Douleur

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections Cet article concerne la douleur physique. Pour la douleur au sens large, voir Souffrance.
Douleur
Classification et ressources externes
Injuredicon.svg
La douleur est un signal d'alarme de l'organisme incitant celui-ci à résoudre le problème, ici symbolisé dans le cas d'un douleur à la jambe.
CIM-10 R52
CIM-9 338
DiseasesDB 9503
MedlinePlus 002164
MeSH D010146
Wikipédia ne donne pas de conseils médicaux Mise en garde médicale

La douleur est une « expérience sensorielle et émotionnelle désagréable »[1], une sensation subjective normalement liée à un message de douleur, un stimulus nociceptif transmis par le système nerveux. On distingue principalement deux types de douleur, aiguë et chronique :

Cette sensation, de désagréable à insupportable, n'est pas nécessairement exprimée. Pour l'identifier chez autrui on peut faire le diagnostiques de la douleur en se référant à des effets observable, par exemple les mouvements réflexes de retrait au niveau des membres et des extrémités pour les douleurs aiguës, ou des changements de comportement, d'attitudes et de positions du corps pour les douleurs chroniques.

Les traitements de la douleur sont multiples, les études sur le sujet pour une meilleure compréhension se poursuivent, en particulier pour la reconnaître quant elle n'est pas exprimée. Ainsi la douleur de l'enfant ne l'est pas toujours[2], la douleur chez le nouveau né étant même officiellement inexistante jusqu'à la démonstration du contraire en 1987[Note 1], et son identification dans le Règne animal reste un sujet de recherche.

Définition[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Histoire de la notion de douleur.

Une définition de référence de la douleur a été donnée en 1979[3] par L'IASP (International Association for the Study of Pain) :

« La douleur est une expérience sensorielle et émotionnelle désagréable, liée à une lésion tissulaire réelle ou potentielle, ou décrite en termes d'une telle lésion[1],[Note 2] »

La douleur apparait ainsi comme une expérience subjective. C'est un événement neuropsychologique pluridimensionnel[4]. Il convient alors de distinguer :

  • La composante sensori-discriminative qui correspond aux mécanismes neurophysiologiques de la nociception. Ils assurent la détection du stimulus, sa nature (brûlure, décharges électriques, torsion, etc.), sa durée, son évolution, son intensité, et l’analyse de ses caractères spatiaux.
  • La composante affective qui exprime la connotation désagréable, pénible, rattachée à la perception douloureuse.
  • La composante cognitive référant à l’ensemble de processus mentaux qui accompagnent et donnent du sens à une perception en adaptant les réactions comportementales comme les processus d’attention, d’anticipation et de diversion, les interprétations et valeurs attribuées à la douleur, le langage et le savoir sur la douleur (sémantique) avec les phénomènes de mémoire d’expériences douloureuses antérieures personnelles (mémoire épisodique) décisifs sur le comportement à adopter.

Beecher en 1956[5] a démontré l’influence de la signification accordée à la maladie sur le niveau d’une douleur. En étudiant comparativement deux groupes de blessés, militaires et civils, qui présentaient des lésions identiques en apparence, il a observé que les militaires réclamaient moins d’analgésiques. En effet, le traumatisme et son contexte revêtent des significations tout à fait différentes : comparativement positives pour les militaires (vie sauve, fin des risques du combat, bonne considération du milieu social, etc.), elles sont négatives pour les civils (perte d’emploi, pertes financières, désinsertion sociale, etc.).

  • La composante comportementale qui correspond à l’ensemble des manifestations observables :
    • physiologiques (paramètres somato-végétatifs ex : pâleur),
    • verbales (plaintes, gémissements…),
    • motrices (immobilité, agitation, attitudes antalgiques).

En 1994 L'IASP propose 5 critères distincts de classification [6] :

  1. La région du corps impliquée (l'abdomen, membre inférieur...)
  2. Le système dont la dysfonction cause la douleur (digestif, nerveux...)
  3. La durée et la fréquence
  4. L'intensité et la durée depuis le début
  5. L'étiologie

Mécanismes physiologique et régulation[modifier | modifier le code]

Figure expliquant la Théorie du Gate Control

Dans les voies nerveuses de la nociception on distingue le circuit de la perception et celui de la régulation :

  • Les voies nociceptives ascendantes, comme toutes les voies nerveuses sensitives, véhiculent l'information de la périphérie du corps vers le cortex cérébral en passant par la moelle épinière.
  • Les voies descendantes, à l'inverse, portent un message depuis le cortex vers la périphérie, à la rencontre du message nociceptif dont elles peuvent alors limiter l'intensité en agissant sur les voies ascendantes.

Le rôle de ces circuits descendant est le rétrocontrôle, ici la régulation de l’intensité du message sensitif afin de moduler la sensation douloureuse[7]. Ce mécanisme inhibiteur est aussi appelé théorie de la porte ou gate control et est notamment utilisé dans le contrôle inhibiteur diffus.

Ces voies nociceptives transmettent l'information du stimulus nociceptif grâce à des mécanismes électrobiochimiques faisant intervenir de nombreuses molécules, dont des acides aminés. La douleur est véhiculée en premier lieu par les fibres A-delta qui conduisent le message nocicepteur à une vitesse de 15 à 30 m/s. La vulnérabilité à la douleur ou la sensibilité à l'« effet placebo » dépendent en partie de facteurs génétiques qui contrôlent le système dopaminergique du cerveau, lequel est en cause dans l'anticipation de la douleur et de la confiance en la guérison. De même pour la production par le cerveau lui-même de certains opiacés naturels (les endorphines) jouant un rôle de neurotransmetteur[8].

Niveau de genèse[modifier | modifier le code]

La douleur compte trois grands mécanismes de genèse : la douleur de nociception, la douleur neurogène et la douleur psychogène.

La douleur de nociceptive est générée par un récepteur spécifique, un nocicepteur, dont le rôle est de signaler les atteintes à l'intégrité de l'organisme. C'est un signal d'alarme normal, et même souhaitable dans la mesure où il induit une attitude appropriée dont l'absence[Note 3] pose de gros problèmes.

La douleur neurogène est générée par le nerf lui-même et non un récepteur spécifique, c'est donc une pathologie nerveuse encore appelée neuropathie[9]. Elle est ressentie comme des décharges électriques, des élancements, des sensations de brûlures, des sensations de froid douloureux et des picotements dans le territoire des nerfs atteints[Note 4]. C'est aussi la douleur que ressentent les malades amputés et en particulier la sensation perçue dans un membre qui a disparu (membre fantôme).

La douleur psychogène est générée par le psychisme, mais n'est pas imaginaire, elle est réellement ressentie par l'individu mais existe en l'absence de lésion. Les mécanismes physiologiques de ces douleurs ne sont pas clairement définis mais l'utilisation d'antalgique semble inefficace. Ces manifestations douloureuses sont liées à la somatisation des problèmes psychologiques, psychiques ou sociaux de l'individu et c'est en traitant ces problèmes que les douleurs sont ainsi traitées.

Conséquences[modifier | modifier le code]

Outre le sentiment de souffrance, la douleur peut provoquer un malaise vagal par stimulation des nerfs vagues (nerfs pneumogastriques). Les symptômes de cette excitation vagale sont tout ou partie des signes incluant notamment une baisse du débit sanguin par bradycardie et hypotension ; une syncope ; un myosis (diminution du diamètre des pupilles par contraction de l'iris) ; une transpiration aux extrémités des membres ; une sécrétion excessive de salive ; une hyperchlorhydrie (excès de sécrétion d'acide chlorhydrique par la muqueuse de l'estomac) ; une constipation ou des diarrhées ; des spasmes et des troubles de la respiration.

La douleur prolongée est inhibée par le corps par sécrétion d'endorphines (ou endomorphines). La production d'endorphine se fait initialement aux niveaux des nerfs proches du siège de la douleur ; lorsque cette production ne suffit plus (douleur prolongée), c'est un site plus proche du cerveau qui prend le relais dans la sécrétion. La douleur revient ainsi par vagues.

