Domination et soumission

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections Cet article concerne les liens entre la domination et la soumission. Pour les autres utilisations, voir Domination et Soumission.
Illustration d'une soumission féminine de Georges Topfer extraite de son œuvre intitulée Le Rêve d’un flagellant.

La domination et soumission (D&s, Ds ou D/s[1]), est un jeu de comportements et de désirs dans lequel une personne souhaite être dominée par une (ou plusieurs) autre(s) personne(s) dans un but érotique et sexuel.

Le contact physique n'est pas nécessaire et ce type de jeu peut s'effectuer en ligne anonymement par téléphone, e-mail ou autre système de messagerie. Dans d'autres cas, il peut être intensément physique.Dans la domination et soumission, les deux partis prennent plaisir à être dominants ou dominés. Les individus qui choisissent le rôle supérieur sont appelés « dominants » (pour les garçons) ou « dominatrices » (voire « maîtresses », pour les filles), et les individus qui choisissent le rôle subordonné sont appelés « soumis(es) » (garçons et filles) Le terme de dominatrix est réservé en particulier pour les dominatrices professionnelles[réf. nécessaire], dominant contre rémunération.

Description[modifier | modifier le code]

Jeu de domination et soumission durant une scène de Dungeon SM tournée à New York, aux États-Unis.

Le jeu de la domination et de la soumission est un jeu dans lequel les deux partenaires sont habituellement consentants. Dans la sexologie, ce type de comportement inclus une exploration mutuelle des rôles, émotions, et activités dans laquelle il est plus difficile sans l'aide d'un partenaire jouant un rôle complémentaire[2].

Le jeu D/s est un échange consensuel entre les partenaires. Il est originellement basé sur la confiance et la communication entre les partenaires. Il est également basé sur un respect mutuel dans lequel les partenaires peuvent s'explorer émotionnellement. Un « code de sécurité » (ou safeword) est souvent utilisé dans la D/s, dans le cas préventif où le partenaire dominant exécuterait un geste susceptible de dépasser les possibilités du partenaire dominé. Le code de sécurité est spécialement important une fois engagé dans une humiliation verbale ou dans une autre type de scène. Dans le cas où la limite serait franchie (soit le partenaire dominant allant au-delà des limites supportées par son partenaire dominé), le code de sécurité peut être dit et le partenaire dominant doit immédiatement cesser toute activité. La D/s peut librement être exécutée. Une relation D/s peut être sexuelle ou non, à long ou à court terme, et intime ou anonyme. Un bon nombre des adhérents recherchent une intensité essentielle, une confiance et une intimité requise dans le cas d'une relation aussi sincère que possible[3].

Styles de rela[modifier | modifier le code]

Les variantes de D/s sont virtuellement illimitées et ces activités peuvent prendre un bon nombre de formes. Elles incluent :

  • Une servitude domestique ou un esclavage consensuel ;
  • Une chasteté imposée au soumis ;
  • Une humiliation érotique ;
  • Une humiliation verbale ;
  • Une soumission fétichiste (pieds, chaussures, bottes, uniformes, cigarettes, latex, cuir et autres, parmi les matériaux utilisés dans le domaine sadomasochiste) ;
  • Une déshumanisation (le dominé est considéré comme un animal et traité comme tel) ou objectification (considéré comme un « objet inanimé ») ;
  • Travestissement.

Ces variantes peuvent être combinées avec d'autres formes . Un exemple type de la D/s est le travestissement, dans lequel, parmi d'autres type de travestissement, un adulte mâle enfile des vêtements féminins de dessins-animés et exécute les tâches stéréotypées de la femme au foyer telles que nettoyer la maison ou servir le thé.

Certaines relations D/s sont sexuelles, et d'autres complètement chastes. Les partenaires peuvent jouer un jeu de rôle sexuel classique comme, par exemple, les rôles du dominant/soumis, ou quelques figures autoritaires telles que professeur/étudiant, policier/suspect ou parent/enfant.

Pratiques et jeux de rôles[modifier | modifier le code]

Certaines pratiques sont bisexes, d'autres concernent uniquement l'homme ou la femme. En voici une liste non exhaustive :

Article détaillé : Jeux de rôle et pratiques (BDSM).
Article détaillé : Bondage.

