Sadisme et masochisme dans la fiction

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Illustration de Louis Malteste dans un livre de Jean de Virgan représentant la flagellation durant la Rome Antique.

Le rôle du sadisme et du masochisme dans la fiction attire une attention toute particulière. Anthony Storr commente l'ampleur de la pornographie sadique et masochiste. Il démontre que les intérêts pour le sadisme et pour le masochisme sont grandement étendus dans la société ouest. John Kucich note l'importance du masochisme dans la fiction coloniale britannique au plus tard du XIXe siècle[1]. Cet article présente les différents aspects du sadisme et du masochisme dans la littérature et les travaux de la fiction dans des variantes de médias[2],[3].

Ouvrages[modifier | modifier le code]

Les titres de ces ouvrages sont classés par ordre chronologique.

Avant 1800[modifier | modifier le code]

  • Aloisiae Sigaeae, Toletanae, Satyra sotadica de arcanis Amoris et Veneris (1660) de Nicolas Chorier[4] décrit une femme donnant des cours d'éducation sexuelle à un jeune homme, recommandant les effets érotiques et spirituels de la flagellation[5].
  • Fashionable Lectures: composed and delivered with Birch Discipline (av. 1750)[7] sur le thème de la flagellation par des femmes dominantes en position autoritaire[8].
  • Anti-Justine (1798) de Nicolas-Edme Rétif – Une réponse aux travaux de de Sade, écrit dans un style similaire, décrivant la point de vue politique opposé[10],[11].

De 1800 à 1899[modifier | modifier le code]

  • Les Confessions de Georgina (1893) de Julian Robinson (alias Le Compte Du Bouleau, Stanislas Matthew de Rhodès) – un conte de bondage et de domination qui satirise l'hypocrisie de la morale victorienne. Auteur de "La Vengeance d'une femme (1898), une classique de mâle soumis forcé à être travesti.

De 1900 à 1999[modifier | modifier le code]

