Asphyxie érotique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Asphyxie érotique à l'aide d'un masque à gaz et d'un morceau de cuir humide dans un jeu de rôle BDSM.

L'asphyxie érotique désigne le fait de priver le cerveau d'un partenaire ou de soi-même d'oxygène dans le but d'en tirer un plaisir sexuel. Cette pratique est aussi appelée « asphyxiophilie », « asphyxie autoérotique », jeu du foulard ou jeu du contrôle de respiration. Elle est classée comme paraphilie par le manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux (DSM-IV-TR) de l'association américaine de psychiatrie (AAP).

Méthode[modifier | modifier le code]

De nombreuses méthodes sont utilisées pour diminuer le niveau d'oxygène dans le sang : la pendaison, la suffocation par placement de la tête dans un sac plastique, la strangulation avec une ligature médicale, l'utilisation de gaz ou de solvants volatiles, la compression de la poitrine ou une combinaison de ces méthodes[1]. Parfois, des mécanismes complexes sont mis en place pour arriver à ce but[2]. La plus simple restant d'expirer et de retenir sa respiration.

Dans la communauté BDSM, cette pratique peut être considérée comme un edgeplay dans le sens où elle repousse les limites de ce qui est considéré comme des activités « sûres, saines et consensuelles ». Ainsi, cette pratique est plutôt apparentée au RACK, c'est-à-dire à une prise de risque consensuelle : les partenaires sont censés être conscients des risques qu'ils prennent et responsables des dangers auxquels ils pourraient s'exposer.

Risques[modifier | modifier le code]

Cette pratique peut être dangereuse, même lorsqu'elle est pratiquée de manière responsable. En 1995, elle était jugée responsable de 250 à 1 000 morts par an aux États-Unis[3]. Des cas ont aussi été rapportés en Scandinavie[4] et en Allemagne[5],[6].

La mort arrive souvent lorsque la perte de conscience causée par l'asphyxie amène à la perte de contrôle de la strangulation, ce qui fait que l'asphyxie n'est pas interrompue et que la personne décède. Pratiquer l'asphyxie érotique seul augmente les risques[7]. Souvent, les victimes avaient prévu un mécanisme de secours qui a lui aussi fait défaut. Dans certains cas, le corps de la personne asphyxiophilique est retrouvé nu, avec des magazines pornographiques à proximité, voire des vibromasseurs et autres jouets sexuels ou avec la preuve d'un orgasme ayant précédé la mort[5]. Sont découvertes aussi, lors des morts accidentelles, des traces d'autres activités paraphiliques[8] telles que le fétichisme, le travestissement et le masochisme[1]. La grande majorité des morts par asphyxie érotique sont des hommes. Parmi tous les cas recensés en Ontario et Alberta entre 1974 et 1987, seulement un sur 117 concernait une femme[1]. Quelques autres femmes ont aussi été retrouvées mortes de la même manière[9],[10],[11],[12]. L'âge moyen de ces morts est le milieu de la vingtaine[1],[13], mais des adolescents ont aussi été retrouvés morts[14],[15],[16]ainsi que des hommes de 70 ans[13],[5].

Des avocats et compagnies d'assurances se sont intéressés de près à ces cas, car des indemnisations peuvent être reversées en cas de mort accidentelle mais pas de suicide[17],[18],[19].

Morts renommées[modifier | modifier le code]

Photo prise peu après l'arrestation de Sada Abe à Tokyo le 20 mai 1936.

Henri-Joseph, prince de Bourbon-Condé en aurait été victime en 1830.

Sada Abe tua son amant, Kichizo Ishida, à l'aide d'une asphyxie érotique en 1936, puis lui coupa les testicules et les garda dans son sac à main pendant plusieurs jours. L'affaire fit sensation dans le Japon du milieu des années 1930 et reste l'un des meurtres les plus célèbres du pays. Le film L'Empire des sens est inspiré de leur histoire.

Dans le domaine du cinéma et de la télévision, l'acteur Albert Dekker a été retrouvé en 1968 dans sa salle de bain, son corps recouvert de graffitis et un nœud coulant autour du cou. L'acteur américain David Carradine (72 ans) serait mort d'asphyxie érotique dans la nuit du 3 juin 2009 à Bangkok, Thaïlande[20], alors qu'il tournait le film du réalisateur français Charles de Meaux, Stretch qui sortira malgré les 3 dernières scènes que Carradine n'a pas eu le temps de tourner. Le présentateur anglais de la BBC Kristian Digby, retrouvé sans vie lundi 1er mars 2010 à son domicile londonien, serait mort par « asphyxie auto-érotique ». Selon le quotidien britannique The Daily Mail, l’animateur de la BBC, âgé d'une trentaine d'années, aurait succombé à « un jeu sexuel solitaire qui a tragiquement mal tourné ». Le film américain World's Greatest Dad réalisé par Bobcat Goldthwait présente le personnage du jeune Kyle Clayton, un adolescent obsédé sexuel qui périra de cette manière.

Dans le domaine musical, le compositeur Franz Koczwara mourut de cette manière en 1791. L'artiste Vaughn Bodé mourut de cette manière en 1975. Kevin Gilbert, un auteur-compositeur, musicien et producteur, est mort en 1996[21]. Michael Hutchence, le chanteur d'INXS, serait mort d'asphyxie érotique en 1997, mais le suicide est la cause officielle de son décès[22].

