Jérôme Sans

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sans.

Jérôme Sans

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Portrait de Jérôme Sans par Sam Samore

Naissance 1960
Activité principale curator et critique d'art
Autres activités
directeur artistique et directeur d'institutions d'art contemporain français

Jérôme Sans, né en 1960[1], est un curator, critique d'art, directeur artistique et directeur d'institutions d'art contemporain français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Curator, critique, directeur d’institutions d’art contemporain... Jérôme Sans est un « directeur artistique » ou mieux encore, un « entrepreneur culturel » d’exception. Internationalement reconnu pour avoir conçu des institutions d'art contemporain novatrices, il a été notamment cofondateur avec Nicolas Bourriaud du Palais de Tokyo ouvert à Paris en 2002 et qu’ils dirigent jusqu’en 2006, puis directeur de la première institution privée en Chine, l'Ullens Center for Contemporary Art (UCCA) à Pékin, qu'il développe de 2008 à 2012 pour en faire l'un des lieux les plus créatifs d'Asie. Il est encore aujourd'hui membre du conseil d'administration de l'UCCA.

Jérôme Sans a aussi été Global Cultural Curator de 2006 à 2013 pour Le Méridien Hotels & Resorts.

En 2012, il crée le magazine "L'Officiel Art" dont il est le directeur de création et le rédacteur en chef jusqu'en 2014.

Il est actuellement Directeur artistique de l’un des plus grands programme de réaménagement urbain en Europe « Rives de Saône – River Movie » à Lyon.

Cofondateur de l’agence de conseil « Perfect Crossovers » (Paris/Beijing), il est également membre du comité de la Fondation Sam Art Projects à Paris.

Jérôme Sans démarre sa carrière au début des années 1980 figurant parmi les premiers commissaire d’exposition indépendant en Europe, avec le but de faire découvrir des artistes émergents et surtout de repenser la question de l’exposition. Jérôme Sans s’y engage notamment en confrontant les œuvres aux espaces de la réalité, hors des espaces traditionnels d’exposition (institutions, galeries). Il conçoit ainsi des expositions « pop up » spécifiquement réalisées en fonction des contextes investis : Fictions, à l’aéroport international Mirabel de Montréal en 1989 ; Escales en 1991 dans le paysage rural et côtier des Côtes-d'Armor ; Sur la route entre Besançon et Belfort en 1994, une exposition à voir depuis le train, l’eau et la route ; Infrasound en 1995 à Munich, s’inscrivant cette fois dans tous les lieux de l’espace public qui diffusent du son pour y substituer des œuvres sonores d’artistes réalisées pour chacun des lieux. L’exposition Shopping - d’abord à Bordeaux (1995) produite par le CAPC, puis présentée à New York (1996) et produite par la galerie Jeffrey Deitch -, s’immisce dans différents lieux de consommation du quartier de SoHo alors en pleine mutation, juste avant le départ des galeries vers Chelsea (garage, fleuriste, bijoutier, armée du salut, sex shop,…). Street Life, en 1999, investissait 7 maisons ou « shotgun houses » à l’invitation du projet social Project Row Houses à Houston. Wide Screen en 2000 présentait un programme de vidéos dans les rues de sept villes au Japon.

Diplômé de l'ICART (Institut supérieur des Carrières Artistiques) à Paris. Il a été professeur invité au Saint Martins College of Art and Design]] entre 1998 et 1999 et a publié un grand nombre d’ouvrages en collaboration avec des artistes, photographes et créateurs renommés. Depuis 1983, il a rédigé des articles pour plus de trente-deux revues internationales sur des sujets touchant à l'art contemporain. Il a également participé à l'élaboration de nombreux catalogues d'exposition pour les musées. En 1998, il publie un livre d'entretiens avec l'artiste Daniel Buren. En 2002, il est l'auteur du livre Araki on Araki, un ensemble de photos de l'artiste Nobuyoshi Araki, édité chez Taschen, et d'un recueil de photos de Hedi Slimane, Intermission 1, édité chez Pitti Immagine.