Diagnostic et évaluations[modifier | modifier le code]

L'évaluation et le diagnostic de la douleur étant complexe, l'IASP précise que « L'incapacité à communiquer verbalement n'infirme pas la possibilité que l'individu éprouve de la douleur et nécessite un traitements approprié pour soulager la douleur. La douleur est toujours subjective... »[Note 5]. L'OMS (Organisation Mondiale de la Santé) le précise bien dans ces recommandation en ce qui concerne la douleur chez l'enfant[10] car elle est communément sous estimée[2].

Divers organismes définissent le cadre sémantique, répertorient les connaissances physiologiques, et livrent des recommandations de traitement souvent liées aux différentes classes d'âges. Par exemple dans la francophonie ou peut citer l'INSERM sur l'aspect scientifique[11], le CNRD pour l'archivage des informations[12], la SFETD pour l’exploration médicale des voies de traitement[13], ou encore l'AQDC au sujet de la douleur chronique[14]

Cependant, malgré l'émergence de moyens techniques, le diagnostic reste malaisé car il existe une tendance naturelle à se protéger de la perception de la douleur d'autrui, c'est entre autres la raison de la mise en place d'échelles d'évaluation de la douleur.

Moyen technique[modifier | modifier le code]

La dilatation de la pupille semble corrélé avec la survenue de la douleur, des moyen de mesure sont en cours de test

En 2014, un moyen technique pour "mesurer" la douleur relativement à la dilatation réflexe de la pupille est encours d'évaluation. La pupillométrie permettrait d'adapter au mieux les traitements anti-douleur, en particulier chez les personnes endormies où la dilatation de la pupille n'est pas sensible à d'autres facteurs, comme le stress, mais son évaluation sur les enfants semble donner de bon résultats[15].

La douleur de l'autre[modifier | modifier le code]

D'après Nicolas Danziger[Note 6] la vision de la douleur chez l'autre crée une « émotion aversive » par un mécanisme dit de « résonance émotionnelle ». Mais il précise que ce mécanisme connaît des lacunes, par exemple en cas de différence ethnique ou religieuse, que d'autre part il peut donner lieu à « une volonté de fuite ou d’éloignement de celui qui souffre », et que « de nombreux travaux scientifiques ont démontré, ces dernières années, que le corps médical avait encore tendance à mésestimer la douleur des patients »[16].

On trouve ainsi aisément les preuves d'un déni collectif de la douleur chez autrui en particulier en ce qui concerne la douleur chez l'enfant qui est largement sous-estimée en milieu hospitalier[2]. Daniel Annequin affirme même : « Chez l'enfant on revient de loin, pendant des années on a voulu ignorer que l'enfant ressentait de la douleur [...] On disait que les fibres C n’étaient pas myélinisées, mais elles ne sont jamais myélinisées, on avait comme ça tout une série d'argumentaires pseudo-scientifiques[17] ». Et en effet la démonstration scientifique de la capacité du nourrisson à ressentir la douleur n'a été faite qu'en 1987[Note 1], et donc sa prise en charge au préalable n'existait qu’exceptionnellement, même pour les intervention les plus lourdes[18].

Ce relatif refus de voir la douleur de l'autre n'est ni propre au milieu médical ni universelle comme le montre une étude issue du plan douleur 2006 qui distingue deux types d'attitudes réparties aussi bien chez les soignants que chez les parents : les « réservés » et les « sensibilisés », chacun reprochant respectivement à l'autre groupe le trop ou le trop peu de prise en charge, par « sensiblerie » ou par « déni ». Cette distinction entre en résonance avec celle d'une autre étude sociologique qui divise les médecins également en deux groupes : les « compatissants » et les « négateurs »[19],[Note 7].

Échelles d'évaluation de la douleur[modifier | modifier le code]

La perception de la douleur, de son intensité, est subjective. Le même phénomène (traumatisme, maladie) sera ressenti différemment selon la personne et selon la situation. La douleur peut aller d'une simple incommodation jusqu'à un malaise, voire la mise en danger du pronostic vital ou psychiatrique de la personne.

L'évaluation pour l'autre est donc complexe, c'est pourquoi on s'appuie sur de préférence sur le témoignage grâce à un support d'auto-évaluation et des échelles d'évaluation de la douleur spécifiques quand c'est impossible ou insuffisant.

Auto-évaluation[modifier | modifier le code]

L'auto-évaluation consiste à demander directement à la personne souffrante le niveau de sa douleur. Elle nécessite une coopération et une bonne compréhension, et s'appuie sur des échelles médicales standardisée (numérique, visuelles analogiques, verbales simples et verbales relatives...)[20].

Hétéro-évaluation[modifier | modifier le code]

Il existe aussi des échelles d'évaluation spécifiques fondées sur l'observation du comportement du patient. Contrairement aux échelles d'auto-évaluation elles ne nécessitent pas la participation du patient et sont de ce fait recommandées dans l'évaluation de la douleur chez les personnes chez qui l'auto-évaluation pose problèmes pour différentes raisons.

En plus du témoignage de l'entourage qui peut évaluer les différences au quotidien, les changements survenus, il existe des échelles d'évaluations spécifiques comme l'échelle San Salvadour[21].

Enfants et nourrissons[modifier | modifier le code]
Article détaillé : La douleur chez l'enfant.

Le signe habituel de l'expression de la douleur pour le petit enfant est le cri que la mère arrive souvent à distinguer des autres cris (peur, faim…), mais à un stade supérieur de douleur, le nourrisson est souvent prostré.

Plusieurs échelles existent, bien que peu utilisées en pratique, il s'agit de la grille DESS (Douleur enfant San Salvadour), de l'échelle NCCPC (Non communicating children’s pain checklist) ou GED-DI (Grille d’évaluation de la douleur déficience intellectuelle) et de l'échelle EDINN (Échelle de douleur et d'inconfort du nouveau-né et du nourrisson). Le problème principal de ces échelles et qu'elles comportent des items longs à répertorier et ne sont pas utilisables en urgence.

Personne âgée[modifier | modifier le code]

Chez les personnes âgées, et notamment atteintes de troubles cognitifs comme la maladie d'Alzheimer, on peut utiliser l'échelle Doloplus[22], et fréquemment utilisée, l'échelle ECPA[23].

Type de douleur[modifier | modifier le code]

On parle de douleur discrète ou aiguë, éventuellement chronique ou récidivante, mais « habituellement, la douleur est divisée en deux catégories en fonction de la durée »[11].

Douleur aiguë[modifier | modifier le code]

Une douleur très vive induit généralement une position réflexe (recroquevillée), le cri ou les gémissements, une respiration accélérée et irrégulière, des sanglots, la compression ou protection par la main de la zone douloureuse... illustrée ici par l'attitude d'un sportif peu après le traumatisme.

La douleur aigüe est une douleur vive immédiate, et généralement brève. Elle est causée par une stimulation nociceptive de l'organisme, tel une lésion tissulaire, pouvant se produire sous la forme d'un stimulus thermique (contact de la peau avec du feu) ou mécanique (un pincement, un coup). « La douleur aiguë joue donc un rôle d’alarme qui va permettre à l’organisme de réagir et de se protéger face à un stimulus mécanique, chimique ou thermique[11]. »

Sa fonction d'alerte est alors justifiée, ce qui n'est plus nécessairement le cas avec une douleur chronique.

Douleur chronique et maladies en cause[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Douleur chronique.

« La douleur est dite chronique ou pathologique, lorsque la sensation douloureuse excède trois mois et devient récurrente. »[11].

La douleur chronique est une maladie grave et invalidante[24]. Les conséquences des douleurs chroniques sont autant organiques (hypertension artérielle secondaire, atrophie musculaire) que psychologiques, avec une modification comportementale pouvant aller de l'anxiodépression jusqu'à des troubles de la dépersonnalisation avec risque suicidaire accru[25].

Plusieurs sociétés savantes, dont la Société Française d'Étude et de Traitement de la Douleur[26] (SFETD), l'Association Internationale d'Étude de la Douleur[27] ou la Société Internationale de Neuromodulation[28], soulèvent l'importance de la douleur chronique dans la population générale ; De 15 à 25% de la population victime de douleurs chroniques[11].