  • "Frank" and I (1902) d'Anonyme. Originellement publié en 3 volumes au Royaume-Uni. Ouvrage de la flagellation pornographique. Un jeune homme est séduit par "Frank", une fille déguisée en garçon. Un film de 1983 a repris ce contexte sous les titres de Frank and I et Lady Libertine.
  • Maud Cameron and her Guardian (1903) de Charles Sackville, imprimé en privé pour les inscrits seulement (Golden Birch House: Londres). Auteur de nombreux ouvrages sur la flagellation à Londres et à Paris incluant: Two Lascivious Adventures of Mr. Howard – A continuation of Maud Cameron and her Guardian (1907), The Amazing Chastisements of Miss Bostock (1908), Three Chapters in the Life of Mr. Howard (1908), Whipping as a Fine Art – Being an Account of Exquisite and Refined Chastisement Inflicted by Mr. Howard on Grown-up Schoolgirls (1909), et al.
  • La femme et son Maître' (1904) de Jean de Villiot, pseudonyme de Georges Grassal – un ouvrage sur la flagellation traduit en anglais par Charles Carrington[12].
  • Birch in the Boudoir (1905) d'Anonyme (attribué à Hugues Rebell, vrai nom de Georges Grassal), traduit et publié à Paris par Charles Carrington. Réimprimé en 1989 par Blue Moon Books sous le titre de Beauty in the Birch.
  • La Maitresse et l'Esclave (1905) de George Merder – Un étudiant de domination féminine et de sadomasochisme en tant qu'homme d'affaire très prisé devient esclave et est brutalisé par une prostituée parisienne (Maison Mystère, ca. 1903).
  • La Flagellation Passionnelle (1906) de Don Brennus Aléra, pseudonyme de Roland Brévannes. Entre 1903 et 1936, il écrit et illustre environ 100 histoires contemporaines et historiques concernant la flagellation et la punition travestie.
  • Sadopaideia: Being the Experiences of Cecil Prendergast Undergraduate of the University of Oxford Shewing How he was Led Through the Pleasant Paths of Masochism to the Supreme joys of Sadism. (1907) d'Anonyme. – Deux chapitres sur un homme qui expérimente la domination et soumission. Anthony Storr l'attribut à Algernon Charles Swinburne[14].
  • The Beautiful Flagellants of New York (1907) de Lord Drialys (The Society of British Bibliophiles Charles Carrington: Paris) – suit les aventures d'un intrépide voyageur de Chicago à Boston jusqu'à New York. Originellement publié en 3 volumes, un pour chaque ville[15]. Réimprimé par Olympia Press sous le titre de The Beautiful Flagellants of Chicago, Boston and New York.
  • Nos Belles Flagellantes (1907) d'Aimé Van Rod (Édition Parisienne: Paris). Auteur français d'une douzaine d'ouvrages sur la flagellation incluant: Nouveaux Contes de Fouet (1907), Le fouet conjugal (1908), Le Fouet dominateur ou L'École des vierges, Les Mystères du Fouet (tous les deux publiés en 1909), Les Humiliations de Miss Madge (1912), Les Malheurs de Colette (1914), Visites fantastiques au pays du fouet (1922), Le Précepteur (1923), Mémoires d'une Fouettée (1924), et al.
  • The Way of a Man with a Maid (ca. 1908) d'Anonyme. Originellement publié en France, La date exacte et l'auteur sont inconnus. Trois volumes relatant des histoires d'abus, de sexe et de sadisme. Souvent réimprimé en un seul volume sous le court titre de A Man with a Maid. Adapté en film en 1975 sous le titre de What the Swedish Butler Saw.
  • La Comtesse au fouet (1908), de Pierre Dumarchey (Pierre Mac Orlan)[16] – l'histoire d'une cruelle dominatrice qui transforme un héros masculin en "homme-toutou". Sous le pseudonyme de Miss Sadie Blackeyes, il écrit des ouvrages populaires sur la flagellation tels que Baby douce fille (1910), Miss: The memoirs of a young lady of quality containing recollections of boarding school discipline and intimate details of her chastisement (1912), et Petite Dactylo et autres textes de flagellation (1913). Et en tant qu'"anonyme", il écrit Le Masochisme en Amérique: Recueil des récits et impressions personnelles d'une victime du féminisme (1905).
  • Éducation Anglaise (1908) de Lord Kidrodstock (Édition Parisienne: Paris) – un texte ancien et inhabituel de travestissement et de flagellation. Des garçons et des filles sont habillés en étudiantes. Illustré avec 10 dessins par Del Giglio.
