Dimítris Diamantídis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Dimítrios Diamantídis Portail du basket-ball
Diamentidis.jpg
En novembre 2007
Fiche d’identité
Nationalité Drapeau de la Grèce Grèce
Naissance 6 mai 1980 (34 ans)
Kastoria Drapeau : Grèce
Taille 1,98 m
Poids 100 kg
Surnom Spiderman
Octopus Man
3D
The Octopus
The Diamond Man
Situation en club
Club actuel Drapeau : Grèce Panathinaïkos
Numéro 13
Poste Meneur - Arrière
Carrière professionnelle *
Saison Club Moy. pts
1999-2004
depuis 2004
Iraklis Salonique
Panathinaïkos
Sélection en équipe nationale **
2001-2010 Drapeau : Grèce Grèce

* Points marqués dans chaque club comptant pour le championnat
national et les compétitions nationales et continentales.
** Points marqués pour l’équipe nationale en match officiel.

Dimítrios Diamantídis (en grec Δημήτριος Διαμαντίδης), souvent appelé Dimítris Diamantídis (Δημήτρης Διαμαντίδης), né le 6 mai 1980 à Kastoria, est un joueur de basket-ball grec. Considéré comme l'un des meilleurs joueurs en Europe, il remporte un championnat d'Europe avec la sélection grecque et une médaille d'argent mondiale. Avec son club du Panathinaïkos, dont il porte le maillot depuis 2004, il remporte trois Euroligue : 2007, 2009 et 2011. Lors de cette dernière saison, il est désigné meilleur joueur de la compétition et meilleur joueur du Final Four. Il a déjà obtenu ce dernier titre lors de la victoire de 2007. Il est également élu à six reprises meilleur défenseur de l'Euroligue.

Biographie[modifier | modifier le code]

Débuts et Iraklis Salonique[modifier | modifier le code]

Grandissant dans une ville traditionnellement liée au football, c'est naturellement dans ce dernier sport qu'il débute avant de rejoindre le basket-ball[1]. Il est alors surnommé Toni par ses coéquipiers de Kastoria pour son admiration envers Toni Kukoč et par le fait que, comme ce dernier, il est gaucher[1]. Il rejoint le club de l'Iraklis Salonique en 1999. Avec celui-ci, il dispute dès sa première saison la coupe Saporta, compétition où le club échoue en quart de finale face à un autre club grec, l'AEK Athènes. Ses statistiques pour sa première saison européenne sont de 1,8 point, 1,2 rebond et 0,4 passe en 13 minutes 8[2]. La saison suivante, l'Iraklis dispute la Suproligue[Note 1]. Le club grec échoue en huitième de finale face au club allemand de l'Alba Berlin en trois manches sur le score de deux à un. Il profite des 14 minutes 2 de moyenne, sur treize rencontres, pour inscrire un total de 28 points, soit une moyenne de 2,2. Ses autres statistiques sont de 1,8 rebond et 1,2 passe[3]. En 2002, l'Iraklis retrouve la coupe Saporta, s'inclinant en huitième de finale face à l'UNICS Kazan en huitième de finale. le temps de jeu de Diamantídis est désormais de 27 minutes 7 et ses statistiques sont en hausse : 7,1 points, 5,2 rebonds, 2,8 passes, 1,7 interception et 0,8 contre[4]. En Grèce, il obtient trois participations au All star-Game, en 2002, 2003 et 2004. Il est désigné meilleur joueur de la ligue pour la saison 2003-2004, saison où il est nommé dans le meilleur cinq de la ligue et remporte également le titre de meilleur défenseur[5].