Relations[modifier | modifier le code]

Dans certaines relations D/s, un partenaire joue occasionnellement, parfois à court terme, pendant les soirées ou fêtes D'autres gens opteraient pour la relation « maître ou maîtresse/esclave » dans laquelle les deux partenaires sont les plus consentants. Les limites de l'esclave peuvent varier sur d'autres tendances BDSM. Certains opteraient de devenir « esclaves sexuels », alors que d'autres préfèrent être "esclaves domestiques".

Équipements et accessoires[modifier | modifier le code]

Colliers[modifier | modifier le code]

« Collier d'esclave » D/s typique.

Beaucoup de soumis portent un « collier » pour démontrer leur statut et engagement. Le collier traditionnel, fabriqué à base de cuir ou de métal, est choisi ou imposé par le partenaire dominant. Certains soumis portent un « collier symbolique » (soit un bracelet ou une chaine métallique). Il n'est pas inhabituel pour un soumis de porter plusieurs collier en de spéciales occasions. Les colliers de chien peuvent également être inclus.

Il existait une tradition dans laquelle porter un collier avec un cadenas ouvert indiquait qu'une personne cherchait un partenaire et qu'un cadenas fermé indiquait que la personne avait déjà une relation. Ce symbolisme a pratiquement disparu depuis.

Sécurité[modifier | modifier le code]

Il existe quelques facteurs de risques associés à la D/s. Celle-ci étant dans le domaine d'une activité mentale, certains risques associés à la D/s influent sur la santé mentale. Par exemple :

  • Partenaire dominant physiquement et mentalement abusif.
  • Soumis auto-insatisfait
  • Partenaire dominant violant la confiance de la relation et tentant de garder le soumis hors de la société ou l'exploitant volontairement pour de l'argent
  • Dominants ou soumis instables révélant, par acte ou menace, la vie privée du ou des partenaires à l'attention du public, pouvant causer des troubles personnels et financiers
  • Soumis manipulés et émotionnellement instables ou dominants tentant d'obtenir plus qu'une simple relation. Ce type de comportement inclus une soumission morale, un vampirisme émotionnel et d'autres formes de manipulations psychologiques.

Toutefois une étude a montré dans "The Journal of Sexual Medicine" (Psychological Characteristics of BDSM Practitioners) que les personnes qui se livrent à des pratiques BDSM pourraient être en meilleure santé mentale que celles qui pratiquent une sexualité plus classique. Plus extravertis, plus ouverts aux nouvelles expériences, moins névrosés, ces personnes ont également obtenu des scores plus faibles que le grand public sur la sensibilité au rejet, des niveaux plus élevés de bien-être et ont exprimé des sentiments d’attachement plus surs dans leurs relations. Les amoureux du BDSM ont une meilleure santé mentale que les pratiquants de la sexualité vanille, 2013

Histoire[modifier | modifier le code]

Il existe certaines œuvres datant du Moyen Âge dans lesquelles il serait clairement indiqué une soumission pour des raisons romantiques. Un autre exemple de l'ère médiévale – la convention littéraire de l'amour courtois, une idéologie dans laquelle un chevalier sert une demoiselle avec la même servitude et loyauté qu'il possède à l'égard de son roi.

Le livre le plus célèbre s'intitule La Vénus à la fourrure, 1869 de Leopold von Sacher-Masoch, dans lequel le protagoniste, Severin, établit son programme masochiste et tente de convaincre Wanda von Sacher-Masoch, de le prendre comme esclave. Il devra la servir, être son souffre-douleur, humilié, subir des sévices physiques importants tel que le Knout. C'est Krafft-Ebing qui qualifie le premier le nom de « masochisme » comme symptôme qu'il considérait comme une pathologie : « L'invention du masochiste : un psychopathe au féminin ». Plus tard, nombreux sont les psychiatres, psychanalystes et les universitaires qui identifieront plusieurs formes de masochisme dont certaines ne seront pas dans la pathologie. Il est à noter que Krafft-Ebing écrivait en latin, lorsqu'il considérait que la description de la pratique était trop sale, ex : l'urolagnie. La chanson Under my Thumb du groupe des Rolling Stones (M. Jagger, 1966) relate une relation D/s[4]. La chanson All By Myself/Dominated Love Slave de Green Day (Frank Edwin Wright III ou Tre Cool) décrit les sentiments de F.E. Wright III pour la domination féminine[5].