Expositions[modifier | modifier le code]

Jérôme Sans a été le commissaire de plus de 300 expositions monographiques et collectives dans des institutions à travers le monde telles que :

Entre 1994 et 1996, Jérôme Sans est commissaire extérieur à Magasin 3 Stockholm Konsthall (Suède) puis, de 1996 à 2003, à l'Institute of Visual Arts à Milwaukee (USA).

En 1997 et 1998, il est le directeur artistique de deux éditions du Printemps de Cahors, intitulées "One Minute Scenario" (avec Dennis Hopper, Doug Aitken, Thomas Demand, Pierre Huyghe, Valérie Jouve, Ken Lum, Jack Pierson...), et "La sphère de l'intime".

Il fut également, entre 1998 et 1999, professeur invité au Central St Martins College de Londres.

Avec Nicolas Bourriaud, il est co-commissaire de deux événements d'envergure :

  • la Biennale d'art contemporain de Lyon (2005), intitulée « L'expérience de la durée » ;
  • la Nuit Blanche (un événement public qui met en scène, pendant une nuit, des installations d’art contemporain à travers la ville) à Paris en 2006.

Institute of Visual Arts (INOVA), Milwaukee, Wisconsin (1996-2003)[modifier | modifier le code]

De 1996 à 2003, Jérôme est commissaire extérieur de l'Institute of Visual Arts de Milwaukee, où il présente pour la première fois aux Etats-Unis une nouvelle génération d'artistes tels Maurizio Cattelan, Pierre Huyghe, Erwin Wurm, Kendell Geers, Philippe Parreno, Barthélémy Toguo, Steve McQueen, Kim Sooja, Joachim Koester, Annelis Strba, Lars Nilsson, Annika von Hauswolff...

Palais de Tokyo (1999-2006)[modifier | modifier le code]

En 1999, Jérôme Sans fonde avec Nicolas Bourriaud le Palais de Tokyo - site de création contemporaine, à Paris, inauguré en 2002. Ils dirigent le centre d'art jusqu’en 2006, l’affirmant comme un nouveau type et modèle d’institution, un lieu de vie doté d’une nouvelle économie institutionnelle. Le Palais de Tokyo devient le centre d’art contemporain le plus important d’Europe et compte parmi les plus appréciés au monde.

Jérôme Sans a travaillé avec les architectes Anne Lacaton & Jean-Philippe Vassal pour le réaménagement du bâtiment, ainsi qu'avec l’architecte Stéphane Maupin pour la création du restaurant.

Jérôme Sans a par ailleurs imaginé une nouvelle économie pour l’art contemporain en impliquant pour la première fois dans une institution des marques dans l’aventure du lieu.

En 6 ans, le Palais de Tokyo a accueilli plus d'un million de visiteurs, contribuant à l’élargissement d’un nouveau public pour la création d’art contemporain et à une visibilité internationale de la scène artistique française. Il a été le pionnier d’un mouvement de réconciliation entre la Ville des Lumière et l’art contemporain et sa programmation a fait des émules auprès des spécialistes, des amateurs d’art et du large public, bien au-delà des frontières de la France.

Le Palais de Tokyo a ainsi accueilli durant ces années plus de 80 expositions personnelles (Tobias Rehberger, Chen Zhen, Wolfgang Tillmans, Kendell Geers, Candice Breitz, Wang Du, Bruno Peinado, Katharina Grosse…), 8 expositions de groupe (Translation, Hardcore, Live, GNS, Notre histoire…), et plus d’une centaine d’évènements et performances (Laurent Garnier, Marina Abramovic, Jan Fabre, Christophe, …)

Baltic Art Center (2006-2008)[modifier | modifier le code]

Directeur artistique du Baltic Art Center de Gateshead (Newcastle, UK) de 2006 à 2008, Jérôme Sans a su réactiver ce centre d’art, qui est l’un des plus grands en Europe, et le réimposer comme l’un des lieux les plus créatifs d’Angleterre. Il y présentera notamment les expositions monographiques de Kendell Geers, Subodh Gupta, Brian Eno, Kader Attia, Wang Du... Installé dans un ancien moulin à farine, le Baltic est un centre international d’art contemporain, présentant une programmation d’expositions et d’événements en constante évolution.