Panathinaïkos[modifier | modifier le code]

Diamantídis doit attendre la saison 2004-2005 et son arrivée au Panathinaïkos pour retrouver les parquets européens. Débutant dans le cinq majeur lors de vingt des vingt-cinq rencontres européennes, il présente des statistiques de 8,5 points, 3,7 rebonds, 3,1 passes, 2 interceptions en plus de 27 minutes[6]. Le Panathinaïkos se qualifie pour le Final Four de Moscou mais s'incline en demi-finale face au Maccabi Tel-Aviv sur le score de 91 à 82. Durant cette rencontre, Diamantídis possède la meilleure évaluation de son équipe avec 24, celle-ci étant liée à des statistiques de 16 points inscrits, 3 sur 3 à deux points et 2 sur 4 à trois points, 5 rebonds, 5 passes et 3 interceptions[7]. Sur le plan personnel, il est désigné meilleur défenseur de l'Euroligue[8]. Il remporte ses premiers trophées sur les parquets grecs avec le championnat de Grèce - victoire trois à un face à l'AEK Athènes - et la coupe de Grèce face à l'Aris Salonique. Il est également récompensé d'un titre de meilleur défenseur de la Ligue ESAKE[9]. Il participe également au All star-Game de la ligue.

La saison suivante, le Panathinaïkos domine de nouveau le basket-ball grec, terminant avec un bilan de 24 victoires pour 2 défaites la phase régulière, puis ne concédant aucune défaites lors des playoffs pour s'imposer face à l'Olympiakós[10]. Diamantídis cumule les titres de meilleur joueur et défenseur de la ligue, et est nommé dans le meilleur cinq de la ligue[10]. Il dispute de nouveau le All star-Game. Il remporte également la coupe de Grèce après une victoire 68 à 57 face à Marroussi[10]. En Euroligue, le Panathinaikos s'incline deux à un face au TAU Vitoria en quart de finale. Les statistiques de Diamantídis sur la saison sont de 8,7 points, 4,5 rebonds, 2,9 passes, 2,3 interceptions[11]. Il est de nouveau désigné meilleur défenseur de l'Euroligue[12].

L'objectif de la saison 2006-2007 est de disputer, et remporter, le Final Four de l'Euroligue disputé à l'O.A.K.A. surnom de l''Olympic Indoor Hall, salle où évolue le Panathinaïkos. Pour rejoindre ce Final Four, le club grec termine en tête de son groupe lors du premier tour, onze victoires pour trois défaites, puis de son groupe du Top 16, cinq victoires, une défaite, et se qualifie aux dépens du Maccabi en trois manches lors du quart de finale. Le Panathinaïkos s'impose face à Vitoria sur le score de 67 à 57 pour obtenir le droit de disputer la finale face au CSKA Moscou. Le Panathinaïkos remporte finalement cette rencontre sur le score de 93 à 91[13]. La prestation de Diamantídis lors de la finale - 15 points avec 2 sur 2 à deux points, 2 sur 2 à trois points et 5 sur 6 aux lancers francs, 3 rebonds, 3 passes, 2 interceptions, soit une évaluation de 22 en 28 minutes 45[14] - lui permet d'obtenir le titre de meilleur joueur du Final Four. Il est également désigné dans la All-Euroleague team, premier cinq de l'Euroligue, et il reçoit pour la troisième fois consécutive le trophée de meilleur défenseur. En Grèce, après s'être imposé en coupe de Grèce sur le score de 87 à 48 face au Rethymno Aegean, le Panathinaïkos, qui a terminé premier de la phase régulière avec 24 victoires et deux défaites, dispute la finale du championnat face à l'Olympiakós. La décision se fait lors de la cinquième et ultime rencontre de la série sur le score de 89 à 76[15], Diamantídis étant désigné meilleur joueur de la rencontre. Son excellente saison 2007 lui permet de recevoir en décembre le titre de Mr. Europa, titre décerné par le magazine italien Superbasket[16].

Lors de l'Euroligue 2007-2008, le Panathinaïkos s'incline lors de la dernière journée du Top 16 face au KK Partizan Belgrade, ce qui le prive de participation au Final Four. Diamantídis est toujours le meilleur défenseur en Europe, quatrième titre consécutif[17]. Ses statistiques sur la saison européenne sont de 8,5 points, 5,3 rebonds, 3,3 passes, 1,8 interception[14]. Les joueurs de Željko Obradović, l'entraîneur du club grec, remportent deux nouveaux titres en Grèce, la coupe grâce à une victoire 81 à 79 en finale face à l'Olympiakós, et le championnat en s'imposant trois victoires à deux, 90 à 76 lors de la cinquième rencontre, toujours face à son rival du Pyrée.

En 2008-2009, le Panathinaïkos continue à dominer le basket-ball grec en remportant la coupe de Grèce, 80 à 70 face à l'Olympiakós, Diamantídis obtenant le titre de MVP grâce à 16 points, dont trois tirs à trois consécutifs lors de la dernière période[18]. Ces deux équipes sont de nouveau opposées en finale du championnat, les joueurs d'Obradović emportant finalement la série sur le score de quatre à un, 94 à 81 lors de l'ultime rencontre. Diamantídis récupère le titre de Defensive Player of the Year. En Europe, le Panathinaïkos réalise cinq victoires en six rencontres lors du Top 16 puis élimine les Italiens de Montepaschi Sienne en quart de finale. La demi-finale du Final Four de Berlin oppose les deux grands clubs grecs, le Panathinaïkos s'imposant finalement 84 à 82 face à l'Olympiakós. L'affiche de la finale est la même que celle de deux ans auparavant à Athènes, Moscou se qualifiant aux dépens de Barcelone. Comme en 2007, c'est le club grec qui s'impose grâce à une victoire 73 à 71, remportant ainsi le cinquième titre de son histoire[19]. Diamantídis est toujours le meilleur défenseur en Europe[17] et obtient des statistiques de 8,5 points, 4,4 rebonds, 3,1 passes, 1,5 interception[20].

En 2010, l'Olympiakós met enfin un terme à la domination du Panathinaïkos sur le basket-ball grec en s'imposant en finale de la coupe de Grèce sur le score de 68 à 64. Par contre, en championnat, Diamantídis et ses coéquipiers prennent leur revanche sur l'Olympiakós en s'imposant trois à un, 76 à 69 lors du dernier match[21]. Diamantidis retrouve une place dans le premier cinq de la compétition et remporte un nouveau titre de meilleur défenseur[21]. Sa saison européenne se termine en Top 16 où les Grecs sont éliminés par Barcelone et Belgrade. Le Russe Viktor Khryapa est le premier joueur à priver Diamantídis du titre de meilleur défenseur de l'Euroligue, le Grec étant alors le seul détenteur du trophée depuis sa création en 2005[22].

Comme la saison précédente, l'Olympiakós s'impose en finale de la coupe de Grèce, 74 à 68, mais s'incline, toujours en quatre manches, face au Panathinaïkos en championnat[23]. Diamantídis remporte un nouveau titre de MVP de la ligue et de meilleur défenseur[23]. En Europe, un bilan de quatre à deux en Top 16 permet à son club de disputer les quarts de finales disputés au meilleur des cinq manches. Le Panathinaïkos élimine le tenant du titre Barcelone sur le score de quatre à un. En demi-finale, Sienne s'incline face au club grec qui se voit opposer au Maccabi en finale. le club israélien ne peut priver les Grecs d'une sixième victoire dans cette compétition, ceux-ci s'imposant sur le score de 78 à 70[24]. Diamantídis, avec 9 passes, 8 points à 1 sur 3, 4 rebonds et 2 interceptions en demi-finale contre Sienne puis avec 16 points à 4 sur 10, 9 passes, 5 rebonds et 2 interceptions, est désigné meilleur joueur du Final Four[25]. Il est également désigné meilleur joueur de la compétition[26].

Le Panathinaïkos est battu en quart de finale par le FC Barcelone lors de l'Euroligue 2012-2013 dans une série très serrée. Diamantídis, deuxième meilleur passeur et cinquième meilleur intercepteur, est élu dans le meilleur cinq de la compétition[27].

Diamantídis est nommé meilleur joueur de la 13e journée du Top 16 de l'Euroligue 2013-2014 avec une évaluation de 31 (13 points, 6 passes décisives et 4 rebonds) dans la victoire du Panathinaïkos contre l'Unicaja Málaga[28]. À la fin de la saison, il devient le meilleur passeur de l'histoire de l'Euroligue, battant le précédent record de Theodoros Papaloukas. Diamantidis est aussi le meilleur intercepteur de l'histoire de l'Euroligue[29]. Sa saison d'Euroligue s'arrête toutefois en quart de finale puisque le Panathinaïkos est battu par le CSKA Moscou en 5 manches.

