Renault Spider

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Renault Spider
Image illustrative de l'article Renault Spider

Marque Drapeau : France Renault
Années de production 1996 - 1999
Production 1 726 exemplaires
Classe Sportive
Usine(s) d’assemblage Usine Alpine Dieppe
Moteur et transmission
Moteur(s) 4 cylindres en ligne
Position du moteur centrale arrière
Cylindrée 1 998 cm3
Puissance maximale 150 ch Din
Couple maximal 180 Nm
Transmission Propulsion
Boîte de vitesses manuelle à 5 rapports
Poids et performances
Poids à vide 930 kg
Vitesse maximale 216 km/h
Accélération 0 à 100 km/h en 6,9 s
Consommation mixte 8 L/100 km
Consommation route / ville : 6,4 / 9,9
Châssis - Carrosserie
Carrosserie(s) Roadster
Dimensions
Longueur 3 795 mm
Largeur 1 830 mm
Hauteur 1 250 mm
Chronologie des modèles
Renault Wind Suivant

Le Spider est une automobile à vocation sportive du constructeur français Renault, construite entre 1996 et 1999. Elle se décline en version avec ou sans pare-brise. Elle est le premier modèle des séries Renault Sport.

Historique[modifier | modifier le code]

Pendant les années 1990, les Williams-Renault dominent la Formule 1, et il y a là une formidable publicité possible pour une voiture de sport. L'Alpine A610 Turbo n'aura pas de descendante pour des raisons de marketing. Renault préfère capitaliser sur ses victoires en F1, en créant une nouvelle marque filiale, abandonnant celle d'Alpine. Le « concept car » Laguna présenté au Mondial de Paris 1990 a montré qu'il existait une clientèle pour un roadster motorisé par un cylindres central arrière[1]. La production s'est faite dans l'usine Alpine de Dieppe, mais l'écusson est « Renault Sport » contrairement à ce qu'avait annoncé le PDG de Renault peu de temps auparavant. Tous les logos Alpine sont enlevés des dessins, et le discours officiel la présente comme un modèle né sous la nouvelle filiale : Renault sport.

Un premier prototype sort en mai 1994[1]. En matière de style, le spider s'inspire de l'Alpine A220 Cevennes, un modèle de course à l'arrière tronqué pour les courses de rallye. La structure de la voiture est réalisée en aluminium pour abaisser le poids à 930 kg. C'est le « moteur F » (type F7R) des Clio Williams et des Mégane coupé 16v qui est choisi.

Le premier modèle est pourvu d'un saute-vent efficace. Une version avec pare-brise qui possède un essuie-glace est proposée un an après[2]. Cette dernière version est la plus diffusée. Malheureusement pur produit marketing pour lancer la marque, le spider n'évoluera pas en tant que produit, sa formule ultra spartiate le cantonnera aux purs passionnés.

La Renault Spider est présentée pour la première fois au salon de Genève 1995. La première voiture est assemblée en décembre 1995. Tout l'assemblage de l'automobile se fait à la main, et ce jusqu'à la fin de sa production en 1999[1].

Pour une coupe monomarque, Renault produira la version Trophy, reconnaissable à son arceau de protection et son moteur de 180 chevaux.

1 726 Spider, dont 90 en version Trophy, sont sortis de l'usine de Dieppe[1].

Les différentes versions[modifier | modifier le code]

Caractéristiques techniques[modifier | modifier le code]

  • Moteur : 4 cylindres en ligne, 16 soupapes.
  • Cylindrée : 1998 cm3
  • Couple maxi : 186 Nm à 4500 tr/min
  • Puissance maxi : 150 ch à 6000 tr/min
  • Alimentation : injection électronique multipoint
  • Distribution : par courroie. 2 ACT
  • Transmission : aux roues arrière. Boîte mécanique à 5 rapports
  • Direction : à crémaillère, assistée
  • Freinage : 4 disques (ventilés à l’avant)
  • Dimensions (L x l x h en m) : 3,81 x 1,83 x 1,28
  • Poids (kg) : 930 (965 avec pare-brise)
  • Pneumatiques (AV et AR) : 205/50 ZR 16 – 225/50 ZR 16
  • Réservoir : 50 l
  • 0 à 100 km/h : 6,5 s
  • Vitesse maxi : 210 km/h

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d Sébastien Dupuis, « RENAULT SPIDER (1995 - 1999) », sur Automobile-sportive.com,‎
  2. Date de production

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Voir aussi[modifier | modifier le code]