Les douleurs chroniques sont principalement des douleurs neuropathiques dans le cadre de maladies générales avec une atteinte du système nerveux. Par exemple le diabète insulinique génère principalement une destruction des nerfs périphériques avec un hypoesthésie, mais dans certains cas, l'atteinte des nerfs périphériques va tendre vers un état d'hyperesthésie. Les atteintes post-opératoires des nerfs périphériques sont aussi parmi les principales causes de douleurs neuropathiques. En fait, toute atteinte d'un nerf périphérique ou atteinte d'une structure du système nerveux central peut s'exprimer par des douleurs neuropathiques chroniques. Le mécanisme de ces douleurs est actuellement basé sur la perte du gate control (Le gate control est schématiquement l'inhibition des voies nociceptives Aδ et C par les grosses fibres sensitive-motrices).

Pathologies en cause[modifier | modifier le code]

Il est difficile de dresser une liste complète des syndromes douloureux chroniques[29] comptant par exemple :

Par exemple on dénombre 150 000 personnes en France qui soufrent de migraines réfractaires ou rebelles au traitement[32] et à peu près le même nombre de personnes souffrant de céphalées cervicogéniques[33].

Les autres mécanismes de douleur chronique sont

  • des douleurs inflammatoires par hyperstimulation des voies nociceptives sans atteinte directe de celles-ci ;
  • les douleurs mécaniques par destruction des articulations ;
  • l'ischémie d'origine vasculaire avec une composante neuropathique par ischémie des nerfs des membres.

Effets[modifier | modifier le code]

Les douleurs chroniques, quelles que soient leurs origines qui peuvent être multiples, vont amputer de façon plus ou moins profonde et intense la sphère comportementale par atteinte de l'activité physique, le sommeil, la concentration et les fonctions cognitives[réf. souhaitée] (schématiquement par manque de sommeil réparateur). Progressivement le comportement va être modifié vers des signes de dépression avec anxiété, agressivité envers l'entourage, pouvant aller jusqu'à de réels troubles dépressifs majeurs et une dépersonnalisation de la personne. Parallèlement la personne atteint de douleur chronique peut se désocialiser (arrêts de travail itératifs, fin de droits...) tout en ayant éventuellement l'image de quelqu'un ayant acquis certains « bénéfices secondaires » durant la période de chronicisation de la douleur.

Sur le plan thérapeutique et en raison de l'atteinte organique et psychologique ou psychiatrique de la personne, une prise en charge multidisciplinaire est donc théoriquement nécessaire. Il faut casser un cercle vicieux dans lequel la douleur est le point de départ et qui doit être traitée avant ou pendant la prise en charge psychothérapeutique.

Douleur cancéreuse[modifier | modifier le code]

Une autre forme de douleur dite chronique est la « douleur cancéreuse » qui est liée soit au cancer lui-même soit aux conséquences des traitements, qui peuvent induire des douleurs neuropathiques ou compressives en fonction du mécanisme. La forme la plus rare de douleur chronique est la douleur sine materia qui est un diagnostic d'élimination. C'est une douleur qui n'a pas d'origine organique apparente. Ce diagnostic ne devrait être évoqué que devant une douleur dont les explorations complémentaires morphologiques (IRM, TDM) et neurophysiologiques (électromyogrammes, électroneurogrammes, potentiels évoqués somesthésiques) sont et restent normales.

Douleur à l'effort et médecine du sport[modifier | modifier le code]

Lors de l'examen médical des muscles, en particulier en médecine du sport, ces différents temps de l'examen permettent de faire la distinction entre les différentes pathologies possibles.

Le médecin examinant recherchera par l'interrogatoire ainsi que par l'examen clinique à individualiser certains types particuliers de douleurs musculaires qui peuvent orienter vers leurs causes qui peuvent être des accidents sportifs, ou bien certains maladies biens individualisées qui se manifestent par différentes types de douleurs musculaires[34].

Si la douleur musculaire est présente à l'effort. L'arrêt de l'effort physique ou la baisse de son intensité fait diminuer ou disparaître la douleur. Elle est présente au repos, lorsque les muscles sont "froids". La palpation du muscle concerné provoque ou augmente la douleur : rictus douloureux sur le visage du sujet examiné, réaction de retrait. La contraction volontaire provoque ou augmente la douleur. L'étirement du muscle provoque ou augmente la douleur[réf. nécessaire].

L'inflammation : La douleur inflammatoire est plus importante le soir et en début de nuit (lorsque le taux sanguin de cortisol naturel est au plus bas). Elle diminue ou disparaît après échauffement et à l'effort (activité professionnelle ou sportive) : douleur de dérouillage.

La douleur mécanique est constante, ne diminue pas voire s'accentue à l'effort. Elle n'augmente pas le soir, ni en début de nuit, et diminue lorsque la mobilisation s'arrête.

Certaines toxines bactériennes, végétales, fongiques ou animales (venins) peuvent être sources de vives douleurs[35]

Traitements[modifier | modifier le code]

La prise en charge des syndromes douloureux chroniques est également un enjeu. En effet en raison des comorbidités[36],[37], en terme économique puisque le rapport NICE publié en 1999 chiffre[38] l'importance pour la population générale et la santé publique l'ampleur de la douleur chronique et notamment au regard du marqueur QUALY ou point de qualité de vie de la population. Ce rapport souligne l'impact sur la qualité de vie de la population qui présente des douleurs chroniques. En termes de santé publique la France s'est également appuyée sur ce rapport afin de permettre le remboursement de certain traitement lourds à partir de 2009 et ce dans le but de permettre un accès à tout un ensemble de thérapeutiques dont la neurostimulation[30],[39],[40].

Le traitement inadéquat de la douleur est très répandu à travers le domaine chirurgical et dans le domaine hospitalier et d'urgence en général[41],[42],[43],[44],[45],[46],[47]. Cette négligence s'étend depuis toute époque[48]. Les Africains et Latino-américains seraient les plus nombreux à souffrir entre les mains d'un médecin[49],[50]; et la douleur chez les femmes est moins traitée que chez les hommes[51]. Quant à la douleur chez l'enfant, et en particulier chez les plus petits, elle a été niée officiellement et scientifiquement jusqu’au milieu des années 1980, ces derniers étant régulièrement opérés sans anesthésie[52].

L'International Association for the Study of Pain explique notamment que la douleur devrait être représentée dans les droits de l'homme et que la douleur chronique devrait être considérée en tant que maladie[53]. Ces notifications sont, pour l'heure, seulement représentées en Chine et en Australie[54]. En 2013, seules 2 personnes sur 10 dans le monde ont accès aux analgésiques. Même dans les pays développés, le traitement des douleurs intenses reste très insuffisant, notamment pour 70 à 90% des malades atteints d'un cancer en phase terminale[55]. Chaque année, des dizaines de millions de personnes à travers le monde finissent leurs jours dans des souffrances insupportables qui pourraient pourtant être facilement allégées[56].

Obstacle à la prise en charge de la douleur :

  • On considérait jusque dans les années 1980 que les nourrissons ne souffraient pas en raison de la myélinisation incomplète de leurs neurones. Or l’existence de la douleur dès le plus jeune âge, et surtout la preuve scientifique des effets délétères de sa non prise en charge, sont une donnée centrale des textes officielles actuels.
  • La difficulté de l’identification et de l’évaluation de la douleur chez l’enfant[57], et la potentielle négation de celle-ci[Note 8].
  • La douleur peut être utilisé comme un élément diagnostic pour révéler une affection, ou une sur-affection. Certains actes diagnostics sont eux-mêmes générateurs de douleur, notamment les actes invasifs comme une ponction osseuse.
  • Le traitement de la douleur aiguë fait appel à des médicaments classés comme stupéfiants qui peuvent créer des addictions.
  • Certains avancent le poids de la culture judéo-chrétienne dans laquelle l'homme et la femme ont été destinés à souffrir en étant chassés du paradis.

Actuellement, la douleur est considérée comme une affection spécifique.