Sélection[modifier | modifier le code]

En 2000, il figure dans l'équipe qui termine septième du championnat d'Europe des 20 ans et moins disputé en Macédoine. Il intègre l'équipe de Grèce l'année suivante. Il remporte la médaille d'argent des Jeux méditerranéens de 2001 disputés en Tunisie[30]. Après avoir participé aux qualifications pour le championnat d'Europe 2003, il participe à la phase finale de celui-ci disputée en Suède. Sa contribution à sa sélection est de 2,5 points, 2,2 rebonds et 2,3 passes. Après un premier tour invaincue, la Grèce s'incline en quart de finale face à l'Italie sur le score de 62 à 59 pour finir ensuite la compétition à la cinquième place.

Lors des jeux olympiques de 2004 à Athènes, il réalise l'une de ses meilleures performances sur le tournoi lors du match de classement contre Porto Rico, match remporté 85 à 75 par les Grecs, avec 7 points, 8 rebonds, 3 passes et 1 interception[31]. La Grèce remporte le second titre européen de son histoire en 2005 dans une compétition disputée en Serbie. Dirigée par Panayótis Yannákis, qui a été champion d'Europe en tant que joueur lors du premier titre en 1987, la Grèce domine la Russie en quart de finale, puis la France avec un final où elle comble sept points en quarante seconde, Diamantídis inscrivant le dernier tir, un trois points qui donne la victoire à son équipe sur le score de 67 à 66[32],[33]. Ses statistiques sur la partie sont de 7 points, 2 rebonds, 3 passes et 2 interceptions en 26 minutes[34] puis de 2 points - 1 sur 1 aux tirs - 5 rebonds, 3 passes, 4 interceptions en finale face à l'Allemagne. Cette rencontre est finalement remportée 78 à 62 par les Grecs[35]. Il termine également au premier rang du classement des passeurs avec une moyenne de 5,0 passes, ses autres statistiques étant de 5,4 points, 5,1 rebonds - seizième du tournoi - 2,9 interceptions - quatrième[36]. Il est également nommé dans le premier cinq de la compétition, en compagnie de son compatriote Theódoros Papaloukás, de l'Espagnol Juan Carlos Navarro, du Français Boris Diaw et de l'Allemand Dirk Nowitzki, désigné meilleur joueur[37].

L'été suivant, la Grèce dispute le championnat du monde. Après avoir de nouveau éliminés la France, en quart de finale, les Grecs battent les Américains sur le score de 101 à 95 en demi-finale[38], grâce à 22 points de Vasílios Spanoúlis, Diamantídis inscrivant 12 points - 4 sur 6 dont 2 sur 3 à trois points, captant 3 rebonds et délivrant 5 passes. En finale, les Grecs sont totalement dominés par l'Espagne bien que celle-ci soit privée de Pau Gasol. Les Espagnols s'imposent sur le score de 70 à 47[39]. Diamantídis, qui marque 4 points, capte 4 rebonds, et réussit 3 passes présente des statistiques de 8,4 points, 3,9 rebonds et 2,9 passes sur l'ensemble de la compétition[40]. Ces deux équipes sont de nouveau opposées lors d'une rencontre décisive lors du championnat d'Europe 2007. Lors de cette demi-finale, remportée 82 à 77, Diamantídis n'inscrit que 6 points, 1 sur 6 aux tirs et 4 lancers francs sur 4, mais capte 9 rebonds, délivre 3 passes et réussit 2 interceptions[41]. Ses statistiques lors du match suivant, match qui offre une qualification directe pour les jeux de Pékin en cas de victoire, sont de 7 points, 7 rebonds, 4 passes, 1 interception[41]. Cela s'avère toutefois insuffisant pour battre la Lituanie, vainqueure sur le score de 78 à 69.