Ullens Center for Contemporary Art (2008-2012)[modifier | modifier le code]

De 2008 jusqu’en 2012, Jérôme Sans a été le Directeur fondateur de l’Ullens Center for Contemporary Art (UCCA) à Pékin, créé par Guy Ullens et premier centre artistique privé installé en Chine. Instaurant une nouvelle stratégie muséale, l’UCCA est devenu un lieu incontournable en Asie. Grâce à un large éventail d’expositions et de programmes (en 4 ans, plus de 67 expositions et 1500 événements), l’UCCA s’est imposé comme l’un des centres d’art les plus vivants de sa catégorie.

Jérôme Sans a notamment collaboré avec l’architecte Jean-Michel Wilmotte pour redéfinir la structure du centre et adapter l’esprit de style Bauhaus du bâtiment à des espaces d’exposition flexibles.

Ambassadeur à la fois de l’art contemporain chinois et de la création occidentale, Jérôme Sans a doté l’UCCA d’une identité inédite. À travers une programmation d’expositions de niveau mondial et par la promotion active de l’art contemporain chinois, Jérôme Sans a su favoriser un dialogue dynamique entre les artistes et leur public par delà les frontières. Il a participé à l’élaboration d’une nouvelle économie pour le centre d’art, travaillant là encore à l’échange entre partenaires locaux et internationaux.

Jérôme Sans est actuellement membre de l'Advisory Board de l’UCCA.

"River Movie", Rives de Saône (2010-2014)[modifier | modifier le code]

Depuis 2010, Jérôme Sans a été nommé Directeur artistique du programme de rénovation des quais de Saône (sur plus de 50 km), l’un des plus grands projets de réaménagement urbain en Europe.

Dans un dialogue entre paysagistes, architectes et plus d’une dizaine d’artistes internationaux (Tadashi Kawamata, Jean-Michel Othoniel, Didier Faustino, Lang-Baumann, Elmgreen & Dragset, Le Gentil Garçon, Erik Samakh, Pascale Marthine Tayou, Meschac Gaba), les berges ont été redessinées en différentes séquences, ponctuées d’œuvres à activer, contribuant à l’inscription de l’art dans la ville de Lyon.

La première phase de ce programme a été livrée en septembre 2013 avec plus de 15 km réalisés et une dizaine d’œuvres conçues et implantées in situ. Les prochaines phases seront exécutées en 2014 et 2015.

Le Méridien (2006-2013)[modifier | modifier le code]

De 2006 à 2013, Jérôme Sans a été Global Cultural Curator pour le groupe Le Méridien Hotels & Resorts, une première dans l’industrie hôtelière.

Réunissant autour de lui une communauté (LM100) de créateurs ambassadeurs (artistes, architectes, chefs, cinéastes, photographes, créateurs de parfums… chacun reconnu dans son domaine pour ses innovations - Jean-Georges Vongerichten, Henri Scars Struck, Yan Lei, Sam Samore, Ralph Gibson, Kiki Allgeier...), Jérôme Sans a réinventé tout le vocabulaire du groupe - autour des trois mots « Chic, Culture et Découverte » - le positionnant comme une entreprise hôtelière contemporaine et singulière, engagée dans la culture d’aujourd’hui.

Jérôme Sans s’est approprié l’ensemble des espaces de vie et les gestes les plus quotidiens, les transformant en véritables « moments » dédiés à un ensemble d’expériences sensuelles et créatives ; depuis l’identité olfactive de la marque, à la bande-son en continu 24/24h, en passant par une carte de vins créative ou encore la création d’œuvres in situ au sein des hôtels. Jérôme Sans a notamment instauré la mise en place de cartes magnétiques collector réalisées par les artistes, celles-ci donnant accès aux chambres mais aussi la possibilité de découvrir gracieusement les institutions culturelles les plus créatives de la ville dans laquelle se trouve l’hôtel Le Méridien.