  • Coups de Fouet (1908) de Lord Birchisgood [pseud.] (Édition Parisienne, Roberts & Dardailons Éditeurs: Paris)[17]. Auteur du livre Le Tour d'Europe d'un flagellant (1909)[18], et al.
  • Les Cinq fessées de Suzette (1910) de James Lovebirch [pseud.], publié à Paris. Auteur de bon nombre d'histoire populaires tels que L'Avatar de Lucette, Peggy Briggs, Au Bon Vieux Temps (toutes datant de 1913), et Les Flagellations de Suzette (1915), Paris: Librairie Aristique[19].
  • Qui Aime Bien (1912) de Jacques d'Icy, pseudonyme de l'auteur et artiste Louis Malteste[20] (Jean Fort: Paris), illustré par Malteste. Écrivain de nombreux ouvrages érotiques tels que: Chatie Bien (1913), Monsieur Paulette et Ses Epouses (1921), Paulette Trahie (1922), Brassée de faits (1925), Les Mains Chéries (1927), et al.
  • Le règne de la cravache et de la bottine (1913) de Roland Brévannes, pseudonyme de Bernard Valonnes (Select Bibliothèque: Paris) - jeu de rôle sexuel animal humiliant, ces hommes sont forcés de se déguiser en ours. Un thème exploré dans de nombreux ouvrages - Les Esclaves-montures (1920) et Le Club des Monteurs Humaines (1924).
  • Fred: The True History of a Boy Raised as a Girl (1913) de Don Brennus Alera, pseudonyme de Roland Brévannes – histoire classique de punition corporelle. Suivie par Frédérique (1921), Frida (1924), Fridoline (1926), et Lina Frido (1927).
  • Récits Piquants, chaudes aventures: scènes de féminisme. (1914) de Gilbert Natès, illustré par G. Topfer. Compilation française de flagellations variées. Celles qui punissent sont des femmes, les victimes des garçons et filles, jeunes hommes et femmes. Dans de nombreux cas, les mâles sont forcés à porter des vêtements de filles.
  • Ulysses (1918–1920; 1922) de James Joyce emploie les thèmes du masochisme faisant allusion à La Vénus à la fourrure[21].
  • Ullysse L'écrivain James Joyce a ré écrit le périple d'Ulysse. Joyce y apporte clairement l'élément masochiste. Cela se passe à Dublin. Stephen Dedalus et Léoplod Bloom en sont les héros. Bella Cohen mère macquerelle d'un bordel domine, maltraite, humilie Léopold. Bella ne le transforme pas en pourceau comme dans l'Odyssée. Mais elle le féminise, il devient Léopoldine. Elle le propose à ses clients. La mère macquerelle se virilise. Elle promet de le féconder et de l'accoucher[22],[23].
  • Two Flappers in Paris (1920) by "A. Cantab" [pseud.] - deux jeunes femmes visitant Paris sont conduites à la flagellation[24].
  • Esclaves Modernes (1922) de Jean de Virgans, illustré par Gaston Smit – un conte inhabituel d'échangisme entre femmes européennes blanches et noires africaines sexuellement abusées. Virgans a également écrit Flagellées en 1909.
  • Histoire de l'œil (Story of the Eye) (1928) de Georges Bataille - un court ouvrage.
  • Le Dressage de la Maid-Esclave (1930) de Bernard Valonnes, pseudonyme de Roland Brévannes (Select Bibliothèque: Paris) - de volumes d'une femme maltraitée.
  • Matée par le fouet (1930) de Jean Martinet [pseud.] (Éditions Prima); histoires de flagellation et de dressage.
  • Bagne de femmes (1931) de Alan Mac Clyde [pseud.], Librairie Générale: Paris. histoire de douzaines de sadomasochistes. Suivie par Dressage (1931), La Cité de l'horreur (1933), Servitude (1934), Dolly, Esclave (1936), et al.
  • Dresseuses d'hommes (1931) de Florence Fulbert (Jean Fort: Paris), illustré par Jim Black [Luc Lafnet]. Histoire d'hommes punis par des femmes.
  • Sous la tutelle (1932) de René-Michel Desergy (Jean Fort: Paris), illustré par Luc Lafnet – histoire de fessées, flagellations et punitions. Auteur de bon nombre d'ouvrages tels que Trente Ans (1928), Sévère Éducation (1931), Diana Gantée (1932), et Chambrières De Haute École (1934).
  • Mémoire d'une Dominatrice (1933) de Jean Claqueret (Jean Fort: Paris). Auteur français d'ouvrages sur la flagellation tels que : Clotilde et Quelques Autres (1935), Humiliations chéries (1936), Pantalons sans défense (1938), et al.
  • La Volupté du Fouet (1938) d'Armand du Loup, illustré par le fameux artiste français Étienne Le Rallic sous le pseudonyme de R. Fanny.