Médicaments[modifier | modifier le code]

La douleur aiguë est habituellement soignée à l'aide de médicaments comme les analgésiques et anesthésiants. Concernant la douleur chronique, cependant, celle-ci est plus complexe et requiert les efforts coordonnées d'une équipes de professionnels de la santé, ce qui implique typiquement médecins, psycho-cliniciens, physiothérapeutes, ergothérapeutes et infirmiers[58],[59].

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) définit trois paliers de douleur auxquels elle associe des principes thérapeutiques. Au niveau 1, si des douleurs faibles ou modérées sont diagnostiquées, des antalgiques non morphiniques (paracétamol, anti-inflammatoire non stéroïdien (AINS) par exemple, aspirine ou ibuprofen) peuvent être prescrits. Au niveau 2, si des douleurs modérées sont diagnostiquées, un antalgique dérivé de la morphine (codéine (associée à du paracétamol), tramadol et nefopam) peut être prescrit. Au niveau 3, des douleurs intenses, de la morphine et de l'oxycodone peuvent être utilisés[60]. À noter la classification délicate du néfopam (Acupan) dans les paliers de l'OMS. Il s'agit d'un antalgique non morphinique (= palier 1 de l'OMS) mais de puissance équivalente à un médicament de palier 2. Le traitement de la douleur dépend de l'intensité et de son origine, le traitement définitif étant le traitement de la cause, lorsque cela est possible. Il peut faire appel à un réconfort, au fait de détourner l'attention, au fait d'expliquer ce qui se passe (diminuer l'anxiété) ; cela est particulièrement flagrant avec : les enfants, à une position d'attente (installation du patient dans une position qui minimise la douleur ; le patient adopte en général instinctivement cette position), au froid ou au chaud (suivant le type de douleur mécanique ou inflammatoire, et appliqué localement et avec modération, il calme la douleur), à la dentisterie (douleurs posturales (muscles, myalgies) induites par une hauteur inadaptée des dents naturelles[61] (voir : Science de l'occlusion dentaire), à la kinésithérapie (massage, physiothérapie), à l'hypnose, à des anti-inflammatoires, à des antalgiques, à des sédatifs (dans les cas extrêmes à l'anesthésie) et, dans certains cas, l'antalgie interventionnelle est utilisée[réf. nécessaire].

Dans le cas de douleurs intenses, un patient possède la possibilité de gérer l'antalgie lorsque celle-ci est administrée par perfusion de morphine : le patient dispose d'un bouton poussoir qui active l'injection de morphine, la quantité injectée étant limitée par un réglage de l'appareil sur prescription médicale. Cette modalité d'analgésie est appelée analgésie contrôlée par le patient (ACP) ou PCA en anglais. Le traitement de la douleur peut aussi reposer sur des méthodes de traitement physique incluant notamment kinésithérapie, ostéopathie, ergothérapie et rééducation sensitive de la douleur[réf. nécessaire].

Psychologiques[modifier | modifier le code]

Les individus qui reçoivent un soutien social réduisent les risques de souffrir de cancers[62].

Il est possible que certains patients souffrant de douleurs chroniques soient tellement absorbés dans une activité ou un divertissement qu'ils ne sentent plus la douleur, ou que celle-ci soit grandement diminuée[63].

La psychothérapie cognitivo-comportementale (PCC) est efficace pour réduire les souffrances associées aux douleurs chroniques chez certains patients, mais cette diminution des douleurs reste modeste, et la méthode de PCC semblerait n'avoir aucun réel effet apaisant[64]. La psychothérapie d'inspiration psychanalytique(P.I.P) peut également réduire les souffrances occasionnées par les douleurs chroniques, ces résultats positifs nécessitent néanmoins chez le patient un intérêt pour sa vie psychique et le processus d'introspection[65].

Médecines alternatives[modifier | modifier le code]

La douleur est la principale raison pour laquelle les individus font appel à la médecine non conventionnelle[66]. Une analyse sur 13 études dans le traitement haute qualité des douleurs par acuponcture conclut qu'il existe une petite différence dans les traitements qui n'incluent pas l'acuponcture[67].

Une revue de 2007 sur 13 études affirme que l'hypnose réduit la douleur dans certaines conditions, bien que le nombre de patients ayant participé à cette étude ait été relativement bas[68].

L'homéopathie est une autre méthode thérapeutique utilisée par certains patients pour soulager la douleur. Le principe de similitude sur lequel se basent les prescripteurs les conduit à prescrire des substances comportant des caractéristiques thérapeutiques semblables à celles des douleurs des patients. Le médecin homéopathe s'attache en premier au diagnostic purement médical puis cherche à individualiser les symptômes propres au malade lui-même, les plus personnels, caractéristiques, dans sa manière de manifester sa maladie, qui conduisent à sélectionner les médicaments les plus semblables au cas[69][réf. insuffisante].

Études[modifier | modifier le code]

Réaction[modifier | modifier le code]

La réaction à la douleur est utilisée pour évaluer l'état neurologique d'un patient, et notamment son état de conscience. Il fait partie du bilan des secouristes ainsi que de l'échelle de Glasgow. Si la victime n'a pas de réaction spontanée, ni au bruit ou au toucher, sa réaction à la douleur est testée. Il convient d'exercer une stimulation qui ne cause pas de blessure ni d'aggravation de l'état. Plusieurs méthodes peuvent être employées.

Un pincement de la peau a longtemps été pratiqué ; celui-ci doit être évité. Sur une personne consciente, un léger pincement aux extrémités est utilisé (dos de la main ou dessus du pied, face interne du bras) pour vérifier si la personne ressent ce qui lui est fait, mais pas comme méthode de stimulation d'une personne sans réaction.Une pression avec les doigts sur l'arrière de la mâchoire inférieure (nomenclature internationale = mandibule), sous les oreilles, et une pression appuyée au niveau sus-orbitaire.

Épidémiologie[modifier | modifier le code]

La douleur est la principale cause de visite dans les milieux hospitaliers dans 50 % des cas[70], est une pratique de visite présente dans 30 % des familles[71]. De nombreuses études épidémiologiques de différents pays rapportent une prévalence élevée de douleur chronique présents chez 12-80 % de la population[72]. Elle devient plus évident à l'approche du décès chez les individus. Une étude de 4 703 patients affirme que 26 % des patients souffrant de douleurs durant les deux dernières années de leur vie, guérissent à 46 % le mois d'après[73].

Une enquête de 6 636 enfants (âgés entre 0–18 ans) affirme que, sur 5 424 enfants interrogés, 54 % ont fait l'expérience de douleurs durant les trois derniers mois. Un quart d'entre eux rapportent qu'ils font l'expérience de douleurs présentes ou prolongées depuis trois mois voire plus, et un tiers d'entre eux rapportent qu'ils font l'expérience de douleurs fréquentes et intenses. L'intensité des douleurs chroniques était plus élevée chez les filles, et la douleur chronique augmente chez les filles âgées entre 12 et 14 ans[74].

Tolérance[modifier | modifier le code]

La perception de la douleur peut être augmentée ou diminuée par certains médicaments. Sans médication, elle dépend fortement du type de douleur, du contexte et de la culture du patient. Dans un contexte rassurant, ou au contraire très difficile (situation de guerre) l'intensité de la douleur peut diminuer. Par exemple, expérimentalement, la simple présence de plantes vertes dans une chambre diminue l’intensité perçue d'une douleur[75] et de l'état psychologique du patient.

Anthropologie, sociologie[modifier | modifier le code]

La douleur n’est pas du tout considérée ni prise en compte de la même manière selon les cultures ou les religions. Chaque peuple a sa propre conception de la douleur, et plus généralement de la souffrance. Cette notion s’applique aussi bien aux bénéficiaires de soins qu’aux valeurs des soignants. En effet, « ce ne sont pas seulement les malades qui intègrent leur douleur dans leur vision du monde, mais également les médecins et les infirmières qui projettent leurs valeurs, et souvent leurs préjugés, sur ce que vivent les patients dont ils ont la charge. »[76].