L'Officiel Art (2012-2013)[modifier | modifier le code]

En 2012, Jérôme Sans crée le magazine trimestriel L’Officiel Art avec les Éditions Jalou (Paris), dont il est directeur de création et rédacteur en chef des huit premiers numéros jusqu'en 2014.

« L’ambition, inventer un magazine d’un nouveau genre. L’Officiel Art c’est le monde contemporain vu au travers du spectre de l’art, à travers une série de rencontres croisées. Des rencontres exceptionnelles à l’image du territoire de l’art qui se nourrit et nourrit sans cesse d’autres pratiques culturelles (cinéma, mode, design, architecture, musique, lifestyle…).

Sur 280 pages, L’Officiel Art replace les artistes au cœur du débat, devenant ce point de convergence où ceux qui ont pour mission d’enchanter et d’inventer nos environnements trouveront matière à impression, manière à expression.

Singulier, inattendu, inédit, L’Officiel Art ouvre ses pages en grand écran aux artistes, photographes, architectes, designers, cinéastes, performers et à tous ceux qui les accompagnent dans ce superbe élan créatif. Un art définitivement contemporain, appréhendé dans toutes ses dimensions, dans toutes ses arborescences et dans cette intime proximité qui le lie désormais à la mode, aux voyages, à la gastronomie et à tout ce qui fait le style et le sens de nos existences quotidiennes. L’art comme style de vie et la vie comme art de vivre à fond son époque.

Si l’art est un mode de vie, L’Officiel Art est son magazine. »

En l’espace de deux ans, neuf artistes ont ainsi été invités à créer les couvertures originales de huit numéros : Daniel Buren, Farhad Moshiri, Bertrand Lavier, Yan Pei-Ming, Sterling Ruby, Marina Abramovic & Terence Koh, Loris Gréaud et Youssef Nabil.

Books & Publishing[modifier | modifier le code]

Jérôme Sans a collaboré avec plus de trente revues internationales sur des sujets touchant à l’art contemporain, notamment avec Flash Art, Artforum, Artpress, UOVO, Tema Celeste, Beaux-Arts magazine… et a également participé à l’élaboration de nombreux catalogues d’exposition pour des musées ou institutions privés.

En 1998, il publie un livre d’entretiens avec l’artiste Daniel Buren (Au Sujet de…), qui restera un ouvrage de référence, puis deux autres avec les artistes Jonas Mekas (Just Like A Shadow, Steidl, 2000) et Chen Zhen (Les entretiens, Presses du Réel, 2003). Il est également l’auteur du livre Araki on Araki, un ensemble de photos de l’artiste Nobuyoshi Araki, édité chez Taschen en 2000 ; de l’ouvrage In The Arab World Now, publié par la Galerie Enrico Navarra en 2008 et d’un recueil de photos de Hedi Slimane, Intermission 1, édité chez Pitti Immagine en 2002.

Plus récemment, Jérôme Sans a réalisé une série de livres de poche d’entrevues avec des artistes et des architectes (Kendell Geers 2013, Ma Yansong 2012, Jannis Kounellis 2012), publiée par BlueKingfisher Lmt. Il prépare actuellement un nouveau livre d’entretiens avec l’artiste américain John Giorno.

Films / Musique[modifier | modifier le code]

Jérôme Sans a réalisé, avec Pierre Paul Puljitz le film Jonas Mekas, I am not a filmmaker (Production/Polyester, 52 min, 2012), premier documentaire consacré à Jonas Mekas, la figure culte du cinéma underground new yorkais. Celui-ci a été présenté dans de nombreux festivals, dont le Festival International du Documentaire de Marseille et le Mar del Plata Film Festival. Jérôme Sans prépare actuellement un autre documentaire sur l’auteur, acteur et réalisateur américain Kenneth Anger.

En 2008, alors Global Cultural Curator du Méridien, Jérôme Sans a produit et dirigé, pour l'UNICEF, la réalisation du film Breaking the silence de Kiki Allgeier. Ce film dénonce la pandémie du SIDA, à travers la vie d’enfants de Maputo (Mozambique).