Stephen Milligan est mort en 1994[23]. Kristian Etchells, membre du Front national britannique, est mort en 2004[24].

Histoire[modifier | modifier le code]

Les sources les plus anciennes de cette pratique datent du début du XVIIe siècle. Elle a d'abord été utilisée comme traitement de l'impuissance sexuelle[25]. L'idée de soigner l'impuissance par l'asphyxie vient sans doute de l'observation de pendaisons, où les victimes hommes développaient une érection, qui pouvait perdurer après la mort (il était alors question d'érection post mortem), voire aboutir à une éjaculation (et féconder selon certaines légendes des plants de mandragore[26]). Pourtant, ce qui provoque l'éjaculation lors de la pendaison est la relaxation des muscles et ce n'est pas le phénomène recherché par les pratiquants de l'asphyxie érotique.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d Blanchard R., & Hucker S. J. (1991). Age, transvestism, bondage, and concurrent paraphilic activities in 117 fatal cases of autoerotic asphyxia. British Journal of Psychiatry, 159, 371-377.
  2. O’Halloran R. L. & Dietz P. E. (1993). Autoerotic fatalities with power hydraulics. Journal of Forensic Sciences, 38, 359–364.
  3. Uva J. L. (1995). Review: Autoerotic asphyxiation in the United States. Journal of Forensic Sciences, 40, 574–581.
  4. Innala S. M. & Ernulf K. F. (1989). Asphyxiophilia in Scandinavia. Archives of Sexual Behavior, 18, 181–189.
  5. a, b et c Janssen W., Koops E., Anders S., Kuhn S. & Püschel K. (2005). Forensic aspects of 40 accidental autoerotic deaths in Northern Germany. Forensic Science International, 147 (Suppl.), S61–S64.
  6. Koops E., Janssen W., Anders S. & Püschel K. (2005). Unusual phenomenology of autoerotic fatalities. Forensic Science International, 147S, S65–S67.
  7. Autoerotic Asphyxiophilia on Sexinfo website, University of Santa Barbara, Ca.
  8. Bogliolo L. R., Taff M. L., Stephens P. J. & Money J. (1991). A case of autoerotic asphyxia associated with multiplex paraphilia. American Journal of Forensic Medicine and Pathology, 12, 64–73.
  9. Danto, B. (1980). A case of female autoerotic death. American Journal of Forensic Medicine and Pathology, 1, 117–121.
  10. Behrendt N., Buhl N. & Seidl S. (2002). The lethal paraphilic syndrome: Accidental autoerotic deaths in four women and a review of the literature. International Journal of Legal Medicine, 116, 148–152.
  11. Martz D. (2003). Behavioral treatment for a female engaging in autoerotic asphyxiation. Clinical Case Studies, 2, 236–242.
  12. Sass F. (1975). Sexual asphyxia in the female. Journal of Forensic Science, 2, 181–185.
  13. a et b Burgess A. W. & Hazelwood R. R. (1983). Autoerotic deaths and social network response. American Journal of Orthopsychiatry, 53, 166-170.
  14. Shankel L. W. & Carr A. C. (1956). Transvestism and hanging episodes in a male adolescent. Psychiatric Quarterly, 30, 478–493.
  15. Sheehan W. & Garfinkel B. D. (1987). Adolescent autoerotic deaths. Journal of the American Academy of Child and Adolescent Psychiatry, 27, 367–370.
  16. Edmondson J. S. (1972). A case of sexual asphyxis without fatal termination. British Journal of Psychiatry, 121, 437-438.
  17. Cooper A. J. (1995). “Auto-erotic asphyxial death: Analysis of nineteen fatalities in Alberta”: Comment. Canadian Journal of Psychiatry, 40, 363–364.
  18. Cooper A. J. (1996). Auto-erotic asphyxiation: Three case reports. Journal of Sex and Marital Therapy, 22, 47–53.
  19. Garza-Leal J. A. & Landrom F. J. (1991). Autoerotic death initially misinterpreted as suicide and a review of the literature. Journal of Forensic Sciences, 36, 1753–1759.
  20. « David Carradine serait mort lors d'un jeu sexuel », sur Nouvel observateur,‎ 5 juillet 2009 (consulté en 7 décembre 2011)
  21. (en) Joel Selvin, « More Than 'The Piano Player' », San Francisco Chronicle,‎ 16 septembre 1996 (consulté le 4 janvier 2009)
  22. Paula challenges Hutchence verdict. BBC News, 10 août 1999
  23. (en) Police probe MP's suspicious death BBC News, 8 fév. 1994
  24. National Front member died during sex act Oldham Advertiser, 27 Jan 2005
  25. « Erotic Asphyxiation » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 20130318
  26. « Mandragore », Lust Magazine,‎ 2000

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Robert R. Hazelwood, Park Elliot Dietz, Ann Wolbert Burgess: Autoerotic Fatalities. Lexington, Mass.: LexingtonBooks, 1983.
  • Sergey Sheleg, Edwin Ehrlich: Autoerotic Asphyxiation: Forensic, Medical, and Social Aspects. Tucson, AZ: Wheatmark, 2006.
  • John Money, Gordon Wainwright and David Hingsburger: The Breathless Orgasm: A Lovemap Biography of Asphyxiophilia. Buffalo, New York: Prometheus Books, 1991.

Liens externes[modifier | modifier le code]