Médias[modifier | modifier le code]

Auteurs notables[modifier | modifier le code]

Littérature[modifier | modifier le code]

  • (en) Gloria G. Brame, William D. Brame, and Jon Jacobs. Different Loving : An Exploration of the World of Sexual Dominance and Submission, New York: Villard Books, 1993, (ISBN 0-679-40873-8).
  • (en) Jack Rinella, The Compleat Slave: Creating and Living an Erotic Dominant/Submissive Lifestyle, Daedelus Publishing Co, 2002, (ISBN 1-881943-13-5).
  • (en) Jack Rinella, The Master's Manual: A Handbook of Erotic Dominance, Daedelus Publishing Co., 1994, (ISBN 1-881943-03-8).
  • (en) Peter Masters, The Control Book, CreateSpace, 2009, (ISBN 1-4421-7386-6).
  • (en) Peter Masters, This Curious Human Phenomenon: An Exploration of Some Uncommonly Explored Aspects of BDSM, The Nazca Plains Corporation, 2008, (ISBN 1-934625-68-X.
  • (en) Guy Baldwin, SlaveCraft: Roadmaps for Erotic Servitude — Principles, Skills and Tools, Daedelus Publishing Co, 2002, (ISBN 1-881943-14-3).
  • (en) Claudia Varrin, Art of Sensual Female Dominance: A Guide for Women, Birch Lane Press, 2000, (ISBN 0-8065-2089-2).
  • (en) Claudia Varrin, Erotic Surrender: The Sensual Joys of Female Submission, Citadel Press, 2003, (ISBN 0-8065-2400-6).
  • (en) Pat Califia, Sensuous Magic, New York, Masquerade Books, 1993, (ISBN 1-56333-131-4).
  • (en) Philip Miller and Molly Devon, Screw the Roses, Send Me the Thorns: The Romance and Sexual Sorcery of Sadomasochism, Mystic Rose Books, 1995, (ISBN 0-9645960-0-8).
  • (en) Saez, Fernando y Viñuales, Olga, Armarios de Cuero, Ediciones Bellaterra, 2007, (ISBN 978-84-7290-345-6).
  • (en) Claudia Varrin, Female Dominance: Rituals and Practices, Citadel Press, 2004, (ISBN 0-8065-2659-9).
  • (en) Claudia Varrin, The Female Dominant: Games She Plays, Citadel Press, 2005, (ISBN 0-8065-2669-6).
  • (en) Claudia Varrin, Female Submission: The Journals of Madelaine, Citadel Press, 2006, (ISBN 0-8065-2707-2).
  • (es) Claudia Varrin, Dominación Sensual Edicions Bellaterra, 2006, (ISBN 978-84-7290-316-6).
  • (de) Claudia Varrin, Die Kunst der weiblichen Dominanz, Schwarzkopf & Schwarzkopf, 2006 ISBN 3-89602-710-7, ISBN 978-3-89602-710-8[à vérifier : isbn invalide]).
  • (de) Claudia Varrin, Die Kunst der weiblichen Unterwerfung, Schwarzkopf & Schwarzkopf, 2007, (ISBN 978-3-89602-773-3).

Films[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « (Mostly) BDSM Acronyms taken from Frites, Arlene Rinaldi, Big Al, and others » (consulté le 3 janvier 2011)
  2. « Les fantasmes dangereux », sur Edusex (consulté le 1er décembre 2010)
  3. (en) « Domination Skills », sur Steve Pavlina (consulté le 1er décembre 2010)
  4. (en) « Rolling Stones, The – Honky Tonk Women / Under My Thumb », sur Discogs,‎ 1969 (consulté le 3 janvier 2012)
  5. (en) « Green Day – Spitting », sur Discogs,‎ 1995 (consulté le 3 janvier 2012)

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]