Films[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Sadisme et masochisme au cinéma.
Images de films courts (1906-1911), produits par Johann Schwarzer.

Le BDSM consensuel n'est généralement pas imagé par sympathie dans les films; les metteurs en scène incorporent souvent des scènes sadiques ou masochistes dans de nombreux films. Les films suivants représentent des scènes de sadisme ou de masochisme sans qu'il s'agissent toujours du scénario majeur.

Films d'art:

Comédie:

Thrillers:

Télévision[modifier | modifier le code]

  • Full Exposure: The Sex Tapes Scandal (1989), made-for-TV film. Police investigate underground S&M clubs looking for a serial killer. Vanessa Williams plays a hooker/dominatrix who videotapes her clients.
  • Amours mortelles (2000) , émission par câble avec Ellen Barkin et Peta Wilson. Une histoire de meurtre menant directement à une société SM.
  • Jack, le vengeur masqué est une série de comédie-aventure du XIXe siècle avec Bruce Campbell. Dans un épisode diffusé en 2000, Jack visite les recoins de l'île de Marquis de Sade et est en compétition dans une course d'obstacle qui a pour thème le SM parodie Koh-Lanta.
  • Journal intime d'une call girl (2007); dans le quatrième épisode, "Belle" (Billie Piper) prend des leçons de domination avec une dominatrice professionnelle.
  • Dollhouse (2009); au début du 9ème épisode, l'émission débute avec Echo (Eliza Dushku), déguisée en dominatrice.
  • Dans un épisode d' Alias (2003) de la deuxième saison, Agent Bristow (Jennifer Garner) se déguise en dominatrice allemande pour infiltrer un bar.
  • Dans un épisode de la série, de la chaîne télévisée FOX, intitulée The Inside : Dans la tête des tueurs montre du SM.
  • L'émission de télé Les Experts (série télévisée) a inclus Melinda Clarke en tant que dominatrice professionnelle Lady Heather dans cinq épisodes[26] .
  • La saison quatre de la série Six Feet Under relate l'histoire d'un personnage (Joe) qui veut adopter un rôle de soumis dans sa relation avec Brenda.
  • Une scène d'un épisode des Griffin décrit les deux personnages principaux, Lois et Peter, discutant d'un sujet alors que le couple enfile leur tenue sadomasochiste. Un commentaire audio du DVD affirme que c'est une pratique normale chez ces personnages[27].
  • Dans un épisode du drama médical Dr House, un patient est profondément inclus dans les relations sadomasochistes.
  • Rex Van de Kamp de Desperate Housewives adore le SM, mais il a honte d'en parler à sa femme, Bree[28]. Dans l'épisode Confiance perdue, Sharon Lawrence joue le rôle de Maisy Gibbons, une dominatrice qui marche sur le dos de Rex en talons aiguilles.
  • Dans un épisode de la deuxième saison d' Homicide, Les détectives Bayliss et Pembleton se charge d'un meurtre dans un club SM.
  • Dans la série Urgences - une dominatrice professionnelle avec les doigts cassés et son esclave sexuel masculin se sont blessés durant une scène de bondage/suspension, et sont admis aux urgences.
  • Private Practice - dans la deuxième saison, KaDee Strickland est une dominatrice allemande, avec un collier et un fouet.
  • Rescue Me : Les Héros du 11 septembre (2009) – Dans le quinzième épisode de la cinquième saison, le personnage de Callie Thorne séduit Tommy (Denis Leary) habillée en dominatrix lapine Playboy en latex.
  • La série d'HBO, Les Soprano, montre de multiples personnages s'engageant dans le sadomasochisme.

Musique[modifier | modifier le code]

Opéra[modifier | modifier le code]

  • Lady Bumtickler's Revels (1872), un opéra comique sur le thème de la flagellation écrit et publié par John Camden Hotten[33]

Jeux vidéo[modifier | modifier le code]

