John Starks

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Starks.
John Starks Portail du basket-ball
Lipofsky-John Starks.jpg
Fiche d’identité
Nom complet John Levell Starks
Nationalité Drapeau des États-Unis États-Unis
Naissance 10 août 1965 (48 ans)
Tulsa (Drapeau des États-Unis États-Unis)
Taille 1,97 m
Surnom 86 kg
Situation en club
Club actuel Retraité
Numéro 3, 9
Poste Arrière
Carrière universitaire ou amateur
1984-1985
1985-1986
1986-1987
1987-1988
Northern Oklahoma College
Rogers State College
Oklahoma Junior College
Oklahoma State
Carrière professionnelle *
Saison Club Moy. pts
1988-1989
1989-1990
1990-1991
1991-1992
1992-1993
1993-1994
1994-1995
1995-1996
1996-1997
1997-1998
1998-1999
1999-2000
2000-2001
2001-2002
Golden State Warriors
Cedar Rapids-Rockers
New York Knicks
New York Knicks
New York Knicks
New York Knicks
New York Knicks
New York Knicks
New York Knicks
New York Knicks
Warriors
Warriors-Bulls
Utah Jazz
Utah Jazz
4,1
-
7,6
13,9
17,5
19,0
15,3
12,6
13,8
12,9
13,8
13,9
9,3
4,4

* Points marqués dans chaque club comptant pour le championnat
national et les compétitions nationales et continentales.

John Levell Starks est un ancien joueur de basket-ball américain né le 10 août 1965 à Tulsa, Oklahoma.

John Starks est arrivé en NBA sans participer à la draft, il fait ses preuves dans des ligues mineures pour convaincre. Il effectue l’essentiel de sa carrière aux New York Knicks, apparaissant aux yeux de tous les observateurs comme un fabuleux tireur longue distance et un défenseur infatigable, spécialiste du marquage de Michael Jordan dans des matchs toujours âpres face aux Bulls de Chicago. Starks ne remporte aucun titre collectif mais participe à un NBA All-Star Game et est élu meilleur sixième homme de la ligue au cours d’une carrière longue de 14 saisons effectuée dans 4 clubs différents.

Biographie[modifier | modifier le code]

Après un an de basket en high school, John Starks va fréquenter 4 universités différentes en autant d’années. À sa sortie de l’Université d’Oklahoma State en 1988, il n’a pas la possibilité de se présenter à la draft de la NBA malgré une moyenne honorable de 15,4 points marqués par match. Il accède néanmoins aux parquets de la ligue en signant en tant qu’agent libre pour les Golden State Warriors le 29 septembre 1988. Lors de sa première saison, il participe à 36 matchs à raison d’une petite dizaine de minutes sur le parquet pour une moyenne de 4,1 points. Les Warriors se qualifient pour les playoffs mais n’inscrivent pas Starks dans l’effectif amené à les disputer.

Cette mise à l’écart se confirme à l’orée de la saison 1989-1990 qui voit le joueur quitter la NBA pour découvrir son antichambre, la Continental Basketball Association (CBA). Il évolue au sein des Cedar Rapids Silver Bullets et devient une des vedettes de la ligue mineure avec des moyennes de 21,7 points, 5,5 passes et 5,3 rebonds par match. Insuffisant néanmoins pour être repêché par une équipe estampillée NBA. Il débute alors la saison suivante en World Basketball League avec les Rockers de Memphis.

Les Knicks de New York à la recherche d’une doublure pour leur titulaire Gerald Wilkins, le frère du All-Star Dominique Wilkins, s’intéressent à Starks et le font signer en tant qu’agent libre. Le joueur s’impose dans l’effectif de l’équipe bâtie autour de Patrick Ewing et débute ce qui sera la meilleure période de sa carrière. En 1991-92, l'entraîneur Pat Riley fait de John Starks un des 6e hommes les plus efficaces de NBA. Il participe à l’ensemble des matchs de la saison régulière et devient la deuxième arme offensive des Knicks avec 13,9 points de moyenne, établissant le record de la franchise en matière de panier à 3 points marqués au cours d’un match avec 8 réussites. New York est éliminée en playoffs par les Bulls, futurs champions.

Au début de la saison 1992-93, Wilkins est transféré. Starks doit alors partager son temps de jeu avec 2 nouveaux venus : Rolando Blackman et Hubert Davis. Il termine à nouveau 2e meilleur marqueur de l’équipe, est élu parmi les 10 meilleurs défenseurs de la ligue et manque de peu de remporter le trophée du joueur ayant le plus progressé.En playoff, il débute tous les matchs et tourne à 16,5 points et 6,4 passes. Les Knicks sont néanmoins éliminés pour la quatrième année consécutive par les Bulls.

Malgré une blessure en début de saison 1993-1994, Starks marque 19 points et délivre 5,9 passes de moyenne, des statistiques qui lui valent son unique sélection pour un All-Star Game. En l’absence de Michael Jordan, les Knicks atteignent enfin les finales NBA grâce notamment aux performances offensives de leur arrière All-Star. Malheureusement, la saison se termine de manière catastrophique pour Starks qui, lors du match décisif pour le titre, ne rentre que 2 paniers sur 18 tentatives, manquant ses 11 tirs à 3 points et laissant les Houston Rockets d’Hakeem Olajuwon emmener le trophée vers le Texas. Au passage il aura quand même établi le record du nombre de 3 points tentés dans une série de playoff avec un total de 50.

En 1994-95, John Starks entre dans l’histoire de la NBA en devenant le premier joueur à tenter plus de 600 tirs à 3 points et à en marquer plus de 200. Ses 217 paniers effacent le record de Dan Majerle des tablettes de la ligue. Les Knicks sont éliminés par les Indiana Pacers en 7 manches disputées. La saison suivante, Starks réalise des performances moyennes et se trouve de nouveau relégué sur le banc. Il retrouve sa place de titulaire pour les playoffs et établit un nouveau record de 3 points marqués lors d’une série en 3 matchs avec un total de 14.

L’arrivée du prodige Allan Houston cantonne Starks sur le banc. Le joueur ne s’en formalise pas et réalise une saison 1996-97 particulièrement complète. Il affiche des moyennes de 13,8 points, 2,8 passes, 2,7 rebonds et 1,17 interceptions en seulement 26,5 minutes par match. Ces performances lui valent le trophée de meilleur 6e homme de la NBA. Il réussit à peu près les mêmes statistiques en 1997-98 pour sa dernière saison complète à New York.

En janvier 1999, il sert de monnaie d’échange contre Latrell Sprewell dans un accord entre les Knicks et les Golden State Warriors. Il marquera son 1000e panier à 3 points sous les couleurs de ses débuts en NBA avant de faire à nouveau partie d'un échange incluant les 76ers de Philadelphie et les Bulls, désormais sa nouvelle équipe. Il n’y restera que 5 semaines avant d’être libéré par le club de Chicago. En août 2000 il intègre l’effectif des Utah Jazz pour ce qui sera son dernier défi en NBA. Il dispute 141 matchs en 2 ans, ratant quelques parties pour des raisons disciplinaires. Cela est néanmoins suffisant pour atteindre les barres symboliques de 10 000 points et 2 000 rebonds en carrière avant de prendre sa retraite au printemps 2002. John Starks travaille actuellement dans l'équipe dirigeante des Knicks et est consultant pour les matchs à domicile des Knicks.

Clubs successifs[modifier | modifier le code]

Statistiques en carrières : 12,5 points / 3,6 passes / 2,5 rebonds en 866 matchs (+ 96 en playoff).

Palmarès[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]