Voici un exemple qui illustre très bien les différences qui existent entre les cultures en ce qui concerne le sens même que donné à la douleur : « Un ethnologue raconte que dans la société qu’il étudie, une femme sachant qu’il possède une trousse de secours lui amène son enfant dont elle dit qu’il a un léger « bobo » au pied, la mère comme l’enfant ne semblent pas considérer la blessure avec gravité. Lorsque l’ethnologue détache le bandage en feuille de bananier de l’enfant, il découvre avec stupéfaction que l’os de l’enfant dont le pied ressemble, selon les termes de l’ethnologue à « une masse gélatineuse » est aperçu. Dans cette même société, il est appelé une autre fois au chevet d’une petite fille souffrant d’une constipation. Ce dernier cas, d’une gravité moindre aux yeux de l’ethnologue est considéré comme très grave par les membres de cette société du sud-ouest de la Tanzanie, car la constipation peut-être due à une action malveillante, par exemple celle d’un sorcier. ». Pour évaluer la douleur, il est donc primordial de prendre en considération l’origine ethnique, la religion ou la philosophie de vie des personnes soignées, et, dans le cas d’enfants hospitalisés, de l’origine de leurs parents. Ils exercent un œil critique sur la prise en charge de la douleur de leur enfant, en fonction de leurs croyances et de leurs origines ethniques[réf. nécessaire].

Globalement les patients pratiquant une religion du livre (juif, chrétien, musulman) considèrent que la douleur est une volonté de Dieu, une épreuve et l'attitude courageuse face à celle-ci (leur) permet de racheter les fautes de l'humanité. A contrario, il est étonnant que certains patients qualifiés de "méditerranéens" pratiquant les religions du livre extériorisent bruyamment leur douleur et exagèrent leur souffrance, ce qui au milieu du XXe siècle a donné naissance au mythe du "syndrome méditerranéen". Outre le fait qu'il ne s'agit pas d'un syndrome avec des symptômes précis, il est constaté qu'outre atlantique, des personnes de mêmes cultures religieuses en sont d'excellents exemples. Concernant les douleurs de l'accouchement, une grande retenue des femmes asiatiques (en particulier du Sud-est) qui, par leur attitude craignent de jeter la honte sur leurs familles, est observée tandis que les latino-américaines sont, par croyance, dans le registre tout à fait opposé, plus elles crient, plus l'enfant leur appartient et sera beau[réf. nécessaire]. La manifestation de la douleur a donc une composante culturelle à ne pas négliger[réf. nécessaire].

Psychologie[modifier | modifier le code]

La prise en charge de la douleur peut s’expliquer par le fait que « (…) la pratique quotidienne d’actes douloureux oblige le soignant à mettre en œuvre un certain nombre de mécanismes de défense visant à le protéger, à le prémunir contre l’enlisement et la contamination par la souffrance de l’autre… » Un aspect intéressant de l’écho que peut produire la douleur de l’enfant est noté chez le soignant : le déni. « Reconnaître, admettre la réalité de la douleur de l’enfant est un exercice difficile pour beaucoup d’équipes accueillant des enfants. D’autant que la non reconnaissance de la douleur est plus facile chez l’enfant car ses moyens d’expression sont plus limités. » (…) « Ce déni est souvent le reflet d’un malaise chez les soignants, d’une incompréhension de l’attitude de l’enfant, d’un dysfonctionnement au sein d’un service. » . Dans les services[Lesquels ?], il est dit que : « Ce n’est pas de la douleur, c’est de la peur ou de l’anxiété… », ou bien : « C’est de la douleur mais il oubliera… », ou bien encore : « C’est dans la tête, c’est psychologique… ». Le déni de la réalité est un mécanisme de défense des soignants qui nient totalement une part plus ou moins importante de la réalité externe. « Le déni est un mécanisme psychologique où la personne réagit comme si sa pensée était toute puissante et qu’il suffisait de refuser la pensée d’une chose pour que cette chose n’existe pas. Mécanisme pathologique quand il est prévalent et rigide mais qui se retrouve sous une forme atténuée chez tout un chacun sous la forme : « il ne faut pas penser au malheur, à la mort, etc. » ; héritage de la pensée magique chez les jeunes enfants. Dans la relation de soin, ce déni se manifeste rarement de façon ouverte mais plutôt de manière inconsciente qui peut se traduire par la persistance d’attitudes nocives (le déni favorise les conduites à risque)… ». Il existe une autre notion qui peut rentrer en ligne de compte dans ce déni des soignants face à la douleur de l’enfant : le concept d’amnésie infantile qui fait partie du développement psychologique de l’enfant. Il est vrai « que nous avons tous été des enfants ». Mais cette période de notre vie que nous avons tous en commun est recouverte « d’un voile d’étrangeté », peu, voire aucun souvenir de cette époque ne nous revient consciemment à la mémoire. « Qu’il est donc difficile de comprendre ce que veut, ce que cherche, ce que demande un enfant ! » : cela explique cette facilité des soignants à ne pas prendre en compte la douleur de l’enfant qu’il soigne, ne se souvenant pas eux-mêmes de ce qu’ils ont ressenti et vécu à cette période de leur vie. Un autre concept intéressant concernant le vécu de la douleur par les soignants est le transfert. Les soignants adultes résistent mieux à la douleur en général, et donc transfèrent leurs ressentis et leurs émotions sur la personne qu’ils soignent. Ils pensent que l’enfant supporte la douleur de la même façon qu’ils le feraient[réf. nécessaire].

Pousser un juron peut également avoir un effet anti-douleur[77].

Recherche[modifier | modifier le code]

Il existe une association internationale pour l'étude de la douleur (International Association for the Study of Pain ou IASP)[78], basée à Seattle puis à Washington. Elle soutient la recherche dans ce domaine, publie une lettre mensuelle[79] et a notamment publié une nouvelle classification des douleurs chroniques[80] pour permettre aux chercheurs et cliniciens traitant la douleur d'utiliser un vocabulaire commun, codifié et approuvé, incluant une taxonomie des formes de la douleur et leurs abréviations[81] (en 1986, actualisé en 1994 2011). Cette classification inclut des syndromes douloureux régionaux complexes (SDRC) et des sections spécialisées sur la douleur abdominale, pelvienne, et urogénitales ( révisée en 2012).

Dans le Règne animal[modifier | modifier le code]

Les connaissances concernant la nociception et la douleur chez les animaux invertébrés sont encore très fragmentaires[82].

Portrait de René Descartes par Jan Baptist Weenix (1647-1649).

L'une des méthodes pour repérer la douleur chez les humains est de poser une question : une personne peut exprimer une douleur qui ne peut être détectée par des mesures physiologiques connues. Cependant, comme chez les nourrissons, les animaux non-humains ne peuvent poser de question sur ce qu'ils ressentent ; ainsi les critères définis aux humains ne peuvent être attribués aux animaux. Les philosophes et scientifiques se sont penchés sur ces difficultés d'expression. René Descartes, par exemple, explique que les animaux manquent de conscience et font l'expérience d'une douleur différente de celle ressentie par les humains[83]. Bernard Rollin de l'Université d'État du Colorado, principal auteur de deux lois fédérales concernant la douleur animale[84], rédige que les chercheurs, durant les années 1980, restaient incertains concernant l'expérience de la douleur ressentie par les animaux, et que les vétérinaires, formés aux États-Unis avant 1989, apprenaient à ignorer la douleur chez les animaux[85]. Lors de ses discussions avec des scientifiques et autres vétérinaires, il lui était demandé de « prouver » que les animaux sont conscients et de fournir des preuves « scientifiquement acceptables » qui permettraient de mettre en avant la douleur animale[85]. Carbone rédige que la perception dans laquelle les animaux souffrent différemment des humains reste peu répandue. La capacité des espèces invertébrées chez les animaux, telles que les insectes, à ressentir la douleur et la souffrance reste également incertaine[86],[87].

