Didier Decoin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Decoin.

Didier Decoin

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Didier Decoin en 2009

Activités Romancier, scénario, essayiste
Naissance 13 mars 1945 (69 ans)
Boulogne-Billancourt, Hauts-de-Seine, Drapeau de la France France
Langue d'écriture Français
Genres Roman, essai
Distinctions Prix Goncourt, prix des libraires

Didier Decoin, né le 13 mars 1945 à Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine), est un écrivain et scénariste français, récompensé du prix Goncourt en 1977 pour John l'Enfer.

Biographie[modifier | modifier le code]

Didier Decoin est le fils du cinéaste Henri Decoin. Après des études secondaires au collège Sainte-Croix de Neuilly-sur-Seine, il débute sa carrière comme journaliste de presse écrite à France Soir. Puis il collabore à plusieurs journaux comme Le Figaro, Les Nouvelles littéraires, participe à Europe I et à la création du magazine V.S.D. Également féru de navigation, il a longtemps été chroniqueur à la revue Neptune Moteur.

Parallèlement au journalisme, il entame une carrière de romancier. Il a vingt ans lorsqu'il publie son premier livre, Le Procès à l'amour. Celui-ci sera suivi d'une vingtaine de titres, dont John l'Enfer pour lequel, en 1977, il reçoit le prix Goncourt.

Il assure, à deux reprises, la présidence de la Société des gens de lettres de France et il est l'un des fondateurs de la SCAM (Société civile des auteurs multimédia).

Pour sauvegarder sa liberté d'écrivain, Didier Decoin se dote d'un second métier garant de son indépendance, celui de scénariste. Au cinéma, il travaille pour des réalisateurs tels que Marcel Carné, Robert Enrico, Henri Verneuil, et Maroun Bagdadi avec qui il recevra, pour le film Hors-la-vie, le prix spécial du jury au festival de Cannes.

Mais c'est à la télévision que Didier Decoin consacre l'essentiel de ses activités. Auteur de très nombreux scripts originaux et d'adaptations, et après avoir dirigé pendant trois ans et demi la fiction de France 2, il reçoit en 1999 le Sept d'Or du meilleur scénario pour Le Comte de Monte-Cristo.

En 1995, il est élu à l'Académie Goncourt, au couvert de Jean Cayrol, appelé à l'honorariat. Il en est l'actuel Secrétaire général.

En 2007, il est élu président de l'association écrivain de Marine[1].

En 2012, il est élu à l'unanimité président du Festival International des programmes audiovisuels (FIPA)

Didier Decoin est marié et père de trois enfants. Il vit en Normandie.

Œuvre[modifier | modifier le code]

Romans[modifier | modifier le code]

  • Le Procès à l'Amour (Seuil, 1966) (Bourse Del Duca)
  • La Mise au monde (Seuil, 1967)
  • Laurence (Seuil, 1969)
  • Elisabeth ou Dieu seul le sait (Seuil, 1970) (prix des Quatre Jurys)
  • Abraham de Brooklyn (Seuil, 1971) (prix des libraires)
  • Ceux qui vont s'aimer (Seuil, 1973)
  • Un policeman (Seuil, 1975)
  • John l'Enfer (Seuil, 1977) (Prix Goncourt)
  • La Dernière Nuit (Balland, 1978)
  • L'Enfant de la mer de Chine (Seuil, 1981 )
  • Les Trois Vies de Babe Ozouf (Seuil, 1983)
  • Autopsie d'une étoile (Seuil, 1987)
  • Meurtre à l'anglaise (Mercure de France, 1988)
  • La Femme de chambre du Titanic (Seuil, 1991)
  • Lewis et Alice (Laffont, 1992)
  • Docile (Seuil, 1994)
  • La Promeneuse d'oiseaux (Seuil, 1996)
  • La Route de l'aéroport (Fayard, 1997)
  • Louise (Seuil, 1998)
  • Madame Seyerling (Seuil, 2002)
  • Avec vue sur la Mer (Nil Editions, 2005), Prix du Cotentin 2005, Prix Livre & Mer Henri-Queffélec 2006
  • Henri ou Henry : le roman de mon père (Stock, mai 2006)
  • Est-ce ainsi que les femmes meurent (Grasset, février 2009)
  • Une anglaise à bicyclette (Stock, 2011)
  • La pendue de Londres (Grasset, 02/05/2013)

Essais[modifier | modifier le code]

  • Il fait Dieu (Julliard 1975, réédité Fayard 1997)
  • La Nuit de l'été (d'après le film de J.C. Brialy, Balland 1979)
  • La Bible racontée aux enfants (Calmann-Levy)
  • Il était une joie... Andersen (Ramsay, 1982)
  • Béatrice en enfer (Lieu Commun, 1984 )
  • L'Enfant de Nazareth (avec Marie-Hélène About, Nouvelle Cité, 1989)
  • Elisabeth Catez ou l'Obsession de Dieu (Balland, 1991), Prix de littérature religieuse 1992
  • Jésus, le Dieu qui riait (Stock, 1999)
  • Dictionnaire amoureux de la Bible, ill. de Audrey Malfione (Plon, 2009)
  • Je vois des jardins partout (JC Lattès, 2012)

Ouvrages collectifs[modifier | modifier le code]

  • La Hague, avec Natacha Hochman (photographies) (Isoète, 1991)
  • Cherbourg, avec Natacha Hochman (photographies) (Isoète, 1992)
  • Presqu'île de lumière, avec Patrick Courault (photographies) (Isoète, 1996)
  • Sentinelles de lumière, avec Jean-Marc Coudour (photographies) (Desclée de Brouwer, 1997)

Théâtre[modifier | modifier le code]

Filmographie (scénariste)[modifier | modifier le code]

Autres contributions[modifier | modifier le code]

  • Introduction à la peinture de Thibaut de Reimpré dans le livre de Philippe Piguet (2004) 'Reimpré', Préface de Didier Decoin (de l'Académie Goncourt), Textes en français et en anglais, Fragments Editions, 192 pp., ISBN 2-912964-47-4.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (fr) Marine nationale / Ministère de la Défense, « Marine - Les Écrivains de marine », sur defense.gouv.fr (consulté le 4 février 2010)

Liens externes[modifier | modifier le code]