sur euroleague.net (consulté en 24 août 2011)
  18. (en) « FENERBAHCE ULKER hires coaching legend Obradovic », Euroligue,‎ 2 juillet 2013
  19. (en) « Fenerbahce Proclaimed TBL Champions », FIBA Europe,‎ 20 juin 2014

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (es) Juanan Hinojo, Sueños Robados - el baloncesto yugoslavo, Arroyomolinos (Madrid), Ediciones JC, coll. « Baloncesto para leer »,‎ 2011, 510 p. (ISBN 978-84-95121-60-8)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :