Chloë des Lysses

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec Chloé des Lys.
Autoportrait de Chloë des Lysses.

Chloë des Lysses est le pseudonyme d’une photographe française contemporaine née à Toulon le 29 juin 1972.

Biographie[modifier | modifier le code]

Chloë des Lysses commence sa carrière, un prix de piano en poche, en jouant des standards de jazz dans un bar marseillais avant de partir pour la capitale tourner quelques films X et deux sitcoms pour M6. À 20 ans, elle devient pigiste et égérie d’un photographe. À 30 ans, elle abandonne le journalisme écrit et passe de l’autre côté de l’objectif.

Très vite, elle expose de faux billets au musée de l’érotisme de Paris ou ses clichés gonzo réalisés dans le cadre des coulisses du Journal du hard au musée d’Art moderne de Neuchâtel. Catherine Millet lui consacre la couverture et les pages principales du hors série Art press XXL en 2005. Philippe Manœuvre, rédacteur en chef de Rock & Folk, lui confie la réalisation de portraits de musiciens live ou posés. Elle photographie Jack White, Iggy Pop, Patti Smith, Pete Doherty, The Pretty Things, The Brian Jonestown Massacre, The Rolling Stones, George Clinton, Robert Wyatt et beaucoup d’autres artistes rock, soul ou pop. Parallèlement, elle poursuit une recherche plus personnelle sur la chair et la nourriture, sur laquelle elle publie The Pimp Cook Book en 2009.

Frédéric Beigbeder, Bob Guccione, Tomi Ungerer, Giorgio Agamben, Mehdi Belhaj Kacem, le professeur Corcos de l’institut Montsouris, Rémi Boyer et d’autres personnalités se sont penchés sur le cas de cette excentrique. Le groupe Tanger lui a consacré une chanson, Chloë des Lysses sur l’album La Mémoire insoluble.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]