Toujours dans le cadre de la communauté créative LM100 pour Le Méridien, Jérôme Sans a été en charge de la direction artistique d’une série de portraits d’une vingtaine de créateurs réalisés par Kiki Allgeier entre 2006 et 2013.

Pour le site web du Magazine Whitewall, en 2012, Jérôme Sans a réalisé deux portraits vidéo de 3 min sur l’architecte Ma Yansong et le peintre Yu Hong.

Récemment, Jérôme Sans a été le directeur artistique d’un portrait de MadeIn Compagny (Xu Zhen) dans son atelier, à propos d’une œuvre réalisée pour la Biennale de Lyon 2013. Ce film, réalisé par Yang Bo (4,20 min) et produit pour ZILLI, est présenté sur le site de l’entreprise et projeté aux côtés de l’œuvre de l’artiste…

Jérôme Sans est aussi membre du groupe de rock électro, qu’il a fondé et qu'il coproduit avec Audrey Mascina. Leur premier album Revolution is Over est sorti en février 2006 sous le label français Naïve, suivi d’un second en 2011 Love To Love sur le label ModernSky, faisant de Liquid Architecture le Premier groupe occidental à signer sur un label chinois.

Bibliographie (sélection)[modifier | modifier le code]

  • Hand Grenades From My Heart, Kendell Geers edited by Jérôme Sans, Blue Kingfisher, 2013.
  • Smoke Shadows, Jannis Kounellis interviewed by Jérôme Sans, Blue Kingfisher, 2012.
  • Bright City, Ma Yansong interviewed by Jérôme Sans, Blue Kingfisher. 2012.
  • Raqib Shaw, Of beasts and super-beasts, Galerie Thaddaeus Ropac, Paris, 2012.
  • Peter Lindbergh : The Unknown, Schirmer/Mosel Verlag, 2011, 200 pages
  • Goudemalion : Jean-Paul Goude une rétrospective, Éditions de la Martinière , 2011.
  • Farhad Moshiri, Éditions Ropac, Janssen, The Third Line & Perrotin, 2010.
  • Wim Delvoye : knockin' on heaven's door, Tielt : Lannoo ; Brussel : BOZAR Books, 2010
  • China talks: interviews with 32 contemporary artists by Jerôme Sans, Beijing: Timezone 8, 2009.
  • In the arab world… Now, Galerie Enrico navarra, 2008, Volume 3.
  • Jonas Mekas: anecdotes, Paris: Scali, 2007.
  • Jan Lauwers, Mercator, 2007.
  • Jan Fabre, Acte sud, 2005.
  • Chen Zhen: les entretiens, Paris: Palais de Tokyo; Dijon: Les Presses du réel, 2003.
  • Araki by Araki, Taschen, 2002.
  • Hedi Slimane, Intermission 1, Pitti Immagine, 2002.
  • Kader Attia, Alter Ego, Galerie Kamel Mennour, 2002 (Exposition, 19 avril-14 mai)
  • Pierre & Gilles, Arrache Mon Cœur, Galerie Jérôme de Noirmont, 2001 (Jérôme Sans, Joram Harel)
  • Au sujet de…, Entretien avec Daniel Buren, Paris: Flammarion, 1998.
  • Erwin Wurm : One Minute Sculptures, Cantz, 1998.
  • Place de L'écriture, cinq œuvres par Joseph Kosuth, de 'One and Three Chairs' à 'Ex-Libris', J.-F. Champollion (Figeac)', Actes Sud, Arles, 2002, 46 p. (Guy Amsellem, Joseph Kosuth, Martin Malvy, Jérôme Sans)
  • « State of Emergency » in Mounir Fatmi, Fuck the Architect, Lowave, 2009, 256 p. (Pierre-Olivier Rollin, Frédéric Bouglé, Jean de Loisy, Paul Ardenne, Ariel Kyrou, Martina Corgnati, Jérôme Sans, Evelyne Toussaint, Nicole Brenez, Marc Mercier)

Références[modifier | modifier le code]

  1. Henri-François Debailleux, « Leur ville la nuit », Libération,‎ 7 octobre 2006 (lire en ligne).

Articles connexes[modifier | modifier le code]