La présence de la douleur chez les animaux reste incertaine pour quelques-uns, mais elle peut être repérée à l'aide de réactions comportementales ou physiques[88]. Les spécialistes croient actuellement que tout animal vertébré peut ressentir la douleur, et que certains invertébrés, comme la pieuvre, le peuvent également[89],[90]. Quant aux autres animaux, plantes et autres entités, la capacité physique à ressentir la douleur reste une énigme dans la communauté scientifique, car aucun mécanisme par lequel la douleur peut être ressentie n'a été détecté. En particulier, il n'existe aucun nocicepteurs connus dans des groupes tels que les plantes, champignons et la plupart des insectes[91].

Évaluation[modifier | modifier le code]

L'évaluation relève parfois de la gageure. Suivant l'espèce animale et le type de douleur, l'évaluation peut être relativement facile ou impossible.

En général, les douleurs chroniques sont silencieuses et se manifestent par des troubles fonctionnels plus ou moins marqués(position antalgique, comportements d'évitement, irritabilité, anorexie et parfois apathie). Les douleurs aiguës sont plus visibles et faciles à mettre en évidence par une palpation-manipulation appropriée.

Il existe des grilles de notations pour certaines affections et espèces mais elles sont surtout employées en recherche.

Traitement[modifier | modifier le code]

La douleur animale a longtemps été négligée pour diverses raisons : sous médicalisation de plusieurs espèces, un sondage Insee a donné il y a quelques années un taux de médicalisation des chiens de 50 % et de 30 % pour les chats[réf. nécessaire]; ignorance plus ou moins volontaire, les animaux n'exprimant pas toujours leur douleur par des moyens compréhensibles par des humains inattentifs ; la prise en charge de la douleur exige une certain investissement pas toujours compatible avec les exigences de l'élevage ou du budget du ménage. Les médicaments ne sont pas toujours dépourvu d'effets secondaires. Les posologies de ces médicaments ne sont pas toujours connues pour toutes les espèces. Parfois, la suppression de la douleur peut mener à des complications: entorse dégénérant en luxation parce que l'animal, ne souffrant plus, a forcé l'articulation fragilisée[réf. nécessaire]. Mais plusieurs études récentes[Lesquelles ?] montrent l'intérêt de la prise en charge dans diverses affections, par exemple arthrose du chien et récupération post-opératoire dans plusieurs espèces. De plus, chaque jour de nouveaux médicaments et leurs posologies sont disponibles que ce soit en publication ou moins souvent sous une forme commerciale. Toutes les thérapies humaines sont applicables aux animaux mais certaines doivent encore être adaptées. L'ostéopathie a démontré ses vertus chez le cheval, le chien et le chat. La kinésithérapie fait son apparition sur la scène des thérapies vétérinaires, le plus souvent sous forme de conseils aux propriétaire de l'animal mais quelques personnes se lancent dans diverses physiothérapies plus ou moins efficaces. L'acupuncture commence aussi à faire ses preuves. Le problème des ces thérapies est qu'il y a encore peu de gens réellement compétents et qu'il y a encore du travail de recherche à faire dans les indications et adaptations des traitements[réf. nécessaire].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. a et b Par Kanwaljeet Anand, dans la douleur et ces effets chez le nouveau-né et le fœtus humain(en) KJS Anand , Hickey, « Pain and its effects in the human neonate and fetus. », The new Engl journal of medecine, no 317(21),‎ 1987, p. 1321-1329 consultation en ligne. En lien avec un autre article publié quelques semaines plus tôt sur le rapport entre anesthésique et stress : (en) KJS Anand, Sippell WG, Aynsley-Green A., « Randomized trial of fentanyl anaesthesia in preterm babies undergoing surgery: effects on stress response. », [Lancet], no (1?),‎ 1987, p. 62-66 (DOI 10.1016/S0140-6736(87)91907-6, lire en ligne)
  2. texte originale : “an unpleasant sensory and emotional experience associated with actual or potential tissue damage, or described in terms of such damage”.
  3. constaté dans certaines maladies génétiques, une mutation du gène SC9A codant pour un certain type de canal membranaire. ([Raouf R, Quick K, Wood JN, Pain as a channelopathy, J Clin Invest, 2010;120:3745–3752
  4. Ce sont des qualificatifs proposés par le questionnaire de la douleur St-Antoine (QDSA), mais aussi le DN4 (Douleur neuropathique - 4 questions)
  5. Traduction libre de : “The inability to communicate verbally does not negate the possibility that an individual is experiencing pain and is in need of appropriate pain-relieving treatment. Pain is always subjective....”
  6. Neurologue et chercheur sur la fonction de l'Empathie dans la perception de la douleur de l'autre à la Pitié-Salpétrière (source : libération, J'ai mal pour toi )
  7. Précision et rapprochement de ces termes aux 14e Journée Unesco La douleur de l’enfant. Quelles réponses ? Quoi de neuf en 14 ans : les études de la Sofres et de la Dress
  8. Dans le contexte d'une prise en charge hospitalière « le parent a tendance à nier la douleur [...] que le praticien nie la douleur. » Selon une étude de 2006 du plan de lutte contre la douleur du ministère de de l'Emploi, du Travail et de la Cohésion sociale et du ministère des Solidarités, de la Santé et de la Famille (source)

