Renault Twingo II

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Renault Twingo II
Renault Twingo II
Renault Twingo II Phase II

Marque Drapeau : France Renault
Années de production 2007 - 2014 :
Phase 1 : 2007 - 2011
Phase 2 : 2011 - 2014
Production ± 900 000 exemplaire(s)
Classe Petite citadine
Usine(s) d’assemblage Drapeau de la Slovénie Novo Mesto
Moteur et transmission
Énergie Essence / Diesel
Moteur(s) Essence :
1.2 60
1.2 16V 75
1.2 TCe 100
1.6 133

Diesel :
1.5 dCi 65/75/85/90
Position du moteur Transversale avant
Cylindrée 1 149 à 1 598 cm3
Puissance maximale 60 à 133 ch (43 à 98 kW)
Couple maximal 93 à 200 Nm
Transmission Traction
Boîte de vitesses Manuelle 5 rapports
Robotisée 5 rapports
Poids et performances
Poids à vide 925 à 1 050 kg
Vitesse maximale 154 à 201 km/h
Accélération 0 à 100 km/h en 15 à 8,7 s
Consommation mixte 4,3[1] à 6,7 L/100 km
Émission de CO2 90 à 165 g/km
Châssis - Carrosserie
Carrosserie(s) Bicorps 3 portes, 4 places
Châssis Renault Clio II
Coefficient de traînée 0,34
Suspensions AV : Pseudo McPherson
AR : Essieu souple à épure programmée
Direction Non-assistée ou à assistance électrique
Freins AV : Disques
AR : Tambours ou disques
Dimensions
Longueur 3 600 mm
Largeur 1 650 mm
Hauteur 1 470 mm
Empattement 2 367 mm
Volume du coffre Variable de 165 à 288 (959) dm3
Sécurité
Note Euro NCAP 4/5 étoiles (2007)
Chronologie des modèles

La Twingo II est une petite citadine du constructeur automobile français Renault présenté au salon de l'automobile de Genève de . Ce véhicule est fabriqué en Slovénie (usine de Novo Mesto) au nombre de 520 unités par jour et est disponible en concession depuis en France et Slovénie. Dans le reste de l'Europe, la commercialisation intervient en . La Twingo II remplace la première génération de Twingo, commercialisée de 1993 à 2007, et contrairement à celle-ci, est dotée de moteurs diesel qui faisaient cruellement défaut à l'ancienne génération, surtout sur le marché français très friand de ce type de motorisation.

Le 500 000e exemplaire de Twingo II sort de l'usine le . Il s'agit d'une version Société de couleur blanche.

En 2013, elle obtient la neuvième place des ventes en France : c'est la seule petite citadine qui est dans le top 10 des ventes 2013 en France.

Présentation[modifier | modifier le code]

En 2007, après 14 ans de bons et loyaux services, la Twingo II succède à la Twingo I. Esthétiquement, la Twingo a beaucoup changé, elle perd de son originalité mais mécaniquement c'est une révolution : elle propose des motorisations essence comme la version précédente, mais aussi des moteurs diesel, une première pour Twingo. Cette voiture a grandi, elle mesure 3,60 m de long, 1,65 m de large et 1,47 m de haut. Le coffre peut contenir entre 165 L et 959 L selon la position des sièges arrière coulissants (coulissés à fond vers l'arrière, ou coulissés à fond vers l'avant et rabattus contre les sièges avant).

La Twingo II repose sur la plate-forme de la Clio II, dont le train avant est dérivé des Renault 9 et Renault 11. Son poids augmente de 13 % (820 à 925 kg) par rapport à la Twingo I, car sa longueur est supérieure de 16,7 cm (l'empattement est augmenté de 2 cm qui profite surtout à une protection accrue pour les piétons et à des moteurs plus puissants ou diesel), la largeur de 2 cm et la hauteur de 4,7 cm. Le volume de coffre maximal est de 959 litres (avec la banquette ou les sièges arrière rabattus).

Elle reprend le principe de la banquette arrière coulissante de la précédente génération, mais les versions plus équipées (à partir de la finition Yahoo) adoptent deux sièges indépendants au lieu de la banquette.

La Twingo II a reçu la note de 4 étoiles de protection des passagers et du conducteur au crash-test EuroNCAP (le maximum étant de 5 étoiles) ainsi qu'une note de 2 étoiles de protection des piétons (le maximum étant de 4 étoiles). Le modèle testé n'avait pas d'airbags rideaux, disponibles en option (250 €).


En , la Twingo II sera remplacée par la Twingo III à l'architecture tout à l'arrière radicalement différente qui, cette fois, ne sera disponible qu'en 5 portes.

Twingo Concept[modifier | modifier le code]

La nouvelle Twingo a été présentée au Mondial de l'automobile de Paris 2006 sous l'aspect d'un concept car : la Twingo Concept, présentant le nouveau moteur essence turbo 1.2 TCe de 100 ch.

Motorisations et technique[modifier | modifier le code]

Les « moteurs D » (D4F et D7F) sont repris de la Twingo I.

Elle est équipée suivant la motorisation de boites JB, JH ou JR, faisant toutes partie de la même famille. La JB a fait son apparition sur Renault 9 et Renault 11. Les JH et JR sont ses descendantes, commandées par 2 câbles.

Le Cx est de 0,34 environ. Le SCx varie de 0,615 (1,2 L 16v LEV) à 0,745 (1,6 L 133 RS) environ, pour la phase 2[2].

En essence avec le moteur 1,2 L de 75 ch, les finitions haut de gamme Night&Day et Initiale peuvent être équipées d'une boîte de vitesses robotisée Quickshift 5 (BVR).

Il existe trois versions à caractère sportif :

  • La GT, remplacée ensuite par la Gordini, est équipée d'un moteur essence turbocompressé 1,2 L TCe de 100 ch ou d'un diesel 1,5 L dCi de 85 ou 90 ch.
  • La RS (Renault Sport) et la Gordini RS disposent quant à elles d'un moteur essence 1,6 L développant 133 ch. La base est donc le 1,6 L 16v (K4M) éprouvé depuis des années sur toute la gamme Renault. Il est ici appelé K4M 854. Bien sûr, il a eu droit à quelques optimisations : collecteur d'admission 'grosses sections' en aluminium, accouplé à un boitier papillon de F4R RS (moteur 2.0 de Clio RS), collecteur d'échappement 4 en 1 à parois minces (catalyseur intégré), vilebrequin de K9K (1.5 dCi), de nouveaux pistons pour augmenter le taux de compression à 11:1, d'arbres à cames spécifiques (levée des soupapes supérieure, 11mm au lieu de 9), injecteurs "gros débit" (300 cm3/min ~ à 3,5 bars), et des bougies hybrides[3] de F4R RS (NGK PFR7Z-TG). Le déphaseur d'arbre à cames (admission seulement) est lui identique à celui des autres K4M équipés de la technologie VVT. Il est actif, si besoin, entre 1500 et 4 500 tr/min, en dehors de cette plage, il est verrouillé. Il est alimenté en huile par une mini-pompe placée dans le couvre-culasse, et actionnée par une came carrée de l'arbre à cames d'échappement. L'admission est assez travaillée, de la boite à air au répartiteur pour offrir une sonorité, pas exceptionnelle, mais sportive en charge, surtout quand le clapet "anti-bruit" pour l'homologation placé sur la boite à air est retiré.

Le châssis est complètement différent. En effet, le train arrière est hérité de la Clio II RS, avec des moyeux arrière de Mégane II. Le train avant est spécifique à la Twingo RS et à la Wind, avec un berceau renforcé. La différence la plus flagrante : les triangles de suspension en aluminium. Les porte-fusées sont spécifiques, les moyeux proviennent de Mégane II. La barre stabilisatrice avant a un diamètre de 21 mm, moins que les Twingo II moins puissantes, et pour cause, les ressorts de suspension sont plus raides. Elle est reliée aux amortisseurs avant par biellettes pour augmenter son efficacité. Le châssis Sport est abaissé de 10 mm, le Cup, de 14 mm. Les couples amortisseurs/ressorts sont différents pour chaque châssis. Les amortisseurs à gaz sont fabriqués par KYB. Le Cup est surtout à réserver au circuit, car il peut s'avérer contre-productif sur route dégradée ou bosselée, surtout car chaussé en 195/40R17. Les pneus de première monte sont des Continental ContiSportContact 3. Le châssis Sport a droit à du 195/45R16. Les jantes : 7J 16 pouces ou 7J 17 pouces avec un déport ET54 à 55. Le kit carrosserie est obligatoire, à cause des voies élargies (AV : 1 460 mm, AR : 1 445 mm).

La partie freinage provient des Mégane II et Laguna III pour obtenir puissance et endurance à moindre coût : étriers avant de Laguna III (monopiston de 57 mm), disques avant de Mégane II (280 mm ventilés), étriers et disques arrière de Mégane II (240 mm pleins). Pas d'aide au freinage d'urgence (AFU) pour un dosage plus facile notamment sur circuit.

Le boitier et les biellettes de direction sont eux aussi spécifiques : 1,345 tour de volant (1/2 course).

La boite de vitesses est la JR5-176, à timonerie par câbles. Idéalement étagée pour une conduite sportive, celle-ci n'a pas été pensée pour l'économie : 4 400 tr/min sur autoroute à 130 km/h. Le débattement du levier de vitesse est faible, la sélection est plutôt précise.

L'ESP est déconnectable à 100% par un bouton-poussoir caché sous le volant, pour pouvoir profiter à 100% du châssis.

L'intérieur est repris en majeure partie de la Twingo standard avec pour seules différences : compte-tours gradué jusqu'à 8 000 tr/min. (régime maxi du K4M 854 : 7 000 tr/min), sièges semblables à ceux d'une Clio II Dynamique, offrant un bon maintien et un confort correct compensant la dureté des suspensions. Ceintures orange (sauf Gordini), volant cuir perforé, pommeau de levier de vitesse et poignée de frein à main en zamak chromé satiné, en option. Banquette arrière pour le châssis Cup, sièges arrière individuels pour le châssis Sport.

1.2 8v 1.2 16v / 1.2 16v LEV 1.2 TCe 1.6 16V RS 1.5 dCi
Types moteurs D7F D4F D4Ft K4M K9K
Cylindrée 1 149 cm3 1 598 cm3 1 461 cm3
Alésage (mm) / Course (mm) 69 / 76,8 79,5 / 80,5 76 / 80,5
Architecture 4 cylindres
Puissance maxi 60 ch à 5 250 tr/min 75 ch à 5 500 tr/min 100 ch à 5 500 tr/min 133 ch à 6 750 tr/min 65 ch à 3 750 tr/min 75 ch à 4 000 tr/min 85 ch à 4 000 tr/min 90 ch à 4 000 tr/min
Couple maxi 93 N m à 2 500 tr/min 107 N m à 4 250 tr/min 145 N m à 3 000 tr/min (Euro 4) ou 155 N m à 3 500 tr/min (Euro 5) 160 N m à 4 400 tr/min 160 N m à 1 900 tr/min 180 N m à 1 750 tr/min 200 N m à 1 750 tr/min
Boîte de vitesses BVM5 BVR5 BVM5
Vitesse maxi 154 170 172 189 201 164 170 185 185
0-100 km/h 15 12 / 12,3 (LEV) 13,6 9,8 8,7 14,9 13,5 11,2 11
Consommation (en L/100 km) 5,6 5,7 / 4,5 (LEV) 5,6 5,9 (Euro 4) / 5,7 (Euro 5) 6,8 (Euro 4) / 6,7 (Euro 5) 4,3 3,4 3,4 / 3,8 (GT et Gordini) 3,8
Émissions de CO2 (en g/km) 132 135 / 104 (LEV) 132 140 (Euro 4) / 130 (Euro 5) 159 (Euro 4) / 155 (Euro 5) 113 90 90 / 99 (GT et Gordini) 94

Finitions[modifier | modifier le code]

Avant restylage

  • Night&Day
  • Access (2010)
  • Authentique
  • Expression
  • Yahoo! (2011)
  • Miss Sixty (2010-2011)
  • Dynamique
  • GT
  • Initiale
  • RS (Renault Sport)
  • RS Gordini

Après restylage (2011-2013)

  • Access (2010-2013
  • Authentique
  • Expression puis Rip Curl
  • Dynamique
  • Gordini
  • Initiale
  • RS
  • RS Gordini

Avant Twingo III (2013-2014)

  • Life
  • Zen
  • Intens
  • Initiale
  • Gordini
  • RS
  • RS Gordini

Restylage[modifier | modifier le code]

La Twingo II « phase 2 » a été partiellement dévoilée en avance en raison de différentes fuites dans la presse, notamment néerlandaise, fin . Elle est présentée officiellement le au Salon de l'automobile de Francfort pour être commercialisée fin 2011.

Elle inaugure la nouvelle identité visuelle de Renault, particulièrement au niveau de la face avant (fente de calandre englobant un logo plus imposant, clignotants ronds séparés des phares…) et ses feux arrière désormais en deux parties (dont une sur le hayon). L'intérieur ne subit pas de grands changements. On note une meilleure qualité perçue[réf. nécessaire].

Toutes les versions (y compris l'entrée de gamme Access) sont équipées d'un ordinateur de bord sauf celles équipées de la boite robotisée Quickshift 5. Pour des raisons de coût, la Twingo 2 "phase 2" sur le marché français est dépourvue de phares automatiques et d'essuie-glaces à capteur de pluie, ainsi que de compte-tours (sauf sur les sportives Gordini, RS et Gordini RS). L'ESP est disponible en option (mais de série sur RS).

Twingo RS[modifier | modifier le code]

Twingo RS R2[modifier | modifier le code]

Homologuée en 2010, Twingo RS R2 est la première Twingo de compétition. Conçue par Renault Sport pour le rallye, elle appartient à la classe R2 de la Fédération internationale de l'automobile.

Technique[modifier | modifier le code]

Le train avant reprend la technologie McPherson, avec des bras inférieurs en aluminium et une barre antiroulis de série. Des rotules peuvent remplacer les silentblocs pour garantir une meilleure précision de pilotage. Reprenant également des technologies utilisées sur le modèle de série, le train arrière est basé sur un essieu souple à épure programmée et renforcé[AS 1].

Les amortisseurs, développés en collaboration avec Öhlins, sont réglables sur deux voies en compression et en détente pour offrir plusieurs choix de réglages.

Le système de freinage hérite des étriers et des disques (ventilés de 280 mm de diamètre à l’avant et pleins de 240 mm à l’arrière) de série auxquels on ajoute un jeu de plaquettes compétition. La direction assistée électrique devient hydraulique pour gagner en endurance.

Les jantes alliage monobloc sont disponibles en dimensions 6,5x16’’ (asphalte) et 6x15’’ (terre) et chaussées des pneumatiques de 195/50R16 (asphalte) et 175/70R15 (terre).

Le « moteur K » (type K4M) RS 1 598 cm3 16v atmosphérique développé par Renault Sport gagne en puissance. Les principales modifications sur le moteur K4M RS 1 598 cm3 16v atmosphérique par rapport à une Twingo RS de série concernent les pistons, arbres à cames, volant moteur, la ligne d’échappement et une boîte à air spécifique. Cette préparation permet au moteur d’atteindre la puissance de 160 ch (118 kW) à 7 250 tr/min. Le couple maxi (160 N m) est atteint dès 5 500 tr/min[AS 2].

Le boîtier électronique développé pour la compétition gère la gestion complète du moteur (alimentation et allumage) et de la boîte de vitesses. Il est accompagné d’un faisceau électrique spécifique et peut être couplé à un système d’acquisition de données.

La boîte de vitesses séquentielle à cinq rapports développée avec Sadev est équipée d’un différentiel autobloquant à disques type ZF à glissement limité.

La commande s’effectue par un joystick placé à droite du volant. Elle est couplée à un contacteur de coupure moteur qui permet de garder le pied sur l’accélérateur lors des passages de rapports. L’embrayage est de type monodisque à commande hydraulique. Trois couples finaux peuvent faire varier la démultiplication finale selon les caractéristiques de chaque épreuve.

Le tableau de bord et la console centrale conservent leur apparence d’origine mais ils sont dépouillés pour mettre en avant une instrumentation à LED qui affiche les informations nécessaires dans les spéciales pour le pilote ou à l’assistance pour l’équipe technique. Un système d’acquisition de données est également proposé.

Les deux sièges-baquets sont reculés pour une meilleure répartition des masses. Pour les mêmes raisons, la powerbox, qui regroupe toutes les commandes électriques, est placée sur une console placée à droite du copilote.

Twingo RS R2 Evo[modifier | modifier le code]

En 2012, Renault Sport présente Twingo RS R2 Evo. Cette évolution du précédent modèle est le fruit d’un travail sur la fiabilité générale ainsi qu’un développement technique.

Point central de cette évolution: en association avec Sodemo, Renault Sport parvient à tirer 190 ch du K4M RS atmosphérique de 1 598 cm3. Le couple est également en progrès, passant la barre des 180 N m[AS 2].

Les liaisons au sol ont également été optimisées. Le système de freinage, entièrement repensé, a été redimensionné pour être plus efficace et plus constant.

Les trains avant et arrière à rotules sont associés à des amortisseurs Ohlïns à butée hydraulique.

Twingo RS R1[modifier | modifier le code]

Renault Twingo RS R1 au Rallye Monte-Carlo 2019

Homologuée en début de saison 2011, Twingo RS R1 est une voiture de rallye conçue par Renault Sport selon la réglementation R1 de la Fédération Internationale de l’Automobile.

Technique[modifier | modifier le code]

Techniquement, Twingo RS R1 s’inspire très largement de Twingo RS de série. Le moteur et la boîte de vitesses sont strictement d’origine. Un couple court permet d’améliorer l’efficacité dans les spéciales de rallye. Les indispensables équipements de sécurité composent le kit conçu pour être monté par un pilote amateur[AS 3].

L’arceau-cage soudé est manchonné en deux parties et boulonné dans la caisse afin de simplifier le montage. À partir de la Twingo RS de série, la préparation débute par les soudures de plaques de fixation sur la coque pour installer l’arceau. La boîte de vitesses est ouverte pour installer le couple court. Un nouveau circuit de freinage est mis en place avec un répartiteur avant/arrière et la déconnexion du système ABS. Autre étape importante du montage, l’aménagement de l’habitacle indispensable à la pratique du rallye.

Hérité de la Twingo RS, le moteur est le K4M RS 1 598 cm3 16v atmosphérique de 133 ch (98 kW) à 6 750 tr/min et 160 N m à 4 400 tr/min.

Des réglages d’amortisseurs spécifiques, des ressorts plus raides et un système de freinage spécial sont conçus pour la compétition, comme les jantes de 15 pouces et les pneumatiques de 190 millimètres de large[AS 4].

Trophées[modifier | modifier le code]

La Twingo RS R1 sert de base à plusieurs trophées organisés par Renault Sport et ses partenaires. En France, un Championnat de France des Rallyes Junior réservé aux pilotes de moins de 25 ans a été lancé parallèlement au Trophée Twingo R1 France à partir de 2011. En 2012, le Twingo RS R1 Trophy UK, sans limite d’âge, opère selon la même forme en Grande-Bretagne. La Suisse organise une Formule de Promotion.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  • Alexandre Stricher, Rallye by Renault Sport, L’Autodrome Editions, , 132 p. (ISBN 978-2-910434-30-4), p. 32
  1. p.32
  2. a et b p.34
  3. p.26
  4. p.28

Autres références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Lien externe[modifier | modifier le code]