  • Clive Barker's Jericho, un jeu vidéo commercialisé en 2007, représente quelques ennemis sadomasochistes, par exemple, le commandant Fräulein Hanne Lichthammer et Gouverneur Cassus Vicus.
  • Larxene du jeu Kingdom Hearts est considéré comme une sadique.
  • Dans Grand Theft Auto: San Andreas, CJ rencontre une croupière d'un casino de Las Venturas particulièrement attachée au BDSM, parlant souvent de son envie d'être "punis".
  • Dans Manhunt 2, un niveau prend place dans un club SM.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) John Kucich (Princeton University Press, 2006, « "Masochisme impérial: fiction britannique » (consulté le 29 novembre 2010)
  2. (en) "An esthetics of masochism? The author wonders if the curators of an Austrian exhibition on masochism in art erred in taking an overly literal approach to their subject" tiré de Art in America (4/1/2004) par Barry Schwabsky
  3. (en) « Sadisme, Masochisme, Nourriture et Télévision » (consulté le 29 novembre 2010)
  4. Patrick J. Kearney (1982) pp.34-46
  5. (en) Polity, Orgasm and the West: a history of pleasure from the 16th century to the present,‎ 2008 (ISBN 0745638767), p. 77
  6. (en) Routledge, Human destructiveness: the roots of genocide and human cruelty,‎ 1991 (ISBN 0415071704), p. 88
  7. (en) Zone Books et Graham Harman, In praise of the whip: a cultural history of arousal,‎ 2007 (ISBN 189095165X), p. 339
  8. (en) Thomas (1969) p.278
  9. (Wood 1995, p. 1, "Derivations and Definitions".) "Le terme sadisme dérive du nom de Marquis de Sade (1740-1814), un noble français emprisonné pour son libertinage, et pour avoir écrit des ouvrages fantastiques, tels que Justine (1797) et Juliette (1797), mettant au même niveau de plaisir la sexualité et l'infligeance de la souffrance, de la cruauté, et de l'humiliation".
  10. The Minerva Group, Marquis de Sade: His Life and Works,‎ 2002, 249–250 p. (ISBN 1589635671)
  11. Ashgate Publishing, Seducing the eighteenth-century French reader: reading, writing, and the question of pleasure,‎ 2008 (ISBN 0754664171), p. 124
  12. (en) İrvin Cemil Schick, The erotic margin: sexuality and spatiality in alteritist discourse, Londres, Verso,‎ 1999 (ISBN 978-1-85984-732-9, LCCN 99017439), p. 143
  13. Lisa Z. Sigel, "International exposure: perspectives on modern European pornography, 1800-2000", Rutgers University Press, 2005, ISBN 0-8135-3519-0, p.132
  14. Kearney (1981) p.215
  15. Gérard de Lacaze-Duthiers, La torture à travers les âges, Éditions de l'idée libre,‎ 1956, p. 55
  16. Roger W. Baines, 'Inquietude' in the work of Pierre Mac Orlan, 192, Rodopi,‎ 2000 (ISBN 9042013435), p. 207
  17. Daniel Bécourt, Livres condamnés, livres interdits: régime juridique du livre : outrages aux bonnes mœurs arrêtés d'interdiction, Cercle de la librairie,‎ 1961, p. 22
  18. Kearney (1981) p.324
  19. (en) Stephen Watt et R. B. Kershner (éditeur), Joyce and popular culture, University Press of Florida,‎ 1996 (ISBN 0813013968), « 'Nothing for a woman in that': James Lovebirch and masochistic fantasy in Ulysses », p. 74–88
  20. Kearney (1981) p.236
  21. (en) Don Gifford et Robert J. Seidman, Ulysses annotated: notes for James Joyce's Ulysses, Berkeley, University of California Press,‎ 2008, 2e éd., poche (ISBN 978-0-520-25397-1), p. 502
  22. James Joyce - Ulysse éd poche
  23. Article en ligne
  24. (en) Chris Baldick (éditeur), The Modern Movement 1910-1940, vol. 10, Oxford University Press,‎ 2004 (ISBN 0198183100), p. 384
  25. (en) A. O. SCOTT, « Revue du film »,‎ 2 novembre 2000 (consulté le 29 novembre 2010)
  26. (en) « "Lady Heather (Melinda Clarke), une dominatrix" »
  27. Peter et Lois, Les Griffin
  28. (en) « "Cherry says other deleted "Housewives" content that could grace a DVD include an S&M sequence featuring Sharon Lawrence and Steven Culp, who plays Bree Van De Kamp's husband, Rex" » (consulté le 29 novembre 2010)
  29. , Tom Lehrer en Concert, Londres, 1959.
  30. (en) "Negating O"
  31. ABC-CLIO, Green Day: A Musical Biography,‎ 2009, 35,146 p. (ISBN 0313365970)
  32. (en) « "Rammstein album ban reversed" (Album de Rammstein banni) » (consulté le 30 novembre 2010)
  33. John Sutherland, Ecstasy [« The Stanford Companion to Victorian Fiction »],‎ 1999 (ISBN 0691059195, présentation en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

  • Dominatrix (Dominatrices dans la culture populaire)