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Faculté de Médecine Pitié-Salpêtrière, « Minimum vital - Chapitre 5 - Douleur », Cours en ligne sur le site de la Faculté de Médecine Pitié-Salpêtrière,‎ 1er février 2002 (consulté le 10 mai 2013)
  2. a, b et c La prise en charge de la douleur chez l'enfant lors de son passage dans des lieux de soins ambulatoires, p. 9 (6 feuillet du [PDF])
  3. International Association for the Study of Pain (IASP) (1979) Pain terms: a list with definitions and notes on usage. Pain 6, 249-252
  4. (en) R. Melzack et K. L. CASEY, THE SKIN SENSES Proceedings of the First International Symposium on the Skin Senses : A new conceptual model,‎ 1968
  5. (en) Beecher HK., « Relationship of significance of wound to the pain experience », The Journal of the American Medical Association, vol. 161, no 17,‎ 25 août 1956, p. 1609-1613
  6. (en) H. Merskey et N. Bogduk, 2 ed. Seattle: International Association for the Study of Pain : Classification of Chronic Pain.,‎ 1994, 3-4 p.
  7. Les contrôles descendants de la douleur
  8. (en) Jon-Kar Zubieta, Joshua A. Bueller, Lisa R. Jackson, David J. Scott, Yanjun Xu, Robert A. Koeppe, Thomas E. Nichols et Christian S. Stohler, 24 août 2005 : Placebo Effects Mediated by Endogenous Opioid Activity on μ-Opioid Receptors. The Journal of neuroscience, no 25, p. 7754–7762 
  9. Douleurs neuropathiques, e-journal libre d'accès
  10. (en) [PDF] Guide des recommandations de l'OMS p. 20
  11. a, b, c, d et e [ http://www.inserm.fr/thematiques/neurosciences-sciences-cognitives-neurologie-psychiatrie/dossiers-d-information/la-douleur Dossier douleur a l'INSERM]
  12. Centre National de Ressources de lutte contre la Douleur (CNRD)
  13. Société Française d'Étude et de Traitement de la Douleur (SFETD)
  14. Association québécoise de la douleur chronique (AQDC)
  15. Une nouvelle caméra pour mesurer la douleur (France Info), extrait « "Les études qu'on est en train de mener chez l'enfant montrent que c'est efficace" explique l'un des anesthésistes-réanimateurs de cet hôpital, le Dr Nicolas Louvet. »
  16. Nicolas Danziger interrogé par tenou'a dans douleur de l'autre
  17. Danniel Annequin, dans l'émission la tête au carré du 9 octobre 2013, intervention a partir de la 23e minute
  18. « Douleur de l'enfant : une reconnaissance tardive » Article La Recherche no 336, année 2000.
  19. 1993, La douleur de l'enfant, Annie Gauvain-Piquard et Michel Meignier, ed. Calmann-Levy (ISBN 978-2702121962) et (ASIN B005HNIVLK) p. 63 (note de bas de page)
  20. [PDF] Echelles d’auto-évaluations de la douleur
  21. [PDF] SAN SALVADOUR : échelle d’évaluation de la douleur du patient polyhandicapé
  22. Échelle Doloplus
  23. L'échelle comportementale de la douleur chez la personne âgée (ECPA)
  24. (en) H. Merskey et N. Bogduk, 2 ed. Seattle: International Association for the Study of Pain : Classification of Chronic Pain.,‎ 1994, 3-4 p.
  25. (en) Michael T. Smith, Robert R. Edwardsa, Richard C. Robinsonb, Robert H. Dworkinc. « Suicidal ideation, plans, and attempts in chronic pain patients: factors associated with increased risk » Pain 2004;111(1-2):201–8. PMID 15327824
  26. site internet de la Société Française d'Étude et de Traitement de la Douleur
  27. (en) Site internet de l’International Association for Study of Pain.
  28. Site internet de la Société Internationale de Neuromodulation.
  29. (en) Dworkin RH, Backonja N, Rowbotham MC, Allen RR, Argoff CR, Bennett J. et al. « Advances in neuropathic pain: diagnosis, mechanism and treatment recommendations » Arch Neurol. 2003;60:1524–34. PMID 14623723
  30. a et b (en) Kumar K, North RB, Taylor RS, Sculpher M, Van den Abeele C, Gehring M. et al. « Spinal cord stimulation versus conventional medical management: a prospective, randomized, controlled, multicenter study of patients with Failed Back Surgery Syndrome(PROCESS study) » Neuromodulation 2005;8:213–8 . PMID 22151547
  31. (en) Kemler MA, de Vet HC, Barendse GA, van den Wildenberg FA, van Kleef M. « Spinal cord stimulation for chronic reflex sympathetic dystrophy – five-year follow-up » N Engl J Med. 2006;354:2394–6. PMID 16738284
  32. Nguyen JP, Magne C, Terreau L, Kuhn E, De Chauvigny E, Nizard J. « Stimulation du nerf occipital et traitement des céphalées » Douleurs 2009,10:23-8.
  33. (en) Haldeman S, Dagenais S. « Cervicogenic headaches: a critical review » The Spine Journal 2001;1:31-46. PMID 14588366
  34. A. Farhi, « différentes types de douleurs musculaires », 2009.
  35. (en) Loris A. Chahl et E.J. Kirk « Toxins which produce pain » Pain 1975;1(1):3-49. PMID 800636
  36. A. Pereira et al. / PAIN : 154 (2013) 345–349
  37. Michael T. Smitha,*, Robert R. Edwardsa, Richard C. Robinsonb, Robert H. Dworkinc : Suicidal ideation, plans, and attempts in chronic pain patients: factors associated with increased risk. Pain 111 (2004) 201–208
  38. www.nice.org.uk/nicemedia/pdf/TA159Guidance.pdf
  39. (en) Kumar K, Hunter G, Demeria D. « Spinal cord stimulation in treatment of chronic benign pain: challenges in treatment planning and present status, a 22-year experience » Neurosurgery 2006;58:481–96. PMID 16528188
  40. (en) North RB, Kidd DA, Farrohki F, Piantadosi S. « Spinal cord stimulation versus repeated spine surgery for chronic pain: a randomized controlled trial » Neurosurgery 2005;56:98–107. PMID 15617591
  41. (en) Brown AK, Christo PJ, Wu CL, « Strategies for postoperative pain management », Best Pract Res Clin Anaesthesiol, vol. 18, no 4,‎ décembre 2004, p. 703–17 (PMID 15460554, DOI 10.1016/j.bpa.2004.05.004)
  42. Cullen L, Greiner J, Titler MG, « Pain management in the culture of critical care », Crit Care Nurs Clin North Am, vol. 13, no 2,‎ juin 2001, p. 151–66 (PMID 11866399)
  43. (en) Rupp T, Delaney KA, « Inadequate analgesia in emergency medicine », Ann. Emerg. Med., vol. 43,‎ avril 2004, p. 494–503 (PMID 15039693, DOI j.annemergmed.2003.11.019 10.1016/ j.annemergmed.2003.11.019)
  44. (en) Smith GF, Toonen TR, « Primary care of the patient with cancer », Am Fam Physician, vol. 75, no 8,‎ avril 2007, p. 1207–14 (PMID 17477104)
  45. (en) Jacobson PL, Mann JD, « Evolving role of the neurologist in the diagnosis and treatment of chronic noncancer pain », Mayo Clin. Proc., vol. 78,‎ janvier 2003, p. 80–4 (PMID 12528880, DOI 10.4065/78.1.80)
  46. (en) Deandrea S, Montanari M, Moja L, Apolone G, « Prevalence of undertreatment in cancer pain. A review of published literature », Ann. Oncol., vol. 19,‎ décembre 2008, p. 1985–91 (PMID 18632721, PMCID 2733110, DOI 10.1093/annonc/mdn419)
  47. (en) Perron V, Schonwetter RS, « Assessment and management of pain in palliative care patients », Cancer Control, vol. 8,‎ 2001, p. 15–24 (PMID 11176032, lire en ligne)
  48. (en) Selbst SM, Fein JA, Textbook of pediatric emergency medicine, Hagerstwon, MD, Lippincott Williams & Wilkins,‎ 2006 (ISBN 0-7817-5074-1), « Sedation and analgesia »
  49. (en) Bonham VL, « Race, ethnicity, and pain treatment: striving to understand the causes and solutions to the disparities in pain treatment », J Law Med Ethics, vol. 29,‎ 2001, p. 52–68 (PMID 11521272, lire en ligne)
  50. (en) Green CR, Anderson KO, Baker TA, Campbell LC, Decker S, Fillingim RB, Kalauokalani DA, Kaloukalani DA, Lasch KE, Myers C, Tait RC, Todd KH, Vallerand AH, « The unequal burden of pain: confronting racial and ethnic disparities in pain », Pain Med, vol. 4,‎ septembre 2003, p. 277–94 (PMID 12974827, DOI 10.1046/j.1526-4637.2003.03034.x)
  51. (en) Hoffmann DE, Tarzian AJ, « The girl who cried pain: a bias against women in the treatment of pain », J Law Med Ethics, vol. 29, no 1,‎ 2001, p. 13–27 (PMID 11521267)
  52. Claude Guillon, Douleur chez l’enfant : Histoire d’un déni (tiré du livre À la vie, à la mort - Maîtrise de la douleur et droit à la mort (ISBN 9782911606144))
  53. (en) Delegates to the International Pain Summit of the International Association for the Study of Pain (2010) "Declaration of Montreal" Retrieved 4 Jan 2010.
  54. (en) Horlocker TT, Cousins MJ, Bridenbaugh PO, Carr DL, Cousins and Bridenbaugh's Neural Blockade in Clinical Anesthesia and Pain Medicine, Hagerstwon, MD, Lippincott Williams & Wilkins,‎ 2008 (ISBN 0-7817-7388-1)
  55. 80% des humains privés d'antidouleur dans CLES no 81, février-mars 2013
  56. Rapport de Human Rights Watch: Global State of Pain Treatment, 2011
  57. Évaluation et stratégie de prise en charge de la douleur aiguë en ambulatoire chez l'enfant de 1 mois a 15 ans p. 7
  58. (en) Thienhaus, O; Cole, BE (2002). "The classification of pain". In Weiner, RS. Pain management: A practical guide for clinicians. American Academy of Pain Management. p. 29. ISBN 0 8493 0926 3.
  59. (en) Main, Chris J.; Spanswick, Chris C. (2000). Pain management: an interdisciplinary approach Churchill Livingstone. ISBN 0 443 05683 8.
  60. « Classification des antalgiques selon les paliers de L'OMS » (consulté le 11 novembre 2011)
  61. La prescription des antalgiques en odontologie
  62. (en) Eisenberger, NI; Lieberman (2005). "Why it hurts to be left out: The neurocognitive overlap between physical and social pain" In Williams, KD; Forgas, JP; von Hippel, W. The social outcast: Ostracism, social exclusion, rejection, and bullying. New York: Cambridge University Press. p. 109–127. ISBN 1-84169-424-X.
  63. (en) Melzack, R; Wall, PD (1996). The challenge of pain (2 ed.). Londres : Penguin. p. 22–23. ISBN 978-0-14-025670-3.
  64. (en) Vlaeyen JW, Morley S, « Cognitive-behavioral treatments for chronic pain: what works for whom? », Clin J Pain, vol. 21,‎ 2005, p. 1–8 (PMID 15599126, DOI 10.1097/00002508-200501000-00001)
  65. C. Demange, C. Husson, D. Poivet, JP Escande. « Paresthésies buccales psychogènes et dépression » Rev Stomatol Maxillofac. 1996;4:244-52.
  66. (en) Astin, JA. « Why patients use alternative medicine: Results of a national study » Journal of the American Medical Association 1998;279(19):1548–53. DOI:10.1001/jama.279.19.1548 PMID 9605899.
  67. (en) Madsen MV, Gøtzsche PC, Hróbjartsson A. « Acupuncture treatment for pain: systematic review of randomised clinical trials with acupuncture, placebo acupuncture, and no acupuncture groups » BMJ 2009;338:a3115. DOI:10.1136/bmj.a3115 PMID 19174438. PMC 2769056.
  68. (en) Elkins G, Jensen MP, Jensen DR, Patterson, « Hypnotherapy for the management of chronic pain », International journal of clinical and experimental hypnosis, vol. 55, no 3,‎ 2007, p. 283 (PMID 17558718, PMCID 2752362, DOI 10.1080/00207140701338621)
  69. Homéopathie et douleur sur Homeophyto.com
  70. (en) Cordell WH, Keene KK, Giles BK, Jones JB, Jones JH, Brizendine EJ, « The high prevalence of pain in emergency medical care », American Journal of Emergency Medicine, vol. 20,‎ 2002, p. 165–9 (PMID 11992334, DOI 10.1053/ajem.2002.32643)
  71. (en) Hasselström J, Liu-Palmgren J, Rasjö-Wrååk G, « Prevalence of pain in general practice », Eur J Pain, vol. 6,‎ 2002, p. 375–85 (PMID 12160512, DOI 10.1016/S1090-3801(02)00025-3)
  72. (en) Abu-Saad Huijer H, « Chronic pain: a review », J Med Liban, vol. 58,‎ 2010, p. 21–7 (PMID 20358856)
  73. (en) Smith AK, Cenzer IS, Knight SJ, Puntillo KA, Widera E, Williams BA, Boscardin WJ, Covinsky KE, « The epidemiology of pain during the last 2 years of life », Ann. Intern. Med., vol. 153,‎ novembre 2010, p. 563–9 (PMID 21041575, DOI 10.1059/0003-4819-153-9-201011020-00005)
  74. (en) Perquin CW, Hazebroek-Kampschreur AA, Hunfeld JA, Bohnen AM, van Suijlekom-Smit LW, Passchier J, van der Wouden JC, « Pain in children and adolescents: a common experience », Pain, vol. 87,‎ juillet 2000, p. 51–8 (PMID 10863045, DOI 10.1016/S0304-3959(00)00269-4)
  75. S.-H. Park, R.H. Mattson, E. Kim, 2004, Pain tolerance effects of ornamentalplants in simulated hospital patient room  ; ISHS Acta Horticulturae 639: XXVI International Horticultural Congress: Expanding Roles for Horticulture in Improving Human Well-Being and Life Quality (Résumé, en anglais)
  76. LE BRETON D., 1995, p. 136
  77. Stephens R, Atkins J, Kingston A, Swearing as a response to pain, Neuroreport. 2009;20(12):1056-1060
  78. Mayer EA, Bushnell MC, International Association for the Study of Pain (2009) “Functional pain syndromes : presentation and pathophysiology”. Seattle: IASP Press. xviii, 580 p.
  79. IASP e-Newsletter
  80. Classification of Chronic Pain ; librement téléchargeable sur le site web de l'IASP
  81. Abbreviations, classification des douleurs chroniques de l'IASP
  82. Georges Chapouthier, La douleur : des animaux à l’homme, dans (sous la direction de T. Auffret Van Der Kemp et J. C. Nouët) "Homme et animal : de la douleur à la cruauté", Collection «  Le mouvement des savoirs », Éditions de l’Harmattan, Paris, 2008, p. 25-38
  83. (en) Working party of the Nuffield Council on Bioethics (2005). "The ethics of research involving animals. London: Nuffield Council on Bioethics." ISBN 1-904384-10-2. Original datant du 28 juin 2008. Consulté le 12 janvier 2010.
  84. (en) Rollin BE, « Animal research: a moral science. Talking Point on the use of animals in scientific research », EMBO Rep., vol. 8,‎ juin 2007, p. 521–5 (PMID 17545990, PMCID 2002540, DOI 10.1038/sj.embor.7400996)
  85. a et b (en) Rollin, B. (1989) The Unheeded Cry: Animal Consciousness, Animal Pain, and Science. New York: Oxford University Press, pp. xii, 117-118, cited in Carbone 2004, p. 150.
  86. (en) Lockwood JA, « The Moral Standing of Insects and the Ethics of Extinction », The Florida Entomologist, vol. 70,‎ 1987, p. 70–89 (DOI 10.2307/3495093, lire en ligne)
  87. (en) DeGrazia D, Rowan A, « Pain, suffering, and anxiety in animals and humans », Theoretical Medicine and Bioethics, vol. 12,‎ 1991, p. 193–211 (DOI 10.1007/BF00489606, lire en ligne)
  88. (en) Abbott FV, Franklin KB, Westbrook RF, « The formalin test: scoring properties of the first and second phases of the pain response in rats », Pain, vol. 60,‎ janvier 1995, p. 91–102 (PMID 7715946, DOI 10.1016/0304-3959(94)00095-V)
  89. (en) "Do Invertebrates Feel Pain?", site du Parlement du Canada. Consulté le 11 juin 2008.
  90. (en) Smith JA, « A Question of Pain in Invertebrates », Institute for laboratory animal research journal, vol. 33,‎ 1991, p. 1–2 (lire en ligne)
  91. (en) Eisemann CH, Jorgensen WK, Merritt DJ, Rice MJ, Cribb BW, Webb PD, Zalucki MP, « Do insects feel pain? A biological view », Experientia, vol. 40,‎ 1984, p. 164–167