La Grèce est ainsi obligée de passer par un Tournoi préolympique en 2008 pour obtenir son billet lors des jeux de Pékin. Les statistiques de Diamantídis lors de ce tournoi de qualification sont de 11 points, 4,2 rebonds et 3,8 passes. Lors du tournoi olympique, la Grèce s'incline en phase de poule face aux deux favoris de la compétition, l'Espagne et les États-Unis, par 81 à 66 et 92 à 69. C'est l'Argentine qui met un terme aux ambitions olympiques des Grecs en quart de finale grâce à une victoire 80 à 78. Diamantídis, 6 points, 5 rebonds, 3 passes, 1 interception lors de cette dernière rencontre présente des statistiques de 7,3 points, 3,5 rebonds et 2,3 passes sur le tournoi[42].

Diamantídis est absent du championnat d'Europe 2009 en raison d'une double chirurgie laparoscopique effectuée en juin[43]. La saison suivante, il figure parmi les joueurs retenus pour disputer le championnat du monde 2010 en Turquie. Lors de cette compétition, il inscrit 10 points, capte 3,5 rebonds et 3,8 passes en moyenne[44]. La Grèce subit de nouveau une défaite face à l'Espagne, en huitième de finale. À l'issue de cette rencontre, Diamantídis annonce sa retraite internationale[45].

Club[modifier | modifier le code]

Palmarès[modifier | modifier le code]

Club[modifier | modifier le code]

Équipe nationale[modifier | modifier le code]

Distinctions personnelles[modifier | modifier le code]

Diamandidis reçoit de nombreuses individuelles. En Grèce, il est désigné à cinq reprises meilleur joueur de la ligue, en 2004 alors qu'il évolue avec l'Iraklis, puis en 2006, 2007, 2008 et 2011. Il est désigné à de nombreuses reprises meilleur défenseur de la ligue, en 2004, 2005, 2006, 2009, 2011. Il est également désigné meilleur joueur de la finale de coupe de Grèce lors de l'édition de 2009[18]. Il dispute les All Star-Game de la ligue grecque en 2003, 2004, 2005, 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011.

En Europe, il devient le premier détenteur du trophée de meilleur défenseur attribué depuis 2005. Il remporte le même titre les quatre saisons suivantes, puis retrouve ce trophée en 2011 après l'avoir laissé pendant une saison au Russe Viktor Khryapa[22]. Lors de cette édition de 2010, il est devancé dans les votes par Khryapa et par Ricky Rubio[22]. Il remporte à deux reprises le titre de meilleur joueur du Final Four, lors des victoires de 2007 et 2011. Il obtient le titre de meilleur joueur de la saison en Euroligue lors de la saison 2010-2011[46]. Il termine à quatre reprises dans le premier cinq de la compétition, All-Euroleague First Team, en 2007, aux côtés de Theódoros Papaloukás, Juan Carlos Navarro, Trajan Langdon, Luis Scola et Nikola Vujčić[47],[Note 2], en 2011, avec Juan Carlos Navarro, Fernando San Emeterio, Sofoklís Schortsianítis et Mike Batiste[46], en 2012 avec Vassilis Spanoulis, Erazem Lorbek, Nenad Krstić et Andrei Kirilenko, le MVP de la compétition[48], et en 2013, où il est de nouveau présent avec Vassilis Spanoulis, Rudy Fernández, Ante Tomić et Nenad Krstić[49].

Lors de la saison 2010-2011, il est désigné meilleur joueur de la troisième journée de la phase régulière[50], et du mois de décembre[51]. Lors de la saison suivante, il est désigné à deux reprises meilleur joueur de la journée, lors des premières et cinquièmes journées des quarts de finale, rencontre où il présente des évaluations de 31[52] et 34[53]. Cela contribue à son élection au titre du meilleur joueur du mois de mars[54].