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • De la douleur, F.J.J. Buytendijk, Éd PUF, Paris, 1951
  • De la douleur, Jean-Pierre Peter, Éd Quai Voltaire, Paris, 1993
  • Douleur et médecine, la fin d'un oubli, Isabelle Baszanger du CERMES, Ed. Seuil, 1995
  • Anthropologie de la douleur, David Le Breton, Éditions Métailié, Paris, 1995, 237 pages
  • « La prise en charge de la douleur », Ann. Pharm. Fr., vol. 58, no 2,‎ mars 2000, p. 75-144 (ISSN 0003-4509, lire en ligne)
  • Histoire de la douleur, Roselyne Rey, Ed. La Découverte Poche (sciences humaines et sociales), 2000
  • La douleur, le réseau et le médecin généraliste, Francine Hirszowski, Francis Diez et François Boureau, Ed. John Libbey Eurotext, 2001
  • Combattre la douleur, Raoul Relouzat et Jean-Pierre Thiollet, Anagramme Ed., 2002
  • La méthode de rééducation sensitive de la douleur, Claude Spicher, Isabelle Quintal, Éditions Sauramps Médical, Montpellier, Paris, 2013, 369 p. (ISBN 978 2 84023 861 4)
  • Apprivoiser la douleur, Bernard Calvino (Le Pommier, 2004) (ISBN 2746501791)
  • Penser l'humain à l'aune de la douleur, Ophir Levy, Éd L'Harmattan, Paris, 2009
  • Expérience de la douleur. Entre destruction et renaissance, David Le Breton, Éditions Métailié, Paris, 2010, 272 p. (ISBN 978-2-86424-728-9)
  • (en) Human Rights Watch, Global State of Pain Treatment,‎ 2011 (ISBN ISBN 1-56432-771-X)

Liens externes[modifier | modifier le code]