Lors des compétitions internationales disputées avec la sélection grecque, il est désigné dans le meilleur cinq du championnat d'Europe 2005[37].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Durant la saison 2000-2001, deux compétitions majeures se déroulent en Europe, la Suproligue, organisée par la FIBA, et l'Euroligue, organisée par l'ULEB, cette dernière possédant le droit sur le nom Euroligue qui n'avait pas été déposé par la FIBA.
  2. Six joueurs sont désignés dans le premier cinq de l'Euroligue 2006-2007.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) « Dimitris Diamantidis, Panathinaikos », sur euroleague.net (consulté le 7 avril 2012)
  2. (en) « Saporta Cup » 2000 » Dimitrios Diamantidis (IRAKLIS BC SA THESSALONIKI)  », sur fibaeurope.com (consulté le 7 avril 2012)
  3. (en) « FIBA SuproLeague » 2001 » Dimitrios Diamantidis (IRAKLIS BC SA THESSALONIKI)  », sur fibaeurope.com (consulté le 7 avril 2012)
  4. (en) « Saporta Cup » 2002 » Dimitrios Diamantidis (IRAKLIS BC SA THESSALONIKI)  », sur fibaeurope.com (consulté le 7 avril 2012)
  5. (en) « A1 League: Season 2003-2004 », sur eurobasket.com (consulté le 7 avril 2012)
  6. (en) « Euroleague 2004-05 - Diamantidis, Dimitris », sur euroleague.net (consulté le 7 avril 2012)
  7. (en) « Final Four Game 1 Maccabi Elite 91 - 82 Panathinaikos », sur euroleague.net (consulté le 7 avril 2012)
  8. (en) « Euroleague 2004-05 Awards », sur euroleague.net (consulté le 7 avril 2012)
  9. (en) « A1 League: Season 2004-2005 », sur eurobasket.com (consulté le 7 avril 2012)
  10. a, b et c (en) « A1 League: Season 2005-2006 », sur eurobasket.com (consulté le 7 avril 2012)
  11. (en) « Euroleague 2005-06 - Diamantidis, Dimitris », sur euroleague.net (consulté le 7 avril 2012)
  12. (en) « Euroleague 2005-06 Awards », sur euroleague.net (consulté le 7 avril 2012)
  13. Emmanuel Quintin, « Le Pana maître chez lui », sur sport24.com,‎ 6 mai 2007 (consulté le 7 avril 2012)
  14. a et b (en) « Euroleague 2006-07 - Diamantidis, Dimitris », sur euroleague.net (consulté le 7 avril 2012)
  15. (en) « A1 League: Season 2006-2007 », sur eurobasket.com (consulté le 7 avril 2012)
  16. « Diamantidis Named Mister Europe 2007 », sur fibaeurope.com,‎ 10 décembre 2007 (consulté le 7 avril 2012)
  17. a et b (en) « Euroleague 2007-08 Awards », sur euroleague.net (consulté le 7 avril 2012)
  18. a et b (en) « A1 League: Season 2008-2009 », sur eurobasket.com (consulté le 7 avril 2012)
  19. « Basket: le Panathinaïkos remporte sa cinquième Euroligue », sur ladepeche.fr,‎ 3 mai 2009 (consulté le 7 avril 2012)
  20. (en) « Euroleague 2008-09 - Diamantidis, Dimitris », sur euroleague.net (consulté le 7 avril 2012)
  21. a et b (en) « A1 League: Season 2009-2010 », sur eurobasket.com (consulté le 7 avril 2012)
  22. a, b et c (en) « Best Defender Trophy: Viktor Khryapa, CSKA Moscow », sur euroleague.net (consulté le 7 avril 2012)
  23. a et b (en) « A1 League: Season 2001-2011 », sur eurobasket.com (consulté le 7 avril 2012)
  24. « Le trèfle à six feuilles », sur lequipe.fr, l'Équipe,‎ 8 mai 2011 (consulté le 8 mai 2011)
  25. « Diamantidis MVP du Final 4 », sur lequipe.fr, l'Équipe,‎ 8 mai 2011 (consulté le 7 avril 2012)
  26. « Diamantidis MVP de la saison », sur lequipe.fr, l'Équipe,‎ 7 mai 2011 (consulté le 7 avril 2012)
  27. (en) « 2012-13 All-Euroleague First and Second Teams announced », Euroligue,‎ 6 mai 2013
  28. (en) « Top 16, Round 13 bwin MVP: Dimitris Diamantidis, Panathinaikos Athens », Euroligue,‎ 5 avril 2014
  29. (en) « Diamantidis sets Euroleague career assists record! », Euroligue,‎ 21 avril 2014
  30. [PDF](en) « Mediterranean Games Result - Tunis 2001 », sur cijm.org.gr (consulté le 7 avril 2012)
  31. (en) « Dimitrios Diamantidis », sur sports-reference.com (consulté le 7 avril 2012)
  32. Philippe Da Costa, « Ils ne méritaient pas ça », sur eurosport.fr,‎ 24 septembre 2005 (consulté le 7 avril 2012)
  33. (en) Kevin Anselmo, « Greece Wins Thriller on Diamantidis Three-Pointer in Final Seconds », sur fibaeurope.com,‎ 24 septembre 2005 (consulté le 7 avril 2012)
  34. (en) « EuroBasket » 2005 » Dimitrios Diamantidis (Greece)  », sur fibaeurope.com (consulté le 7 avril 2012)
  35. (en) Kevin Anselmo, David Hein, « Both Teams Prove Winners in 2005 EuroBasket Final », sur fibaeurope.com,‎ 26 septembre 2005 (consulté le 7 avril 2012)
  36. (en) « EuroBasket » 2005 » Statistical leaders - Players - Assists  », sur fibaeurope.com (consulté le 7 avril 2012)
  37. a et b (en) David Hein, « MVP Nowitzki Tops EuroBasket 2005 All-Tournament Team », sur fibaeurope.com,‎ 25 septembre 2005 (consulté le 7 avril 2012)
  38. « Une Grèce homérique », sur eurosport.fr,‎ 1 septembre 2006 (consulté le 7 avril 2012)
  39. « L'Espagne sur le toit du monde », sur eurosport.fr,‎ 3 septembre 2006 (consulté le 7 avril 2012)
  40. (en) « 2006 FIBA World Championship Dimitrios Diamantidis », sur archive.fiba.com (consulté le 7 avril 2012)
  41. a et b (en) « EuroBasket » 2007 » Dimitrios Diamantidis (Greece) », sur fibaeurope.com (consulté le 7 avril 2012)
  42. (en) « 2008 Olympic Games - Tournament men » Dimitrios Diamantidis (Greece) », sur archive.fiba.com (consulté le 7 avril 2012)
  43. (en) « Diamantidis, Papaloukas Pull Out Of EuroBasket », sur eurobasket2009.org (consulté le 7 avril 2012)
  44. (en) « 2010 FIBA World Championship - Dimitrios Diamantidis (Greece) », sur archive.fiba.com (consulté le 7 avril 2012)
  45. « Dimitris Diamantidis prend sa retraite », sur basketsession.com (consulté le 9 avril 2012)
  46. a et b (en) « MVP Diamantidis heads 2010-11 All-Euroleague First Team », sur euroleague.net (consulté le 10 avril 2012)
  47. (en) « All-Euroleague team, MVP announced », sur euroleague.net (consulté le 10 avril 2012)
  48. « Kirilenko élu MVP », sur lequipe.fr,‎ 12 mai 2012 (consulté le 13 mai 2012)
  49. (en) « 2012-13 All-Euroleague First and Second Teams announced  », sur euroleague.net
  50. (en) « Sportingbet Week 3 MVP: Dimitris Diamantidis, Panathinaikos  », sur euroleague.net (consulté le 10 avril 2012)
  51. (en) « Sportingbet December MVP: Dimitris Diamantidis, Panathinaikos », sur euroleague.net (consulté le 10 avril 2012)
  52. (en) « Playoffs, Game 1 bwin MVP: Dimitris Diamantidis, Panathinaikos », sur euroleague.net (consulté le 10 avril 2012)
  53. (en) « Playoffs Game 5 bwin MVP: Dimitris Diamantidis, Panathinaikos », sur euroleague.net (consulté le 10 avril 2012)
  54. (en) « March/April bwin MVP: Dimitris Diamantidis, Panathinaikos Athens », sur euroleague.net (consulté le 10 avril 2012)

Liens externes[modifier | modifier le code]